Le Blog de Cyrille BORNE

Paysan de l'internet

Quand on n'a pas de pétrole, un peu d'idée et des logiciels libres

Rédigé par Cyrille BORNE Aucun commentaire

Les logiciels libres ont quelques intérêts et notamment pour la majorité d'être gratuits. C'est faux, ils ne sont pas gratuits, car derrière il y a des développeurs, des serveurs, et tout une batterie de choses qui coûtent de l'argent et par le fait il faudrait payer, néanmoins on dira que vous pouvez télécharger ces logiciels gratuitement et légalement sans contrepartie. Dans l'éducation, plus qu'une lubie c'est une véritable nécessité, cela devrait être une obligation. 

  • si vous demandez aux élèves d'utiliser un logiciel payant, vous demandez aux familles de payer ou de pirater
  • si vous demandez aux élèves d'utiliser un logiciel payant, il n'aura pas forcément payé la dernière version et donc créer des problèmes de compatibilité et par le fait pousser à repayer.
  • si vous demandez aux élèves d'utiliser un logiciel gratuit mais pas libre, il est possible qu'il y est des contreparties. Pour exemple les gens qui font du partage de documents dans Google ont l'obligation d'avoir un compte Google, Google ne se prive pas de s'approprier les données personnelles.

Le logiciel libre permet donc : la gratuité, la possibilité pour chacun de travailler dans la même version et ne pas créer des anomalies lors d'un échange de documents, aucune contrepartie, le logiciel libre n'espionne pas et ne récupère pas de données personnelles. 

La liste que je donne présente des logiciels gratuits et ou libres, si vous pouvez le faire, n'hésitez pas à donner de l'argent, faire remonter des anomalies ou faire découvrir ces logiciels à votre entourage. La liste des logiciels que je donne est disponible pour Linux, peut être pour Windows, je ne le sais pas puisque cela ne m'intérêsse pas. 

La suite bureautique Libreoffice embarque un traitement de texte, un tableur, un logiciel de présentation, un logiciel de dessin. Elle permet de faire réaliser aux élèves la quasi totalité de la production bureautique de la quatrième au BAC sans avoir à rougir face aux produits Microsoft. Il ne faut pas confondre Openoffice et Libreoffice, Openoffice est le nom du projet initial, pour des raisons complexes, les développeurs d'Openoffice ont majorité quitté le projet pour créer Libreoffice. Il est recommandé d'utiliser Libreoffice. Il est à noter que Libreoffice embarque un éditeur complet pour réaliser des formules mathématiques ou chimiques avec un langage qui lui est propre. Par exemple 4 over 3 créera la fraction 4 sur 3. Il est possible d'acheter la barre d'outils dmaths qui rajoute de nombreuses fonctionnalités supplémentaires comme le tracé de figures géométriques, les tableaux de variations etc ... Il est à noter que pour produire un travail d'une qualité professionnelle, il vaut mieux s'investir dans le langage LaTeX.

Pour les professeurs de mathématiques, Geogebra fait partie des logiciels incontournables, il permet de réaliser des figures géométriques de façon dynamique, des courbes, du calcul formel et bien d'autres choses encore. La communauté Geogebra est particulièrement importante, il s'agit d'un logiciel très utilisé. Par le fait on va trouver de très nombreux tutoriaux sur la toile, mais aussi des fiches d'exercices ou d'applications toutes faîtes, directement utilisable en classe. Avec un fort engouement pour le logiciel, le programme est sorti du monde du PC pour être utilisé en ligne ou encore sur tablette et smartphone. 

Dans un tout autre domaine le site phet regroupe des milliers de simulateurs, avec lesquels il est possible de travailler en ligne ou en local. Dans les notables, Circuit Construction Kit qui permet de réaliser de façon simple des montages électriques sans débourser un centime. En effet le prix des mallettes pédagogiques pour avoir quelques composants comme les fils, les générateurs, les lampes et j'en passe coûte une véritable fortune. La simulation est bien faite, variée, permet même de voir la rapidité du déplacement des électrons selon le conducteur ou l'isolant placé dans le circuit, pas besoin de dépenser des fortunes pour faire de la physique ! On notera que de nombreuses simulations utilisent java ou flash dans le navigateur.

On voit souvent les élèves s'échiner à essayer de réaliser des organigrammes hiérarchiques avec un traitement de texte, ou un plan, essayer d'aligner correctement les cases ou s'agacer lorsque les flèches se déplacent seules lorsqu'ils font le retour chariot. En fait ils n'utilisent pas le bon logiciel, car dia est fait pour cela. Le logiciel est issu de the Gimp dans sa vieille interface, il n'est donc pas très agréable à l'oeil mais la prise en main reste quand même assez simple. Outre les nombreuses flèches et boites disponibles, des sets d'éléments sont disponibles pour réaliser des circuits électriques ou des réseaux. 

