VDM, avec un V qui veut dire vacances

13/08/2020 Non Par cborne

Les années se suivent et finissent par se ressembler de plus en plus et pas forcément dans le bon sens. On va essayer de trouver un fil chronologique à notre histoire qui nous renvoie il y a quelques mois en arrière.

Aujourd’hui et c’est désormais symptomatique, les vacances ce n’est plus un moment agréable où tu te reposes, c’est une période de temps pour rattraper ce que tu n’as pas le temps de faire le reste de l’année. Vous avez pu voir la dernière fois que j’étais dans la rigolade avec une histoire de lit à changer, de contrôle technique, et de quelques autres bricoles. En ce qui concerne le lit, je suis globalement au point mort au presque. Sur le site de Conforama, le vendeur tiers accepte l’annulation de la commande mais n’a bien sûr pas remboursé. J’ai interpellé comme vous aviez vu une première association de consommateurs sans succès, j’ai contacté l’UFC que choisir de ma région qui m’invite à faire un courrier recommandé, et qui m’invite aussi à adhérer pour faire partie de leur association pour me donner un coup de main. On a rien sans rien.

Il serait injuste de dire que la science n’avance pas comme le montre cette capture.

Il apparaît que le colis a fini par être pris en charge le 5 août et pas le 24 juillet comme annoncé, on voit qu’effectivement l’ordre d’annulation a bien été enregistré, il reste désormais à patienter. Pas pour une volonté de faire avancer les choses, car il paraît difficilement crédible que la société ne rembourse pas, j’ai quand même voulu dénoncer leurs pratiques. J’ai contacté la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations de l’Aude Service Concurrence Consommation et Répression des Fraudes qui a transmis ma demande en région parisienne. J’ai raconté mon histoire et indiqué le site Trustpilot où des gens sont dans l’attente de leurs produits depuis plusieurs mois ou de leur remboursement, où tout le monde raconte plus ou moins la même histoire, j’ai demandé si c’était normal que ces gens puissent exercer de cette façon en toute impunité. J’attends une réponse, attendre dans un monde où tout le monde vous presse, un paradoxe de plus de nos sociétés modernes.

Je me suis égaré, remontons dans le temps. En octobre de l’année dernière, le dentiste nous dit qu’il faudra faire les dents de sagesse de ma fille. Au départ ça part pour deux, tant pis, date d’intervention prévue le 6 avril. Seulement comme nous le savons, le COVID est passé par ici, il repassera par là. Opération annulée, reportée en date du 12 août. Le COVID aura tout de même réussi à rajouter de la complexité à des situations déjà complexes. Reprendre rendez-vous chez le dentiste pour faire un panoramique de la bouche. Suite à l’absence de soins dentaires pendant une bonne période, j’ai dû me rendre sur place pour prendre rendez-vous. Temps perdu. Pour faire le panoramique, nous n’avons pas pu accéder à la salle d’attente, le cabinet est petit, tout le monde dehors dans la canicule. Du retard accumulé, quelques urgences, temps perdu. Bien sûr l’admission à la clinique, le rendez-vous avec les anesthésistes, ramener le dossier à la clinique et prendre rendez-vous pour le test COVID obligatoire avant chaque intervention. Une heure au téléphone pour avoir un rendez-vous, se faire curer le nez et repartir.

Mon épouse pour une intervention de 40 minutes a passé 10 heures à la clinique, c’est aussi ça faire les hôpitaux, un classique. Coup de chance tout de même, le fait que l’intervention soit décalée de plusieurs mois, la chirurgienne a pu faire l’intégralité des dents de sagesse ce qui nous évite de remettre ça. Nous venons donc de résoudre un problème du mois d’octobre au mois d’août la science avance, celui du mois d’avril sera certainement plus long à passer.

Pendant le confinement nous sommes au mois d’avril et nous bouffons pour ainsi dire énormément de position assise. Nous faisons un métier où nous passons tout de même le clair de notre temps debout, le confinement aura été un changement d’habitude important avec parfois des journées de 14 heures devant l’écran dans les premiers temps. À la reprise du travail, je l’ai senti passé pour me retrouver bloqué du dos en fin du mois de juin, reprendre 2000 km du jour au lendemain dans les lombaires, ça laisse des traces. Si j’ai récupéré parce que je récupère toujours, pour ma femme ça a été plus vicieux. À cause d’une mauvaise habitude de sommeil, fil conducteur du changement de literie, mon épouse s’endort sur son épaule gauche et se réveille avec une douleur un peu gênante. Bien évidemment comme nous sommes dans le confinement, elle ne s’en occupe pas, on ne va pas chez le médecin dans cette période, les kinés sont fermés. À la reprise au 11 mai, elle retourne bosser, mais de mauvaises habitudes comme porter un sac de cours très lourd sur l’épaule gauche où elle a déjà mal ne vont pas arranger les choses.

