Tempo perdido

20/06/2019 Non Par cborne

Je pourrais commencer cet article par mon problème de disjoncteur qui fond, c’est d’ailleurs une histoire qui rentre dans le moule. Si on avait mis dès le départ la bonne section de fil, ça n’aurait jamais grillé, je n’aurais donc pas dû me taper deux allers-retours à Bricodepot. Néanmoins vous connaissez déjà cette histoire et j’ai envie de dire qu’après six ans d’installation un truc qui grille, c’est rentabilisé.

Je vais vous raconter un peu de mon quotidien. Mon épouse comme vous le savez est partie en voyage scolaire. La faute à pas de chance, une gamine se marave toute seule dans la campagne, il faut l’emmener aux urgences. Malheureusement quand tu fais le choix du trou perdu, parce que la nature c’est trop bien, que tu n’as pas de voiture, parce que tu viens en bus, la gosse on vient la récupérer en ambulance pour aller aux urgences. Folle de joie, elle finit aux environs de 2h30 du matin pour apprendre que la gamine n’a rien, et elle va débourser 180 € de notre poche entre les frais du taxi de retour et la pharmacie. J’ouvre la parenthèse pour vous envoyer chez le warrior du dimanche où l’on évoque la complexité de l’éducation nationale, vous noterez qu’ici on ne se pose pas de questions. Tu es instit, tu as tout à fait le droit de travailler à 2h30 du matin, te promener avec une gosse qui n’est pas à toi et d’avancer ton fric pour un voyage scolaire que personne ne t’oblige à faire. Je reste de plus en plus convaincu que les enseignants, les parents d’élèves devraient cesser toute forme d’activité supplémentaire pour cette école de la république qui se veut gratuite et pourtant alimentée à la sueur du front de certains. Je ne dis pas tous, tous les profs ne sont pas investis, tous les parents ne sont pas investis, et quand vous vous investissez il y a toujours un inspecteur des travaux finis pour commenter. Ne plus rien faire, permettrait de faire le point sur la situation, plutôt que d’empêcher les corrections du BAC mais c’est une autre histoire.

Ma femme récupère donc de la maman un chèque de 180 €, on suppose que la gamine plutôt que d’avoir un téléphone aura des semelles orthopédiques ou des cours de psychomotricité et je me retrouve à ma banque pour déposer le chèque. Je me refuse à utiliser un de ces automates, pour discuter avec la madame de l’agence, à Narbonne plage, dans la seule banque, on connaît tous les clients, même ceux de Saint-Pierre la Mer. La dame devant moi explique que cela fait six mois qu’elle ne reçoit plus son courrier. Après une analyse dans le logiciel, il apparaît que le facteur a retourné le courrier, n’habite pas à l’adresse indiquée. La cliente est agacée, et la banquière confirme que le facteur est reconnu comme étant le loup blanc de Narbonne plage. J’ai perdu 35 minutes parce que ces bips de bips de touristes sont partout, roulent n’importe comment, profitent du paysage en roulant à 20 km/h, pendant que la femme devant moi a perdu elle aussi son temps parce qu’un facteur a décidé de lui faire perdre son temps en ne faisant pas son travail. Tempo perdido, musique.

Il y a chez China Forbes quelque chose d’envoûtant dans les bourrelets, dans la voix peut-être.

Voilà j’ai fait mes deux dernières heures de cours. Ne croyez pas que j’ai fini l’année, j’ai encore l’oral du DNB demain, mes élèves vont donc m’avoir comme jury d’examen (oh oh tremble), la surveillance du DNB dans notre propre établissement pour finir de désacraliser un peu plus, et la correction du DNB le 2 et le 3 juillet. L’an dernier je vous aurai dit seulement le 2 juillet, parce que le professeur de maths corrige en une demi-journée et finit par aider ses collègues de physique. Cette année avec la grève des corrections et certaines surprises, on n’est vraiment sûr de rien :

Il s’agissait des corrections du BAC Techno, et si les enseignants sont choqués d’avoir été gazés, mes collègues étaient un peu verts d’avoir perdu une journée de boulot après avoir parcouru plusieurs centaines de kilomètres pour remplir leur mission de service public tout en étant issus d’un établissement privé, cherchez l’erreur. Ils n’ont pas pu corriger de la journée, car sur le centre d’examen, on n’était pas sûr de pouvoir garantir la sécurité des copies. Les gilets jaunes ont quand même ouvert une sacrée boîte de Pandore. Ça veut dire qu’au ministère, on pense que les gars sont tellement remontés, qu’ils sont capables de faire un feu de joie avec les copies et par le fait, imposer à des élèves de repasser leur examen. La communication devient désormais particulièrement complexe entre tous les intervenants, car un jour on aura un drame de ce type. Plus les copies, puisque mon frère me disait que cette année il aurait ses copies numérisées, je ne sais pas comment ça fonctionne, ce qui évitera des déplacements supplémentaires et le blaireau de l’année qui se fait voler sa sacoche à la terrasse d’un café, mais bloquer les gamins pour qu’ils ne puissent pas faire l’épreuve, on y viendra. Olivier Besancenot même si je ne partage pas toutes ses idées a raison sur un point, on joue la carte de la division, les gens se positionnent de la manière la plus dure pour se faire entendre, ça doit trotter dans la tête de pas mal de médecins urgentistes de ne plus soigner personnes pour faire entendre leur situation dramatique.

