Le Blog de Cyrille BORNE

Paysan de l'internet

Le réseau qu'il te faut

Rédigé par Cyrille BORNE 7 commentaires

Je pense qu'on peut affirmer sans trop se tromper qu'on a gagné perdu la bataille du libre. J'espère que vous admirez l'engagement. Le libre on a gagné la bataille technique de façon indiscutable, Linux est partout même dans Android, Libreoffice est utilisé par des tonnes de gamins, on peut dire qu'il ne doit pas y avoir grand monde qui dans sa journée n'est pas confronté à un logiciel sans le savoir d'ailleurs, mais comme tout le monde s'en fout je dirai que ça n'a pas grande importance. On a par contre indéniablement perdu la bataille sur deux fronts : la maîtrise, le librisme total. A une époque on avait des idées, à une époque on osait liberté, on avait envie de croire qu'on pouvait totalement échapper à la matrice et n'avoir que des solutions libres, aujourd'hui tu as un gars comme Nitot qui explique qu'on est traqué comme des bêtes mais que vous pouvez liker quand même sur Facebook. Pour avoir été un intégriste du libre, je peux vous dire avec du recul que c'est très très très con et que la véritable liberté c'est celle de pouvoir choisir. Ce n'est pas honteux d'avoir un facebook, ce n'est même pas honteux d'avoir un compte instagram, néanmoins on peut toutefois s'interroger sur la pertinence d'en avoir ou pas. Je termine tout de même ce que j'ai commencé, la maîtrise, on ne maîtrise rien, même le plus foufou des libristes quand il allume son ordinateur, il est pétri de technologies hardware propriétaires, les routeurs par lesquels il passe sont Chinois avec six ou sept tonnes d'espions et j'en passe.

Utiliser donc des réseaux sociaux ce n'est pas sale, mais à mon avis à un minimum de trois conditions :

  • en avoir une véritable utilité,
  • ne pas y être trop attaché
  • avoir du recul sur les contenus

Vous noterez qu'à pas grand chose on est dans le paradoxe. Si c'est vraiment indispensable, alors on ne peut pas s'en détacher. Je vous donne un exemple, je suis devenu utilisateur de Trip Advisor qui est le réseau social du "voyage", qui permet de commenter le resto, le musée, ou tout ce qui est en lien avec votre déplacement. Quel intérêt ? Il est double pour moi. D'une part quand je vais quelque part ça me permet d'avoir une opinion globale d'un lieu et c'est pas trop faux. D'autre part ça me permet de mettre en avant les endroits qui sont bien. C'est le nouveau Cyrille, je vois du positif en chaque chose, et c'est ainsi que j'ai valorisé une pizzeria dans mon coin qui est ouverte à l'année, ce que j'estime être l'équivalent d'un service public (voir mon baratin sur Saint-Pierre et l'enclavement à l'année). Le recul est forcément nécessaire et ce pour les raisons qu'on connaît. Ce sont les gens qui sont les plus mécontents qui gueulent toujours plus fort que les autres, certains se livrent réellement à un jeu de quilles tant le défouloir est intense, on voit d'ailleurs souvent les commerçants répondre et je trouve que c'est bien. Il s'agit d'un site commercial, qui doit gagner de l'argent, il y aura donc nécessairement des éléments que je ne maîtrise pas : est-ce que tous les avis sont mis en avant ? Est-ce qu'un commerçant peut faire supprimer des avis s'il monnaye ? Enfin, pas d'attachement particulier, si demain trip advisor disparaît ce n'est pas un drame en soi, on peut d'une part imaginer que compte tenu du créneau très porteur ce sera un équivalent, que d'autre part rien ne m'empêchera de passer la porte d'un restaurant à l'ancienne, en regardant simplement la carte. Ce qui est important ici c'est de comprendre que l'enjeu dans mon utilisation est minime, que contrairement au Nutella ou à Cyrille BORNE pour d'autres (j'ai les noms), demain je peux arrêter quand je veux.

