Le Blog de Cyrille BORNE

Paysan de l'internet

On va encore tous mourir

Rédigé par Cyrille BORNE 9 commentaires

Souviens toi pas forcément l'été dernier mais le fil des événements :

  • tu es en 1960, tu veux de l'information, tu regardes l'ORTF ou tu achètes les journaux
  • tu es en 1980, tu veux de l'information, tu regardes antenne 2 ou tu achètes les journaux
  • tu es en 2000, tu veux de l'information, tu regardes la télé, tu lis sur internet ou tu achètes les journaux
  • tu es en 2017, tu veux de l'information, tu regardes BFM, tu n'achètes plus de journaux parce qu'ils ont été tués par l'internet gratuit, et comme l'internet est le moyen d'information incontournable, on commence à te faire comprendre qu'il faut passer à la caisse.

L'apparition des contenus payants fait désormais partie de notre quotidien, on voit désormais apparaître de façon naturelle

La perspective du futur, qui restera à déterminer quand, est assez simple, c'est celle qu'avait fait un drop dans la mare, avec son 2 minutes pour convaincre, l'internet de 2025. D'un côté un web payant qui serait un web de qualité, de l'autre un web gratuit qui serait totalement financé par la pub avec du contenu orienté. J'ai écrit dernièrement que suite au renforcement de l'activité payante de nextinpact, je prenais le risque de ne plus suivre le site. J'ai vu passé un lien du jdh vers l'article sur le fait que Mark reprenne la tête de l'entreprise Canonical. Le jdh devrait d'ailleurs s'interroger sur le fait de linker un contenu pour lequel il faut être abonné pour lire. Je pense qu'on devrait rajouter au modèle payant, au modèle gratuit sponsorisé, le modèle français, qui consiste à pomper l'information des sites américains et en faire une information. Par le fait, l'article de Nextinpact, j'ai pu avoir l'information d'au moins cinq sources différentes, dont des sites américains. Si le modèle payant veut se faire sa place, si les sites qui ont la prétention de vouloir faire payer leurs lecteurs veulent une légitimité, il faudra alors que les contenus soient personnels, originaux.

Si je devais à l'heure actuelle m'abonner à un site internet, un journal donc je prendrai sans l'ombre d'un doute l'indépendant. Pourquoi ? Parce que mon quotidien, le vrai, pas le virtuel, c'est de savoir si je peux prendre ma route pour aller bosser le matin, c'est de savoir quelle animation se déroule du côté de chez moi, de comprendre mon environnement direct. Seul l'indépendant est capable de me fournir cette information, une information qui est tout de même vendue à 14.99 € par mois ce qui est un budget que je me refuse d'avoir. Seulement, même si vous allez me dire qu'aller écrire un article sur l'avenir de Canonical et sur les travaux de la route du Chichoulet ce n'est pas pareil, et bien j'ai 30 sources d'informations différentes et gratuites pour l'avenir de Canonical, une seule pour le Chichoulet, Nextinpact a donc intérêt à faire un véritable travail de journalisme et pas du Google Translate s'il veut se rendre indispensable.

Laissons donc le microcosme de l'écrit, oui nous sommes dans le futur, l'écrit ne vaudra plus grand chose, parce que nos braves enfants élevés au porno et aux joints, et parlons du principal, la vidéo. On pouvait lire dernièrement : Youtube : Perte de revenus et hypocrisie des annonceurs. Comme souvent Houssen Moshinaly n'est pas tendre, mais l'article est documenté, on ne pourra donc pas le taxer d'aigreur. Ce que nous vivons avec la presse nous allons le vivre plus ou moins avec la vidéo mais de façon certainement plus douloureuse pour tout le monde. Si on fait le tour des sites qui proposent de la vidéo, on a forcément Youtube, on Twitch qui a l'air aussi de tirer son épingle du jeu, et les autres réseaux sociaux. Le problème c'est qu'en terme de monétisation, il n'y a que Youtube et Twitch qui ont des liens avec l'argent, Twitch d'ailleurs avec un système assez intéressant de lien avec la possibilité d'achats depuis une chaîne d'un joueur. Le gars se fend d'une vidéo de la mort, il donne envie, c'est un peu normal qu'il gagne des sous, il est le meilleur des publicitaires. Malheureusement pour Enjoy Phenix ou pour tous les youtubeurs qui n'ont pas le créneau du jeu vidéo, c'est quand même pour se faire connaître et pour gagner quatre sous Youtube ou Youtube. Si Google au départ avait sorti les contrats publicitaires et les gros hameçons pour se faire une belle écurie, maintenant que ces gens là sont bien installés avec leurs millions de followers, qui aura le courage de claquer la porte et de partir ailleurs, et puis surtout de partir où ? 

