Informatique et moi toujours fâchés

27/11/2018 Non Par cborne

Je suis toujours dans cette phase de flou où chaque petit pas est une victoire. La journée de lundi ne m’a pas fait croiser la route des gilets jaunes et pourtant on sait qu’ils sont encore présents. Des collègues qui sont restés coincés, d’autres qui nous racontent avoir été menacés parce qu’ils ont des têtes d’électeurs de Macron, des policiers sur mon rond-point, la tension est palpable. J’ai deux jours de rien avant deux jours d’enfer, merci mon emploi du temps, je finis la semaine à 14 heures de cours, un conseil de classe, le partner au garage et ce fameux contrôle technique. Vais-je pouvoir m’offrir un tour de gasoil pour deux ans ou devoir anticiper sur l’achat d’un véhicule essence, suspense.

J’ai une élève qui m’a demandé de regarder son PC de la région, c’est le troisième ou quatrième que je vois en peu de temps. C’est inquiétant sur la qualité du matériel, le SSD qui est livré est de mauvaise facture, de nombreuses pannes surviennent au bout de trois ans. Le dernier en date c’est la petite Julia qui m’explique qu’elle trouve son PC plus lent qu’avant. J’allume : cacaoweb, utorrent et j’en passe, la batterie pour télécharger l’internet. Plus de 1000 fichiers incriminés par Malwarebytes et Adwcleaner. C’est d’ailleurs une bizarrerie de ne pas avoir intégré le moteur du plus petit dans le plus gros, Adwcleaner étant désormais la propriété de Malwarebytes, détecte des virus que le programme principal ne détecte pas. C’est ici, je trouve un manque de cohérence, quand c’est déjà difficile pour les gens de s’en sortir, Malwarebytes Antimalware est devenu une référence, et pourtant il apparaît que le logiciel n’est pas suffisant tout seul. Après la décontamination de l’ordinateur, je fais les mises à jour qui n’ont pas été faites depuis des mois, au redémarrage, