Vacances j’arrive toujours à rien

27/02/2018 Non Par cborne

On rigole, on rigole mais on va bientôt reprendre et j’en suis au degré zéro du repos.

Je crois que ça c’est un bon résumé de ma vie :

Tu as froid, tu vas acheter un manteau un peu plus chaud parce qu’il caille, le lendemain tu enfiles le manteau pour te rendre compte que la couture est complètement déchirée. Alors déjà que ça t’a bien gonflé d’aller chercher une veste, il faut que tu y retournes pour changer la veste. J’ai la sensation de ne jamais rien réussir à faire du premier coup, même acheter une veste c’est compliqué. Un autre exemple. Les beaux-parents nous prennent les gosses pour aller au ski. C’est très bien, ça nous permettra de souffler parce qu’ils sont toujours aussi lourds même avec une mère qui se prend pour le docteur House et pendant les vacances. Au moment de les amener à Narbonne chez les grands-parents, ma femme se rend compte que mon fils a la tête en sang sur cinq centimètres. Les beaux-parents m’attendent parce qu’ils sont passés à la Free Box et qu’il faut que ce soit moi qui installe, donc je regarde ma femme et je demande ce qu’on fait. Comme elle ne veut pas faire partir le gamin la tête au sang, elle me dit qu’il n’ira pas, je pars donc avec ma fille. J’arrive, je me dépêche parce qu’il faut que je rentre sur Saint-Pierre pour amener ma femme chez le kiné, je l’appelle avant et il apparaît que comme prévu mon fils n’avait absolument rien. L’adolescent tenant parfois plus du chien que de l’humain a dû se gratter la tête un peu trop fort avec sa patte arrière (souple), et se faire pisser le sang tout seul sans rien sentir, la zone qui entoure le cerveau étant très très épaisse pour abriter l’organe qui fait la taille d’une noix. Je repars donc avec mon fils qui n’avait rien sur Narbonne pour un bonus de 100 km. Je pense que je ne vous ai pas convaincu.

J’ai du liquide de refroidissement qui coule. Le vendredi des vacances on me resserre un peu les colliers, on me dit qu’il peut y avoir un peu d’air dans le circuit, donc que je ne me choque pas si je perds du liquide. Je roule, je fais du kilométrage comme vous pouvez le voir, je fais quelques jours de vacances, ça ne bouge pas, et puis une nuit passe, ça tombe sous le niveau mini, un centimètre en dessous pour être précis. Je n’ai rien fait de plus, et j’aperçois le goutte à goutte au même endroit. Je prends donc rendez-vous pour la seconde fois avec le garage. Comme je l’ai évoqué, la difficulté de mon coin, c’est l’absence de certains « services » élémentaires en lien avec les actifs. Comprenez qu’on a un cabinet de kinés, d’infirmières, deux docteurs, une pharmacie énorme, parce qu’on est le « vieuxland » mais on n’a pas de garage. La voiture le vieux il s’en fout, il va à SPAR à pied. Je pars donc à Pézenas en ce lundi, il me faut une voiture fonctionnelle car j’emmène ma femme à l’hôpital mercredi pour voir si le genou va bien. Vous noterez d’ailleurs que c’est mercredi qu’on annonce l’apocalypse, le rendez-vous est pris depuis un mois, on évoque même : la neige. La neige, le drame du sud, un centimètre de neige et c’est la fin de tout. Comme je n’allais pas rester un centimètre sous le minimum, pas de la neige, j’ai remis à niveau avec le liquide de refroidissement que je garde désormais dans le coffre, avec l’huile, du papier toilette, des sacs pour les courses, des affaires de rechange, je peux vivre dans ma voiture. Il se trouve qu’après avoir fait quelques allers-retours sur Narbonne, je ne perds que trois millimètres de liquide de refroidissement quand j’en avais perdu cinq centimètres. C’est donc intéressant, je n’ai rien fait de plus, je ne perds quasiment plus rien mais je perds quand même. Direction le garage à Pézenas, où après cinquante kilomètres je n’ai bien sûr rien perdu, on me dépose au lycée où je suis quasiment seul, j’en profite pour ranger un peu le foutoir de la salle des serveurs.

Je n’ai pas eu beaucoup de temps ces derniers temps, on a réglé pas mal de problèmes en lien avec le serveur, le wifi, enfin je l’ai déjà évoqué. Cheveux mon stagiaire n’a pas fait d’efforts pour ranger, au contraire. J’en ai profité pour jeter des vieilleries comme des CD de Windows 98, je n’ai malheureusement pas trouvé de CD d’office 2000.

Avant

Après

j’espère que vous appréciez mon mur de Dell. Je passe quand même trois heures à tout ranger pour arriver sur le coup des midis. Il fait un temps et un soleil magnifiques, la vague de froid qui devait s’abattre sur la France n’est pas encore arrivée sur le sud. J’ai fait mes photocopies, le ménage, je n’ai donc plus rien à faire, je commence à traîner sur le net. J’ai commencé à m’intéresser à la mécanique depuis que j’ai des problèmes de voiture. Contrairement à l’informatique où finalement il y a peu d’engagement, je ne me lancerai pas dans le DIY automobile. Rater un PC à moins de cent euros et son outil de travail c’est différent, cela n’empêche pas d’essayer de comprendre. On voit des gars franchement calés, mais finalement si on transpose, on est aussi calés qu’eux. Il s’agit de gens qui se sont largement investis dans le domaine, des passionnés, comme nous le sommes d’informatique. On arrive à quelques diagnostiques, des pistes, la compréhension. Une baisse de liquide de refroidissement peut correspondre dans le pire des cas au joint de culasse, plus de 1000 € de frais, un long travail, beaucoup de main d’œuvre. Les autres signes : de la « mayonnaise » au niveau du bouchon d’huile car l’eau et l’huile se mélangent, de la fumée blanche, des bulles dans le vase d’expansion. Aucun de ces symptômes, du fait que ça a coulé par terre, c’est une fuite. Après avoir fini de diagnostiquer ma panne, on trouve pas mal de choses sur un échangeur, mais rien de précis, je vide mon flux RSS, je commence à regarder du côté du prochain achat automobile.

