Technologie : l’urgence d’attendre

01/11/2019 Non Par cborne

On pourrait penser que du fait d’être passé du côté obscur de la faignasse, je préconise de ne rien faire pour que tout le monde fasse comme moi, ce n’est pas le cas. Chacun est libre de s’agiter comme il veut, y compris de pratiquer l’early adopting, et de changer de technologie tous les trois jours. J’aimerais toutefois tenter de vous convaincre, que dépenser des mille et des cents dans une configuration PC n’a pas vraiment de sens et pourquoi l’univers PC est en train de se tirer une balle dans le pied, un chargeur peut–être.

Je lisais cet article de 01net, on ne rit pas, qui dit Vous devrez débourser jusqu’à 1300 euros pour profiter au mieux de Call of Duty sur PC. Bien sûr, vous aurez des légions de ravis de la crèche, pour expliquer qu’on peut faire à moitié prix ce qui reviendrait tout de même à 650 € soit l’équivalent de deux PS4 ou une bonne PS4 et une switch. Bien sûr, on me rétorquera que cela n’a rien à voir et qu’avec la configuration de fou sur PC, non seulement on aura la 4K, on aura une fluidité de dingue, des graphismes plus réels que la réalité pour oublier que ce n’est pas forcément la qualité technique qui fait la qualité d’un jeu. Je rappelle qu’on a filé 20 au dernier Zelda.

Depuis plusieurs années, je constate que la tendance forte c’est l’augmentation des tarifs pour jouer correctement sur PC, poussée de façon évidente par l’e-game, et l’effet marketing qu’on est capable de produire sur des boutonneux qui n’y comprennent rien mais qui restent persuadés, qu’il faut persuader, rime riche en persuader, leurs parents de débourser des fortunes pour être les meilleurs.

Le rêve de Jean-Kevin deviendra réalité si papa et maman cassent leur PEL.

Vous pourriez me trouver un tantinet aigri, on ne se refait pas, néanmoins pour vivre avec du jeune au quotidien, on a trois catégories, un peu comme avec les adultes d’ailleurs. Ceux qui ne savent rien et qui achètent n’importe quoi, ceux qui ne savent rien, qui croient savoir et qui achètent n’importe quoi, ceux qui savent et qui vont rationaliser leur achat. Je le vois avec mon fils, pendant un moment il m’a tanné pour acheter un PC gamer alors qu’il ne joue qu’à des jeux pourris de gestion ou à des gros jeux sur la PS4. Aujourd’hui il sait davantage, il a plus de recul, il sait qu’il y a certains jeux qui ne passent pas sur l’ordinateur de la région qui est un portable avec un petit processeur, mais il adapte avec la qualité, juge mieux son besoin. Lorsque aujourd’hui il regarde des ordinateurs, il voit que sur ebay on vend du i7 à 150 € et qu’avec une GTX 1000 quelque chose, il y a moyen de monter une configuration d’occasion à moins de 300 € qui durera le temps qu’elle durera.

Acheter un PC de luxe ne me choque pas si on sait, si on sait pourquoi on le fait, et quand je vois des adultes dans mon entourage se payer 1200 € un ordinateur pour jouer, je ne suis pas choqué. Un gamin qui va faire n’importe quoi et qui pense que c’est indispensable de faire cracher une fortune à ses parents, cela me gêne bien plus sachant que les alternatives arrivent.

Le marché du PC de jeu est mort, à moyen terme le marché du PC tout court, le « as service » va tout balayer sur son passage et c’est une logique même si pour cela on va crever la forêt amazonienne. Il ne faut pas se leurrer, le cloud c’est une dépense énergétique conséquente mais c’est l’opportunité pour le particulier et les entreprises de ne plus rien gérer si ce n’est des clients légers et ça cela n’a pas de prix même si pour cela on va tuer le monde. Le jour où on a de la fibre optique au lycée, je pense que nous passerons « as service » pour se débarrasser de la gestion de toute forme de serveur physique. Le piège on le connaît, la dépendance à Microsoft ou au prestataire qui fera exploser ses tarifs quand il voudra. Mais ça c’est une autre histoire, une histoire qui nous fera faire machine arrière pour retrouver une indépendance perdue.

Pour l’heure on y va, et plutôt deux fois qu’une, les acteurs se mettent en place, et je pense que certains prévoient de jeter l’éponge. Le positionnement de EA par exemple qui va redonner l’autorisation à Steam de diffuser ses jeux, c’est pour ma part signe que EA va jeter l’éponge, qu’Origin va bientôt mourir et c’est une logique. Se positionner face aux offres de Google, Sony, même EA et son FIFA n’est pas assez gros, ils vont manger leur pain noir. Le problème c’est que le marché n’existe pas encore, quand on voit par chez moi les difficultés pour avoir du réseau, la mauvaise qualité de l’ADSL, la fibre optique et la 5G ce n’est pas pour demain, il ne s’agit donc pour l’instant que d’un placement de pion sur l’échiquier.

