Repenser ses usages de l’internet

01/07/2018 Non Par cborne

Comme vous avez pu le voir ici ou , les collègues blogueurs ont fait de la publicité pour le forum. Le sous-titre actuel c’est le forum des bons pères de famille, c’est encore parti d’une boutade, mais c’est assez représentatif de ce que nous sommes dans ce forum, des pères de famille, des hommes dans la quarantaine, parfois un peu plus, parfois un peu moins, qui gèrent des tas de problèmes du quotidien de l’informatique bien sûr, de la maçonnerie, de l’automobile et j’en passe comme les camions à caca. Il faut reconnaître que les choses se passent plutôt bien et pour quelques raisons, nous partageons pour beaucoup des vies similaires, on est au moins cinq profs déclarés sur le forum, pour certains nous nous connaissons depuis 2000, nous sommes issus de la communauté DivX du piratage des vidéos. Oui, il y a prescription aujourd’hui, mais pour beaucoup nous nous sommes rencontrés pour d’obscures raisons de piratage, nous n’étions pas à savoir quel film télécharger mais comment convertir des DVD empruntés dans les bibliothèques en DivX. Nous avons grandi ensemble, vieilli maintenant et pour beaucoup nous connaissons nos principes de fonctionnement. Enfin ce sont surtout eux qui connaissent les miens, j’ai éclaté le forum une bonne dizaine de fois, c’est la première fois que j’arrive à une véritable satisfaction quant à l’outil, le forum vanilla qui propose du responsive, une structure moderne sous forme de discussions qui compte tenu de la taille du forum est plus cohérente que les subdivisions en cinquante catégories qui ne correspondent plus à l’air du temps. Les forums sont morts pour de nombreuses raisons, l’aspect technique en fait indéniablement parti, comme le fait remarquer Cascador sur Blog-libre, un outil pourri c’est un outil pourri, il a beau être libre, si c’est pourri, c’est pourri et donc pas attractif. On a besoin d’avoir de bons outils, c’est à nous ensuite de les utiliser pour faire de bons contenus.

J’ai évoqué ma communauté historique, il est important d’évoquer les gens qui s’y sont raccrochés depuis quelques années, notamment des blogueurs. Si mes collègues Denis et Cascador ont spontanément réagi en faisant un coup de pub, c’est qu’un Denis à fort caractère, qui a du mal avec les communautés arrive à échanger chez moi parce qu’on correspond au profil, on a tous passés l’âge ou presque de se chercher querelle. Je vous invite à lire ce thread qui est particulièrement intéressant, et qui pour ma part est représentatif du forum, on n’est pas forcément d’accord avec la façon de faire de l’autre et pourtant on la respecte. C’est un sujet qui m’a poussé à la réflexion, on pourrait la placer dans une copie de BAC, est-ce que la fin justifie les moyens, parce qu’on fait une bonne action, peut-on prendre toutes les libertés ? En un an je n’ai modéré personne et c’est une satisfaction personnelle. Alors que les commentaires étaient illisibles, puants, le fait d’avoir posé une barrière avec une inscription, de ne pas avoir nécessairement un commentaire pour les billets, a complètement changé la donne, pari donc réussi pour quelqu’un qui était désireux d’échanger. L’outil a indéniablement son importance, le forum est fait pour les échanges, quand les commentaires se transforment en échanges complexes, avec parfois plus d’une centaine de commentaires sur des sujets polémiques, on n’échange plus, on ne s’écoute plus, on fait du monologue, l’idée étant de poser sa pierre ou sa pèche sur un édifice qui ressemble plus à un tas de merde après le passage de ses commentateurs qu’une prose. Je pense sincèrement, avec une pratique de blogging qui s’étale sur plus d’une décennie que le commentaire est une des plaies du web.

