Once upon a time Cyrille BORNE

28/05/2019 Non Par cborne

Lundi j’étais joyeusement en train de me moquer de mes élèves pour leur expliquer que ce soir j’étais en week-end. Pendant qu’eux travailleraient jusqu’à mercredi, moi mardi, tout seul à la maison, je serai en slip kangourou en train de jouer à la PS4 une canette de coca à la main.

LE DESTIN EN AVAIT DÉCIDÉ AUTREMENT

Le narrateur

Lundi soir mes gosses m’expliquent qu’ils se sont douchés plus ou moins à l’eau froide. Il y a deux pistes à exploiter. La piste traditionnelle, ma fille met trois heures pour se laver les cheveux, le chauffe-eau est mort. Nous sommes sur les heures creuses et les heures pleines, je mets en marche forcée. L’eau n’est pas très froide, les enfants sont persuadés que l’eau en marche forcée est plus chaude que tout à l’heure, je ne suis pas totalement convaincu.

Il y a un vent horrible à Saint-Pierre, j’étais tellement claqué qu’à 20h40 je dors, à trois heures du matin, je suis debout. Je descends, j’ai chaud, j’en ai marre du bruit du vent, j’ai d’ailleurs acheté des boules quiesses alors que cela fait six ans que je suis à Saint-Pierre, c’est la première fois que je ne supporte plus le vent. Je fais un test d’eau chaude un peu discret, c’est froid, ça pue du derrière. Il est six heures, impossible de savoir s’il y a de l’eau chaude ou non étant donné que toute la famille s’active. Je suis obligé d’attendre 7h30. 7h30 bascule théorique vers les heures pleines, il ne se passe rien, le chauffe-eau reste en marche forcée, j’en déduis que le problème est électrique.

c’est beau ce orange

Cela fait plus de 20 ans que je n’ai pas touché un voltmètre. J’ouvre le multimètre neuf que j’ai acheté il y a des années, encore dans l’emballage. J’avais dû acheter ça à pas cher chez Lidl, au cas où. Je regarde les docs sur le net et pas vraiment en confiance je mets dans une prise, j’ai du 235 V à la sortie, je me dis que ça doit ne pas être trop mal. Je prends la tension aux bornes de la résistance du chauffe-eau, il n’y a rien. J’en déduis que le problème est vraiment électrique. À l’époque quand on avait refait la maison, on avait utilisé le vieux contacteur jour nuit, il avait rendu l’âme assez rapidement. J’en ai déduit qu’après plus de cinq années de bons et loyaux services, il fallait le changer. L’autre possibilité c’est que le linky possédé par une puissance obscure a complètement foutu en l’air les heures creuses et pleines. Avec le linky tout est possible.

mon contacteur jour nuit

J’ouvre le panneau, j’essaie de prendre la tension sur le contacteur, j’ai 0, je regarde celui d’à côté, il est à 0, je me dis que je dois être un idiot pas foutu de prendre une tension, et puis d’un coup je me rends compte de ça.

Si vous êtes un peu observateur, vous pourrez voir que le 40 A a pris un coup de chaud, et que le fil du dessous a bien cramé aussi. J’avais appelé mon beau-père pour lui dire qu’il fallait changer le cumulus parce que je pensais qu’on partait pour ça, puis je l’ai rappelé pour lui dire que finalement ça ne serait pas la peine parce que la vérité est certainement ailleurs.

