SNT – Localisation, cartographie et mobilité

13/07/2020 Non Par cborne

Alors que j’avais dit que j’arrêtais, je suis victime de l’effet Zeigarnik. On peut lire dans Wikipedia :

désigne la tendance à mieux se rappeler une tâche qu’on a réalisée si celle-ci a été interrompue alors qu’on cherche par ailleurs à la terminer. Le fait de s’engager dans la réalisation d’une tâche crée une motivation d’achèvement qui resterait insatisfaite si la tâche est interrompue. Sous l’effet de cette motivation une tâche interrompue doit être mémorisée mieux qu’une tâche achevée.

Wikipedia

C’est tout à fait moi, j’ai beaucoup de mal à m’arrêter dans quelque chose que j’ai commencé, c’est pour cela que parfois vous me voyez disparaître pendant des jours, jusqu’à ce que je finisse mon jeu sur PS4. Cela dit l’effet Zeigarnik, il va rester de côté pendant un temps, il va me rester la photographie qui n’est pas le plus compliqué à faire et les objets connectés mais j’attends ma carte micro:bit … micro:bit … Une micro:bit et je soulève le monde … Je ferai un topo quand j’aurai reçu ma … micro:bit et que j’aurai commencé à bricoler.

Voici le chapitre sur la cartographie, les GPS et la mobilité, ce n’est pas inintéressant comme sujet.

Le programme est totalement surréaliste, ça je crois que tout le monde l’aura compris, mais il part vraiment de quelques bons principes, notamment collaborer à openstreetmap. Et c’est ici qu’on voit que l’enfer est pavé de bonnes intentions. Voici ce qu’on peut lire dans une lettre du DANE de Lyon (Délégation académique pour le numérique éducatif). DANE, c’est d’ailleurs pas si loin de DANTE, voilà qui impose obligatoirement une réflexion sur l’enfer.

À la rentrée 2019, la réforme du lycée a introduit une nouvelle matière Sciences Numériques et Technologie avec une thématique sur la Cartographie. Dans le programme est inscrit la capacité attendue suivante :« Contribuer à OpenStreetMap de façon collaborative ». De récents événements se sont produits avec de très mauvaises contributions par des élèves. Ce message se veut donc une aide pour les enseignants afin de disposer de quelques bonnes pratiques pour travailler avec leurs élèves.

Des gens pas très contents de voir des gosses faire n’importe quoi

Voici ce qu’il faut comprendre. Openstreetmap n’a pas à priori de processus de validation ce qui pourrait devenir amusant. Si je ne me trompe pas, je pourrais mettre que mon lycée est un bar à chicha, si personne ne s’en rend compte, ça peut devenir rapidement tendu. Moralité, tous les gamins qui ont publié sur Openstreetmap ont vu leur modification ou leur rajout arriver en ligne. 600 000 élèves de seconde GT. Imagine public, alors que je suis un power user, que je viens de faire mon premier ajout sur Openstreetmap, nous y reviendrons plus loin. Est-ce que vous imaginez quatre secondes tonton Yoyo prof de maths depuis 1984 à qui on a filé le bébé sous prétexte qu’il est prof de maths et qui en très peu de temps est devenue professionnel de Python, administrateur réseau, programmateur de cartes micro:bit et maintenant mainteneur Openstreetmap. Forcément, faut pas s’étonner d’avoir de la casse, et ça confirme totalement ce que je pense de ce programme, trop vaste, trop complexe à maîtriser. C’est comme demander à un première année de médecine de faire une opération à cœur ouvert, faut pas s’étonner des dégâts. J’ose à peine imaginer une petite participation à Wikipedia mais ça c’est une autre histoire.

Bien évidemment comme je ne suis pas totalement fou, j’ai commencé à regarder ce qu’il était possible de faire simplement avec les élèves, pour leur donner la satisfaction personnelle de contribuer. J’ai vu qu’il était possible de faire des défis photos avec pic4review pour alimenter certains endroits. Certaines personnes ont monté des défis à travers le monde qui n’ont bien évidemment aucun rapport avec Pézenas et ses alentours, j’ai voulu me lancer dans un défi et j’ai voulu lancer un test sur Saint-Pierre.

