Tant qu’on a la santé

15/11/2018 Non Par cborne

Les ennuis de santé de mon épouse ont commencé il y a environ six ans, un bouton sur la paupière. Les ophtalmos qu’on a vus à l’époque ont dit que c’était un chalazion sauf qu’au bout de trois fois c’était pas un chalazion. Quand même quatre ophtalmos et un généraliste qui ont regardé pour se tromper, deux qui ont fait des opérations, je dis bravo. La dernière ne se sentant pas assez qualifiée pour opérer après deux ratés, nous a envoyés chez un gros bras à Toulouse. Le genre de gars très fort, très cher, qui a des dépassements de 500 balles d’euros.

La quatrième intervention fut la bonne, c’est un morceau de paupière qui a été retiré, un morceau de paupière assez important, au point que la paupière ne recouvre pas totalement l’œil. Imaginez une fenêtre qui n’est jamais fermée et vous avez le résultat, tout passe. Cet été elle a choppé une infection, l’œil a doublé de volume. À terme, l’infection de trop aurait pu entraîner la perte de l’œil.

Retour à Toulouse donc, la ville où tout n’est pas rose, le voyage airbnb de la dernière fois était une visite d’agrément mais aussi d’affaires, on avait trois rendez-vous médicaux à faire pour préparer l’intervention, on avait mis les visites autour. Le mardi, rendez-vous à 16h00 pour l’admission en clinique, la Croix du sud. Une chance, à l’époque la clinique était à côté du Pont Neuf dans le centre de Toulouse dorénavant c’est face à la cité de l’espace à la sortie de l’autoroute. Le truc est une usine du médical.

Sur la gauche la vue de la chambre sur la cité de l’espace, sur la droite les voitures garées n’importe comment. Les gars construisent une nouvelle clinique, les parkings sont déjà saturés avec des voitures qui se mettent où elles peuvent. Ils sont encore en train de construire, ce sera un complexe gigantesque où il faut prendre sa voiture pour y aller. Une infirmière nous disait qu’elle allait à l’ancienne clinique avec les transports en commun, aujourd’hui elle prend sa voiture, ça me rappelle mon billet sur le déplacement des grands services et des supermarchés à l’extérieur des villes sur les périphéries des villes. 

C’est neuf, c’est moderne, tout est fait pour donner l’impression qu’on est dans un hôtel quatre étoiles, jusqu’à la chambre de 20 mètres carrés. Dans les faits, c’est la foire la plus complète, le personnel médical en est encore à chercher les équipements, il faut s’approprier les locaux. L’opération a lieu à 8 heures, nous sommes levés à 5h pour boire une tisane chaude. Je me rends compte que j’écris, mais que j’ai oublié de vous parler du principe.

Quand tu as une fenêtre qui n’est pas assez grande pour recouvrir le cadre, tu n’as pas d’autre choix que de changer la fenêtre. Ici tu ne peux pas changer la paupière, tu fais donc autrement. Il s’agit d’une opération qui est réalisée par peu de gens en France et c’est normal, comme je l’ai dit plus haut il est cher, mais il est fort. Un stomatologue récupère un bout de palais, le gars le glisse juste derrière la paupière basse pour ajuster la fermeture. Le gars manipule tranquillement des bouts de peau de quelques millimètres pour remonter une paupière, il est très fort. La peau du palais finit par s’adapter au bout d’un mois et devient paupière. Il faut saluer les gens qui sont capables de réaliser ça mais aussi le gars qui a eu l’idée. Quelle idée folle d’ailleurs.

Je récupère mon épouse sur le coup des 11h, plus tôt que prévu, dans un état pas vraiment terrible. Il faut dire que deux endroits sont touchés, la zone de la paupière, et le palais, double douleur, double problème. Pour le palais elle a ce qu’on appelle un dispositif palatin obturateur en silicone thermoformé, qui n’est pas sans faire penser au dentier que mettent les boxeurs. La protection sur le palais n’empêche pas le sang de couler dans la bouche puis dans l’estomac, comme ce n’est pas un vampire, elle finit par le gerber. C’est franchement gore, mais pas choquant pour moi, je l’ai tellement vue dans des états minables que je nettoie tranquillement. C’est beau le mariage quand même.

