Le Blog de Cyrille BORNE

Paysan de l'internet

Obsolescence ? Scrabble !

Rédigé par Cyrille BORNE Aucun commentaire

Le terme d'obsolescence peut paraître compliqué et ferait certainement quelques heureux à placer dans un scrabble, néanmoins c'est une notion qui n'est pas si difficile que cela à comprendre et qu'il est nécessaire d'appréhender à l'achat d'un produit. 

Vous venez de payer le dernier téléphone à la mode à 750 €, vous ête content. Celui-ci est dans la version 4 du système d'exploitation et comme les hautes technologies sont un domaine dans lequel tout évolue très vite, la version 5 du nouveau système arrive et avec elle un nombre très important de nouveautés. Le problème c'est que votre téléphone que vous avez payé 750 €, et bien il ne se met pas à jour car le fabriquant du téléphone ne le propose pas. Le fabriquant pourra vous présenter de nombreuses excuses comme le fait que votre appareil n'est pas assez puissant pour supporter cette mise à jour, qu'il y a une impossibilité technique et pourtant la raison est purement commerciale. Sans mise à jour, votre appareil va être tôt ou tard obsolète, car on va considérer que pour faire fonctionner la dernière version du logiciel Y, il faut impérativement la version 5 du système quand vous êtes malheureusement en version 4. Vous êtes face à un cas d'obscolescence, votre appareil est dépassé. Pour en revenir à la raison, celles évoquées par le constructeur sont souvent un prétexte, le véritable motif c'est de vous faire acheter un nouvel appareil pour que vous puissiez utiliser la version 5 avec quand même l'idée de vous faire acheter un suivant quand la version 6 sortira. 

On va parler d'obscolescence programmée lorsque celle-ci est volontaire, c'est un délit. Par exemple, on s'est aperçu que dans certaines imprimantes, on avait installé un petit composant qui bloquait l'imprimante passé un certain nombre de tirages. Il faut comprendre qu'il s'agit d'un enjeu de société. Imaginez que demain, on invente la machine à laver inusable, ou le rasoir qui ne s'émousse jamais, on signe alors la fin d'industries complètes. On a donc tout intérêt à ne pas sortir le produit parfait. Il faut dire qu'avec cet aspect logiciel, cela arrange bien les affaires des constructeurs, rien ne les oblige à passer à la version suivante et il est bien plus facile d'embrouiller les gens sur un numéro de version que sur une pièce qui s'use trop vite.

Comment casser cette spirale infernale ? Pour les ordinateurs, c'est assez simple, les Windows, système d'exploitation vendu avec, se suivent et se ressemblent. Un cycle de vie, une mise au placard et pas de possibilité pour l'utilisateur de passer à la version suivante sans payer une nouvelle licence ou acheter un nouvel appareil. C'est idiot, votre appareil fonctionne parfaitement d'un point de vue matériel, il suffirait donc de changer le logiciel par un qui veuille bien encore le prendre en considération cette vieille machine, c'est ce que fait Linux. Linux est un système d'exploitation gratuit et libre qui permet de remplacer votre Windows qui n'est plus mis à jour par un système qui propose l'équivalent en logiciels, des mises à jour, qui est sécurisé, qui possède de nombreuses autres qualités. Installer Linux n'est pas à la portée du premier novice en informatique, mais en lisant les nombreux tutoriaux disponibles sur la toile, on peut s'en sortir. Le cas échéant, de nombreuses associations proposent d'aider les gens, il suffit souvent de se rendre à l'une d'entre elles avec son ordinateur sous le bras. 

Pour le monde de la téléphonie mobile ou des tablettes, des ordinateurs hybrides, la situation est beaucoup plus tendue. Il n'existe pas à l'heure actuelle de façon simple de changer le système d'exploitation et pouvoir continuer à utiliser son appareil de façon convenable. La seule sanction, c'est de freiner l'achat, de maintenir son appareil le plus longtemps possible de façon à contraindre les constructeurs à entretenir les appareils, pour que la pérennité logiciel devienne un critère d'achat.

L'obsolescence est un fléau qui ne touche pas que l'informatique mais tous les domaines pour forcer les gens à consommer, c'est un gâchis conséquent qu'il faut impérativement éviter.

