Jingle bells

24/12/2019 Non Par cborne

Les festivités de Noël ont démarré, ces vacances seront dédiées au repos, enfin ça c’est le truc que j’essaie de me dire pour y croire, à la famille, on a attaqué les festivités et un peu au bricolage parce qu’un Borne qui ne bricole pas, n’est pas vraiment un Borne. On avait pensé faire le Barcarès pour aller voir la rolls des marchés de Noël, à une heure de chez nous du côté de Perpignan. Il apparaît qu’une fois de plus et par un bizarre concours de circonstances nous avons fini dans les féeries de Narbonne, chez nous quoi.

Si je devais faire une analyse très approfondie, je dirais que la multiplication des marchés de Noël provient de la lutte désespérée des centre-villes pour refaire venir du monde face à la domination des grandes surfaces et de l’internet. On fait donc un joli centre-ville, on te met des manèges, à bouffer, parce qu’il est important de bouffer, ça marche toujours, une patinoire et on fait venir du monde. En images

Cela fait des années que je n’ai pas mis les pieds dans le centre-ville de Narbonne, sans véritablement de regrets. En écrivant ces lignes, en fait si je regrette un peu. Ma vie à courir entre Pézenas et Saint-Pierre, toujours dans la voiture fait que je ne « profite » que des extérieurs. Je fais comme tout un chacun, je me contente des grandes surfaces des périphéries alors que j’ai erré dans le centre de Nîmes pendant toute mon adolescence, de Montpellier pendant ma jeunesse. Pour Narbonne, ce sera difficile de faire machine arrière, il n’y a rien d’attractif ou presque. Ce ne sont pas une forêt de sapins, un peu de décoration qui relanceront la consommation. Dans le centre de Narbonne, les boutiques ont été remplacées par des cafés ou des restaurants. D’un point de vue commercial, Narbonne n’a plus aucune attractivité, pas vraiment de boutiques spécialisées non plus qui pourraient donner envie d’y aller. Les centre-villes pourront difficilement faire marche arrière, pas encore en tout cas. Même si les centres commerciaux, ces grands temples de la consommation commencent déjà à manger leur pain noir, il est encore trop tôt pour cette forme de relocalisation.

Parenthèse. J’évoquais le fait que le bureau Gnome à la sauce Ubuntu était vraiment pertinent, j’ai vu que désormais Nautilus permettait de faire du renommage de masse comme dans Thunar, que reste-t-il à Xfce je vous le demande ?

Des gens qui font la manche pendant que d’autres sont à la course au dernier téléphone, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles … Nous sommes donc mardi, jour de Noël et c’est une journée qui n’a pas d’importance pour moi, je me rends compte que nous sommes quelques-uns et de plus en plus dans la famille à passer outre, préférant se retrouver autour d’une table sans abus, juste pour le plaisir de se retrouver. Et c’est donc sans surprise que pour le jour de Noël, j’étais à Bricodepot.

Souvenez-vous, il y a quelques-temps je vous montrais une photo de guides que j’avais acheté sur un site qui fabrique des pièces en 3D pour remplacer des guides explosés.

Si ce site s’est lancé sur le marché de cette pièce, c’est tout simplement parce que Bricodepot a changé ses modèles de guide et comme on rigole toujours plus chez Bricodepot le modèle de rail. En cette septième année que nous vivons à Saint-Pierre et donc sept ans de travaux, ce n’est pas la première fois que je mentionne les problèmes d’obsolescence dans le bricolage, ça continue. Le problème du guide, c’est que le guide ne s’adapte pas parfaitement à la porte, et qu’il est dur comme c’est pas permis. Ma femme a tendance à être une grosse bourrine et c’est donc sans surprise qu’à force de bourriner la porte du placard, elle a fini par faire sortir les guides plus d’une fois. La dernière fois, coup de fatigue, je me dis que je vais le faire tenir une bonne fois pour toutes et je finis par pousser tellement fort que je finis par fendre le miroir, je pense que j’en suis à environ 21 ans de malheur, ça et la malédiction indienne, c’est pas terrible.

On a donc commencé à mettre hier soir la porte cassée dans le partner et je prévoyais de prendre le temps de l’amener à la déchetterie puis de partir à Bricodepot. À deux heures du matin ma femme qui a chaud s’étale naturellement sur moi parce qu’il nous faudrait un lit en 240, et me réveille. Moi à deux heures, avec une femme qui m’écrase, je commence à réfléchir et je me dis qu’il serait judicieux de conserver la porte dans le partner et de poser le kit par-dessus pour éviter qu’il ne repose que sur le siège avant et arrière. Les emballages Bricodepot ne sont pas réputés pour leur épaisseur. Je fais donc partager cette merveilleuse idée à mon fils à 6h50 qui pour une raison curieuse quand j’ouvre son volet me dit en boucle « c’est quelle heure ? C’est quelle heure ? ». Nous arrivons donc à Bricodepot à 7h30 et nous sommes de retour pour les 8h10, je salue mon efficacité et ma conduite. Comme on avait le miroir orienté vers le ciel, on jouait au phare d’Alexandrie avec les lampadaires des villages, ambiance.

Comme vous pouvez le voir, on peut faire tout rentrer dans un partner. Je l’ai écrit plus haut, les guides ne sont plus les mêmes, et donc le rail au moins du haut. Ma crainte c’était de devoir tout démonter, je conservais l’espoir de pouvoir reposer une des deux portes à la place de l’ancienne, trop facile. Le beau-père arrive, parce que ma maison étant ainsi foutue qu’il faut passer la porte par le balcon. Même si mon fils est désormais plus grand que moi, et pas loin d’être aussi costaud, j’ai préféré faire appel au troisième homme pour passer les 2.50 mètres.

