Ma petite mam… Euh non. Réorganisation

23/03/2020 Non Par cborne

Attendez, je relis mon dernier billet que j’ai écrit il y a dix ans. Ah non d’après la date il semblerait que c’est le 20, ça passe vite. Avant de démarrer, je tiens à remercier les gens qui m’ont écrit, pour me souhaiter bon courage, tout ça. Tu le sais public, Cyrille BORNE même le genou à terre continue d’avancer, c’est plus long et plus ridicule, mais on s’en fout.

Voici l’occasion de vous faire une nouvelle cartographie des réseaux sociaux. Ceci étant bien évidemment très personnel et peut-être pas forcément objectif, mais ça sent le vécu.

  • Il apparaît qu’Instagram est inutile, je pense que Tiktok c’est même combat. Instagram le réseau des gens beaux, Tiktok encore plus beaux, un défilé de photos qui n’a de sens que pour fournir une vitrine publicitaire.
  • Je ne juge pas Twitter qui doit certainement être un moyen intéressant pour faire de la veille, mais mes derniers souvenirs encore trop frais, me font dire que c’était surtout du bruit et qu’il était particulièrement difficile de faire le tri pour trouver une information pertinente.
  • Facebook le réseau social des vieux reste encore pertinent pour moi. Par exemple j’ai droit à ce genre d’informations. C’est d’ailleurs pas du luxe, je vous fais une parenthèse, on avait un peu peur de voir débarquer les propriétaires de résidence secondaire en masse ou les gens des villes avoisinantes. La majorité de mes voisins sont issus de la région Toulousaine, à priori ils ont préféré rester chez eux contrairement à nos amis parisiens et c’est tant mieux. La moralité c’est que je vis dans un village complètement mort, Saint-Pierre la Mort, avec 90% de retraités qui ont la trouille, et qui restent chez eux. Je sors tous les jours pour aller marcher en bord de mer puisque la promenade est autorisée, on s’est fait arrêter par une patrouille de gendarme à moto, preuve que ça contrôle plutôt pas mal. On a présenté nos papiers, on nous a demandé si on était du village, on nous a rappelé que la plage était interdite, les gendarmes nous ont souhaité une bonne promenade. On comprend pourquoi on fait des contrôles, avec plus de 20.000 amendes ce dimanche, si les Français ne se disciplinent pas, le retour à l’école sera pour la rentrée 2020. Facebook donc reste un essentiel pour l’information locale mais aussi pour contacter mes collègues rapidement. Il apparaît qu’ils sont plus réactifs sur Messenger que dans leur mail professionnel.
  • J’ai passé une semaine sur Snap c’était l’horreur, mais je dois reconnaître que ce réseau a tout de même quelques qualités. Les groupes pour les jeunes, c’est le seul qui est taillé comme ça, les stories dont il est à l’origine, et j’en passe. Pas étonnant qu’il se fasse faucher toutes ses idées, et je ne serais pas étonné qu’on voit bientôt débarquer dans Instagram une façon similaire de faire des groupes. Pourquoi l’horreur ? Parce que je peine sur le tactile, parce que j’ai le nez dans mon écran et que je dois en sortir pour répondre à une question, parce que les gosses, parce qu’ils mettent de l’audio au milieu, parce qu’on ne peut pas partager de fichiers et j’en passe.

J’ai expliqué à mes élèves la complexité pour moi d’utiliser ce réseau et j’ai dit qu’on pourrait me trouver sur discord, je n’ai rien imposé ce serait illégal, ils ont tous débarqué. J’ai clôturé snap, ce qui fait que je n’ai plus qu’un compte Facebook et Discord.