La vidéo pose de bien plus gros problèmes que l'écrit :

  • l'écrit possède une biodiversité colossale et se trouve rangé par thématique : je veux une m'informer sur la chasse et sur la pêche je vais sur des journaux dédiés. Pour la vidéo tout est centralisé sur une plateforme unique de vidéo dans laquelle je peux trouver toutes les thématiques. La hiérarchisation de l'information centralisée pose donc problème.
  • La vidéo coûte plus cher en terme d'hébergement que le texte et l'image. Si globalement n'importe quel hébergeur peut satisfaire pour du texte et de l'image, héberger de la vidéo à grande échelle c'est autre chose ce qui donne certainement une explication quant à la situation du nombre de plateforme vidéo.
  • Difficile d'échapper à l'ogre Google, pour une situation de monopole qui permet de faire la pluie et le beau temps.

Même si je dois avouer que j'ai beaucoup de mal avec les vidéos autour de Linux et du logiciel libre qui sont plus proches de celles de Youtubeuses de 16 ans qui se clashent sur la couleur de leurs cheveux, il est fort à parier que l'avenir passera aussi par la vidéo. Comment le logiciel libre réussira-t-il à s'en sortir en passant par l'existant ? J'imagine bien demain une plate-forme libre avec des contenus qui sont partagés par p2p afin d'échapper au contrôle et à la centralisation.

Classé dans : le blog Mots clés : aucun

Portes ouvertes ce samedi au lycée agricole Bonne Terre de Pézenas

Rédigé par Cyrille BORNE 2 commentaires

Je n'ai pas l'habitude de faire de la promotion de ce genre, mais samedi matin je serai à mon lycée pour participer aux portes ouvertes. Je le fais parce que ça : Les 15 métiers qui vont recruter en 2017. Dans le top des métiers qui vont recruter vous avez les métiers de l'agriculture dont la filière viticole, et nous avons un Bac pro Conduite et gestion de l'exploitation agricole option vigne et vin (CGEA), nous avons aussi un CAP Production végétale : arboriculture, horticulture, je crois qu'on est dans les clous. Je porte souvent un regard dur sur le métier, sur les collègues, dans mon domaine de compétence c'est à dire l'informatique, mais c'est certainement parce que je ne fais pas partie du même monde. Mes collègues sont de vrais professionnels de la terre, je les vois passer le matin avec le tracteur, s'occuper des vignes, enfin ce genre de choses que je ne comprends pas comme boire du vin à table, suer devant un tableur ou ramasser des sangliers qu'on vient d'écraser.

Ce que j'aime bien dans la notion de professionnel, c'est le professionnel. Comprenez que lorsque je parle d'informatique, même si ma période d'ingénieur commence à dater, j'ai été auto-entrepreneur, si demain je voulais me relancer je pense que dans mon secteur je pourrai en vivre, mal, mais en vivre quand même. Sans être un professionnel de l'informatique aujourd'hui, je sais en reconnaître un et j'aime savoir que mes élèves ne sont pas face à un produit formaté de l'université. Dans mes collègues, certains possèdent leur propre exploitation agricole, certains sont apiculteurs, la variété des compétences et des métiers rencontrés est importante chez des gens qui ont tous plus ou moins connus autre chose que l'enseignement, comme j'aime à le dire à mes élèves, j'ai connu le travail dans ma vie avant de faire prof.

Je crois que nous apportons une autre vision éducative, une vision différente, vous pouvez plus ou moins palper à travers mon propos, que je n'ai pas le mépris de celui qui est une bourrique en maths et qu'il a d'autres qualités, à nous de trouver lesquelles et de réussir à ce que le reste, les intégrales, les choses étranges, se passent le moins mal possible pour que le gamin arrive à s'insérer dans la société et être heureux.

