Utilisation poussée de syncthing : DecSync

22/01/2020 Non Par cborne

Comme je l’avais prédit, j’ai fait la réinstallation de l’ordinateur portable sous Ubuntu, la version classique. Je confirme ce que j’ai écrit il y a quelque temps, on est vraiment sur un produit très bien fini qui ne pose aucun problème particulier. Les gars sont d’ailleurs tellement sûrs de leur coup qu’ils ne proposent même plus synaptic mais leur market d’applications dans lequel on trouve des trucs rigolos comme des générateurs de mockup :

Dans l’ordre :

  • Fabrication de la clé USB avec Etcher. J’ai arrêté de faire des clés USB Multiboot parce que finalement ce n’est pas très efficace. Les versions des distributions se suivent trop régulièrement, les clés USB Multiboot finissent par être obsolètes.
  • Installation standard. Aucun rajout ou suppression de logiciel, il faudrait que je fasse toutefois le ménage dans les jeux.
  • Installation de syncthing, je récupère de cette façon mes fichiers de cours et ma musique sans aucun effort.
  • Paramétrage de Firefox sync pour récupérer l’ensemble de mes mots de passe et de mes signets, il y a certainement une réflexion à faire ici. Soit retenir tous mes mots de passe, soit utiliser un service comme Keepass, ou ne rien faire.

À partir de ce moment, j’ai quasiment tout mon environnement de travail sur mon PC, j’ai voulu toutefois franchir une nouvelle étape et m’affranchir des services Google que j’avais réutilisés pour la gestion des contacts et des calendriers.

Au moment où j’écris ces lignes, vous avez trois possibilités « populaires » pour faire un serveur de calendrier et de contacts : Radicale qui est disponible dans les dépôts deb, baikal qui ne nécessite « qu’un » serveur web, et Nextcloud. Les guillemets, c’est pour le côté technique qui se cache derrière tout ça, même si l’installation de baïkal est simple, tout comme radicale, sécuriser c’est une autre paire de manches. Il est nécessaire de plus de tâter dans ces deux premiers cas de la ligne de commande pour éditer la configuration. Il reste alors la solution snap install nextcloud pour avoir une usine à gaz mais une interface graphique propre et facile.

Du fait de vouloir me passer d’un serveur, si je ne devais pas m’en passer ce serait Nextcloud sans l’ombre d’un doute, je me suis lancé dans la solution décentralisée Decsync. Petite explication sur le fonctionnement. Decsync est un ensemble de programmes qui permettent de synchroniser sans passer par l’intermédiaire de serveurs, des applications de RSS, de contacts et de calendrier. L’astuce est la suivante, il va copier dans un répertoire toutes les modifications, les entrées, les manipulations dans un ensemble de fichiers textes. Ainsi, si vous synchronisez les répertoires entre différents appareils, il suffit d’avoir un programme qui soit capable d’interpréter ces fichiers textes et l’affaire est faite.

Avant d’aller plus loin, je vais vous expliquer mes craintes :

À l’heure actuelle le garçon qui a l’air seul pour maintenir son programme, maintient en fait quatre programmes. Deux parties Android, deux parties Linux. J’utilise personnellement la partie Linux qui est un plugin pour evolution ce qui m’a poussé à abandonner Thunderbird, et de l’autre DecSync CC que vous trouvez dans F-droid. Chacun de ces programmes évolue régulièrement, il est donc forcé de mettre régulièrement les mains dans le code afin d’assurer la compatibilité avec la version courante. C’est donc, je pense, une charge de travail pour le moins conséquente, et j’irai filer quelques euros pour le motiver à continuer.

Pratiquement, DecSync est un fork de Davdroid, ce qui se traduit par la capture d’écran suivante :

Dans vos comptes apparaissent alors un compte calendrier et un compte contact qui simulent des comptes dav, ça fait beaucoup de répétitions en compte, mais les bons comptes font les bons amis que vous aurez dans vos contacts. Il suffit alors de les sélectionner dans les applications de calendrier et de contact. De l’autre côté, du côté du poste client Linux, voici ce que ça donne à l’ajout d’un calendrier distant. Il est nécessaire d’installer un fichier deb, il y en a plusieurs, c’est par rapport à votre version d’evolution, CQFD :

Attention et c’est ici qu’il faut bien suivre. Il faut d’abord commencer par Android, synchroniser avec syncthing et faire pointer vers /home/nomduuser/.local/share/decsync sinon ça ne marche pas. Dans evolution on va alors comme précisé dans l’écran ci-dessus créer des agendas et des calendriers avec DecSync. En faisant pointer vers le répertoire qui va bien, il retrouve les dossiers synchronisés par syncthing, c’est fait de façon automatique, ça synchronise tout seul.

Les énormes erreurs à ne pas commettre :

  • Comme précisé plus haut, la synchronisation pose des problèmes si vous tapez ailleurs. Je n’ai pas réussi à synchroniser mes contacts, ça fonctionnait pour le calendrier. J’ai exporté dans mon téléphone en vcf puis j’ai importé dans le compte cardav virtuel. J’ai récupéré tous mes contacts, il faudra que je refasse les photos.
  • Copier les événements depuis le calendrier Google depuis l’application Agenda casse la synchronisation pour une raison qui m’échappe. Importer un ics ne fonctionne pas non plus, j’ai dû me pogner les événements à la main. Je suspecte l’application agenda de Google de poser des problèmes, je l’ai remplacée par simple-calendar comme j’utilise simple gallery. Il est réellement important de démarrer par un agenda vierge et d’éviter les manipulations bizarres. Je vous conseille de désinstaller agenda de Google qui m’a bien parasité.

Moralité, si on ne fait pas n’importe quoi, comprenez si on ne fait pas comme moi, on arrive très rapidement à synchroniser ses postes sans passer par un serveur. Décidément syncthing est une belle trouvaille et je remercie les membres du forum des bons pères de famille de m’avoir poussé à l’utiliser.

Si j’étais joueur, mais je pense que ce ne sera pas le cas, je pourrais faire la démarche de partager avec l’ordinateur portable pour voir si ça marche à trois. Néanmoins, je pense que ce serait du vice. Si j’ai mon ordinateur portable, j’ai mon téléphone, je peux donc à n’importe quel moment rajouter un contact ou un événement.

Voilà pour aujourd’hui, si vous suivez l’actualité, l’Aude est passée en alerte rouge. Ce n’est pas comme si je n’avais pas l’habitude mais ce coup-ci j’ai informé mon chef que j’allais la jouer safe et que j’attendais demain matin qu’on y voit avant de tenter de prendre la route ou non. Les bus scolaires ne circuleront pas demain, les écoles seront fermées, c’est la foire du côté de Trèbes, les malheureux passent leur temps à déguster, j’attends pour ma part la crue de l’Aude. Du fait d’habiter à quelques kilomètres et d’avoir toutes mes routes qui passent à proximité, on va la jouer tranquille et renoncer à faire le super héros pour faire des équations aux troisièmes. Je pense quand même que je serais présent l’après-midi en GT pour faire des fonctions.