Discord c’est le retour d’IRC et on ne s’étonne pas que ça devient l’application la plus téléchargée de France. Concrètement, on a la possibilité de partager l’écran, on a la possibilité de modérer, de faire de la vision, ça permet de faire des tas de choses mais c’est totalement illégal. C’est ici que nous allons faire un peu de loi, mais à peine un peu, parce que nous sommes dans une zone de flou. La RGPD en France, notamment au niveau des écoles, va imposer certaines obligations quant à la vie privée des élèves. Concrètement, vous avez le droit d’utiliser toute une batterie de logiciels et de services, à partir du moment où ils ont signé un accord avec le ministre de l’éducation nationale ou dans mon cas le ministre de l’agriculture. Cela signifie que je peux communiquer des travaux d’élèves, des messages, par le biais de SCOLINFO, par ma boîte mail c’est pas si sûr, et c’est tout.

La moralité c’est que nous nous mettons en illégalité mais pas que dans l’utilisation de Discord. Illégalité quand on envoie les élèves consulter ou compléter un padlet de chez Google ou quand on fait une classe Twitter. La RGPD est tellement pointilleuse que même l’utilisation d’une plateforme Nextcloud à la volée ou tout logiciel libre monté sur un serveur personnel est illégal. Je ne suis pas dans l’illégalité pour la simple et bonne raison que je ne fais pas cours par discord et que je n’accepte aucun document autre que par l’ENT ou mon mail professionnel.

À l’heure actuelle, c’est le bordel en France, vous m’excuserez l’expression, l’openbar, une zone de non-droit comme le disait notre président Sarko qu’on fait comme on peut. Vous vous doutez bien que lorsqu’on a donné l’autorisation de faire des diagnostics par Facetime, WhatsApp ou encore Skype on a franchi très largement le cap de l’interrogation quant à la vie privée puisqu’une compagnie américaine sait que monsieur Michu est porteur du Coronavirus. Si l’on suit les directives de l’EN, dans certaines académies mais pas partout, à priori rien de clair dans l’agricole, on envoie les élèves vers les plateformes du CNED qui sont habilitées. Et si elles ne marchent pas ? On attend ? Il y a donc un besoin de continuité pédagogique, mais des outils avec un taux d’indisponibilité record. Les enseignants n’étant pas pour une majorité d’entre eux, des gens à laisser traîner, beaucoup ont donc choisi l’orientation vers le plan B sans réfléchir, encore plus par chez nous quand l’ENT est défaillant de 10 heures à 18 heures.

Pour ma part, pourquoi je ne suis pas dans l’illégalité ou je ne le sais pas. Il n’y a pas d’emploi du temps défini pour les enseignants et les professeurs, c’est pour cela que nous sommes globalement passés à du sept jours sur sept et du sept heures à minuit pour combler tout le monde. Il n’y a rien qui encadre ou pas à ma connaissance la continuité pédagogique. Comprenez qu’il est nécessaire de donner du boulot aux élèves, je l’entends, mais qui se soucie de leur bien être ? J’ai des amis parmi mes élèves dans Facebook, j’ai désormais des amis sur discord. Dans le serveur, je ne demande aucun document, je peux donner les miens mais ce sont les miens, je ne donne pas de résultat scolaire, j’oriente vers l’ENT en permanence, je vais par contre demander si tout va bien. Les adolescents sont dans une détresse absolue, la rupture sociale, l’enfermement, les situations familiales exacerbées, le fait d’avoir des adultes à pouvoir contacter, présents, permet certainement de limiter la casse et d’éviter des drames. J’ai lu dans un article que certaines familles pourraient se retourner contre les enseignants, tout est possible. On a vu des gens porter plainte contre des pompiers qui ont cassé une porte pour sauver des vies. Il me paraît important dans cette situation totalement exceptionnelle, où il est bien évidemment indispensable de ne pas faire n’importe quoi, de faire passer l’humain en premier, surtout quand il s’agit de gamins totalement désorientés.

