On fera pas de vieux OS

27/05/2018 Non Par cborne

Windows c’est quand même franchement de la merde et c’est pas Linux qui va sauver le monde.

C’est la fête des mères aujourd’hui, je crois que je n’ai jamais raté ce non événement depuis que j’ai l’âge d’être exploité par une maîtresse d’école pour réaliser un vieux pantin dégueulasse avec des gommettes. C’est quand tu es parent toi-même que tu comprends que tu ne peux pas dire la vérité à ton enfant en lui disant que c’est tout simplement odieux de peur qu’il te mette en maison de retraite quand tu es trop vieux avec un rictus qui en dit long sur la rancune accumulée pour le pantin. Cela dit, j’évoque un temps qui est révolu, la fête des pères est passée à la trappe, une réalité particulièrement simple qui se traduit par papa est parti avec Brookleen qui a 20 ans de moins que maman, la fête des mères est en train de s’user elle aussi de façon plus complexe. Maman est partie avec Léonardo je vis avec papa. Ma maman n’est plus là je vis avec ma mamie, est-ce que ce n’est pas malaisant de faire un cadeau pour la fête des mères à sa mamie ? Et désormais la grande nouveauté, maîtresse, j’ai deux mamans, je dois donc faire deux cadeaux. Vous vous doutez bien qu’il y a trente cinq ans la situation était quand même franchement plus simple, on regardait les enfants de divorcés comme des parias, produits de la honte d’un mariage qui n’a pas réussi. Aujourd’hui le gamin qui raconte que ses parents vivent ensemble, on lui dit d’arrêter de raconter n’importe quoi pour ne pas perturber ses camarades, et qu’il ferait mieux de faire sa lettre au père Noël au lieu de dire de telles inepties.

Celui qui en doit une fière à sa mère et j’espère qu’il lui aura souhaité la fête des mamans c’est lui :

Un brin de haine et pas mal d’ennuis conduisent à des actes qui gâchent toute une vie, la vie d’un ordinateur en tout cas. Un moment d’énervement, une patate qui part dans l’écran et c’est fini. Il faut dire que ça peut se comprendre, on évoquait dans le forum les ordinateurs récents qui rament sous WIndows avec 4 Go de RAM, c’est exactement le cas ici. L’ordinateur à peine sorti du carton est déjà lent, il faut dire que le malheureux processeur Celeron ne tient pas le rythme. Si vous voulez que ça aille à peine plus vite, dans la perspective ou vous n’avez pas l’envie, les moyens de mettre un SSD, le savoir faire, il est possible de supprimer les effets graphiques superflus de Windows 10 en suivant cette documentation. Pour la dalle c’est une grande nouveauté, le cache en plastique est logiquement clipsé, et la dernière partie était joyeusement collée sur la dalle elle même, j’ai dû forcer un peu. La dalle ne coûtait pas bien cher, 42 € frais de port compris pour un ordinateur qui en vaut entre 300 et 350. La dalle est arrivée intacte, c’est un miracle, la dalle volait littéralement dans le carton, à peine un peu de plastique pour protéger. Totalement indispensable ou pour se faire pardonner, un authentique paquet de Dragibus, rien que pour ça je ne mettrai pas la note minimale au vendeur.

Une dalle à remplacer reste toujours une opération simple si on n’y va pas comme un bourrin, essayer de rendre plus rapide la machine, c’est une autre histoire, et en parlant d’histoire commençons par un truc franchement drôle. Une tentative de réinitialisation du PC avait été essayée, elle a avortée ou un truc bizarre, j’ai donc procédé à la réinitialisation moi-même. C’est ici qu’on se rend compte que l’ordinateur est vraiment moisi, au redémarrage, pas de Wifi. Quand je dis pas de Wifi, c’est pas de Wifi, c’est-à-dire pas de carte Wifi détectée, comme si on avait retiré la carte Wifi de l’ordinateur portable. Si malheureusement vous avez la même longue expérience que moi, vous savez que si ça marchait avant la réinitialisation et que ça ne marche plus après c’est qu’il s’agit d’un problème logiciel, un gros problème logiciel du nom de Windows. J’ai déjà vu ce cas, c’est pour ça que je suis allé à l’essentiel, vous bootez sur un live USB Linux, vous redémarrez votre ordinateur sous Windows et vous récupérez le Wifi. Ne me demandez pas pourquoi.

