On a retrouvé la septième compa… Matrix

01/04/2020 Non Par cborne

Attendez, je regarde ce que j’ai écrit il y a 7 ans. J’écrivais entre autres que j’étais un connard dans le jugement, et qu’on avait démarré Teams. Les choses ont commencé à se précipiter lundi, ma sous-chef m’a autorisé à balancer l’intégralité du lycée dans Teams. Quand forcément je partais sur une période d’accalmie ça redémarre en fanfare.

C’est ici les copains que nous réalisons que nous sommes des êtres supérieurs. Moqués pour nos passions geeks, à monter des petits serveurs en cachette en chantant du Bernard Minet, nous sommes les piliers de la création, presque au sens propre. Je crois que finalement notre plus grande force réside dans le fait d’admettre quelques bricoles :

  • je suis capable de comprendre que ça ne fonctionne pas sans me mettre à hurler comme un hystérique, ça marche pas, ça marche pas, pourquoi ça marche pas et d’emmerder mon collègue.
  • je suis capable de prendre le temps de faire les choses quand je ne les maîtrise pas.
  • je n’envoie pas de message à tout le monde pour inviter à faire mon truc sans l’avoir testé avant.

Logique, rigueur, sang froid, je crois qu’on peut le dire, nous sommes des surhommes. Forcément ce ne sont pas que les élèves qui débarquent, les élèves d’ailleurs qui ne sont pas les moins à l’aise. Je vais me jeter des fleurs, mais les groupes les plus actifs sont dans lesquels j’enseigne. C’est un constat. Je vais vous raconter une histoire parmi des dizaines dans les jours qui viennent de se produire. Certains collègues sont particulièrement enthousiastes mais peinent un peu en informatique, mais ils sont enthousiastes. J’ai montré à une collègue comment faire un formulaire avec forms, pour qu’elle puisse réaliser un concours de dessin et faire voter l’équipe pédagogique.

Elle réalise donc son forms à l’arrache, l’envoie à toute l’équipe pédagogique et demande de voter sauf que ça ne marche pas. Elle me demande de l’aide alors que comme tu peux t’en douter, c’est pas que j’ai que ça à faire, pour modifier son forms, sauf que pendant que je le modifie elle le modifie en même temps que moi …

Perdre du temps pour en gagner, c’est mon nouveau mantra, et je suis sûr que tout ceci n’est pas vain parce qu’il y a quand même de bonnes chances qu’on rentre au mois de septembre. Sans être un expert, je vois que les Chinois sont en train de se contaminer à nouveau et cela peut se comprendre. Tant que le virus est présent, tant qu’on n’aura pas de vaccins, on sera systématiquement repartis pour un tour. Je vois mal 12 millions de gamins reprendre le chemin de l’école, je ne vois pas des profs un peu malades ne pas faire appel à leur droit de retrait, je ne vois pas des familles ne pas flipper et remettre bébé à l’école pour affronter la maladie et jouer à la roulette de la faible probabilité de voir son enfant mourir.

Je vois aussi mal débarquer 40.000 personnes cet été sur ma plage alors qu’on ne sait pas encore quel sera le comportement du virus face à la chaleur. Je vois pour ma part une seule issue, la vaccination totale de la population, un traitement et on retourne au charbon dans le grand n’importe quoi habituel avec des excès dans tous les sens pour faire une nouvelle génération de boomers.

Saint-Pierre la Mer est à moi … Plus de chats que d’humains dans les rues, la dernière fois on était avec ma fille, des vieux se sont mis à 20 mètres sur le côté pour nous laisser passer, le péril jeune.

Public, je dois te reconnaître que si je suis le premier à râler à chaque fois que je dois transformer mon partner en white submarine à chaque inondation, s’il y a bien un endroit détendu où tu peux passer ton confinement c’est ici. Il faut dire que nous ça ne change pas vraiment grand-chose à notre mode de vie traditionnel, on vit déjà le gros de l’année sans voisin, à part les restaurants et les crêpiers fermés, la boulangère habillée comme Dexter. C’est donc naturellement que la cellule familiale fonctionne sans encombre. Il faut dire que les gosses sont habitués à vivre dans le no man’s land, il faut dire que les enfants ont l’habitude d’être confinés avec nous parce qu’on est toujours en vacances avec eux, il faut dire qu’ils ont l’habitude de nous avoir en prof à la maison. Nous sommes dans une situation presque normale.

La situation n’est pas vraiment normale pour moi puisque je travaille 12 heures par jour. La porte est finalement ouverte tout le temps, selon les horaires des uns ou des autres. Des élèves vous posent des questions à 23 heures, pendant que j’échange tous les matins avec mon collègue Ben à 7 heures. Il faudra que je mette des contraintes horaires, mais comme je le dis, je perds du temps aujourd’hui pour en gagner demain, et même après-demain.

Du fait de recevoir des copies d’élèves et de ne pas faire la correction en classe, je renvoie la correction à partir des copies d’élèves. Je pense que c’est quelque chose que je vais faire durer sur le long terme même si ça demandera un peu d’organisation. Quelques explications. Voici un exemple de loin de correction.

Je prends donc des morceaux d’élèves, justes ou faux et je commente. J’y vois de nombreux avantages :

  • le premier c’est que cela permet de trouver les erreurs communes
  • le second c’est que les gosses se sentent concernés parce qu’ils retrouvent une correction avec des véritables extraits de morceaux à eux.
  • le troisième c’est que si je le transpose à un groupe classe, ça veut dire qu’à chaque fois que je donne du boulot, je peux le viser, pas besoin en début d’heure d’aller faire le tour de la classe pour savoir qui a fait le travail ou pas.
  • et comme j’ai des TBI de bourgeois je peux présenter le travail.