Cascador est content sur mon forum et ça s’explique. Au départ il n’était pas très chaud, le problème de l’article fermé, et puis finalement je pense que comme tout le monde il apprécie l’ambiance pépère, l’ambiance d’échange, le fait aussi de retrouver des collègues, Iceman fait partie des piliers de bar, on y croise Odysseus aussi qui comme vous avez pu le constater est de retour, il est l’auteur de la bannière et de ce logo très classe.

Pour la petite histoire, le coup de la licorne c’est issu de mes classes. J’ai beaucoup de filles en cours, et quand elles ne comprennent pas, on fait des calculs avec des licornes. Allez faire comprendre que 2x+3x=5x c’est difficile mais si vous demandez combien ça fait 2 licornes + 3 licornes, vous avez la solution directement. On peut tout faire avec des licornes, c’est classe. Je suis content qu’Odysseus rebondisse, il comptait remballer son crayon, mais il fait comme nous tous, il fait son chemin, on a des doutes, des interrogations et puis on commence à avoir quelques certitudes, je suis dans cette période.

N’allez pas croire que du fait que ça devienne un peu le bistrot de certains blogueurs, il y a intention de fédérer quelque chose. Vous noterez d’ailleurs que le forum c’est celui de sa seigneurie Cyrille BORNE, c’est mis en gros, en évidence, ce n’est pas le forum des blogueurs qui parlent de temps en temps du libre, c’est chez moi. Il ne s’agit pas de dire c’est chez moi, pour faire le patron, le responsable, nous sommes 20 à avoir les droits d’administration sur le forum, 20 personnes que je connais depuis plus d’une quinzaine d’années et qui peuvent gérer la boutique sans moi, qui savent ce qu’il y a à faire si je ne peux pas être devant un écran. Il s’agit donc d’un collectif mais identifié sous ma bannière et je trouve que cela a son importance car on sait directement à quoi on s’attend quand on vient chez moi. Je pense que c’est ici tout l’enjeu de l’internet d’aujourd’hui et de l’internet de demain, un point d’ailleurs qui fait partie du référentiel d’informatique de troisième, savoir si ça vaut bien la peine d’utiliser tel réseau social plutôt que tel autre, savoir pourquoi on en est, est-ce que cela a du sens.

Malgré la désaffection logique et légitime des jeunes pour Facebook, ils vont continuer à en être, ils continuent d’en être pour une simple raison, la possibilité de suivre leurs activités, certaines personnes, la facilité de connexion du réseau. En gros Facebook c’est le site internet du non geek, sa bitte d’amarrage. Le jeune va donc en mettre un peu sur instagram, beaucoup sur snap qui lui permet d’avoir la liberté de faire n’importe quoi loin des parents et il aura besoin de Facebook comme j’ai besoin de mon mail. Je vous décris ici un usage que je vois, que je vis, je communique de plus en plus avec mes élèves par Facebook, d’une façon que je gère de mieux en mieux, car à 43 ans, avec une pratique assidue des débuts de l’internet, c’est uniquement maintenant où je commence à comprendre, à me sentir à l’aise. Quelques exemples :

  • Dans Facebook je mets un peu de vulgarisation informatique, je n’inonde pas avec le logiciel libre car cela n’intéresse personne. La technique c’est pour le blog ou pour le forum
  • J’arrête de balancer la correction des sujets de DNB ou du BAC sur le blog, car le public qui est intéressé ce sont les élèves qui veulent savoir s’ils ont réussi. Je sais qu’ils étaient d’ailleurs nombreux à regarder s’ils avaient juste ou faux depuis mon compte. La réflexion à faire, c’est de se dire que j’aurai pu le faire sur le site du lycée, c’est une réflexion que je mets sous le coude. Je vois déjà au moins un premier problème, je serai seul à le faire, ce qui casse l’initiative.
  • Je vais certainement faire des liens depuis Facebook vers des articles de blog sur la calculatrice Numworks du fait d’avoir des élèves qui à la rentrée prochaine seront utilisateurs.

