Jeuxvideo.cyrille août 2020

11/08/2020 Non Par cborne

Comme je l’ai expliqué dans un billet je ne sais où, j’ai pris un abonnement au PS NOW de chez Playstation pour l’année. Il apparaît que sur le papier il répond à mon besoin de joueur, à savoir que je ne joue pas en réseau, que je suis pingre, que je n’ai pas besoin d’avoir la dernière nouveauté. Un petit retour sur le service de chez SONY.

Le PS NOW sur le papier toujours, c’est une accessibilité à 750 jeux, on comptera 350 jeux PS4 qui peuvent se télécharger, le reste c’est du jeu PS3 qui se streame dans une qualité tellement dégueulasse quand on a une connexion ADSL comme la mienne qu’il vaut mieux hacker sa PS3. Bien évidemment 350 jeux, on se dit que ça laisse rêver, néanmoins beaucoup de jeux sont des productions de très très très basse zone. De l’indé, du studio qui n’a pas un rond, des mauvaises réalisations, même certains vieux jeux de qualité ne sont pas sortis sur le PS NOW ce qui finalement donne un catalogue relativement pauvre. Cela reste tout de même à nuancer car on va trouver quelques très bons jeux comme Bloodborne, un Styx, Fallout 4 ou l’opportunité de jouer à certains jeux que je n’aurais jamais acheté. Je pense par exemple à Knack premier du nom, une des premières nouvelles licences exclusives à la PS4.

Knack est une uchronie dans laquelle les humains auraient excavés des pierres à l’énergie infinie qui sont utilisées dans l’intégralité des appareils. Une énergie propre et illimitée, mieux que les panneaux solaires. Pas que cet aspect qui diffère avec notre monde mais une guerre qui oppose les humains aux gobelins. Si les humains ont gagné les premières batailles en repoussant les monstres dans les cavernes et les forêts, une arrivée massive de chars de guerre et d’avions de combat venus voler des réserves de pierre, font se bousculer les forces terriennes. Ces derniers cherchent des solutions, et parmi elles notre héros, Knack, un petit bonhomme de pierres qui a la possibilité de les absorber. Knack est un jeu qui a été sévèrement noté par la presse, et particulièrement par le journaliste de jeuxvideo.com qui colle un 10. Dans les principaux problèmes qu’il rencontre c’est la difficulté du jeu où il juge que ça lui rappelle les vieux jeux de l’époque à la difficulté impossible. J’ai plié assez rapidement Knack et s’il est vrai que le jeu n’est pas simple, la difficulté n’est pas démesurée. L’aventure est très plaisante, le côté cartoon est sympa, le fait de grossir au fur et à mesure des parties et de finir les niveaux en Godzilla à tout casser est plutôt plaisant. Le problème est ailleurs, une répétitivité assez importante pour un gameplay qui n’innove pas. Knack est capable de récupérer des pierres pour grossir, mais pas que. Il va par exemple récupérer des bouts de verre ce qui va lui permettre de devenir invisible aux rayons lasers ou des morceaux de glace, il faudra gérer la fonte de ceux-ci en runnant. Seulement, c’est totalement sous exploité par rapport à l’ensemble du jeu et c’est ici qu’on est loin du hit, mais d’un simple jeu de plateforme.

C’est ici que le PS NOW est intéressant, jamais je n’aurais acheté ce jeu, le PS NOW m’a donné l’opportunité de le faire. C’est aussi ici qu’on trouve les limites des tests de jeux vidéos qui n’ont de sens souvent qu’après. J’entends par là qu’à l’instar d’un Battle Chasers : Nightwar, c’est après qu’on se rend compte qu’on partage un avis avec un testeur d’un des nombreux sites qui écrivent avec plus ou moins de sérieux. Il est évident que si l’enjeu est de 60 € d’achat ça fait un peu rager d’avoir investi et de se rendre compte qu’on aurait dû plus lire. La limite du test de jeu vidéo, on la retrouve ailleurs, la volonté souvent d’aller dans le sens du vent, ou dans l’aspect pédant, comme ça fait bien de dire qu’on apprécie une œuvre d’art horrible qui pourrait être peinte par la queue d’un âne sous prétexte qu’il s’agit d’un artiste à la mode. En ce mois d’août les jeux offerts dans le PS NOW en vedette, au nombre de trois comme chaque mois, Dead Cells.

