Vacances j’sauvegarde tout

22/02/2018 Non Par cborne

J’ai fait le gros du ménage, les compressions de fichiers, il faut maintenant faire du backup. Pour moi la synchronisation de fichiers c’est hors de question, si ça commence à débloquer à un endroit c’est prendre le risque de perdre l’ensemble de ses fichiers. Jusqu’à maintenant je faisais la sauvegarde en ftp sur mon espace o2switch à la main, sur mon serveur openmediavault et puis c’est tout. Désormais voici la façon dont je procède :

  • sauvegarde en clair dans ma machine virtuelle openmediavault. Du fait qu’elle ne soit pas accessible de l’extérieur, cela limite la casse.
  • sauvegarde chiffrée désormais en utilisant duplicati sur mon espace o2switch
  • sauvegarde chiffrée en utilisant duplicati sur la carte micro-sd de mon smartphone.
  • sauvegarde chiffrée en utilisant duplicati sur un disque dur externe qui ne sera pas connecté au net.

Ce qui fait en gros les fichiers originaux sur mon poste, leur backup encore sur mon poste mais sur un disque différent. Moralité si l’un des deux meurent de sa belle mort, j’ai le backup sur l’autre. Le téléphone ce n’est pas forcément secure vous me ferez remarquer, mais du fait que ce soit chiffré, que ce soit toujours dans ma poche ou pas loin, ce n’est pas un gros problème. Enfin si ma maison brûle avec l’ordinateur et que je n’ai pas le temps de sortir avec le téléphone, j’ai externalisé les données. On est ici dans le cas d’appareils qui sont connectés, cela signifie que si pour une raison ou pour une autre on se retrouvait avec un virus de la mort qui tue et qui tape dans Android et Linux, j’aurai toujours ma sauvegarde à l’abri. L’idéal serait bien sûr que cette copie se trouve ailleurs, chez les beaux parents par exemple.

Le logiciel duplicati est pour le moins particulièrement simple comme vous pouvez le voir sur les écrans suivants. Le logiciel fonctionne par passerelle, c’est le port 8200 qui est utilisé, si bien qu’il vous suffit d’aller dans votre navigateur pour y accéder. La masse des protocoles est importante, la masse des services propriétaires aussi.

De façon synthétique entre le billet d’avant et celui-ci. Avant de vous lancer dans des sauvegardes conséquentes, faites le tri dans vos fichiers, compressez les pour qu’ils prennent le moins de place possible sans perte de qualité conséquente. Multipliez les supports de sauvegarde mais pas trop, plus vous avez de supports différents plus cela va devenir complexe de penser à sauvegarder sur tous les supports disponibles. Je ferai remarquer enfin que la sauvegarde ne se limite pas forcément aux fichiers. Par exemple, le fait d’avoir les contacts et le calendrier dans du *dav, c’est aussi une façon de sauvegarder.

Edit : attention au smartphone

Pendant que j’étais en train d’écrire le billet, je faisais la sauvegarde externe, je n’avais pas encore fait la sauvegarde vers le smartphone. Mon smartphone est monté en mtp, duplicati ne gère pas le protocole mtp, la faute à pas de chance. Mon smartphone ne gère pas le positionnement en stockage de masse, si bien qu’il est obligatoire d’avoir accès autrement au téléphone. J’ai fait dans la solution de facilité en prenant SSHDroid. SSHDroid comme son nom l’indique, permet d’avoir un serveur SSH sur son smartphone. Une fois lancé, on y accède comme à n’importe quel serveur distant. La situation ne me plaît pas vraiment, c’est une application qui balance de la pub, il faut que je trouve un équivalent libre.