Retour au front le 11 mai … ou pas

13/04/2020 Non Par cborne

L’allocution du président, je dois vous le dire particulièrement surpris. Alors que le midi-libre qui est au journal papier ce que le journal de Jean-Pierre Pernaut est au JT, Coronavirus : Macron annoncerait un confinement jusqu’à mi-mai et pas d’école jusqu’en septembre, une rumeur de source sure, je ne m’attendais absolument pas à un retour en classe avant la rentrée du mois de septembre.

Quelques arguments qui plaident en ma faveur et que ne manqueront pas de mettre en avant les syndicats et certainement les médecins qui ont dû être horrifiés devant leur télé. Vous pouvez d’ailleurs parier que tous les gars qui ont craché sur la période de confinement en déplorant la perte des élèves seront les premiers à crier haut et fort qu’on nous envoie à la mort et que c’est un scandale sanitaire.

Absolument pas dans l’ordre :

  • Les enfants sont incapables de respecter le moindre geste barrière. Dès qu’ils se voient ils se font des câlins ou se mettent des tartes dans la gueule.
  • Les enfants sont incapables de respecter le moindre geste barrière. Dès qu’ils vous voient ils vous font un câlin.
  • Les adolescents sont incapables de respecter le moindre geste barrière. Déjà laver un garçon relève du miracle, lui faire laver les mains une épreuve de force. Les adolescents passent leur temps à se faire des câlins, se taper dans la gueule ou s’agglutiner en grappe autour de leur smartphone.
  • Dans un établissement scolaire quand tu fais le calcul que tu as 20 chiottes pour 700 paires de fesses, tu te doutes bien que ça va en faire des litres de gel hydro-alcoolique que tu n’as pas.
  • Dans un établissement scolaire si tu fais le compte qu’il faut en gros 3 mètres carrés par élève pour respecter la distance sociale, ça fait des classes de 90 mètres carrés sans compter la place pour le prof qui n’aura pas de vitre en plexiglas comme la caissière de chez Leclerc. L’ambiance d’une salle de classe c’est plutôt ça :
  • Un élève c’est un gamin qui a au moins un parent. 11 millions de gamins qu’on va remettre en circulation. Et quand je dis en circulation, je parle au sens propre. Donc tu les recolles ensemble dans le bus ou avec leurs parents bien évidemment. Je te dis pas les cochonneries que ça va te ramener à la maison et je te dis pas comment tu le fais tourner ton virus.
  • Rajoutons maintenant à cela deux aspects qui mélangent la pratique et la psychologie. Avec certains parents qui ne voudront pas ramener le virus chez eux et qui auront beaucoup de mal à considérer qu’on passe d’une situation de confinement total à celui d’un open bar complet sauf pour les bistrots et les restaurants où l’on peut avoir beaucoup plus d’espace entre les clients que dans une salle de classe, seront-ils nombreux à envoyer leur gosse à l’école pour un mois et demi de scolarité ?
  • J’ai des collègues diabétiques, qui ont des problèmes de tension artérielle, certains sont hypocondriaques. J’ose à peine imaginer la situation de tension dans les classes quand on aura la suspicion de contamination.

Je suis très étonné par cette annonce et je suis d’autant plus étonné par la phrase suivante :

« A partir du 11 mai, nous rouvrirons progressivement les crèches, écoles, collègues, lycées. C’est pour moi une priorité car la situation actuelle creuse les inégalités. Trop d’enfants, notamment dans les quartiers populaires, dans nos campagnes, sont privés d’écoles, n’ont pas accès au numérique et ne peuvent être aidés de la même manière par les parents. Les inégalités de logement, entre familles sont encore plus marquées »

Notre bon président

C’est pour ma part très hypocrite parce que les inégalités étaient déjà présentes bien avant, elles seront présentes bien après. Le président voudrait presque nous faire croire que l’ascenseur social est au point. Il le sera quand on aura un jour un président qui aura été boursier pendant toute sa scolarité. Les gamins qui ne suivent pas actuellement, sont les mêmes que les parents ne mettaient pas à l’école souvent, sans justificatif d’absence, parce que l’école n’est pas importante. J’ai donc du mal à comprendre qu’on se soucie désormais de ces pauvres gosses, quand il faudrait déjà multiplier les signalements, quand les contrats jeunes majeurs ne devraient pas s’arrêter à l’âge de 21 ans mais laisser l’opportunité à ces jeunes dans des situations difficiles de réussir.