Dead Cells c’est le jeu typique réalisé par les gens qui n’ont pas d’argent, un Metroidvania ambiance 8 bits avec une difficulté à la Souls. Les Souls comme on le sait auront « révolutionné » le jeu vidéo en remettant de la difficulté dans un monde où tout avait tendance à ressembler à une cinématique. Il y a toutefois quelque chose que n’ont pas compris les auteurs de jeux, l’idée n’est pas de punir le joueur de façon définitive, mais de le punir tout court. Dead Cells, si vous mourrez, vous redémarrez avec l’équipement de base dans un niveau généré aléatoirement. À partir de ce moment-là on ne discute plus, le joueur n’a pas de possibilité de corriger ses erreurs, à part bien sûr en adaptant son style de jeu face au « pattern » de l’ennemi, c’est-à-dire ses enchaînements. On a donc un jeu sans originalité, aux qualités techniques médiocres qui est encensé par la presse avec des notes de 18. On voit ici une fois de plus les limites de la note, 18 la même note que Dark Souls, pour rester dans cette référence.

N’allez pas croire que je crache dans la soupe ou sur le travail de développeurs, ou celui des « journalistes » de jeu vidéo, mais il apparaît qu’il est finalement très difficile d’avoir du recul sur un jeu sans y jouer, et y jouer longtemps puisque Knack par exemple devient lassant au bout de quelques heures quand Battle Chasers : Nightwar devient lassant au bout d’un très grand nombre d’heures.

L’abonnement au PS NOW que j’ai payé 40 € en promotion contre 60 € soit 5 € par mois a finalement du sens même si après ce deuxième mois, je commence à adopter un positionnement de doute face à SONY qui n’en serait pas à son coup d’essai. Les jeux du PS+ par exemple sont devenus de plus en plus médiocres avec le temps, et le service ne justifie son utilité que pour le jeu en réseau et pas pour les jeux « offerts », ils ne le sont pas, puisqu’ils ne peuvent plus être joués quand l’abonnement est terminé. Pour le PS NOW après God Of War, Spiderman, j’ai l’impression qu’on retombe dans la qualité de l’offre quant aux grands jeux, ce mois-ci Hitman 2, Greedfall et le fameux Dead Cells. J’ai lancé Hitman 2, j’ai fait la première mission en massacrant tout le monde, je n’ai vu aucune subtilité, comme Greedfall j’ai fait le combat d’entraînement, j’ai trouvé ça mou du genou. Je rajouterais que le graphisme moche, les six arbres de compétences sont autant d’éléments qui m’ont freiné. J’ai donc lancé ces jeux, je les ai arrêtés, tout comme je l’ai fait pour de très nombreux jeux du service.

C’est assez curieusement que j’ai lu l’article Billet : “Le Game Pass et consorts affaiblissent le lien entre jeu et joueur ». Je trouve que c’est courageux de la part de jeuxvideo.com de se lancer dans ce style de thématique quand on sait que la communauté des joueurs est d’une agressivité rare. L’auteur du billet décrit un phénomène que j’ai souvent évoqué, à savoir que le trop plein a fini par tout tuer. Vous avez 2000 amis sur Facebook vous n’avez en fait aucun véritable ami sur qui compter, une enquête corrobore ce que je raconte, vous avez un star wars par an vous n’avez plus l’émotion de la sortie du nouvel épisode, vous avez 350 jeux dans votre PS NOW, vous n’avez plus vraiment envie de vous investir. Et c’est effectivement certainement le cas ici, si j’avais acheté Hitman 2 ou Greedfall, n’aurais-je pas fait un effort pour essayer d’aller plus loin parce que j’ai mis quelques dizaines d’euros sur la table.

À la fin du mois de juillet, j’ai fait le tour du PS NOW. Je suis désormais dans la phase d’attente des nouveautés. N’ayant rien à jouer, étant dans une phase où je n’ai ni l’envie, ni le temps, ni la volonté, ni je pense la possibilité de réfléchir à un jeu, je suis resté dans ma zone de confort en lançant Nioh que j’ai acheté il y a quelques années et que je n’ai jamais fini. Je l’avais payé au prix relativement fort, avec le season pass, et je regrettais de ne pas l’avoir achevé car j’ai payé.