Mon Partner est à 167.000 km, je regarde par curiosité, l’idée c’est de l’entraîner le plus loin possible sans frais conséquents. Si je devais acheter ma voiture à l’heure actuelle, mon Partner, j’en aurai pour 4000 €, c’est en gros le prix auquel il est vendu. Si c’était la culasse ou le joint, sur une réparation à plus de 1000 €, je changerai, pour l’instant ce n’est pas encore l’heure et pour de bien nombreuses raisons. Le changement de contrôle technique biaise complètement le marché de l’occasion. Je vois des gens qui avancent la date de leur contrôle technique, qui vont en plus chez des gens « bienveillants » car ils savent qu’avec la réforme ça ne passerait plus. On va donc se retrouver avec toute une batterie de véhicules sur les deux prochaines années répondant aux vieilles normes et qui ne passeraient peut-être pas le nouveau contrôle. Est-ce qu’on pourra se retourner contre le vendeur pour vice caché ? Je ne sais pas ce que prévoit la loi. Ce n’est donc pas le moment pour acheter d’occasion, et se positionner sur un véhicule neuf n’est pas simple. A coup de plus de 20.000 km par an, on me situe dans la tranche limite pour le diesel, aujourd’hui on dit qu’un véhicule diesel est rentable à 30.000, pas si convaincu. J’évoquais la dernière fois que le dokker m’intéressait, on peut avoir une configuration avec le moins d’électronique possible, pas très cher, il existe en essence. Seulement quand on commence à regarder les forums des utilisateurs, on voit qu’ils peinent à descendre sous les 7 litres au 100 kilomètres, que c’est plutôt 8 à 8.5. Avec le partner je suis à 5.5 grand maximum. Par le fait, même si d’ici 2020, 2021, on a une convergence des prix du diesel et de l’essence, selon la consommation des véhicules, même si l’assurance est plus chère, l’entretien, il faudrait vraiment un malus considérable que pourrait bien nous pondre l’état pour me faire abandonner le diesel. Il faut donc que le Partner tienne le plus longtemps possible pour avoir le choix de m’en débarrasser. J’appelle le garage, ils ont mis sous pression, démonté toute la partie du côté de la distribution pour vérifier si c’est la pompe à eau alors qu’elle a un an, pas une goutte, il ne perd rien. Mon garagiste est correct, je repars sans payer, il m’a dit que je passerai régler si le problème est réglé de façon définitive. Moi j’ai tendance à penser que ce sera du jamais deux sans trois, j’attends avec grande impatience ma journée à 200 km de mercredi pour aller à l’hôpital dans ce qu’on appellera la tempête du siècle, un phénomène jamais vu entre Béziers et Montpellier sur l’A75. Pour me consoler, je peux me dire que la voiture ne chauffera pas, curieusement cela ne me console pas. Si vous voulez participer à notre grand débat essence ou diesel c’est ici. Je n’ai pas encore prévu ATI ou Nvidia, AMD ou Intel ou Linux ou Windows. Pour vous dire que le martèlement autour du Diesel fait son petit effet, on commence à voir en occasion des voitures diesel moins chères que des voitures essences, la loi de l’offre et de la demande.

Je passe donc des vacances sans repos, à réparer des hottes, à essayer de réparer la voiture, à vendre des tas d’objets sur Facebook Market. Les gens sont extraordinaires, on vend un truc cinq euros, ils vous demandent de vous déplacer pour le livrer, parfois de 30 km. Ils tuent le lien social sans même s’en rendre compte. Je m’occupe beaucoup de ma femme qui commence à récupérer du genou qui était mou. Je la fais marcher, parfois une heure trente, jusqu’à épuisement. Il apparaît en fait que c’est la cuisse qui n’est pas assez musclée, je la remue, dès qu’on peut on sort. La météo n’aide pas vraiment, on arrive quand même à sortir de belles journées, le paysage réussit à faire un peu oublier l’absence de garagiste dans le coin.

Comme vous pouvez l’imaginer je ne m’ennuie pas, je passe de moins en moins de temps derrière l’ordinateur et c’est finalement sans regret. Dans mon billet sur le bien et le mal, j’évoquais que je m’orientais certainement vers un lourd désengagement quand j’évoquais il y a peu la perspective d’un engagement local pour se rendre utile. Utile je le suis au quotidien auprès des miens et je n’ai pas l’énergie pour être utile autrement. Dans six mois les choses seront certainement différentes, l’envie d’aider son prochain reviendra, je la réfrénerai, en tout cas dans le cadre d’une institution.

Comprenez que ce n’est pas le genre de la maison de ne pas tendre la main aux autres, de ne pas aider son prochain, mais je ne chercherai plus à être le déclencheur. Faire le bien autour de soi, dans un contexte familial, professionnel, auprès des quelques vrais amis qu’on peut avoir est déjà un job à plein temps. Que chacun fasse ce job, qu’on aide son cercle le plus proche et le monde ira certainement mieux.