Le Blog de Cyrille BORNE

Dernier Round

Complément 16 : on continue de rigoler

Rédigé par Cyrille BORNE

Où tu découvres que Cyrille BORNE est à la hauteur de sa légende.

Souvenez vous. Aux dernières nouvelles je restais coincé sur une distance de 8 mètres, satisfait tout de même d'avoir mis un accès dans la colonne. La trêve de Noël vient de passer et j'ai donc appelé la grande entreprise de camion à caca qui s'est pointée ce matin. Au furet à haute pression, ils bloquent au même endroit que moi. C'était terrible de la flotte et du caca sortaient par le trou, ça fait trois fois que je passe la serpillière.

Illustration en image :

Sur la photo de gauche pas le premier trou mais le second, c'est le lieu théorique de l'endroit où ça s'arrête. On reprend la même photo à droite et on voit ce magnifique arbre qui attire l'été tout un tas d'insectes et l'automne qui me met des feuilles de partout. La logique est de creuser un trou jusqu'à la canalisation, arracher la racine qu'il y a dedans, faire tomber l'arbre d'une pichenette, utiliser sa vue laser pour refermer la canalisation, appeler un collègue qui fait de la télékinésie pour remettre la terre en place. Dans mon monde, tu fais un gros trou et tu ne trouves pas la canalisation, normal. Donc tu commences à chercher devant la maison et tu te dis que tu vas t'arrêter avant de continuer à faire n'importe quoi. J'ai lâché 160 € pour l'intervention qui n'a amenée à rien, il fallait quand même l'essayer, j'ai appelé la société pour un rendez-vous caméra qui me sera facturé entre 350 et 400 €. Vous noterez qu'à la sortie on en sera à 550 € pour savoir où ça coince. Après je me lancerai dans la mise à mort de la terrasse, trouver où ça coince, faire un regard et je serai prêt pour la prochaine attaque. Contrairement au cassage de cailloux, c'est l'urgence, c'est pour cela que je ne me pose pas la question financière, on y va, il faut retrouver une vie normale. Je passe mon temps à vider des seaux d'eau, tout est calculé, le lancement des lessives, les douches. Si je ne peux faire moi-même, ce sera une entreprise, il faudra que ce soit bouclé avant la rentrée sinon ça va être difficile.

Je passe donc des vacances pourries, mais ce n'est pas grave, comme le disait Conan le Barbare qui n'a pas dû être très ennuyé par les problèmes de tuyauteries, ce qui ne nous détruit pas nous rend plus fort. C'est assez pénible à gérer, mais je me rends compte que le plus pénible pour moi c'est d'être capable de faire quelque chose à côté quand tu dois gérer un truc aussi gros, cela fait partie des choses que je dois apprendre à faire. J'essaie de positiver, 8 mètres même mal foutus, c'est largement à l'extérieur de la maison même en jouant à snake, donc sur la terrasse. Cela signifie qu'il n'est pas nécessaire de casser dans la maison ce qui aurait été vraiment difficile. Une fois qu'on aura localisé le lieu de l'incident, je pourrai enfin creuser, et faire mon regard. Si comme je le pense la canalisation passe à côté de l'arbre du voisin, il pourra faire jouer son assurance ou participer lui-même financièrement sachant que ça fait quelques années que j'essaie de lui faire abattre son arbre. J'espère que c'est ça, et que ce n'est pas une surprise plus importante, après avoir rêvé de camion à caca, je vais rêver de caméra.

Dans le dernier billet j'écrivais qu'il fallait se débrouiller pour récupérer le contrôle. C'est ce que je suis en train de faire, ça va me coûter un bras mais j'évite de me disperser. Je crois qu'à l'heure actuelle perdre le contrôle serait me lancer dans un énorme trou dans la terrasse, ce que j'ai commencé à faire et que j'ai arrêté. Chaque chose en son temps, je viens de valider mon devis de 308 € au moment où j'écris ces lignes, même pas cher, je vais faire ma prise de rendez-vous, on verra au moins précisément où est le problème. Pour l'heure, il faut que je passe à autre chose, ce pour quoi j'ai tellement de mal, vivre "normalement" en attendant que l'on vienne me scanner le fond de mon tuyau. Je cogite tellement que j'en étais à calculer comment attacher un truc qui fait du bruit au bout du furet pour trouver le chemin, il faut vraiment que j'arrête. Reprendre le contrôle, c'est parfois accepter de lâcher prise en attendant de mieux reprendre le taureau par les cornes.

d'après le site dedexpressions

En attendant donc, j'essaie tant bien que mal de profiter de ce début de vacances pour le moins calamiteux. Je range, que ce soit sur mon PC, dans les papiers, la maison, mes flux RSS, cela fait partie de ma mentalité, ranger me fait me sentir mieux. Je vais donner un coup de main au déménagement des beaux-parents, aller voir Star Wars avec mon fils pendant que je peux encore payer des places de cinéma, je vais faire un peu de documentation, ce que j'ai commencé à faire avec mon petit tuto sur l'installation de Linux, j'aimerai d'ailleurs y revenir.