Donc mes collègues ont joyeusement perdu leur temps, et moi j’essaie d’optimiser le mien au mieux en finissant en fanfare ma mission informatique qui était restée sur le bas côté de la route, priorité aux révisions des troisièmes et des BAC PRO. L’idée c’est d’optimiser les temps où je suis au lycée pour d’une part ne pas être trop gêné par les gens qui me demandent des choses, et à la maison pour faire d’autres choses. Ma liste :

  • Avoir un parc homogène et fonctionnel. Il s’agit ici de virer les derniers P4 qui partiront chez la société Keldy et surtout pas les passer sous Linux, jamais plus jamais.
  • Mon contrat se terminant au 31 août, il pourrait être tentant de mettre à jour vers Debian 10. Néanmoins et par expérience maintenant, on voit débarquer des correctifs de plus en plus souvent après la sortie d’une version majeure chez Debian. Comprenez que l’époque Debian ça sort quand c’est prêt, parce que quand c’est prêt c’est du robuste, c’était avant. Si quelqu’un dans mon bahut se sent motivé pour apprendre comment cloner et mettre à jour … On y croit.
  • Trier le vieux matériel et jeter pour avoir une salle des serveurs propre
  • Bosser sur la partie internet, ce que je fais au moment où je vous écris ces lignes.

J’ai dit que je continuerai de faire bénévolement la maintenance des sites internet et ce pour deux raisons. La première c’est que me remplacer pour le quotidien va coûter un bras au lycée, le prestataire ne sait pas faire de web. Passer à une agence web nous coûterait un bras réel pour pas grand-chose. La seconde, c’est que c’est une tâche que je fais de chez moi, quand je veux et sans pression. Cela correspond de plus à une activité qui m’intéresse encore, le web.

Cette année j’ai décidé de faire le grand ménage dans les services que nous n’utilisions plus, j’ai décidé aussi de changer le thème. Il y avait un vieux mahara pas à jour et que personne n’utilise au désespoir d’un collègue qui n’a jamais réussi à faire prendre la mayonnaise. Un bozon de cette époque où je croyais que j’allais coloniser la terre entière avec du logiciel libre, tout ça a dégagé. En rapatriant le contenu de mon site par FTP je me suis rendu compte qu’il balançait plus de quatre Go de données pour uniquement le site du lycée. Alors que sous Linux il existe la commande DU pour retourner les fichiers par ordre décroissant en taille, sous Windows, il existe TreeSize, plutôt intuitif.

Sans surprise, il apparaît une vidéo de 500 Mo qui traîne et des photos de la taille de 4 Mo. Pour le problème des photos, j’avais déjà réglé le problème en utilisant l’extension Resize After Upload qui permet de définir la résolution maximale des fichiers et de recompresser à la volée ce qui permet d’envoyer n’importe quoi en entrée. Par la suite, j’ai utilisé l’extension insanity, qui en batch permet de recompresser l’ensemble des images à la résolution voulue. L’un des problèmes de insanity mais je suppose que cela vient de mon hébergeur, c’est qu’il bloque au bout d’un certain temps, en lien certainement avec le temps de la requête. La moralité c’est qu’on n’est plus vraiment dans le batch mais dans le clic régulier sur le bouton du batch …

Pour les vidéos, le classique handbrake pour recompresser, on passe curieusement de plus de 400 Mo la vidéo à 60 Mo pour une qualité équivalente à l’œil.

Au moment où j’écris ces lignes, il ne me reste plus qu’à réuploader ailleurs pour que mon collègue puisse changer la skin et trouver son bonheur. J’ai une ferme de blog qui ne sert à rien et que j’aimerais bien faire sauter mais il a l’air d’y être attaché.

Les manipulations que j’ai décrites plus haut, cliquer comme un débile sur le bouton du batch qui ne batche pas, recompresser les vidéos, réuploader les vidéos avec un débit pourri, faire le ménage en contactant les différentes personnes concernées pour être sûr de ne pas gêner, faire des backups, c’est quasiment une journée de perdue.

Je n’en veux pas à mon collègue, tout simplement il ne sait pas et personne ne le lui a dit. On pourrait dire qu’il faudrait se documenter, néanmoins à force d’hésiter à se lancer on finit par ne jamais rien faire. Bon c’est sûr que si on remet ma phrase dans un contexte du genre nettoyer une arme à feu, il faut bien commencer un jour, j’inviterai presque à l’accident. Néanmoins si je n’ai aucun grief contre mon collègue qui a fait ce qu’il a pu avant que je n’illumine mon établissement de ma présence, ils ont été très mal conseillés dès le départ et par des gens qui se revendiquent comme professionnels, mais c’est une autre histoire.

Bon je vous laisse, je viens de voir qu’il y avait encore des vidéos à recompresser qui traînent …