J'ai la conviction que la terre, dans un monde qui se casse la gueule, dans un monde où il faudrait arrêter de manger de la merde, ou de faire venir des cultures depuis des milliers de kilomètres pour gagner quelques cents quand l'agriculteur du coin fait la même chose, c'est l'avenir, manger mieux, consommer mieux, vivre mieux et que pour former ces professionnels on a trouvé des enseignants plus abrutis que nous, je dirai même que souvent, avec un peu de modestie on n'est pas trop mauvais.

Le lycée comme tous les établissements agricoles accueille des élèves de quatrième et de troisième où nous proposons de nombreuses matières professionnelles, les filières agricoles comme précisé plus haut, les filières de service à la personne qui sont des filières d'avenir, on commence à se faire vieux, une seconde générale et un BAC STAV sciences et technologies de l'agronomie et du vivant : agronomie, alimentation, environnement, territoires, qui là encore est à mon sens en plein dedans.

Venez nombreux, je suis sûr qu'ils sortiront des bouteilles.

http://bonne-terre.fr/

Je profite de ce message à caractère personnel pour vous montrer le butin du jour.

Si effectivement je ne suis pas un professionnel de l'informatique, il semblerait que mes collègues préfèrent venir me voir pour les réparations ou les conseils que d'aller chez l'assembleur du coin. C'est certainement dans ce genre de circonstances qu'on peut noter l'intégration d'un individu, la connaissance qu'ont les autres de lui. Sans dire que j'ai fait la cave de mon beau-père, j'ai régulièrement des bouteilles à lui fourguer étant donné que je suis sobre comme un chameau au grand désespoir de mes collègues. Quand on ne connaît pas un homme, à priori on lui offre une bouteille. Une bouteille d'un côté, des fleurs de l'autre, je trouve que ça fait vieille France mais c'est une autre histoire. Donc comme tout le monde a compris que je ne buvais rien et que malheureusement j'ai le physique de celui qui aime trop la mauvaise nourriture, on me bourre mon casier de bouffe. Chocolats bien sûr, avec ici un lapin de géant qui fait que la barre est montée très haut, mais aussi du pâté, du canard, enfin des vrais produits du terroir, j'imagine que c'est certainement une façon de me dire quelque chose qui finira certainement avec une bouteille de rouge.

Classé dans : le blog Mots clés : aucun

Dark Souls III, retour au pays de la poutre : musclor

Rédigé par Cyrille BORNE 2 commentaires

Comme vous devez le savoir parce que vous êtes quelqu'un de goût, le nouveau DLC de Dark Souls III vient de sortir, c'est donc l'occasion de relancer un personnage. Souvenez vous, mon dernier build, c'était du pyromancien pur et dur. Un build assez décevant parce qu'il faut monter de trop nombreuses statistiques. Je n'avais pas fait Ashes of Andariel ou disons que j'avais commencé, je me suis fait bouffer par les loups. Mon personnage de plus ne me donnait pas satisfaction, j'ai donc commencé à monter un personnage dextérité pur. La dextérité c'est rigolo, on fait saigner, c'est assez efficace notamment en PVP. Et puis à mi-chemin, je me suis dit que ça ne vendait pas du rêve, que je voulais tester la magie, parce que finalement la magie c'est un peu comme le crépi, c'est la vie. Alors effectivement la magie c'est rigolo, on fait des sabres laser géants on balance des gros lasers mais on va retrouver le même problème que la pyromancie. La magie, on a besoin de mémoire pour apprendre des sorts, on a besoin d'intelligence pour faire des sorts, on a besoin aussi de dextérité pour lancer les sorts plus vite sinon on se fait marave, on a quand même besoin de vie. Moralité, la magie c'est vraiment mais vraiment pour les bonhommes et je peux vous garantir qu'il y en a de sacrés qui font le jeu. Y a des gars qui sont tellement bons qu'ils soignent en fait le design de leur personnage plus que le reste. J'en ai vu un dont à pas grand chose, qui s'appelait Bisou l'Eclair ou une variante, il s'était débrouillé pour avoir une fille en bikini qui portait une coiffe comme une mariée et qui avait des épées électriques dans les deux mains, il bougeait dans tous les sens, il a défoncé un monstre en quelques minutes.