Alors que nous sommes dans le niveau débutant de la contribution, je me retrouve avec une interface à laquelle je ne comprends rien, je n’ai pas réussi à aller jusqu’au bout, je renonce à la photo pour l’instant. Je suis allé sur le site officiel et j’ai cliqué sur modifier, j’ai eu très peur. Il est préconisé avec les élèves de rajouter des annotations ou de créer des points. La création de points n’est pas compliquée, vous choisissez ce que vous voulez créer, j’ai rajouté un défibrillateur à côté de l’office de tourisme de Saint-Pierre. C’est d’ailleurs assez saisissant sur mon village, tout est à faire ou presque. Cela peut vous sembler idiot, mais j’étais content de pouvoir contribuer. C’est facile, c’est rapide, on a la sensation d’avoir réalisé une bonne action, peut-être même sauver une vie. Alors pris dans mon élan, je modifie le Casino qui a changé de propriétaire il y a deux ans en Spar. Et bien évidemment comme la bulle de Saint Pierre a été enfouie, je signale qu’il n’y a plus d’eau. Je vous le montre d’ailleurs en vrai, même si ça n’aidera pas ceux qui ne connaissent pas le coin.

Alors moi tu le sais, je suis comme un enfant, je veux tout, tout de suite et c’est bien normal parce que je le mérite. Je viens de contribuer, je veux que ça apparaisse. Alors oui, je peux comprendre effectivement que ça ne se fasse pas en cinq minutes, mais au moment où j’écris ces lignes, cela fait je pense quasiment huit heures que j’ai apporté les modifications, elles ne sont toujours pas en ligne même si l’historique confirme que j’ai bien porté ces modifications.

Il apparaît que la question « pourquoi j’ai fait des modifications et qu’elles n’apparaissent pas » soit devenu un grand classique de l’internet, surtout en anglais parce que la communauté openstreetmap francophone n’a pas l’air très active. La réponse ultime se trouverait ici avec quelqu’un qui fait la demande d’explication quand ses modifications apparaissent parfois en quelques minutes quand d’autres ne sont pas apparues en … plusieurs mois. C’est de l’anglais, ça ne m’a pas l’air franchement très clair, mais c’est une question qui revient de façon récurrente, et tous les CTRL F5 du monde ne font pas apparaître le Spar de Saint-Pierre à la place du Casino.

Je veux bien être un gamin, un type impatient, faire preuve de mauvais esprit, mais j’ai quand même tendance à connaître le jeune que je pratique depuis des années dans le cadre de mon métier. Le jeune quand tu vas lui expliquer que les modifications qu’il va apporter à la carte il n’est pas sûr d’être vivant pour les voir, ou qu’elles ne serviront à rien parce que le temps que ça apparaisse, ça aura changé trois fois de propriétaire, tu escroqueras le jeune une fois mais pas deux.

En plaçant ce message ici, je me doute que je vais avoir une réponse et certainement du support parce que j’ai encore un fond de notoriété, mais quand même. Comment voulez-vous donner envie aux gens de contribuer au libre quand ça n’a pas de fonctionnement normal, quand c’est compliqué, quand l’aide est en anglais. Une fois de plus faut pas s’étonner que les gens utilisent Google Maps plutôt qu’openstreetmap. Et forcément je vois des gens s’insurger derrière leur ordinateur en criant mais quel connard ce Cyrille BORNE, encore en train de cracher sur le travail de milliers de bénévoles qui cartographient avec leur sang pendant des heures et des heures au service de la communauté.

Oui, Cyrille BORNE le dit encore une fois de plus, la liberté logicielle, le bénévolat ne dispensent pas de la facilité, de l’utilisabilité, et si ces critères arrivaient de temps en temps en haut de la liste on arriverait certainement à avoir davantage de contributeurs. Avec mon côté maniaque et l’effet Zeigarnik on se doute que j’allais commencer à faire l’openstreetmap de Saint Pierre. Curieusement je suis un peu échaudé, même si mes modifications apparaîtront dans un jour, un mois une semaine, une année, et je me dis que je ferais mieux d’aller chasser les Pokemon et adapter mon cours dessus, ce sera certainement plus fiable.

Ce coup-ci c’est la bonne, je fais une pause, je pense que j’ai pas mal bossé pour un début de vacances, enfin un quart si on regarde le calendrier, je vais profiter un peu malgré l’effet Zeigarnik parce que je commence à saturer. Content tout de même d’avoir pas mal avancé et produit.