Moi tu sais public je suis un grand malade. J’ai travaillé lundi, mardi et mercredi je n’avais pas cours, je pensais que le jeudi je reprenais l’école. A 12h30, quand je l’ai vue dans un état pourri et pour le physique mais surtout pour le moral alors que c’est la dame de fer, j’ai téléphoné à mon CPE pour me dégager de cours, à raison.

Ma femme enseignant à ses élèves de CM2

Il est quatre heures de l’après-midi, mon épouse a retrouvé du poil de la bête et fait les cent pas dans la chambre d’hôpital, c’est rassurant. Nous attendons le chirurgien … Comprenez que ce n’est pas une décision personnelle, il aurait fallu passer une nuit de plus on l’aurait fait, c’est le chirurgien qui a dit qu’on partait le jour même. Il arrivera à 20h15 au lieu de passer vers les 17h00 comme prévu.

Alors que tu me connais, que tu sais que je ne supporte rien, et bien tu ne t’étonneras pas que je n’ai rien dit. J’ai le gars qui a opéré ma femme deux fois, qui lui a certainement sauvé un œil, je lui fais un chèque de 500 € avec le sourire, pris en charge par la MGEN à hauteur de 50 € ce qui fait tout de même largement réfléchir sur la médecine française, sur notre fameux système de santé. Si tu n’as pas tes 500 €, personne n’est capable de faire ce qu’il a fait à part peut-être sur Paris, il ne te reste plus qu’à te choisir pour moins cher un œil de verre ou un joli bandeau de pirate. L’argent ne fait pas le bonheur, l’argent permet néanmoins de sauver des vies, en tout cas de sauver un œil.

Je suis arrivé à la maison avant 22h45. À part dans la Clappe où j’ai peut-être roulé un peu vite ravi de ne pas avoir de sanglier, je n’ai pas dépassé les 130 sur l’autoroute, je ne me rappelle pas avoir freiné non plus. Je tiens à te dire tout de même public, que je suis Cyrille BORNE et que Cyrille BORNE ne fait jamais les choses à moitié. Lundi dernier j’ai amené le Partner pour la révision avant la présentation au contrôle technique. Henri mon mécanicien me dit de regarder mon silencieux du pot d’échappement et me dit qu’il ne sait pas par quel miracle il tient encore. Et effectivement quand je m’assois dans la voiture, je comprends l’origine du grincement, mon pot est pourri. Il a mis des fils de fer pour le retenir au cas où il tomberait sur la route, ça évitera à quelqu’un de se le prendre de front. Cela fait partie des choses dont je dois m’occuper, ça et le reste.

Nous sommes jeudi après-midi au moment où j’écris ces quelques lignes, j’ai géré le gros œuvre. Appeler l’inspection académique, envoyer l’arrêt de travail, aller à la pharmacie puis aller à l’autre pharmacie dans le village à côté pour récupérer un produit manquant, appeler les infirmières, prendre rendez -vous avec l’ophtalmo citée en haut qui n’avait pas voulu opérer pour faire sauter les points, prendre rendez-vous avec le chirurgien de Toulouse pour faire 350 km pour une visite de 10 minutes et puis faire 20 kilos de bouffe pour les gosses. Parce que ça, tes balourds d’adolescents sont bien présents, il peut arriver n’importe quoi dans ta vie, le plus important c’est de ne surtout pas bouleverser la leur. Tiens je viens de prendre rendez-vous pour la voiture pour dans quinze jours, et pour le silencieux, et pour le contrôle technique, quelle folie ! Un peu de suspense pour savoir si le silencieux va tenir.

Demain je reprends le chemin de l’école, sept heures de cours qu’il faudra gérer malgré la fatigue, essayer de récupérer le second souffle qui me permettra de passer la période des conseils de classe jusqu’aux fêtes de Noël. Avec cette opération je pense que le plus dur est derrière nous, sur le papier bien sûr, la vie m’a appris que les matchs ne sont jamais gagnés d’avance et qu’on n’est jamais à l’abri d’une mauvaise surprise comme des canalisations pleines. Mais ça c’est une autre histoire.