Le coop dans Dark Souls c'est vraiment énorme. La possibilité de faire toute une panoplie de gestes c'est une autre forme de langage, le langage du jeu vidéo, comme un sport en fait. Des stratégies élaborées à plusieurs qui deviennent logiques alors que nous n'avons pas le même âge, que nous ne vivons pas dans le même pays, que nous ne parlons même pas la même langue c'est vraiment drôle.

Si vous voulez démarrer le jeu sans vous casser trop la tête, en cassant surtout la tête des autres, je vous conseille le build force pure et dure. Vous partez avec le guerrier qui a un bon capital de force dès le départ, vous montez principalement la force, l'endurance et la vigueur après par la suite. Le premier boss c'est le type à quatre pattes qu'on doit tuer en tapant dans les parties intimes, il lâche une arme gigantesque, un marteau glacé, grâce à lui vous tapez comme un sourd et vous pouvez faire une très grosse partie du jeu tranquillement. Car en fait dans Dark Souls, il vaut mieux taper moins mais taper fort, taper beaucoup et vite c'est bien mais ça augmente la multiplication de faire des erreurs, c'est l'un des avantages du build force. Le désavantage c'est que vous faites défoncer par les gars qui font de la dextérité et qui sont très forts. Vous n'avez pas le temps de mettre un coup de marteau que le gars vous a déjà pulvérisé de 45 coups de couteau.

Si vous voulez un peu pimenter votre partie pour ce jeu que vous connaissez trop bien, vers le niveau 40 dans le château du début, vous pouvez marave la vieille dame qui vous donne la bannière qui vous fait traverser avec les gargouilles et vous déclenchez l'apparition de la danseuse. Alors oui c'est pas bien de marave la vieille dame, mais bon dans Dark Souls on marave tout. C'est 50.000 à la clé en XP de mémoire et c'est tenter d'attaquer le château pour se faire une récré. En moins de 20 heures je suis quasiment à la fin du jeu, sans trop d'effort, en prenant le temps.

Bientôt à la fin donc, je vous raconterai les DLC.

Une petite parenthèse dans ce billet gaming. La switch se vend comme des petits pains et pour une seule et unique raison, en cinq lettres : Zelda. Cela voudrait dire que faire un jeu de la mort en exclusivité c'est l'opportunité pour une console de faire un vrai démarrage. Un peu d'ailleurs comme la présence de Bloodborne, exclusivité PS4 avait poussé à la consommation de la console par rapport à la Xbox One. A l'heure actuelle je n'ai fait que trois jeux sur la PS4, Bloodborne qui était dans mon pack, le dernier Uncharted qui était dans mon pack et Dark Souls III dont je n'arrive pas à décrocher encore. A pas grand chose je peux dire que j'ai acheté la PS4 uniquement pour pouvoir jouer à ce jeu et certainement à Nioh que j'estime encore vendu trop cher. Les bons jeux ont encore de l'avenir, le triple A n'est pas encore mort, si un jour j'achète une switch c'est qu'il y aura des exclusivités qui m'auront donné envie de jouer.

Classé dans : le blog Mots clés : aucun

Forum léger sans base de données : Flatboard

Rédigé par Cyrille BORNE 1 commentaire

C'est bref mais c'est pas grave, c'est pour donner de la visibilité. On évoque assez souvent la problématique du forum lourd, pas responsive. Vu sur le forum pluxml, un forum en json, responsive même sous mon téléphone Windows 10 et avec un développeur français dont j'ai déjà planté le programme. Si quelqu'un du jdh passe par là, Cascador pour le citer, qu'il balance l'url directement du garçon, c'est un projet qui est intéressant et si on l'intègre en plugin à pluxml, je rouvre un forum.

http://flatboard.free.fr

Classé dans : le blog Mots clés : aucun

Héberge-toi toi-même

Rédigé par Cyrille BORNE 8 commentaires

Je regardais un peu du côté de cozy cloud, histoire de voir où en était resté un projet qui est intéressant sur le papier, il cherche tout simplement à créer un auto-hébergement personnel afin de s'affranchir des services de stockage qu'on connaît. Je m'étais accroché avec l'équipe de développement, je crois que d'ailleurs c'était peut être même l'ancien patron qui s'est fait viré parce que j'avais écrit que l'application RSS ne fonctionnait pas. Attention, je n'avais pas dit que c'était de la merde, j'avais juste expliqué de façon peu précise que l'application plantait et n'était pas capable de faire le job suite à l'import de mon fichier opml. Le développeur était furax et avait fait ce que tout gars qui se respecte doit faire, corriger, ah ben non il a pris la mouche. On m'a alors expliqué qu'il ne fallait en aucun cas effrayer les communautaires. Et oui, c'est toujours le même problème, on part du principe que si c'est gratuit ça peut être pourri. Mais je m'égare, j'en étais resté donc là la dernière fois et j'en étais surtout resté à un produit qui était particulièrement lent et instable.