Pendant le mois de juillet, la douleur devient de plus en plus importante et finit par se transformer en une paralysie particulièrement importante de l’épaule. Les radios ne donnent rien, tout comme l’échographie. Obtenir une IRM c’est compliqué, obtenir deux IRM, épaule et rachis cervical, relève du défi et j’appelle tous les jours le centre pour trouver un désistement. Parallèlement à cela nous réussissons à obtenir un rendez-vous pour le mois d’août chez un spécialiste de l’épaule. Nous finissons par avoir les résultats des IRM, au moins deux hernies dans la nuque, trois tendinites dans le bras. Notre docteur de famille dit que face à l’immobilisation il va falloir opérer, à ma tête, il me dit d’aller voir un spécialiste, un neurochirurgien donc, rendez-vous le 24 septembre. Nous finissons par avoir le rendez-vous avec le spécialiste, un type charmant et très bronzé qui ne prend même pas le temps de regarder le compte rendu des IRM. Il porte en lui la certitude des chirurgiens. Le diagnostic est direct après une simple manipulation de l’épaule qui ne bouge pas, capsulite rétractile.

La capsulite rétractile ou syndrome de l’épaule gelée est une maladie qui atteint à 85% des femmes de 45 à 55 et dont on ignore plus ou moins l’origine. Il apparaît que cela pourrait être psychologique, mais cela n’a jamais été prouvé. Dans le cas de mon épouse, c’est la tendinite qui a fini par dégénérer. Le déblocage est totalement réversible sauf qu’il peut intervenir entre six mois et un an et demi avec des phases d’amélioration et de régression. Kiné et balnéo sont en gros les deux seules choses qui vont réduire la maladie. Seulement la reprise scolaire se fait dans deux semaines, conduire quasiment que du bras droit même si le gauche aide un peu, gérer des classes au quotidien, ça risque d’être un défi assez intéressant. Mon épouse fera sa rentrée, le médecin a dit qu’elle jaugerait la complexité. Car le risque c’est bien évidemment de se tuer en bagnole ou flinguer l’épaule droite qui compense toutes les carences de la gauche.

Et comme on ne rigole pas assez, il le fallait :

LA REVANCHE DES CAMIONS À CACA !

La suite de notre film d’aventure trépident

À Noël 2017 je vous avais offert un feuilleton trépidant dans lequel je vous racontais mes mésaventures avec des canalisations bouchées. C’était un magnifique feuilleton avec des découvertes, puisque nous avions excavé un regard enterré sous la terrasse et une canalisation commune à nos sept maisons de la copropriété ignorée de tous. C’était une histoire qui m’avait tenu un moment, puisqu’il était apparu que le problème de bouchon qui se formait était à l’origine du regard de mon voisin qui avait fini par devenir poreux et qu’il avait fallu boucher avec du mortier prise rapide. Vous noterez que c’était encore pendant les vacances, comme une malédiction.

Alors comme tu peux t’en douter public, il y a une différence entre l’ambiance Noël à Saint Pierre où je suis seul dans la rue, et l’ambiance estivale où l’un de mes voisins a loué sa maison à neuf personnes. Une voisine de la résidence d’à côté vient nous voir pour nous dire qu’il y a de l’eau qui coule sous la porte du garage de la première maison de la copropriété. Nous sommes vendredi. J’appelle mon voisin qui vit loin, du côté des alpes, et je lui dis qu’on a un problème, sachant que l’odeur qui va avec fait penser à un passage de la Seine mais dans sa maison. Il me dit que sa sœur est sur la route et qu’elle passe justement par là.

Attention âmes sensibles s’abstenir, surtout pour ceux qui consultent le RSS où vous devriez l’avoir en pleine page. Personnellement étant devenu maître caca, plus rien ne me choque.