De la mauvaise gestion des images dans libreoffice et de la méconnaissance des élèves

Rédigé par Cyrille BORNE Aucun commentaire

Lorsqu'un élève travaille sur un document texte dans Writer et qu'on lui demande d'insérer une image dans son travail, son premier réflexe c'est d'aller sur Google, de faire la recherche sur imaginons "lol cat" de copier et de coller. Ce raisonnement est pour moi le bon d'un point de vue théorique, mais pas du tout d'un point de vue pratique. Deux problèmes se posent.

  • Les élèves ne savent pas ce qu'est une résolution d'image, une image tout court, et vont indifféremment prendre des images lourdes ou des images minuscules, sans comprendre que les petites vont pixeliser s'ils les étirent, que les grandes vont faire augmenter le poids du document.
  • En faisant un copier coller, c'est un lien qui va être établi vers l'image. Les élèves prennent directement l'image depuis Google et pas depuis le site, ce qui fait une espèce de redirection bizarre. La moralité c'est qu'au lancement de writer, libreoffice va pédaler complètement dans la semoule pour essayer de lier l'image depuis internet. Si la connexion internet est morte, l'image ne s'affiche pas, si bien sûr l'auteur du site sur laquelle est hébergée l'image a suicidé son site, on a perdu l'image. C'est d'ailleurs significatif du comportement des gens par rapport à l'informatique, cette mauvaise foi liée à la méconnaissance, les élèves pestent que l'ordinateur "rame" quand ils sont les instigateurs de leur propre malheur.

Avant d'aller plus loin, un peu de "technique" qu'il me semble important de faire passer aux jeunes. Une image est un ensemble de petits carrés qu'on appelle des pixels. Plus l'image est de qualité plus il y a de pixels, c'est pour cela que l'on définit souvent la qualité des images des appareils photos en nombre de millions de pixels. C'est assez réducteur d'ailleurs, pour ne pas dire attrape-couillon publicitaire, il n'y a pas que le nombre de pixels qui rentre en ligne de compte bien évidemment, la qualité de l'objectif, le talent :) etc ... Donc, plus on a de pixels plus l'image est de qualité mais plus l'image est grosse en taille et en poids. En effet comme le nombre de pixels n'est pas très parlant, on préfère parler de résolution, c'est à dire basiquement de longueur et de largeur. Une résolution d'écran standard actuelle affiche une image en 1920x1080 pixels, c'est à dire 2073600 pixels soit à la louche 2 millions de pixels. On peut donc s'interroger sur ce qui se passe quand une image fait 8 millions de pixels, on devrait s'attendre à ce qu'elle n'entre pas en entier dans l'ordinateur, c'est à dire une situation similaire à celle-ci :

Et pourtant l'écran affiche parfaitement l'image en entier (c'est rassurant d'ailleurs)

Cela signifie que votre écran réduit l'apparence de l'image pour qu'elle donne l'impression d'être plus petite mais en fait ce n'est absolument pas le cas, le poids de l'image est exactement le même. Notre première conclusion c'est qu'il est impératif de vérifier la taille réelle de l'image et par conséquent sa taille et son poids avant de l'introduire dans un document, de l'imprimer, de la publier sur le net. On peut distinguer trois cas de figure :

  • La diffusion sur l'internet qui ne nécessite pas une grande résolution d'images, sauf dans les cas particuliers comme les sites de wallpaper.
  • Les photos à imprimer, elles doivent avoir la résolution la plus importante afin d'avoir la plus grande qualité possible.
  • Les documents comme les rapports de stage, c'est le compromis. Il faut d'une part avoir une qualité suffisante pour l'impression mais pas trop importante pour pouvoir envoyer le document par mail.

Par le fait, lorsqu'on fait une recherche d'images, il faut toujours avoir en tête la notion de taille, et préparer cette image à un traitement avant de l'utiliser. En terme de dimension maximale, moins de 500 l'image est petite, au delà de 1920, on peut considérer que c'est grand. Donc dans ma recherche d'images avec mon moteur de recherche préféré, je fais attention à la taille, comme on peut le voir ci-dessous, je vais choisir une image de grande taille.

Si l'on regarde la taille de l'image du poney en 3904x2593 on arrive à un poids de plus de 6 Mo, c'est lourd. On va donc utiliser un logiciel pour redimensionner l'image, pinta par exemple.

Dans pinta, on va dans image puis redimensionner, je vais choisir de forcer la dimension la plus grande à 1280.

Le résultat est sans appel, on passe à 250 Ko c'est à dire qu'on a divisé par plus de 20 le poids de l'image sans profondément altérer la qualité pour un document.

Fil RSS des articles de ce mot clé