Pourquoi télécharger un logiciel ailleurs que chez celui qui le fait n'est pas une bonne idée ?

Rédigé par Cyrille BORNE 2 commentaires

Je m'appelle Kevin, j'ai 15 ans et mon professeur m'a demandé de rendre un devoir par ordinateur, il m'a dit que je pouvais télécharger le logiciel libreoffice, un programme gratuit et libre, je ne sais pas ce que cela veut dire libre, mais je sais que c'est gratuit. Je lance internet sur le poste de ma mère et j'utilise le portail yahoo qu'elle utilise sur son ordinateur, je tape libreoffice. 

Je prends donc en toute légitimité le premier site, car s'il est en premier c'est que forcément c'est le meilleur. Je suis les étapes qui me sont proposées en faisant tout de même attention à ce qui m'est proposé, l'installation de logiciels supplémentaires par exemple. 

J'obtiens un fichier du nom de libreoffice-4_1_2.exe dont voici les caractéristiques : 

Je fais un double-clic sur l'exécu ...

NON KEVIN !!! PAS ÇA !!!

Je viens certainement de sauver Kevin d'un virus, je ne le saurai pas étant donné que Wine n'a même pas voulu le lancer. Reprenons depuis le début. Le professeur de Kevin lui a dit que le logiciel était gratuit et libre, cela veut dire qu'il n'y a théoriquement aucune contrepartie, Kevin n'a donc pas à installer de programme supplémentaire. Pourquoi lui propose-t-on ceci ? Tout simplement parce que Kevin n'est pas au bon endroit, Kevin n'est pas sur le site officiel. Comment se fait-il alors que lorsqu'on tape libreoffice, le moteur de recherche ne m'affiche pas directement le site officiel ? 

Kevin ne possède pas de bloqueur de pub, sa recherche n'est pas neutre, elle comporte des annonces. Ces sites payent les moteurs de recherche pour figurer en tête de liste. Leur intérêt ? Si Kevin avait installé des logiciels supplémentaires, ceux-ci auraient permis de gagner de l'argent à la société qui édite le site d'une façon ou d'une autre : affichage de publicité, récupération de données personnelles etc ... Légal ? Oui parfaitement, Kevin fait le choix de ce qu'il installe, s'il se contamine ou s'il met un programme qui ne fait pas ce qu'il attend, c'est l'entière responsabilité de Kevin. 

Qu'aurait dû faire Kevin ? Tout n'est pas la faute de Kevin, le tort est partagé. Si Kevin avait eu un bloqueur de publicité, Kevin serait arrivé sur le site officiel et aurait pu télécharger le bon programme. La responsabilité principale porte sur l'enseignant qui aurait dû donner l'adresse officielle du site dans ses consignes. 

Lorsque vous téléchargez un logiciel, il peut paraître confortable de le prendre dans une de ces grandes fermes de logiciels où vous avez un court descriptif et le lien de téléchargement. Ce genre de site quelques problèmes : 

  • vous ne savez pas ce qu'il peut y avoir dans l'installateur du logiciel, il peut avoir été modifié et contenir des virus. Seul le site officiel vous garantit de savoir ce que vous télécharger en toute conscience.
  • les versions ne sont pas nécessairement les plus récentes
  • vous n'avez pas les informations pertinentes que vous trouverez chez l'auteur du programme
  • quelque part on vole du trafic, peut être de la publicité ou d'autres qui pourraient intéresser celui qui vous livre son programme. 

Quand on n'a pas de pétrole, un peu d'idée et des logiciels libres

Rédigé par Cyrille BORNE Aucun commentaire

Les logiciels libres ont quelques intérêts et notamment pour la majorité d'être gratuits. C'est faux, ils ne sont pas gratuits, car derrière il y a des développeurs, des serveurs, et tout une batterie de choses qui coûtent de l'argent et par le fait il faudrait payer, néanmoins on dira que vous pouvez télécharger ces logiciels gratuitement et légalement sans contrepartie. Dans l'éducation, plus qu'une lubie c'est une véritable nécessité, cela devrait être une obligation. 