Je suis dans une phase entamée il y a quelques temps suite à ma série d’échecs nombreux et cuisants dans tous les domaines de la collaboration où je remets tout à plat, où je repense tout et où j’ai raison de le faire. Cascador flippe de voir tout le monde mourir, il s’écœure un peu des comportements des uns et des autres, des comportements individualistes notamment, des trolls, et j’en passe, pourtant tout n’est pas fini à partir du moment où chacun commence à faire son job. Cascador fait son job et il le fait plutôt bien, de façon simple, en participant à nos blogs respectifs, en commentant, en remontant les fautes de français comme il le fait à chacun de mes articles. Car l’enjeu que je décris plus haut, pourquoi être sur Facebook, pourquoi être sur mon forum, c’est avant tout un enjeu de participation pertinent. De ma phase d’échec, j’en sors une grosse lucidité, et surtout un véritable recentrage de mes priorités. A qui je me dois ?

  • je me dois en priorité à ma famille et mes amis, c’est une évidence.
  • je me dois à mes élèves, je pense que si on nous confie l’avenir des gosses ce n’est pas pour qu’on se dise adieu quand l’année est finie. J’avais l’un de mes élèves qui était présent au lâcher de percussions de Saint-Pierre la Mer dans un orchestre de Batucada, je suis allé le saluer. Comprenez qu’il ne s’agit pas de sacerdoce, d’obligation, mais de plaisir dans la mesure du raisonnable. Je n’ai pas mis beaucoup d’images alors je vous mets un intermède musical.
  • je me dois à certains de mes collègues, que je ne considère pas comme des amis car c’est autre chose mais de très bons camarades. Je prends du plaisir à bosser avec eux, cela se sent d’ailleurs chez nos élèves qui ne sont jamais choqués de nous voir parfois intervenir à plusieurs en même temps dans la même classe. Je vais modifier ma progression d’informatique pour l’adapter à mes collègues d’ESC, pour l’oral du DNB pour faire réaliser les présentations type powerpoint dans mes cours, un exemple parmi d’autres.
  • je me dois à mon lieu de travail de façon générale, j’ai changé dernièrement toutes les machines du CDI pour faire propre, pointer toutes les installations des machines. Sur la photo ci-dessous vous pouvez voir du Debian monté sur un joli optiplex. J’aime arriver dans un lieu où c’est propre et rangé, je me dis que si je me sens bien, les autres se sentiront aussi bien.

  • je me dois aux gens qui sont corrects avec moi. J’évoquais mon commerçant à qui je ramène des vieilles tours pour qu’il fasse son beurre ou mon légumier qui vient se cailler sur la pièce de Saint-Pierre seul au mois de décembre.
  • je me dois aux gens que je trouve qui ont de l’importance pour moi sur internet. Pas les associations, pas les communautés, les individus. Je fais désormais même si c’est difficile, de participer aux commentaires d’un billet de blog qui me paraît pertinent.

Je partage pleinement le constat de Cascador, il faut resserrer les rangs, ce n’est pas forcément un planet-libre qu’il faut faire mais un cercle, comme à l’époque, une espèce de label de gens qui répondent plus ou moins aux mêmes critères. Dès qu’on pense à un cercle, on voit quelque chose de fermé, quelque chose de sectaire, j’ai envie de présenter ceci plutôt comme une ronde de gens qui se tiennent la main, une ronde qui ne demande qu’à s’agrandir.

Pour l’heure le constat c’est qu’il ne reste plus grand monde, je vais faire l’effort de m’intéresser à ceux qui restent, pour au moins qu’ils sachent qu’ils sont encore lus, vus, appréciés. Je pense qu’ici le mot le plus important c’est plaisir, tout comme j’ai plaisir à vous écrire, j’ai plaisir à faire mon job, il faut aller dire aux gens qui écrivent encore qu’ils nous font plaisir. Il y a assez d’obligations dans le quotidien pour s’en remettre des couches, aujourd’hui je prends les choses comme elles viennent sans contrainte, juste avec plaisir.