Il s’agit donc d’un outil de contact, et pas d’un outil pédagogique dans mon utilisation. Je n’utiliserai pas la visio-conférence parce qu’elle ne sert à rien comme j’ai pu l’écrire, les copies sont récupérées par le biais de l’ENT en passant en amont par des téléphones ou des ordinateurs et par des services qui espionnent les utilisateurs. On est d’ailleurs quelque part tous coupables, si je demande la photo d’un devoir, je demande d’utiliser à l’élève son téléphone pour photographier une copie donc une donnée personnelle et la donner à Google. De la même manière on peut lire :

Les professeurs pourront accompagner leurs élèves dans l’utilisation de ces ressources, en leur adressant des supports de cours et des exercices, via les espaces numériques de travail ou la messagerie électronique pour les élèves disposant d’un accès à internet. Ils leur adresseront les travaux à faire à la maison.

education.gouv.fr

Messagerie électronique propriété d’un groupe quelconque et non signataire de la RGPD, Google pour ne citer qu’elle.

Certains élèves livrent leurs angoisses, font un screen de la dernière rumeur qu’ils ont reçue, et moi je rappelle qu’il est important de donner la source, de vérifier l’information. J’ai montré les site les décodeurs, checknews ou encore francetv, je donne des astuces informatiques, je réponds à des questions de maths, mais je ne demande rien par ce biais. Ainsi quand ça commence à crier dans les chaumières des hautes sphères qu’utiliser les réseaux sociaux c’est mal, oui c’est effectivement mal dans un cadre pédagogique mais c’est indispensable dans un cadre sanitaire. On ne va pas mourir que du Coronavirus en France, la solitude, le confinement, seront autant de raisons de mourir. Si la continuité pédagogique a du sens car elle permet de continuer à travailler, d’occuper les esprits et je continue de le faire avec mes outils institutionnels, le contact avec les élèves pour vérifier que tout se passe bien est totalement indispensable. Les adolescents sont fragiles, et il vaut mieux utiliser les plateformes propriétaires que de se retrouver avec une vague de suicide. Mon action serait identique à passer un coup de téléphone pour savoir comment ça va, ce que j’ai fait. Je vous rappelle que mon opérateur c’est Bouygues, pas RGPD proof, mon Asus sous Android propriété de Google, le tout dans l’oreille bienveillante de la NSA

Le flou est donc total, et laissé à notre libre appréciation. Certains de mes collègues ne font rien, d’autres laissent du travail et envoient les corrections sans savoir si le travail est fait, les derniers s’impliquent comme ils le font dans leur métier. L’implication est bien évidemment une prise de risque. Je préfère mieux pour ma part ne pas découvrir que des élèves ont commis l’irréparable et qu’il n’en fallait pas beaucoup pour les sortir de leur solitude, même si pour ça il fallait utiliser un service propriétaire. Le flou va d’ailleurs bien au-delà de cela, comme je l’expliquais, je vais offrir 15 heures de boulot de mon temps prof, pas cette semaine, mais la semaine prochaine, puisqu’une grosse partie de mes élèves étaient en stage.

Comme le disait le président Macron, c’est la guerre, à la guerre comme à la guerre, si on sauve des vies. Pardon c’est 23h17, je viens de recevoir un mail d’un parent qui a des problèmes avec son compte SCOLINFO, je fais une pause.

L’école 2.0 n’est pas arrivée, pour la même raison que les travailleurs indépendants se retrouvent dans des locaux partagés. Pour avoir des horaires, pour avoir du monde autour, pour socialiser. Les outils impersonnels que nous utilisons actuellement ne sont qu’un leurre qui ne réussiront pas à faire tenir tout le monde pendant six mois. Ils ne fonctionnent que dans la promesse d’un retour à la normale.

Le défi de cette semaine sera pour moi de décrocher un peu, d’arrêter de courir après les élèves pour qu’ils rendent le boulot. Il faut aussi que chacun prenne ses responsabilités, les parents qui sont à domiciles, les élèves qui doivent fournir le travail. Dans certaines classes j’ai moins de 40% de messages lus …