J’ai relu mon commentaire de l’époque et je pense que ma déception était d’attendre un soul, ce n’est pas un soul. Je viens de finir le jeu, et j’ai voulu me lancer dans les DLC, je me suis fait massacrer. Ici encore on se rend compte que c’est en lisant les forums avec des gens qui ont vraiment joué au jeu qu’on rencontre les mêmes problèmes. Les DLC ne sont accessibles que si on a fini le jeu, ce qui est un choix assez rare. La plupart du temps, à mi-jeu, vous allez pouvoir accéder au DLC qui offre souvent une expérience un peu relevée. Le niveau de difficulté est tellement important, je me suis fait massacrer par un boss qui se mute en mille-pattes et qui me tue d’un coup, qu’il apparaît qu’il faut réaliser le jeu en NG+ ce que j’ai commencé à faire. Pour ceux qui ne savent pas ce que c’est que le NG+, il s’agit de New Game +, vous recommencez l’intégralité du jeu avec votre personnage mais avec des monstres qui sont autrement plus puissants, parfois différents même.

Comme vous l’avez compris, je vais zapper les jeux du mois d’août et finir mes vacances sur Nioh pour arriver à jouer aux DLC. Il apparaîtrait donc que mon abonnement qui m’a tout de même permis de jouer pour plus d’une centaine d’euros de jeux et d’en tester d’autres arrive à bout de souffle après à peine deux mois. Le fait de jouer à Nioh me donne envie de jouer à Dark Souls, toute la trilogie que je possède. Malheureusement si je possède ces jeux, je suis coupé du jeu réseau car je ne suis pas abonné au PS+.

La fibre optique arrive à Saint-Pierre, il sera question de l’installation du boîtier pour la copropriété lors de la prochaine réunion de syndic. On peut donc supposer que dans le courant de l’année 2021, ce sera acté. On parle beaucoup du Xbox Game Pass en ce moment, j’ai d’ailleurs l’impression qu’on en parle tellement que c’est du sponso de Microsoft dans la presse info. Car si pour ma part je fais totalement abstraction des technologies pour me focaliser sur le catalogue de jeux, la comparaison avec celui de SONY, c’est un peu bonnet blanc et blanc bonnet. Si je pensais passer à la PS5, l’arrivée de la fibre optique va me permettre de tout remettre dans la balance.

Ce qui est désormais certain c’est que le prochain service de jeu vidéo que je prendrai, sera certainement le service qui me proposera de jouer à mes jeux de prédilection en réseau. Ce qui est aussi certain c’est que je serais en recherche du service qui me permettra de m’affranchir d’un hardware supplémentaire. Pour l’heure, il me semble que Google Stadia est totalement hors course avec un catalogue très pauvre. Les annonces autour des deux consoles à venir chez Microsoft et Sony donnent un avantage très net à Sony. L’image dont jouit la Playstation face à la Xbox où Microsoft peine à inverser la tendance, notamment grâce aux fameuses exclusivités Playstation qui font la différence. L’offre de Microsoft pour le Game Pass pourrait paraître séduisante, car le catalogue des 100 jeux n’est pas inintéressant et comprend le Xbox Live c’est à dire la possibilité de jouer en réseau pour 12.99 par mois. Néanmoins si on fait une comparaison à valeur égale, on est à 5 € pour le PS NOW et 5 € pour le PS +, soit 10 € par mois. Malgré l’intégration de quelques nouveautés, rien qui fait vraiment pencher la balance en faveur de Microsoft.

À suivre, je ne pense pas me réabonner au PS NOW sauf si je suis agréablement surpris pendant l’année qu’il me reste à en profiter ou peut-être ne le faire que pour de longues périodes de vacances, pour faire un « rattrapage » de jeux ratés. Ce qui est certain c’est que l’overdose de jeux, ou de lançage de jeux que j’ai pu réaliser ces derniers temps, ont effectivement contribué à casser le contrat moral entre le développeur et moi. C’est ici aussi qu’on réalise que la masse de déchets est particulièrement importante, et que les jeux de qualité ne sont pas si nombreux que ça, même si j’entends qu’il en faut pour tous les goûts. Ceci me fait aussi réfléchir au fait qu’on trouve des gens encore actifs sur Counter Strike, Wow ou lol, et c’est peut-être eux qui ont tout compris, comme un type qui ne passe pas du tennis au golf pour faire du basket, mais seulement pratiquer le sport qui le passionne.