Les limites du petit prix, ou ça va je pense que j’ai compris.

16/12/2020 Non Par cborne

Souvenez-vous j’expliquais que le poste et le Némo ça ne serait certainement pas gagné, j’avais raison. Comme je n’ai pas de ventre, je suis allé chez Norauto. Oui je n’ai pas de ventre j’avais dit que je n’irais plus jamais chez Norauto suite à mes petits désagréments de je te polis pas tes phares et que ça se voit pas au contrôle technique, tu as besoin de nouveaux pneus mais on les a pas vu la fois d’avant alors qu’on te changeait les plaquettes. J’ai d’ailleurs reçu un signe, pour me dire que Norauto et moi c’était fini. Je peux me sentir pardonné à moitié parce que c’était le Norauto de Villeneuve les Béziers et pas Narbonne. Changer de département, c’est comme changer d’enseigne ou presque.

Le fait de ne pas avoir de ventre, c’est tout de même important de le noter et de surtout préciser que la société de consommation a bien fait son œuvre. J’avais dit que je n’irais plus chez SFR, finalement ma box est chez SFR. La société de consommation nous a appris que d’une manière ou d’une autre, le client n’est plus roi, que de toute façon, tu finiras par te faire enfler par une société qui cherche à faire du profit sur ton dos. Plus de pitié, tu prends chez n’importe qui pourvu que tu y trouves ton compte, le temps que ça dure. Quelques exemples qui me viennent en tête : SFR qui monte ses prix comme ça, t’es pas content tu vas chez Bouygues qui fait pareil, tu vas ailleurs qui fera pareil et ainsi de suite. La petite dernière c’est Paypal qui se permet de vous facturer des frais d’inactivité, on peut supposer que demain Paypal vous facturera tout court l’utilisation de ses services. Alors qu’on nous a appris l’infidélité, les petits commerçants s’insurgent de la fréquentation des grandes surfaces au détriment des petits commerces, comme si finalement il fallait être solidaire, que la crise COVID devrait changer quelque chose, alors qu’on sait pertinemment que c’est chacun pour soi et Amazon pour tous, qui sera le futur fossoyeur de ces grandes surfaces qui ont détruit les commerces de proximité qu’on voudrait sauver. Enfin croire qu’on voudrait sauver mais sans effort.

J’ai donc franchi la porte de Norauto au bout de 400 mots d’introduction pour me faire dire que si le poste n’avait pas été acheté chez Norauto, alors on ne me le monterait pas. Norauto se dédouane en expliquant que s’il grille le poste, ils peuvent s’arranger avec le fournisseur alors que dans le cas contraire, ils risqueraient le procès du siècle et la prison car nous vivons dans une société à l’américaine. Bien évidemment j’ai insisté en expliquant que le poste payé 20 balles, s’ils le grillent je prends sur moi. Je me suis fait jeter comme un malpropre. OK ça c’est fait, Norauto c’est fini.

Je prends rendez-vous chez mon garage qui travaille à plein régime et qui ne peut me recevoir qu’au bout d’une semaine. Mon garage salue le changement de voiture et un mécano passe en me disant « déjà en panne ? ». Voyez comment je suis entré dans la légende. Le jeune qui doit le faire, voit que j’ai déjà tout sorti et que tout est prêt. Il pense qu’un simple inverseur fera l’affaire et je me rends compte qu’il ne saura pas le monter. Même si j’ai vieilli, je sais quand même sentir le truc qui pue un peu surtout quand je me suis documenté en amont.

Il me dit qu’il n’a pas la fiche et m’envoie dans une boutique du nom de SOUNDAUTOCONCEPT, à Pézenas pour demander une fiche qui irait bien. J’arrive dans un endroit dédié au tuning. Je vois des jeunes avec des joggings de toutes les couleurs, des audis, des BM et moi je gare mon Némo. Je vois le monsieur, je lui montre, il me dit qu’il me manque un plus après contact et qu’il me le fera le mardi sur le coup des 13 heures.

Nous sommes mardi, il fait un temps dégueulasse, en ce moment on se régale dans ma région, j’arrive à 12h50 sur le parking, deux jeunes mangent au comptoir, le monsieur arrive. Je me rends compte qu’il n’est pas ouvert et qu’en fait il me reçoit sur son temps de pause. Nous tapons la discute, nous avons le même âge, il est passionné, il sait ce qu’il fait.