Je vois pour ma part trois explications qui peuvent être rationnelles par rapport à ce discours dans un contexte assez particulier. La population jeune est la moins sensible au virus, tu remets tous les gosses ensemble ça fait circuler le virus pas trop méchamment et ça fait monter l’immunité naturelle. Tant pis pour les pertes. Je le dis froidement, même si je sais que la perte ça peut être moi, ma femme ou mes gosses qui sommes aux premières loges, la fameuse première ligne, mais à la guerre comme à la guerre. Il y a un journaliste ou un gars qui est intervenu sur BFM, vous me direz que ce n’est pas une référence, qui a tenu des propos très durs mais plein de bon sens. En gros il expliquait que si on ne reprenait pas rapidement, l’état qui pour l’heure sort des milliards, jouait la carte de l’urgence maintenant, et que dans un an ou moins, on aurait une guerre civile avec des gens qui crient famine. Et d’étayer son discours en disant que pendant les guerres on ne comptait pas les morts sur le front.

La remobilisation des troupes. Si on fait une annonce pour dire qu’on rentre en septembre en ayant dit que les notes de confinement restent à confinement sans donner les détails de la quantification de la fameuse assiduité, on a plus rien. Car quand Jean-Michel notre bon ministre dit qu’on a perdu 5% d’élèves, il oublie d’évoquer le rendu quand il a lieu par ceux qu’on n’a pas perdu, et la qualité qui va avec. Une reprise le 15 mai, forcément ça fait méditer un peu le gosse en se disant qu’il a peut-être intérêt à s’y mettre, surtout si on fait des conseils de classe tardifs. Enfin, la dernière explication va dans le sens de l’intervenant de BFM. Il faut que l’économie reprenne, et quand tu as les gosses dans les pieds, tu peux pas bosser parce que Kevin et Kevina âgés de 4 et 7 ans respectivement, ne sont pas capables d’ouvrir une boîte de salé aux lentilles, à leur plus grande honte.

Et si on pousse le raisonnement de notre président jusqu’au bout, qu’on met en parallèle à celui de Jean-Michel, cela voudrait finalement dire qu’on reprendrait l’école pour les 5% de décrocheurs quand tout va bien pour 95%. Il aurait fallu prendre le problème à l’envers et mettre les moyens pour faire raccrocher les 5%, et laisser tout ce beau monde finir son année virtuelle en précisant bien mieux la notion d’assiduité. Trouver des ordinateurs, payer des forfaits 4G illimités pour les familles qui sont dans le besoin, plus économe, moins dangereux, plus « sanitaire » quand se dessine ici une reprise « économique ». N’étant pas spécialiste, et partant du principe qu’il y a certainement des gens plus intelligents que moi qui nous dirigent, les mêmes qui nous ont fait voter (sic), je serais bien évidemment au boulot le jour où on rentrera, la fleur au fusil comme les soldats de la guerre de 14-18 sapés en bleu et rouge.

Un prof qui va combattre le virus !

La date du 11 mai me paraît pour ma part totalement illusoire et j’espère que quelqu’un fera remarquer le gros bordel que ça va être dans des écoles qui ne sont pas conçues pour avec un public qui n’est pas conçu pour. Dès qu’il va y avoir des cas dans l’établissement, fermeture de l’établissement, on va jouer à ça pendant combien de temps ?

