Yunohost pour transformer son pi2 en tout ce qui touche au serveur

Rédigé par Cyrille BORNE - - 2 commentaires

Il m'aurait été difficile de faire plus court comme titre, mais en fait si on reprend notre site de référence, il aurait fallu écrire :

  • Un serveur WEB
  • Un serveur BitTorent
  • Un serveur FTP
  • Un serveur VPN
  • Un serveur Owncloud
  • Une interface de monitoring pour votre Raspberry Pi
  • et bien plus encore

En effet Yunohost est une interface qui permet de transformer votre Pi2 en serveur Web et qui vous permet d'installer des applications comme vous le feriez depuis une tablette par exemple, je vous montre l'écran qui va bien.

Je n'ai pas donné toute la liste, sachant que yunohost s'appuie sur debian, sachant qu'à partir du moment où on a un serveur web on a accès à toutes les applications php mysql, j'aurai tendance à vous faire un slogan publicitaire du genre que la seule limite c'est votre imagination, éventuellement la puissance de votre raspberry. De ce côté là, pas trop de souci à vous faire tant que vous n'essayez pas de faire tourner un serveur diaspora. Yunohost ne se limite pas à la simple installation d'applications, on a droit à du monitoring avec Glances entre autre, l'exploitation des logs pour tous les logiciels, et bien sûr la configuration du parefeu. On n'est pas si loin d'une gestion à la webmin, avec les problèmes qui vont avec. Vous rajoutez une couche supplémentaire à des programmes qui ont déjà des failles, cette couche qui a des droits en root a elle aussi nécessairement des failles, c'est une obligation, vous multipliez donc la prise de risque. De la même manière, cette solution de facilité sur le principe vous éloigne de la compréhension des choses si bien que si vous avez un coup dûr vous ne serez pas capable de faire quoi que ce soit, il faut dire que c'est tellement bien fait qu'on n'a pas vraiment envie de s'investir alors que tout marche.

Néanmoins dans le cas d'une utilisation personnelle, dans le sens où vous n'allez pas exposer ce serveur à des millions de personnes sur la toile, c'est une excellente façon de s'auto-héberger.

Classé dans : le blog - Mots clés : aucun

Le problème informatique du jour, car il y a toujours un problème informatique

Rédigé par Cyrille BORNE - - 11 commentaires

10 heures et des brouettes, c'est la reprise, coupure du réseau. Nous travaillons depuis 8 heures avec mon mari chacun dans nos salles respectives, aucun problème comme chaque semaine. Il se trouve que la salle d'à côté est occupée ce qui est assez exceptionnel, nous sommes donc en pleine charge avec le CDI qui tourne aussi. C'est tout de même assez rare pour être souligné et on peut quand même se satisfaire de la situation, si c'est plein c'est que ça tourne. Donc le réseau tombe avec nos nouveaux amis à côté, il sera tombé pendant toute une partie de la journée, j'ai perdu deux heures de cours. Mon mari qui quant à lui malheureusement continuait à faire cours, a solutionné le problème en déconnectant ma salle et par le fait celle d'à côté. En mon fort intérieur j'étais persuadé que le problème venait de la charge ou en tout cas des gens de la salle à côté, car certains ordinateurs arrivaient à se connecter d'autres pas, ça pingait parfois, ça tombait ensuite, enfin bref, un vrai foutoir.

Ce soir à la fin des cours nous avons trouvé la solution, dans la fameuse salle supplémentaire, un fil RJ45 faisait une boucle dans un switch mettant tout le réseau par terre. J'aurai dû y penser ce n'est pas la première fois que ça m'arrive, pensez y si vous avez un jour un problème de ce type.

Classé dans : le blog - Mots clés : aucun

La curieuse pensée

Rédigé par Cyrille BORNE - - 8 commentaires

Il est treize heures au moment où j'écris ces mots, dans 35 minutes je partirai aux charbons ardents, en troisième, pléonasme. Il y a 30 ans dans la voiture de ma mère, une 104 qui n'avait pas de ceintures de sécurité à l'arrière, on était forcé de se farcir Grease, en 15 chansons peut être, on l'écoutait tout le temps. J'ai écouté tellement de fois Olivia Newton-John que si on me fait enfiler la jupette, je vous refais la chorégraphie complète. Dans mon partner ce matin, j'allume mon poste 2000 chansons passées. Mes enfants sont stupéfaits que je les connaisse quasiment toutes par coeur, ils ne passent pas assez de temps dans la voiture avec moi pour comprendre, pour apprendre. A chaque fois qu'ils montent, la musique est différente, je n'arriverai pas à les traumatiser avec ma musique, tant pis, ça faisait des souvenirs.