J'ai testé une dizaine de minutes en machine virtuelle, donc je n'ai pas testé. Je démarre par cet écran qui me fait sourire.

La machine virtuelle est calée sur 4 Go de RAM, cherchez l'erreur avec l'image pour le pi, un appareil bien connu pour avoir 16 Go de RAM. C'est un détail, avec les applications de base, j'ai une consommation de 700 Mo de RAM et c'est fluide. C'était certainement le problème principal à l'époque, l'application est désormais fluide, ça se voit d'ailleurs au niveau du panneau d'accueil qui a changé. On notera aussi l'accroche, dès le départ on propose de récupérer le compte Google, le ton est donné.

C'est joli, c'est rapide, je ne reviendrai pas sur des écrans classiques que sont le calendrier ou la gestion des fichiers, j'aimerai qu'on regarde du côté des mails, cela fait partie des choses que je vais devoir regarder pour me tenir à la page, mais de mémoire, le mail n'avait pas encore été intégré dans owncloud / nextcloud, on en était à l'intégration de roundcube. Donc le mail.

Et bien le mail, je reste bloqué sur cet écran dans lequel je ne peux rien rajouter, j'ai essayé de bricoler un peu, pas trop mais je me trouve en échec, alors que j'ai un mail tout ce qu'il y a de plus classique en imap. On est donc face à quelqu'un qui a essayé 15 minutes un bidule, s'est contenté d'insérer son mail, tombe en échec sans message d'erreur puisque le fait d'appuyer sur plus ne renvoie rien, tout ça en une très courte période pour une image livrée par l'équipe, équipe composée de développeurs professionnels. L'idée n'est pas de dire que Cozy c'est pas bien parce que j'ai réussi à le faire planter en 15 minutes, l'idée c'est de dire que si j'ai réussi à planter un truc codé par des gens dont c'est le métier si rapidement, ça veut dire que le code, l'informatique, reste un métier, et que même les professionnels font des erreurs, comment alors imaginer que des amateurs puissent se lancer ? 

Le principe de mise en avant des CHATONS par l'association de gauchistes taggliseurs framasoft est une bonne idée sur le principe. Sur le principe, car je pense que c'est mal formulé, que ça ne va pas assez loin, que c'est présenté comme de la gaudriole alors qu'on a besoin d'un maillage peut être pas nombreux mais sérieux et professionnel, je m'explique. A l'heure actuelle, nous sommes dans l'euphorie mastodon, je regardais le petit Angristan qui a mis la main dans le cambouis et c'est très bien pour expliquer comment créer sa propre instance de mastodon sur debian 8. En fait notre garçon vient de donner les moyens à n'importe quel pervers du moment de capturer des gens, leur vie privée, toute sorte d'information, peut être plus encore.

Mastodon est à l'heure actuelle le premier réseau libre qui sort de l'anonymat, cela veut dire que les gens ne connaissent rien à la philosophie du libre, ne connaissent rien à l'informatique ou pas grand chose. La presse en a parlé, il te faut ton compte, si tu n'as pas ton compte tu vas crever. Les grosses instances ont saturé, mais c'est pas grave, tu prends n'importe quelle instance et en voiture Simone, tu es prêt pour l'aventure, sauf que l'aventure, ben tu ne sais pas qui est derrière. Je connais beaucoup de gens de mon entourage qui ont monté une instance, sur le principe ce sont des gens bien mais ce sont des gens. Ils ne sont pas professionnels, il n'y a pas d'engagement vis à vis des gens qui s'inscrivent de ne pas fouiller dans leurs données personnelles. Ils ne le feront pas, ce sont des gens bien. C'est d'ailleurs dans le même rapport de confiance dans lequel on se trouve avec son hébergeur, un rapport de confiance qui devrait peut être aujourd'hui trouver un équivalent du serment d'Hippocrate. Pour avoir vu passer un nombre important de PC entre mes mains, j'ai vu des choses qui relevaient du privé et que je ne dévoilerai pas. Des recherches compromettantes, des photos compromettantes, des éléments qui s'ils étaient diffusés pourraient briser des vies. Je n'en ferai rien car je suis quelqu'un de bien, mais comment toi qui vient de t'inscrire sur l'instance du dernier des inconnus as-tu la certitude que tout va bien se passer, que tu peux tout dire, tout faire, tout échanger ? Parce que Mastodon, c'est tout beau, tout frais et ça commence à être ça :