Je n'ai pas de compte Facebook, je n'ai pas de compte Twitter, je n'ai pas de compte Linkedin, pinterest, je n'ai pas grand chose, en social j'ai github qui reste du social, tripadvisor comme précisé plus haut et humhub mon réseau social privé et puis j'ai surtout mon mail et mon téléophone. A une époque on invitait tout le monde dans ma fédération privée agricole à ouvrir des comptes Linkedin, c'est un mauvais calcul. La majorité de nos élèves ne feront pas des études longues et n'auront donc pas le réflexe d'aller s'inscrire sur un réseau où l'on a plutôt des cadres. Si on veut vraiment rester en contact, il paraît évident que c'est avec un compte facebook qu'on aura le plus de chances de taper dans le plus grand coeur de cible. Je pourrai par exemple envisager de créer un compte facebook mais de trier uniquement par intérêt mes élèves. Par exemple conserver dans mes contacts tous mes élèves de la filière viticole qui à terme reprendront l'exploitation parentale et seront donc des lieux potentiels pour placer mes futurs stagiaires. Avec un positionnement géographique tel que le mien, à savoir vivre à 50 km de mon lieu de travail, avec mon statut de professeur de mathématiques qui porte la casquette d'informaticien, je n'ai finalement que peu d'intérêt à me lancer là dedans, avoir un blog informatique a plus de sens, travailler mon réseau au sein de mon organisation a plus de sens, je n'ai donc pas à l'heure actuelle d'intérêt particulier dans les réseaux sociaux qui me sont proposés. D'autres bien évidemment, des ingénieurs qui sont dans une recherche d'emploi plus ou moins permanente, verront dans Linkedin un indispensable, les jeunes n'envisageront pas leur quotidien sans utiliser un compte snapchat ou facebook. Un professionnel quant à lui de la communication, ou disons quelqu'un qui a besoin de marquer son territoire sur internet ne pourra pas baser sa communication intégralement sur les réseaux sous peine de les voir disparaître et avec eux sa stratégie, si bien que l'internet tel que nous le connaissons n'est pas encore mort.

L'explication tu titre vient d'ici, il s'agit d'une chanson de Leeroy ancien de Explicit Samouraï et du Saïan Supa Crew.

A n’importe quelle saison, aux quatre points cardinaux
Quelque soit la façon j’ai le son qu’il te faut
Peu importe tes qualités, peu importe tes défauts
Qui que tu sois j’ai le son qu’il te faut

Cet article fait réfléchir, enfin c'est un bien grand mot, à son investissement chez les autres. Lorsque vous alimentez votre profil facebook, que vous échangez, vous partagez des photos, bien sûr vous travaillez pour vous mais vous travaillez aussi pour facebook et pas qu'un peu. Un réseau social tire sa force de ses contributions, de leur nombre, de leur qualité, de ce qu'on peut en tirer. Par extension, si vous faites le choix de participer à une communauté, d'alimenter son forum, d'alimenter son wiki vous vous placez dans une position qui est quasiment similaire, un peu comme l'oeuf ou la poule. Dans Facebook ou un réseau social en alimentant le réseau, vous vous "aidez" et vous aidez le réseau, en alimentant un site internet conventionnel, vous aidez le site et vous espérez que plus le site sera attractif, plus il y aura de monde qui à son tour viendra apporter sa pierre à l'édifice et potentiellement vous aider.

Ce qui précède peut s'appliquer globalement, à une nuance tout de même : l'engagement. Vous cultivez votre profil Facebook, vous travaillez pour facebook par effet de ricochet mais sans la ferme intention de rendre service à Facebook. Je cultive mon profil trip advisor pour mettre en avant des lieux que j'apprécie je ne le fais pas pour trip advisor. Si par contre vous alimentez un site, vous le faites pour le site si bien qu'on passe de l'autre côté du miroir : l'engagement.

Framasoft l'association de bolcheviques armés de taggliseur pour les gens à la pensée alternative vient de mettre son annuaire au goût du jour.

Pour tous ceux qui ont démarré le logiciel libre il y a plus d'une décennie, cet annuaire a été pendant un bon moment la référence pour ceux qui cherchaient un logiciel libre. L'annuaire est collaboratif et permet à tout un chacun de créer son compte et d'alimenter en fiches, afin d'enrichir le site. Des sites de ce genre il en existe à la pelle, notamment le très propriétaire, complet et international alternativeto.net. Si j'avais quelques intérêts à voir réussir le logiciel libre, si j'étais encore de la partie, alors je participerai certainement à ce nouveau portail pour renforcer la présence francophone de Framasoft, n'étant qu'un trolleur isolé vous comprenez que je ne ferai bien sûr absolument rien. Si par contre vous en êtes, que vous cherchez à vous engager, ce n'est pas la plus mauvaise idée.

Fil RSS des articles de ce mot clé