Petite explication du contexte. La première maison était vide, mais possède des toilettes et une douche au rez-de-chaussée, c’est le point le plus bas. Coup de chance, la terrasse est constituée de pavés autobloquants, il n’était donc pas compliqué de faire sauter pour pouvoir accéder au regard. La seconde maison, neuf locataires dont des jeunes, ils ont constaté effectivement que ça remontait un peu par l’évier du bas. Malheureusement, mon voisin a fait une terrasse en dur six mois avant les événements de 2017 si bien que son regard est inaccessible. Maison d’à côté, j’appelle mon voisin qui est gendarme comme sa femme, comprenez qu’on va éviter de faire n’importe quoi avant de se faire arrêter, et je lui demande l’autorisation de faire sauter les dalles de sa terrasse pour extraire son regard. Il est assez inquiet car des locataires doivent venir le lendemain. Je contrôle sa maison, il n’y a rien à l’intérieur c’est plutôt positif, il a un tuyau d’évacuation de machine à laver en bas.

En vidant la terre et en arrivant à la trappe, la pression de l’eau est tellement forte qu’elle se soulève toute seule, son regard est donc obstrué par le caca. Maison d’à côté, une maison qui est restée à la vente pendant peut-être dix ans, et qui est donc mitoyenne à la mienne. Il y a des gens qui y sont, et je leur explique la situation, ils ont une cabine de douche en bas mais à part des remontées d’odeur, il n’y a rien. Chez moi on ouvre la trappe qui est accessible, il n’y a rien, la partie se situe entre les trois maisons. La pauvre famille du premier a passé la matinée à nettoyer les pieds dans la merde comme vous pouvez l’imaginer, nous sommes samedi et face à l’urgence j’appelle la SOMES, qui m’avait nettoyé la première fois.

Un bien joli plan

Le jeune qui vient nettoie beaucoup, mais rencontre un problème évident, à savoir qu’un regard sur deux est bloqué. Il peut atteindre sans problème les regards cachés par les terrasses en dur depuis les regards sortis de terre mais pas savoir ce qui se passe à l’intérieur. Il nous laisse donc avec une facture de 290 € que je paye parce que j’aime donner de l’argent, et espérer le revoir un jour comme le lit. On reste donc dans l’état, avec une pression exercée sur notre voisin qui avait ses neuf locataires et qui était le seul dans cette partie de la copro. Vous comprenez bien que le malheureux qui n’occupe pas sa maison mais qui se retrouve avec la merde, est un peu aigri. Il trouve donc une société, nous sommes dimanche qui a une caméra pour jeter un coup d’œil. Comme je l’ai expliqué, ces maisons ont mon âge, 45 ans, et personne ne savait qu’il y avait une canalisation qui passait sous l’intégralité des terrasses. Et forcément l’énorme laurier entre la maison 3 et 4, sachant que je suis la maison 5 et que ça ne bloque pas chez moi, interroge forcément. On s’attend tous à un drame, à savoir que les racines sont passées à travers et qu’on est bon pour refaire un tronçon de canalisation en fibrociment parce qu’on aime les vrais défis.

Le nouveau prestataire, assainissement 34 est un homme plus âgé et donc plus expérimenté. Les différents passages caméras montrent que nos canalisations sont impeccables ce qui est un soulagement. Entre l’aspiration et la tête à haute pression, il finit par dégager l’ensemble. Le problème bien évidemment c’est qu’on ne sait pas quelle est l’origine du problème. Si bien que cela peut se produire à nouveau dans quelques semaines, selon la fréquence d’utilisation. J’avais dit il y a plus de deux ans qu’il était fondamental de mettre à jour l’ensemble des regards de la copro car ce qui c’était produit entre mon voisin et moi-même pouvait se produire ailleurs, mais je pense que mes voisins n’avaient pas réalisé car je l’avais géré tout seul. Avec de la merde qui sortait de partout, je pense que tout le monde a bien compris et chacun s’y colle dès le mois de septembre.

Et forcément la suite logique pour clôturer ce billet, je viens de recevoir un mail des fameux transports Mazet m’indiquant que je vais être livré du lit perdu en date du 14 août. Ce qui me fera la bagatelle de deux lits. Mieux vaut en rire qu’en pleurer, ce n’est pas bien grave, j’ai pris mon parti de ne plus m’énerver, c’est inutile. Quelques leçons de vie supplémentaires, à 45 ans on continue d’apprendre tous les jours.