Avant on avait des chansons toutes pourries avec sa maman, avant les amoureux avaient leur chanson, maintenant les playlists et la masse d'électro sont trop importantes pour se fixer sur l'une d'entre elles.

"Tu te souviens chéri c'est sur cette chanson qu'on s'est rencontré ! Ah non je ne me souviens pas. Oui tu as raison, moi non plus."

C'était l'étrange pensée de ce matin en chantant sur du George Michael dans la voiture, même pas honte.

Classé dans : le blog - Mots clés : aucun

Fusionner deux blogs pluxml

Rédigé par Cyrille BORNE - - 7 commentaires

J'ai un peu tout essayé avec la veille, des billets à rallonge avec des liens en pagaille hyper pénibles à lire et à écrire, un shaarli, le forum pour finir avec un deuxième blog pluxml. En fait, il faut revenir à l'origine, l'origine du problème c'est moi. J'ai toujours trouvé honteux de mélanger du court avec mes billets de blog, c'est à dire du long, du très long. Partant de ce principe j'ai toujours décidé de jouer la carte de la séparation ou du billet à rallonge pour que même court ça soit long. Étant dans une grande phase de simplification de ma vie numérique, de ma vie d'ailleurs, j'ai fusionné mes deux blogs et je vivrai dans la honte de diffuser de l'information courte au milieu de mes pavés, je pense que je vais y arriver.

Maïté, bonjour, quelle est votre bonne recette pour fusionner deux blogs pluxml ? Et bien mon cher Cyrille, il me faut d'abord le numéro de votre dernier billet. Et bien ma chère Maïté, laissez moi vous dire qu'il s'agit du 1785. Nous allons donc récupérer tous les articles de la veille et les démarrer à 1786 ! Formidable, mais est-ce bien suffisant ? Et non, il faut créer une catégorie veille qui chez vous sera le numéro ... 21 !!! Est-ce réellement suffisant ? Et bien non mon Cyrille, il faudra affecter ce numéro à vos articles et penser à changer le numéro de l'auteur car Cep sur le blog est en 4 alors que dans la veille est en 2. Quelle aventure Maïté !!!

Concrètement dans la veille, un article pluxml ça ressemble à ça : 0027.001.001.201506092248.il-depense-plus-de-40-000-euros-pour-une-cave-100-elder-scrolls

  • 0027 c'est le numéro du billet, il faut le virer et démarrer l'incrémentation à 1786
  • 001 c'est la catégorie du billet, il faut que je la bascule à 21, la même, j'ai viré le 01 à la fin et j'ai mis dedans le 21
  • 001 d'après c'est l'auteur, bon là ça gère, j'étais le 001, par contre Cep c'est le 002 sur la veille, j'ai fait à la main pour changer en 004 pour qu'il soit bien rattaché à l'auteur sur le blog.

J'ai fait ça avec GPrename, disponible dans les paquets

Pour avoir ce que j'explique en plus propre, allez voir du côté de Pluxopolis, le blog de Stéphane. Et d'ailleurs une question amusante est apparue, pluxml a une limite physique de 9999 articles, j'en suis à 2100 et des brouettes, j'ai de la marge, mais moi je repousse les frontières de l'impossible. On aura donc certainement une évolution à venir pour les serial blogueurs, mais ça c'est une autre histoire.

Pour les commentaires c'est plus tendu, ils sont de la forme : 0002.1433357484-1 où 0002 est le numéro du commentaire. Le problème c'est qu'il peut y avoir plusieurs commentaires ou pas de commentaire, difficile dès lors d'utiliser un logiciel de renommage. J'ai demandé un script dans le forum, j'ai toujours quelqu'un qui m'offre un script, mais bon vous connaissez ma patience, j'ai finalement tout fait à la main, pour les 350 commentaires c'est allé assez vite. Arnaud propose le code suivant :

for f in *xml ; do num=$(ls $f| cut -d"." -f1) ; result=$(($num+1785)) ; reste=$(ls $f| cut -d"." -f2-3) ; mv $f $result.$reste ; done

Voilà, je suis au top de la décadence, un simple blog sans bdd et le forum.

Voilà à quoi ressemble la fusion de deux blogs pluxml

Classé dans : le blog - Mots clés : aucun

Bon sérieusement on fait vraiment quoi avec un pi ?