C’est certainement quelque chose que je vais mettre en place pour l’an prochain, cela dit ça pose un vrai souci d’organisation. Un exemple simple, je donne du travail pour le lendemain, j’ai conseil de classe jusqu’à 20 heures, je ne peux pas m’amuser à le faire pour l’ensemble des élèves. Je peux toutefois viser pour savoir qui a fait le boulot ou non.

Nous développons nos stratégies pédagogiques, Ben cité plus haut a fait son premier cours en visio. Il s’agit de nos élèves de GT que nous suivons depuis le début, ils étaient 20 sur 23 présents ce qui montre bien que lorsqu’on éduque, ça marche. J’ai jeté un coup d’œil à ce qu’il faisait, c’était les Mayas, il faisait tranquillement son partage d’écran depuis un powerpoint comme s’il avait fait ça toute sa vie. Les élèves étaient tellement ravis, un cours, une ambiance classe, qu’ils ont demandé une séance pendant les vacances.

Dans ma matière c’est un peu différent, il apparaît que le support vidéo plus que la visio est mieux choisi. En effet, dans une salle de classe, notamment avec les collèges, on va répéter environ 45 fois pour 25 élèves. La vidéo prend alors tout son sens pour le gamin qui peut me revoir en boucle et même me mettre en pause, un rêve enfin accompli. Par contre, j’ai fait de la visio avec mes collègues notamment ma collègue citée plus haut pour utiliser forms et c’est ici que les problèmes ont commencé et qu’une fois de plus je finis par les résoudre.

Il faut savoir que Teams avec Firefox c’est limité, à savoir que vous n’avez pas la possibilité de faire de la visio par caméra. La moralité c’est d’installer le logiciel teams proposé par Microsoft puisque désormais le client Microsoft est disponible depuis novembre ou décembre 2019. Seulement comme d’habitude et pour bien emmerder les linuxiens, toutes les possibilités ne sont pas offertes, le partage d’écran ne se fait pas. En informatique c’est fondamental pour montrer ce qu’on fait à l’autre. J’ai commencé à chercher une raison, elle est très simple, la fonctionnalité n’est tout simplement pas implémentée sous Linux. C’est encore ici qu’on se retrouve dans un monde parallèle, des gars ont codé un client non officiel que vous pouvez retrouver en snap pour Teams qui gère le partage d’écran. Malheureusement ça ne fonctionne pas, et en creusant un peu il semblerait que cela provienne de Wayland.

Alors forcément à ce moment-là, je réfléchis très fortement à revenir sous Windows. Le partage de bureau est fondamental, regardez par exemple le reste de mon écran partagé pour faire une explication de l’équilibre des équations parce que je sais tout faire :

Oui je sais tout faire, oui j’aime me faire interrompre toutes les trois minutes dans ce billet que je vais faire en douze heures, mais je perds du temps pour en gagner. Parce que j’aime arpenter les forums en anglois, je vois que Google Chrome sait tout faire et j’installe donc Chrome qui fonctionne parfaitement. Mon Linux a failli y passer.

C’est vraiment une période riche en apprentissage, il va falloir que j’investisse dans une tablette graphique si ça dure pour pouvoir écrire. Comme je l’écrivais plus haut, les maths c’est comme le crépi, c’est la vie, on a besoin du papier crayon pour s’en sortir, et écrire à la souris risque de ne pas être franchement convivial. Et dans une visio où on va me demander de répéter cinquante fois, j’ai intérêt à avoir les outils adaptés.

Comme je le répète très souvent depuis le confinement, le président Macron a raison, nous sommes en guerre. On ne reconnaîtra peut-être pas à la sortie, surtout à la rentrée du mois de septembre qui auront été les collabos et les résistants mais je me souviendrais de l’attitude de chacun. S’il est certain que les télé-travailleurs n’ont peut-être pas que ça à faire, je me dis que des gens qui ont des compétences, quel que soit leur domaine devraient être sur la toile pour proposer de l’entraide, des fichiers d’informatique, des cours de français, ou prendre la guitare et faire de l’art, tout ce qu’on peut partager. Quand je vois les sites qui expliquent comment procrastiner le plus possible, je dois vous livrer mon dégoût tant il y a à faire.

Un maire de l’Eure donne des ordinateurs pour faciliter l’école à la maison titre le parisien, titre le parisien, ce maire nous le connaissons bien ici. Ce maire réélu au premier tour dans son village malgré le qualificatif de maire tueur de chats, c’est Denis, le gars qui se fait régulièrement pourrir dans la communauté du libre. Eh oui public. Et pourtant les vrais bonhommes on les voit dans cette situation, Denis équipe les enfants de son village avec des postes sous Kubuntu. Moi le Denis, malgré sa grande gueule, malgré la place qu’il prend, ça vaut tous les RMS du monde.

Ma résistance à moi est d’être présent dans la matrice, de donner un semblant de normalité à mes élèves et de leur demander de me rendre un DM Python de 600 exercices avec un exercice par page et une couleur différente par exercice. J’ai des rendus plutôt sympas.

Soyez des bonhommes, aidez votre prochain, il n’y a que dans la solidarité que nous arriverons à faire face. Ma contribution personnelle, le volume du saumon d’avril. Bon sang, j’aurais jamais cru que j’allais finir ce billet.