La manipulation est en gros celle qu’on avait pu voir dans le précédent billet, mais en moins dégueulasse. Au lieu de se brancher sur l’allume cigare, il se branche proprement sur la boîte à fusible et fait passer un fil supplémentaire, la fameuse alimentation manquante. L’opération lui prend une vingtaine de minutes, je lui offre les fils supplémentaires et inutiles qui étaient livrés avec l’autoradio et la façade. Il me dit qu’on va faire un échange de bon procédé et que ça paiera la pose. Gêné, j’essaie de lui placer un billet, il refuse, il me dit en plus qu’il est content d’avoir pu aider un prof parce qu’on fait un métier difficile, je repars avec de la musique dans la voiture après une semaine et ça change la vie. Je suis heureux, j’ai rencontré un type compétent et honnête, il faut que je le blogue à la terre entière.

Il y a beaucoup de moralités à prendre dans cette histoire. Lorsque tu regardes ses avis, j’ai mis un avis très positif dans Google, tu as des gens qui font une heure de route pour venir le voir. Le type est d’une compétence évidente, sérieux dans ses affaires, poli, il a toutes les qualités du bon commerçant. Il est reconnu par ses pairs, mon garagiste ne m’aurait pas envoyé n’importe où. Il y a de la place pour les gens compétents, ceux qui savent mais j’ai envie de dire surtout ceux qui osent et c’est un vrai problème de notre société. Quelques exemples :

J’évoquais mon garage plus haut, ce sont avant tout des mécanos, j’ai bien compris que la pose d’autoradio bizarre ne fait pas partie de leurs compétences. Quand avec le partner ils m’ont réparé la fuite d’eau qu’il a fallu un an et demi à trouver à savoir le fameux échangeur eau – huile qui prenait cher à grands coups de vibrations du bouclier thermique, ils ont découpé le bouclier thermique à la main. Il faut comprendre que si j’avais dû le présenter chez Peugeot, ils m’auraient changé la voiture en me disant qu’elle est morte. Norauto en présentant la panne aurait certainement déménagé son entreprise ou rendue furtive de peur que je ne pose la question. Il y a besoin de professionnels qui osent, de professionnels qui savent même s’il y a un risque. Car le risque bien sûr c’est de tuer la batterie d’un coup sec ici ou de dérégler la programmation du véhicule quand par là c’est de se rater sur le bouclier et le casser en deux parce que pour une raison ou pour une autre il n’aurait pas tenu. Les gens qui font de l’occasion, les gens qui bricolent savent ce qu’est le risque. Lorsqu’on se retrouve à démonter un ordinateur complet pour sortir le disque dur et remplacer par un SSD, on connaît les risques, avoir les plastiques qui pètent, effacer les données. On comprend dès lors pourquoi personne ne veut s’emmerder et ça peut poser des problèmes plus sérieux.

À l’époque des travaux dans la maison, quand on est arrivé, on ne connaissait pas l’architecte. L’architecte c’est le gars chauve qui traîne sur mes photos de travaux qui me dépassent, et qui de son côté ne se préoccupe pas de l’informatique depuis les huit ans que nous nous connaissons. Ceux qui connaissent l’histoire de ma maison se rappelleront qu’à l’époque on avait trouvé le chauffe-eau mort dans les combles et le trou trop petit pour le sortir. Personne ne proposait de solutions. L’architecte qui ose tout, c’est un vrai bonhomme, était passé dans les combles pour dériver le circuit d’eau et installer le chauffe-eau dans un placard. D’après les entreprises, il aurait fallu raser la maison. Et si dans le cas du matériel on peut se dire que tout n’est qu’une question d’argent dans la perspective où il n’y a pas de possibilité de réparation simple, dans le médical, il y a tout de même de quoi réfléchir.

Mon fils a porté un appareil dentaire pendant pas mal de temps, et sur Narbonne on allait dans une usine de gosses qui portaient des appareils dentaires. Le cabinet ne faisait que ça et j’ai envie de dire que c’était le Norauto de la dentition. Pas d’opération, rien, que des appareils pour des gens qui ont fait douze ans de dentaire. Et c’est ici que tu t’interroges car tout ceci, comme Norauto c’est franchement plus bankable que de refaire des mâchoires complexes comme Norauto gagne plus d’argent en changeant les pneus qu’en sciant des boucliers thermiques sur le principe que le temps c’est de l’argent.