J’ai écrit dans l’accroche que Windows c’était de la merde, n’allez pas croire que c’est une tentative pour faire monter mes stats. J’ai envoyé un mémo à l’ensemble de l’équipe pour demander à ce que la mise à jour 1803 soit faite à la maison. Je rappelle que nous n’avons pas installé de WSUS sur le serveur Windows, cela fera partie des choses dont je m’occuperai avec le prestataire quand nous n’aurons plus que ça à faire et qui passera bien derrière la documentation qu’il faut que je réalise. En effet, il apparaît que comme les collègues n’allument pas leur ordinateur portable à la maison, la mise à jour se fait quand tout le monde allume l’ordinateur au lycée, l’internet est curieusement à genoux. En même temps, s’ils ont compris que c’était une machine de travail et qu’ils ne l’allument pas le week-end car ils utilisent leur machine personnelle, ce n’est pas plus mal. La mise à jour Windows 10 1803 est une honte, mise à jour sortie à l’arrache le dernier jour d’avril parce qu’on avait dit que ça sortirait en avril, ça fait penser à des distributions qu’on pousse à une date donnée, comme si c’était mieux de pousser un truc plein de bugs que d’attendre quelques jours de plus. On a vu le bug des SSD, j’y ai échappé, ce par contre qui est en train de se propager chez les collègues au fur et à mesure qu’ils mettent à jour c’est un bug sur le son. On a une espèce de bruit de caverne qui apparaît de façon récurrente. Ce qui m’inquiète un peu, c’est le fait que la machine soit « ancienne », comprenez qu’il s’agit d’anciens DELL qui ne sont pas théoriquement censés supporter Windows 10. On peut donc se retrouver avec Microsoft qui va botter en touche.

Ce qui est tout de même hallucinant c’est que tout le monde se plaint mais ne fait rien. Nous sommes deux Linuxiens au lycée, on a beau expliquer que nos machines n’ont jamais de problèmes pendant les mises à jour, ce qui est vrai, il est sous Debian, moi sous Xubuntu, les gens continuent de s’accrocher. Je pense que ce qui ferait singulièrement la différence, c’est pour cela que je ne propose pas Linux, pour cette raison et pour d’autres qu’on connaît, c’est l’absence de Onedrive. Au lieu de coder tout et n’importe quoi, de se lancer dans de nouveaux environnements de bureau ou des distributions qui ne servent à rien, ils feraient mieux de nous coder un Onedrive compatible sous Linux. Abandonner la vieille version de Office 2007, j’ai confiance en Microsoft pour qu’on y arrive même si Libreoffice devient de plus en plus convaincant, Microsoft finira par déclarer ses vieux programmes dangereux et les bloquer, pour le reste c’est encore trop récent.

En même temps conseiller Linux c’est quand même franchement un pari qui devient de plus en plus osé. Je regardais sur un site anglois, deux distributions de plus qui nous quittent, manque de temps et manque d’argent, presque un pléonasme dans notre univers. Voyez que finalement ça ne sert à rien de crier à la segmentation des distributions, à force de crever les unes à la suite des autres, on va finir par se retrouver avec un nombre de distributions qui tient dans la main. Plus qu’à faire de même avec certains programmes redondants, certains gestionnaires de fenêtres et on aura une offre de qualité, peut-être. En fait ce n’est pas le cas, et c’est finalement la question qu’on se pose dans le piratage. On dit que le piratage c’est un manque à gagner de plusieurs millions, sans se poser la question de savoir si les gens qui téléchargent des œuvres achèteraient ces mêmes œuvres ou en tout cas achèteraient autant qu’ils téléchargent. Ma supposition quant à l’offre de qualité laisserait supposer que toute personne qui abandonne un petit projet rejoindrait un plus gros ce qui n’est certainement pas le cas. Le gars est tellement écœuré par son échec, au lieu de faire du libre se lance dans la fabrication d’applis pour iOS où il gagnera enfin dignement sa vie.

En 2018 se lancer dans un projet de type distribution Linux, réseau social ou gestionnaire d’environnement de bureau c’est soit être un génie, celui qui pense qu’il va tout révolutionner, soit avoir raté un épisode. Je peux tout à fait entendre, comprendre que rejoindre Libreoffice aujourd’hui n’est peut-être pas simple, comme tous les gros programmes, il doit falloir se plier à des exigences, des idées qu’on ne partage pas forcément. Cela dit, courir à l’échec ou courber l’échine, il y a peut-être une réflexion à faire avant de se lancer. Le regret évident c’est de constater des bugs, des manques dans les programmes ténors du marché libre. J’évoquais plus haut la possibilité de se connecter à Onedrive, je sais qu’avec Microsoft c’est difficile parce que c’est de la rétro-ingénierie et que Microsoft ne lâchera rien néanmoins la gestion de solutions propriétaires au sein de Linux, certains indispensables, sont certainement autant d’arguments qui permettraient à certains utilisateurs de franchir le pas, les miens en l’occurrence.

Je lisais que le patron de l’essential phone, jetait l’éponge. C’est quand même le gars qui est à l’origine d’Android, comme les autres il s’est cassé les dents, FirefoxOS, Windows Phone, Ubuntu Phone, est-ce que Librem fera partie de la longue liste ? Certainement. Oui, en 2018 jouer à Icare en informatique c’est avoir la certitude de se brûler les ailes. L’époque aujourd’hui dans le libre ou ailleurs montre qu’il n’est plus l’heure d’oser mais de consolider. Comme dans le libre on est incapable de tendre la main vers l’autre, il suffit de se contenter de regarder les dominos tomber à la suite les uns des autres pour commencer à voir émerger l’offre solide qu’on attend tous mais qui arrivera certainement trop tard.

En complément :