Rédigé par Cyrille BORNE - - 24 commentaires

Au moment où j'écris ces lignes je n'ai toujours pas reçu mon décodeur. En fait d'après Chronopost je l'ai reçu, d'après ma commerçante, il faut qu'elle le fabrique, j'aime beaucoup l'humour de cette femme. J'ai débranché openelec, il y a déjà trois consoles branchées sur la télé, on a voulu un décodeur, alors on fera avec un décodeur. C'est mon côté humour vengeur, quand tout le monde va me demander de pouvoir accéder aux films, aux photos, et au reste depuis le décodeur et que je vais poser le mode d'emploi sur la table, ma vengeance sera complète. Bon en fait on sait pertinemment que dès que ma femme va me dire de faire le nécessaire, je le ferai, mais néanmoins je veux limiter le nombre de machines connectées à la télé. J'ai donc un pi 2 posé sur ma table, il me regarde, j'ai aussi une PS3 posée sur la table et je m'ennuie dans le quatrième chapitre de Diablo III mais c'est une autre histoire, j'ai un pi 2 posé sur ma table et il faut que j'en fasse quelque chose ou pas.

A la maison j'ai un serveur ipfire qui fait aussi office de NAS et de bozon, pas plus et je n'ai besoin de rien de plus. Les mails, les services en ligne, tout ça c'est chez o2switch, l'expérience de l'auto-hébergement c'est rigolo mais pour un site qui aura fait 8 millions de pages cette année, je préfère confier l'affaire à des professionnels. J'ai donc un appareil dont je n'ai pas d'utilité, il faut donc créer le besoin et donc aller voir ce qu'on fait ailleurs. Il y a tout de même quelque chose que j'ai regardé par curiosité, c'est la possibilité éventuelle d'utiliser ipfire ou pfsense sur le pi 2. A terme ce n'aurait pas été une solution que j'aurai choisie mais on aurait quand même une solution de contrôle parental à moindre coût qui serait assez intéressante et discrète. Aucun projet ne s'est positionné et pour cause, le pi 2 ne possède qu'un port ethernet, et le pire c'est que le port USB est partagé avec le RJ45 ce qui signifie des performances médiocres. Si on regarde sur le forum ipfire, la question a été mainte fois posée, la réponse est systématique : niet.

J'ai commencé un peu à regarder sur internet, voici ce qu'il en ressort :

  • PAL : Que faites vous avec votre Raspberry Pi ? C'est un sondage qui a attiré pas mal de réponses et il en sort quelques tendances. De façon très majoritaires les utilisateurs posent openelec pour faire du media center, il faut reconnaître que c'est une solution qui fonctionne vraiment parfaitement, la communauté est active, on a des plugins à tout faire. Moins nombreux sont ceux qui vont faire une console retrogaming avec, c'est recallbox qui ressort, alors que Lakka bien moins connu est une solution totalement out of the box dans laquelle il n'y a rien à paramétrer. Certains font un peu de serveur web, et d'autres enfin des applications complètement folles dans l'esprit du pi.

  • Plus de 70 idées de projets pour votre Raspberry Pi. Article de 2014 et déjà de nombreux projets sont morts, d'autres sont redondants, d'autres enfin sont vraiment très, très spécifiques. On a vu que les pi zéro vendus à 5 € se sont vendus comme des petits pains, mais en fait je me demande pour quoi faire réellement

  • De nombreux projets comme Lakka ou Yunohost qui ont tout de même du sens, n'apparaissent pas au premier coup d'oeil dans les projets majeurs alors qu'ils le sont, ça sent quand même le début de la fin de la documentation et de l'actualité, un peu comme la blogosphère libre. La référence dans le domaine c'est     Framboise314, je ne serais pas étonné s'il étendait son site aux nombreux clones qu'on a vu apparaître durant ces deux dernières années.

Je citais plus haut les projets un peu fous liés au Raspberry Pi, c'était assez vrai dans l'esprit des premières moutures, je trouve que ce n'est plus exact avec la version 2 qui avec son giga de RAM et ses quatre coeurs peut désormais être considérée comme une machine de production. Je n'ai donc toujours pas répondu à la question, que faire avec son PI 2 ?

Pour ma part comme précisé plus haut, je n'ai pas de besoin particulier puisque j'ai tout ce qu'il faut à domicile. Le pi2 va être donc ramené à une simple machine de test, une machine de test assez confortable qui tient dans la main et qui est particulièrement discrète. L'occasion pour moi de voir ce que deviennent des projets comme Lakka, Yunohost, cozycloud, openmediavault et tant d'autres sans avoir le besoin de virtualiser.

Si vous avez des suggestions dans l'utilisation du pi, votre propre expérience, n'hésitez pas à la partager dans des billets ou dans les commentaires du blog pour ceux qui n'en n'ont pas.

Classé dans : le blog - Mots clés : aucun
Fil RSS des articles