Il y a quelques années mon épouse a été opérée par un toubib qui fait un truc assez rare. Avec son copain stomato il récupère un morceau du palais pour le mettre derrière la paupière. Les deux peaux sont totalement compatibles. Ils ne sont qu’une poignée à faire ça en France et quand il le fait, il ne le fait que pour deux personnes par jour pour un dépassement d’honoraire de 500 balles. Bien évidemment 500 balles c’est une somme, mais finalement il faut relativiser. 500 balles c’est ce que j’ai payé cet été pour la bagnole de ma femme. 500 balles pour une opération qui change une vie, qui comme toutes les opérations sont risquées, mais surtout une opération rare, et le rare est cher, finalement pas si cher. Car de l’autre côté, quand ma fille se fait opérer des dents de sagesse, c’est un billet de 150 que prend la toubib pour faire une opération de routine sur 5 ou 6 gamins.

Ce que j’essaie de vous faire comprendre, c’est que dans notre système procédurier, dans notre système où prendre des risques c’est surtout prendre le risque de partir en prison ou d’avoir des soucis, plus personne ne veut oser, plus personne ne veut entreprendre. J’admire ceux qui osent, ceux qui se lancent, ceux qui font et qui savent faire tout simplement, car ils sont rares et surtout pas aidés pour deux sous et personne ne dira qu’ils ont eu le mérite d’essayer, on dira juste qu’ils se sont trompés.

Avant de finir sur ce billet que je ne pensais pas si long, j’aimerais tout de même partager avec vous ce qui fait le charme de ce blog, de cette expérience que nous vivons ensemble depuis plus d’une décennie, celle que je partage sans honte parce que finalement j’ose exprimer que je me suis trompé et oser, on le sait désormais, c’est bien.

J’ai écrit :

Dans mon cahier des charges comme on peut s’imaginer un prix de radin, 25 balles, et la possibilité de décrocher le téléphone depuis l’autoradio. Le prix de radin c’est lié à une grande tradition de postes payés 20 €

Cyrille BORNE, et sa philosophie du chinois pas cher à la con

Quand j’ai vu le gars essayer d’allumer le poste et de le voir galérer tellement c’est cheap, j’ai compris que ma théorie du poste fonctionnel à 20 balles pourtant noté 4 étoiles sur Amazon c’est fini. Je crois que les avis maintenant c’est mort, il m’a dit aussi qu’il vendait des panneaux d’adaptation. Il m’expliquait aussi que chez lui le premier prix c’était plus de 150 € mais que lorsque tu rentres dans ta voiture c’est ça. Et quand je vois son magasin je veux bien le croire.

le plus grand acteur au monde

Et c’est ici que je veux partager ce moment mémorable avec toi, ce signe du destin, ce message envoyé par une puissance supérieure qui se traduit par « Cyrille, les trucs pourris c’est fini ». Ma femme m’appelle parce qu’elle croit que je rentre une heure plus tôt, se fait du souci parce que je ne suis pas à la maison et qu’il pleut des cordes. En même temps je roule en Némo, je ne risque pas grand-chose, vanne que j’entends à chaque fois que je me gare. Je tends le bras pour appuyer sur le bouton décrocher, ça décroche pas. Je réussis tout en conduisant à décrocher et je me rends compte que le bouton est complètement pourri. Je suis en train de regarder du côté des applications Android qui décrochent automatiquement.

J’en ai fini avec le produit vraiment pas cher, surtout pour un produit que j’utilise huit heures par semaine. Le poste lit les mp3 depuis l’USB, mémorise, fonctionne ne bluetooth ce qui fait que je vais peut-être m’intéresser au podcast, c’est le principal. Je tourne un peu, parce qu’on me connaît, la page de la mentalité de crevard.

Nous terminons sur Bonjour du « rappeur » Vald que j’ai découvert dernièrement. Alors bien évidemment c’est différent du rap que j’écoute, mais je dois reconnaître que ça m’a fait franchement marrer tellement c’est absurde. Vald enchaîne les titres, c’est chantant, ça ne veut pas dire grand-chose, les codes sont parfaitement maîtrisés, et ça doit déstabiliser quand même pas mal les gens qui font du RAP « conscient » comme un Jul qui caracole en tête des ventes. Certainement une prochaine crise pour le RAP, il faudra certainement trouver un autre style musical pour dire quelque chose de sérieux, si les gens cherchent encore quelque chose de sérieux à dire.