Il se trouve que parfois dans le malheur, il y a des choses qui ne sont pas trop mal foutues. Je ne bosse pas, je peux donc gérer, même si j’aurais bien voulu me mettre en slip kangourou et lancer la PS4, mon fils en seconde électricité est chez son patron. On échange rapidement et il me dit d’entrée de jeu à la vue de la photo que c’est la taille du fil. Il apparaît dans les causes de combustion spontanée qu’un mauvais serrage peut être à l’origine, c’est un peu ce qui ressort des conversations. Je laisse tomber les causes, les raisons, pour aller à l’essentiel, tailler la route pour aller à Brico Dépot. 40 balles d’euros plus tard je reviens à la maison, je passe à la pharmacie, je vais au marché. Comme je suis à 670 mots et que je vais être obligé de broder, je vais te raconter une histoire. Alors que je pars pour me garer, je vois un gosse qui doit avoir à peine 4 ans en train de chialer pile poil devant la place que je veux prendre, seul à l’abandon. Je me gare à côté, je descends et comme beaucoup de gens je suis interpellé par ce gosse qui chiale, je commence à tourner la tête et je vois un vieux, qui se planquait pour faire croire au gamin qu’il avait été abandonné. Certainement une leçon que papi a dû retenir d’une guerre quelconque ou d’une éducation à l’ancienne faite de ceinturon et de badine. Il croise mon regard, et d’un coup se rend compte qu’il est en train de faire une brave connerie. D’humeur finalement pas terrible, je rate l’occasion de lui dire que je vais le filmer, faire 14 millions de vues sur Youtube en une soirée, qu’il sera traqué comme une bête, et que si ce n’est pas son fils ou son gendre qui lui casse la gueule, ce sera une assemblée de gens en révolte qui finiront par le lapider sur un air de Carlos le fils de Françoise Dolto, pas le terroriste.

Je rentre, je fais un magnifique gratin aux courgettes dont moi seul ai le secret, mais comme je suis à 883 mots je ne pense pas que j’ai assez de temps pour te donner la recette. Ma fille arrive à 13 heures, trois heures de cours, bravo le public pour l’absentéisme professoral, nous partons faire des courses. Mon fils et son patron arrivent à 17 heures. Le patron m’explique tout, c’est simple. Les fils ne sont pas assez épais, ils sont en 2.5, la norme c’est du 6. Concrètement ce qui s’est produit. Depuis des années ça chauffe, au niveau du fil. Les disjoncteurs eux sont adaptés, donc ils ne disjonctent pas. Le gros disjoncteur de 40 A n’a pas de pouvoir d’arrêt, si bien que ce qu’il se produit c’est la fonte des fils et avec eux les disjoncteurs qui prennent un coup de chaud. Il faut avoir le tableau qui brûle en entier pour que le disjoncteur général se déclenche. Il dit donc à mon fils de changer l’intégralité des fils du tableau pour les passer dans la taille au-dessus. La faute à pas de chance, quand il a démonté le disjoncteur cramé, il apparaît que deux disjoncteurs ont brûlé sur le côté. Avec le patron qui commence à stresser mon fils parce qu’il doit récupérer le sien chez la nounou, ma fille qui est descendue alors qu’elle regardait Clem sa nouvelle série pourrie, et moi qui fais le calcul que Brico Depot ferme à 19 heures, nous lui mettons la pression. En jouant sur les disjoncteurs restant, l’eau chaude revient, le cumulus n’est pas HS, c’est finalement moins catastrophique que prévu.

Nous sautons donc dans la voiture, nous arrivons à 18h30 à Brico dépot, après avoir roulé derrière tous les vieux du monde qui se payent des Audi pour rouler à 60 km/h sur des portions limitées à 80. 15 € plus tard, on repart, je fais conduire mon fils parce qu’on aime vivre dangereusement pour arriver à 19h15.

Je crois qu’on peut le dire sans détour, une journée totalement pourrie, j’ai quand même appris quelques bricoles, diagnostiqué ma panne ou presque et finalement je ne m’en sors pas à si mauvais compte, s’il avait fallu descendre le chauffe-eau du dernier étage, ça aurait été largement plus sport. C’est réellement dans ce genre de circonstances que je me dis que j’ai besoin de temps, tout simplement parce que les choses ne se déroulent jamais normalement chez moi. Demain est un autre jour, le patron doit monter les deux disjoncteurs manquant et tout ceci devrait être de l’histoire ancienne, jusqu’à la prochaine fois.