  • si vous demandez aux élèves d'utiliser un logiciel payant, vous demandez aux familles de payer ou de pirater
  • si vous demandez aux élèves d'utiliser un logiciel payant, il n'aura pas forcément payé la dernière version et donc créer des problèmes de compatibilité et par le fait pousser à repayer.
  • si vous demandez aux élèves d'utiliser un logiciel gratuit mais pas libre, il est possible qu'il y est des contreparties. Pour exemple les gens qui font du partage de documents dans Google ont l'obligation d'avoir un compte Google, Google ne se prive pas de s'approprier les données personnelles.

Le logiciel libre permet donc : la gratuité, la possibilité pour chacun de travailler dans la même version et ne pas créer des anomalies lors d'un échange de documents, aucune contrepartie, le logiciel libre n'espionne pas et ne récupère pas de données personnelles. 

La liste que je donne présente des logiciels gratuits et ou libres, si vous pouvez le faire, n'hésitez pas à donner de l'argent, faire remonter des anomalies ou faire découvrir ces logiciels à votre entourage. La liste des logiciels que je donne est disponible pour Linux, peut être pour Windows, je ne le sais pas puisque cela ne m'intérêsse pas. 

La suite bureautique Libreoffice embarque un traitement de texte, un tableur, un logiciel de présentation, un logiciel de dessin. Elle permet de faire réaliser aux élèves la quasi totalité de la production bureautique de la quatrième au BAC sans avoir à rougir face aux produits Microsoft. Il ne faut pas confondre Openoffice et Libreoffice, Openoffice est le nom du projet initial, pour des raisons complexes, les développeurs d'Openoffice ont majorité quitté le projet pour créer Libreoffice. Il est recommandé d'utiliser Libreoffice. Il est à noter que Libreoffice embarque un éditeur complet pour réaliser des formules mathématiques ou chimiques avec un langage qui lui est propre. Par exemple 4 over 3 créera la fraction 4 sur 3. Il est possible d'acheter la barre d'outils dmaths qui rajoute de nombreuses fonctionnalités supplémentaires comme le tracé de figures géométriques, les tableaux de variations etc ... Il est à noter que pour produire un travail d'une qualité professionnelle, il vaut mieux s'investir dans le langage LaTeX.

Pour les professeurs de mathématiques, Geogebra fait partie des logiciels incontournables, il permet de réaliser des figures géométriques de façon dynamique, des courbes, du calcul formel et bien d'autres choses encore. La communauté Geogebra est particulièrement importante, il s'agit d'un logiciel très utilisé. Par le fait on va trouver de très nombreux tutoriaux sur la toile, mais aussi des fiches d'exercices ou d'applications toutes faîtes, directement utilisable en classe. Avec un fort engouement pour le logiciel, le programme est sorti du monde du PC pour être utilisé en ligne ou encore sur tablette et smartphone. 

Dans un tout autre domaine le site phet regroupe des milliers de simulateurs, avec lesquels il est possible de travailler en ligne ou en local. Dans les notables, Circuit Construction Kit qui permet de réaliser de façon simple des montages électriques sans débourser un centime. En effet le prix des mallettes pédagogiques pour avoir quelques composants comme les fils, les générateurs, les lampes et j'en passe coûte une véritable fortune. La simulation est bien faite, variée, permet même de voir la rapidité du déplacement des électrons selon le conducteur ou l'isolant placé dans le circuit, pas besoin de dépenser des fortunes pour faire de la physique ! On notera que de nombreuses simulations utilisent java ou flash dans le navigateur.

On voit souvent les élèves s'échiner à essayer de réaliser des organigrammes hiérarchiques avec un traitement de texte, ou un plan, essayer d'aligner correctement les cases ou s'agacer lorsque les flèches se déplacent seules lorsqu'ils font le retour chariot. En fait ils n'utilisent pas le bon logiciel, car dia est fait pour cela. Le logiciel est issu de the Gimp dans sa vieille interface, il n'est donc pas très agréable à l'oeil mais la prise en main reste quand même assez simple. Outre les nombreuses flèches et boites disponibles, des sets d'éléments sont disponibles pour réaliser des circuits électriques ou des réseaux. 

Fil RSS des articles de ce mot clé