Bloqueur de pub, bien ou pas bien ?

Rédigé par cyrille - - 1 commentaire

Cet article n'aura peut être plus de sens dans dix ou quinze ans mais pour l'instant en 2016, la guerre fait rage entre les sites qui veulent de la pub et les gens qui la subissent. Comment tout cela a commencé ? 

Il y a quelques années, l'équation était assez simple. Une régie publicitaire, un nombre d'affichage, plus on affichait plus la régie publicitaire donnait de l'argent, si on cliquait on avait encore plus d'argent. A cette époque se sont posées certaines bases malsaines de l'internet, les pubs souvent de mauvais goût, clignotantes, transformaient les sites internet en arbre de Noël. Ralentissement de la page du fait de l'utilisation de la technologie flash, du son qui criard qui sortait de façon intempestive, les webmasters en ont usé et abusé pour gagner de l'argent avec leur site web. Avec les nouvelles technologies, on a de façon systématique une parade à tout, une nouvelle protection sort, quelqu'un la contourne, des pubs polluent le net, on invente le bloqueur de pub. Le plus célèbre d'entre eux adblock a même fini par donner son nom à tout logiciel bloqueur de pub, le adblockeur. 

Avec une publicité très agressive, il était normal que l'adhésion à ce type de logiciel soit rapide, très rapide, tellement rapide que les sites ont commencé à perdre de l'argent, à ne plus en gagner. Il y a donc eu nécessairement une prise de conscience du côté des webmasters, à savoir qu'ils avaient quand même un peu forcé la dose et de revenir à des sites plus raisonnables, une publicité plus discrète. Malheureusement le mal étant fait, l'adhésion aux logiciels continue au point de mettre en péril le système de monétisation des sites et là c'est le drame. 

A l'époque, on ne se posait pas trop de questions sur l'argent et l'internet. Un grand journal avait un site internet car il fallait avoir un site internet, mais c'était le journal qui produisait les recettes, le site un déficit la plupart du temps. Avec le déplacement vers le net et l'abandon de la presse écrite, la tendance s'est totalement inversée et il devenait impératif de gagner de l'argent avec l'internet. Comment faire payer des gens qui ont pris l'habitude de ne rien payer et de trouver toute l'information gratuitement ? La publicité du fait d'être bloquée devient de moins en moins rentable, par le fait, certains sites tentent l'abonnement ou le modèle premium mais nombreux sont ceux qui échouent, car sur internet on s'y tient, on ne paye rien. Des fusions, des disparitions, et donc une raréfaction des sites internet. 

Quand l'internaute pensait qu'il lui suffisait de passer à l'autre site, en cette année 2016, on se rend compte que l'autre site ... ben il n'y est plus. Ainsi quand les sites étaient jusqu'à maintenant à la merci de l'internaute, ici encore on assiste à une inversion, c'est le site internet qui a le pouvoir. De gros journaux comme Bild numéro 1 de la presse allemande se permet de tenter sa chance le premier : l'internaute paye ou accepte la publicité qui lui est proposée, le site détecte le bloqueur de pub et refuse alors d'afficher la page. Bien sûr, comme précisé plus haut la parade existe et même si elle peut paraître saugrenue dans son appellation, les gens essaient encore de contourner avec des bloqueurs d'anti bloqueurs afin de pouvoir continuer à consulter le site, mais la réflexion ne doit pas s'arrêter à une utilisation technique et quelque part désespérée. 

Certains sites n'ont pas lancé leur modèle payant et continuent de croire dans le modèle publicitaire. Il y a le désagrément qu'on connaît avec des publicités à l'écran, mais plus discrètes du fait qu'on a quand même compris la leçon, on va même jusqu'à placer des messages de culpabilisation de l'internaute pour lui faire comprendre que bloquer la seule ressource d'un site internet c'est mal. Mais il y a un autre désagrément, plus insidieux, la ligne éditoriale du site peut avoir été achetée par une entreprise si bien qu'on voit fleurir bon nombre d'articles dits sponsorisés pour mettre en valeur tel ou tel produit. La logique d'ailleurs pousse à penser que le site qu'on paye est plus neutre que le site gratuit car il n'est pas influencé par les entreprises publicitaires. Dès lors l'internaute ne peut dégager sa responsabilité dans le phénomène car si à une époque on pouvait dire que la pub rendait le site illisible, ce n'est plus totalement vrai aujourd'hui même si de nombreux sites voient leur temps d'affichage multiplié par dix avec ou sans pub. Faut-il continuer à utiliser un bloqueur de pub sans s'interroger sur la façon dont va vivre le site et continuer quelque part à être un parasite, et profiter de la gratuité du site sans aucune contrepartie ? 

La question est posée :)

1 commentaire

#1  - Zorglub a dit :

Je suis persuadé qu'on va s'acheminer vers la solution des sites de presse payant. Le papier va se vendre de moins en moins, certains journaux je pense l'abandonneront même totalement et là pub ne suffira pas à payer les journalistes.
Ceux qui ne voudront pas payer devront se contenter de sites faisait des copié collé de dépêches d'agence. La solution est peut être dans un forfait multi-journaux qui permettrait par exemple de lire 20 articles par mois dans différents sites.
Après il y a des solutions alternatives. Par le site de ma bibliothèque j'ai accès gratuitement (car compris dans l'abonnement) à la totalité de la presse française, régionale, quotidienne ou hebdomadaire.

Répondre

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot rmaqg ?