On a donc une informatique qui est difficile d'accès, et qui pour les grosses opérations doivent être menées par des professionnels. On va conserver le mot opération, je peux très bien avaler un doliprane pour soigner mon mal de tête, en outre je n'ai pas la compétence pour faire une opération à coeur ouvert, je vais donc voir le spécialiste. Ce spécialiste se doit d'être quelqu'un de reconnu et de compétent, il se doit aussi d'être un peu solide et c'est ici que je ne suis pas totalement d'accord avec les CHATONS. L'idée c'est de se dire que nous vivons dans un monde où tout est centralisé et dans lequel il y a trop peu d'acteurs. L'idée contraire c'est donc d'imaginer de très nombreux partenaires pour avoir une forme d'équilibre et que personne ne soit trop gros. Il serait en fait une hérésie d'imaginer un Microsoft ou un Google du libre. Je n'ai pas l'impression que dans le discours, on évoque la notion d'équilibre, quand on n'est pas trop gros mais pas trop petit. Une instance mastodon par exemple, qui est minuscule, montée à l'arrache sans trop de sérieux n'est pas forcément tenue par un pervers pilleurs de données privées, néanmoins c'est potentiellement un risque de la voir disparaître à tout moment parce qu'il n'y avait pas d'enjeu derrière.

Je lis pas mal de choses ces jours-ci, et j'ai la sensation qu'on vit dans le leurre. Avec mes déboires Debian Stretch et Scratch par exemple, on m'écrit : Tout paraît toujours tellement dur avec Debian/Ubuntu. Perso, j'ai juste fait "yaourt -S scratch2" et 3 minutes après, je préparais ma première séquence avec Scratch. Comme vous le savez il ne s'agit pas de faire la comparaison de la distribution qui pisse le plus loin mais de s'interroger un peu. Adobe Air n'est plus disponible pour Linux, ou disons n'est plus maintenu. On peut supposer que comme tous les produits Adobe, où pas une semaine sans une erreur critique avec Flash, cette version de air, la dernière en date, doit être truffée de failles critiques qui peuvent poser des problèmes à votre système. Il faudrait peut être se dire que ce n'est pas parce que ça a l'air facile, que c'est forcément si simple.

Oui c'est facile de s'inscrire sur mastodon, prendre n'importe quelle instance et démarrer, mais est ce qu'on est réellement au bon endroit ? Oui il y a des tonnes de tuto pour monter son serveur postfix, on peut même utiliser Yunohost et s'affranchir de compétences techniques, mais est ce que derrière c'est si simple de gérer ses mails sans risque ?

Il faut arrêter de leurrer les gens en faisant croire qu'on peut tout faire par soi-même. Il faut essayer d'en faire le maximum, il faut apprendre encore et encore car c'est ce qui nous rend plus fort, mais connaître ses limites. Quand ce n'est pas possible, ou que ça a l'air possible à court terme sans avoir bien mesuré les risques, il est nécessaire de trouver un professionnel qui soit compétent, qui soit éthique. La liste des CHATONS est certainement une bonne piste pour qui veut s'affranchir d'une partie des services proposés par les géants du net, toutefois la précarité du libre montre qu'il vaut mieux être prudent quant à la pérennité, la fermeture de ryxeo par exemple n'est qu'une illustration parmi tant d'autres.

J'ai fait le choix pour ma part de l'hébergeur professionnel qui n'est pas un CHATON, un choix que je paye 72 € par an chez o2switch, un hébergeur à qui je suis fidèle depuis de nombreuses années, qui est réactif et professionnel.

Classé dans : le blog Mots clés : aucun
Fil RSS des articles