Alors dans ce temps où tout paraît très incertain, je vais de plus en plus jouer la carte du low et du slow. J’écrivais dans un de mes derniers billets que les supers outils de la mort Microsoft c’était super rigolo mais pas du tout interopérable, que la mobilisation des collègues c’était compliqué, je vais me focaliser sur les bonnes vieilles solutions que sont Libreoffice par exemple et qui sont respectueuses de la RGPD. On a pas mal échangé dans le forum des bons pères de famille sur les solutions utilisées, vous avez même pu me voir passer de snap à discord pour arriver à Teams, l’officiel. On y est, mon chef a envoyé un document aujourd’hui sur la dangerosité de Zoom. Comme je l’ai écrit, ça commence à se réveiller, et c’est dommage qu’on coupe l’herbe sous le pied de quelque chose qui commençait à peine à éclore, la prise de conscience qu’on ne peut pas utiliser n’importe quel logiciel. Dommage, quelques mois de plus et on aurait pu enfin avoir de véritables habitudes, elles n’arriveront pas. Pour ma part je n’utiliserais plus aucun service nécessitant un enregistrement d’élève, ce que j’ai fait à tour avec Adobe Spark. Faut que je regarde si on trouve des choses similaires sur PC ou en service sans inscription.

Et comme je suis dans une phase de restructuration, j’ai supprimé mon compte Facebook aujourd’hui. Deux raisons : lassé de voir de la merde circuler en boucle. Le fait que la totalité des gens en relation sont des gens qui font partie ou ont fait partie de mon milieu professionnel sauf Gilles avec qui je vais devoir expérimenter de nouveaux moyens de communication sauf s’il fait l’effort de s’inscrire sur le forum.

Avec cette période, j’ai réalisé que le maintien du contact avec les anciens élèves c’est sympa, mais finalement ça n’apporte rien. C’est sec dit comme ça mais c’est vrai. Si à un moment un élève s’intéresse, il n’est pas compliqué de me trouver sur la toile, d’envoyer un mail et d’échanger un numéro de téléphone, un rendez-vous à un café. Facebook, les réseaux sociaux biaisent finalement les relations et poussent faible effort. Mieux vaut moins mais mieux. J’ai réalisé que j’avais une forte proportion de mes collègues de boulot et que j’échangeais pour le boulot avec eux, et quasiment uniquement pour le boulot. Nous ne sommes pas des amis, de simples collègues. Si j’ai besoin de communiquer, j’ai le mail, et pour certains avec qui j’ai de vrais relations, j’échange par SMS ou on s’appelle.

Je considère aussi que c’est un nouveau défi pour moi, de redécouvrir l’internet à l’ancienne, je viens de m’inscrire à la newsletter du site de mon village. Je vais aller chercher l’information des préfectures de l’Hérault et de l’Aude autrement, Facebook était pour moi une bonne source d’infos locales. Tant pis pour le Facebook Market, je passerais par le boncoin ou ebay.

Si je dois faire la synthèse de mes réseaux, de mes moyens de contact :

  • Pour la partie professionnelle, je vais continuer à regarder d’un œil Yammer, mais comme il ne se passe rien, ce n’est pas prenant. Je vais continuer à utiliser Teams parce que la présence d’un enseignant dans une période comme celle-ci me paraît importante. Je ne me fais que peu d’illusion sur la poursuite de l’expérience, à fortiori si nous rentrons à mi-mai. Le mail professionnel et mon numéro de téléphone bien sûr.
  • Pour la partie personnelle, SMS, téléphone, mail, le forum.
  • Il ne me reste donc plus qu’en service propriétaire Youtube que j’utilise à but professionnel, comme un stockage plus qu’autre chose.
  • J’aurais donc passé et trépassé dans cette année 2020 : Facebook, Snap, Instagram, Discord, Messenger.

À chaque jour suffit sa peine, je viens de relancer la PS3, une façon comme une autre aussi de faire de la Low tech. À noter que moins de temps perdu dans Facebook, plus de temps pour faire d’autres choses. Je regarde pas mal de vidéos Youtube, en ce moment c’est Horizon Gull, ça fait un peu réfléchir.

Edit : même pas deux heures après l’intervention du président : Coronavirus : la réouverture progressive des écoles à partir du 11 mai inquiète les syndicats d’enseignants