Assez rapidement on réalise que ça ne passera pas, les portes ne sont pas identiques non plus. Je vous montre en image comment en sept ans, l’enseigne a fait des économies de fou sur des trucs qu’on n’attend pas.

À gauche vous avez l’ancienne porte, on voit clairement que le mélaminé recouvre l’intégralité de l’arrière du miroir. Pour le nouveau modèle, seulement une bande de mélaminé sur les côtés, la porte est franchement plus légère et paraît forcément moins solide, pas de petites économies. La porte est donc malheureusement bien différente, y compris sur la hauteur parce que les guides vont plus hauts. Pas le choix, il faut changer l’ensemble des portes et des rails … Et forcément les rails, même celui du bas pour les roulettes a une largeur plus grosse, il faut donc changer l’intégralité du kit. Si les longueurs sont quasiment les mêmes à deux millimètres parce que sinon c’est trop facile, les trous sont à des emplacements différents. Il faut donc disquer les rails et refaire les trous à la perceuse …

Le rail du bas est l’ancien rail, le rail du dessus le nouveau, les guides se promènent à l’intérieur ce qui fait que les plastiques ne cassent plus, avant ils s’emboîtaient sur les rails. Moins compliqué que prévu mais pas simple de remplacer, la routine.

L’esprit de Noël c’est vrai que j’ai dû mal à rentrer dans l’ambiance. Les manifestations, la faim, la guerre, les intempéries en Corse, ce petit parfum omniprésent de fin du monde et surtout, la réalité du quotidien. Le Lycée Agricole Saint Joseph de Maurs va fermer ses portes après des dizaines d’années, je n’ai pas retrouvé la date. Je sais qu’à l’époque mes collègues me disaient que c’était les bonnes sœurs qui tenaient le lycée, l’intérieur était fait avec de vieilles boiseries. J’ai passé huit ans dans cet établissement du Cantal, j’ai forcément une pensée pour des collègues qui doivent encore y travailler même si je n’ai plus de nouvelles depuis longtemps, loin des yeux, loin du cœur. J’ai passé huit ans dans cet établissement, j’y ai fait mes premières armes en tant qu’enseignant et je dirais aussi comme informaticien des écoles. J’ai travaillé sans compter, j’ai appris, j’ai rencontré des chouettes gamins, ce sont eux qui m’ont fait passer l’information, ils sont nombreux à avoir aujourd’hui franchi le cap des trente ans. Il me semble que l’école privée du village a aussi fermé ou va aussi fermer, et c’est une logique. Maurs la jolie, 50 km sous Aurillac, 20 km de Figeac et de Decazeville, incontestablement le trou du cul du monde et l’illustration de nos campagnes qui meurent.

Et pourtant, quand on se plaint de la malbouffe, de la pénurie de tout et notamment des énergies fossiles, on a de quoi faire pousser pas mal de bricoles dans nos campagnes qui pourraient nous assurer l’autonomie, l’indépendance alimentaire. On préfère mieux continuer à manger de la merde et payer des iphones plutôt que de se poser les vraies bonnes questions sur la survie de notre pays.

Logique économique, logique de territoire, un rappel que les institutions qu’on pensait éternelles finissent tout de même par fermer. À l’époque, mon départ, celui d’une collègue à la retraite et d’un autre, avaient permis de maintenir l’emploi, déjà à l’époque c’était un contexte difficile. Et je me permets d’écrire ici ce que je pense, puisque c’est mon espace de liberté, même si la partie était perdue d’avance, les erreurs de gestion ont été tellement nombreuses que s’il y avait eu un peu d’espoir il a été annihilé par des incapables. Ces erreurs dans le domaine de l’éducation, des bahuts privés, qui sont des entreprises comme des autres j’en vois bien trop dans mon quotidien, Maurs ne sera pas le dernier établissement privé que je verrai fermer.

Pour vous laisser sur une note plus joyeuse, j’aimerais finir avec un peu d’informatique.

Malgré les mauvaises langues, la solution syncthing est adoptée à la maison. Mon fils l’a installé sur son téléphone, je lui copie des films dessus, il les a de façon automatique, il a fini de les regarder, ça les supprime directement sur le répertoire que nous partageons. J’ai étudié un peu plus la synchronisation des calendriers et des contacts sans passer par la case serveur intermédiaire. Il existe la solution DecSync qui consiste à synchroniser les calendriers et les contacts par le biais d’un fichier qu’on va synchroniser par synching. En gros vous avez une application Android d’un côté qui est un fork de davdroid et de l’autre une extension pour Evolution. Tout est stocké dans des fichiers, vous synchronisez les fichiers, et la synchronisation est réalisée, CQFD. J’avais pensé monter une machine supplémentaire, je vais finalement m’orienter vers une machine virtuelle. Je viens de commander 8 Go de RAM supplémentaire pour 22 €, ce qui fera passer mon PC à 16 Go de RAM. La tentation serait d’installer une instance de Nextcloud, la machine un peu trop à tout faire, pour mon besoin je risque de n’avoir qu’une instance de baikal que je pourrais aussi imaginer avoir en direct sur mon PC et ne synchroniser que lorsque les deux machines sont dans le même réseau.

Pour l’heure ce qui est sûr c’est que je renonce à une machine supplémentaire, les petits PC sont chers et peu puissants, une configuration à base de PI 4 c’est désormais pas moins de 100 € ce qui fait qu’on est dans du i5 d’occasion, je pense que le PI s’est perdu quelque part.

Je vous souhaite d’excellentes fêtes de Noël à tous, dans la simplicité et la famille.