L’offre intéressante de la semaine est indéniablement celle de Shadow, le français que j’annonce mort et enterré depuis un moment. Je crois que tout le monde croit encore à la création d’un nouveau Facebook, se dire que c’est possible, et je le crois aussi, c’est possible, la chance, les bonnes circonstances, être au bon endroit au bon moment. Le français casse ses prix et propose une offre à 13 € avec engagement ou 15 sans engagement comme l’explique Numerama. La configuration est la suivante : GTX 1080, 12 Go de RAM, 256 Go de stockage et un processeur quadruple cœur à 3,4 Ghz. N’y connaissant plus rien, et me contentant de regarder sur ebay c’est une carte vidéo qui n’a plus l’air vendue neuve, on la trouve d’occasion à 400 €. Si on fait un peu dans les équivalents, je pense qu’on doit avoir une configuration à 800 € au prix le plus bas. Soyons fous et disons même 600 €. Quelqu’un qui se prend un abonnement à 13 € avec engagement c’est 150 € par an environ soit 4 ans pour arriver à cette configuration que j’ai dû mettre je pense au rabais.

La moralité c’est que l’offre est intéressante mais avec un bémol tout de même qui dépendra de ce que laisse faire ou non Shadow. Admirez cette capture d’écran qui laisse pour moi planer un peu d’ambiguïté.

In the shallow, shallow, In the shallow, shallow, In the shallow, shallow, We’re far…

Pour moi c’est de la publicité qui prête à ambiguïté puisqu’il s’agit de la possibilité de jouer aux jeux que tu as payé et pas aux jeux de ton choix. La moralité c’est alors que les ténors que sont Google ou Sony vont vous proposer un tarif de 9.99 € pour Stadia par exemple, avec une liste de jeux disponibles, ici vous devez payer la machine mais aussi vos jeux. Pour ma part, et c’est certainement la question qui se posera, qu’est-ce que Shadow vous laisse faire ou pas. Comprenez que si le gars peut se récupérer tout le Warez du monde et le faire tourner pour 13 € par mois, il y aura certainement une part de réflexion. Et donc, j’ose le dire, si Shadow ferme les yeux sur ce qu’il est possible de faire sur l’ordinateur, il est possible qu’il arrive à tirer son épingle du jeu. Pas seulement pour des gens qui feraient du gaming mais pour des gens qui feraient de la vidéo ou de l’utilisation régulière de logiciels plutôt gourmands.

Pour l’heure, je pense qu’on se trompe de piste parce que l’idée c’est de se baser sur le streaming quand les débits sont encore à la traîne dans le monde entier. L’idée, la bonne, pour commencer à se faire une base de client solide, c’est de proposer ce que faisait metaboli il y a une dizaine d’années, un abonnement mensuel pour accéder et télécharger une bibliothèque de jeux. En gros faire ce que va proposer tout le monde mais avec la possibilité de télécharger.

À l’heure actuelle Sony le fait avec son offre Playstation Now, pour 60 € par an soit 5 € par mois. Néanmoins le catalogue est franchement à moduler et c’est ici qu’on voit qu’on peut raconter n’importe quoi et rester dans le cadre de la loi, le mot incroyable ne veut rien dire. Effectivement vous pourrez jouer à 700 jeux, avec en effet d’annoncer God Of War, mais combien de titre de ce niveau ? Très peu. On reste principalement sur des vieilleries, à la limite du retrogaming. Il faudrait qu’un des acteurs du marché se lance dans une formule avec du vrai jeu et pas du jeu au rabais. Néanmoins, il n’est pas dit que je ne finisse pas par m’y abonner, les jeux du mois ne me permettent pas de rentabiliser mon abonnement PS+, les promotions sont peu intéressantes, les jeux disponibles sont jouables en réseau.

Moralité pour ce billet :

  • Je n’achèterai pas de grosse configuration pour PC qui peut toutefois être plus ou moins amortie en pratiquant le warez, même si c’est compliqué pour les jeux en ligne. Si néanmoins vous avez de forts moyens financiers, que vous ne faites pas que ça avec votre ordinateur et que payer des abonnements supplémentaires ne vous fait pas peur, pourquoi pas.
  • L’offre de Shadow est certainement la plus intéressante du moment pour 13 € par mois mais encore faut-il posséder la ligne qui va bien derrière.
  • Pour un joueur basique, pas très riche, la console, le marché d’occasion reste certainement la meilleure alternative. Je risque peut-être de faire un essai sur le Playstation Now histoire de vous raconter.
  • Dans tous les cas, il est urgent d’attendre le déploiement de la fibre optique et /ou de la 5G pour voir qui va gagner la bataille.
  • Le monde du PC se met tout seul en difficulté en pratiquant des tarifs toujours plus importants et qui ne peuvent se justifier. Les jeux ne sont plus optimisés, si bien que la configuration moyenne vendue aux environs de 500 € ne permet de rien faire tourner. La démocratisation du streaming dans le secteur va être une véritable boucherie.

Je vous laisse avec ce dessin d’Odysseus libre qui est presque de circonstances et que j’aurais pu vous placer sur le choix de mon OS, qui pour l’heure reste Xubuntu.