Je suis donc depuis un mois sur Twitter et sur Facebook. Facebook, j'ai mes collègues qui me demandent en ami, si on regarde les profils de mes élèves qui me sont proposés, ils n'ont pas été utilisés pour la majorité des cas depuis plusieurs mois, l'effet Snap. Facebook est donc un truc de vieux, où on échange des trucs de vieux, un réseau social de vieux qui tient d'ailleurs un peu du réseau fantôme. Tant de profils inutilisés. En ce qui concerne Twitter, j'avais écrit il y a quelques années que je ne savais pas m'en servir. ça va mieux aujourd'hui. Je me suis abonné à peu de gens, j'essaie de trier au mieux, de suivre des gens positifs plutôt que des révolutionnaires énervés toute l'année. Dans un précédent billet je racontais que j'étais content de mon billet sur l'informatique alternative, voilà le résultat de ce billet sur diaspora*. Des gens arrivent à se taper dessus sur un message qui explique qu'on peut faire du libre à pas cher, qu'on peut même mélanger du Linux et du Windows, que ça se passe plutôt bien. Sur twitter, si vous choisissez votre flux, vous n'avez pas ça, vous pouvez avoir des nouvelles version Bisounours pendant toute la journée et c'est ce que je fais, je fuis les gens aigris, en colère.

Ce qui est intéressant quand on suit les flux positifs, c'est qu'on vit dans l'action, pas dans la révolte, on découvre que partout en France il y a des gens qui agissent. Ici le centre des abeilles qui reconditionne des ordinateurs sous Linux, là l'opération reeeboot qui vise à créer de l'emploi en France avec une fois de plus la réhabilitation des ordinateurs. Je réalise en lisant régulièrement ces messages que la distribution n'a aucune importance, ce qui compte c'est l'entraide, l'aide à la migration des gens, la réhabilitation du matériel pour qu'il puisse continuer à vivre. La distribution Linux n'est qu'un moyen, ce n'est pas une fin en soi. J'ai donc fait un petit tutoriel court pour installer Linux, avec notamment ce qui me paraissait important, la capture d'écran pour démarrer sur le BIOS. Je pense que c'est le principal obstacle à l'installation de Linux sur un poste.

Reprendre le contrôle c'est aussi pour moi revoir mes priorités, parmi elles c'est le jeu qui saute. J'avais fait une partition Windows, lancé quelques jeux, je n'ai plus la patience, je n'ai plus l'envie, je pense que le jeu vidéo pour moi ce sera vraiment arrêté avec la série des Souls. Je vais donc consacrer le peu de temps libre qu'il me reste à être utile, la dernière version de pastèque vient de sortir par exemple, j'ai fait une documentation, je vais certainement devoir la refaire, profiter pour faire des remontées de bugs. J'avais commencé à suivre un peu des chaînes Youtube, il faut que je fasse un effort pour y revenir, j'en déduis par l'ordre naturel des choses que je n'y trouve pour l'instant pas assez d'intérêt.

C'est un peu les bonnes résolutions que je prends cette année, vous avez presque tout dans un billet.

  1. arrêter de m'énerver, apprendre à faire les choses avec le sourire, une lutte contre 42 ans d'habitude, c'est pas gagné. Entre l'école, la fatigue, les canalisations, j'ai été invivable, j'aurai dû faire autrement.
  2. changer certaines habitudes de vie. C'est idiot mais avec le problème d'eau à l'heure actuelle, je fais particulièrement attention à ne pas mettre n'importe quoi dans l'évier, à économiser l'eau etc ... Il vaut mieux prévenir que guérir dit le dicton, et je dois être capable de l'appliquer à des tas de choses, mon alimentation par exemple.
  3. être utile. Je pense que ce sera certainement l'un des enjeux du logiciel libre, des libristes. Il est trop facile de passer son temps à jeter la pierre à son voisin, et c'est ce qu'on voit trop sur le net, en tout cas en France. Pour tirer son épingle du jeu, le libre devra apprendre lui aussi à apprendre à sourire, à arrêter de s'énerver, et à changer ses habitudes.
Classé dans : blog Mots clés : aucun

Lui-même, et c'est déjà beaucoup.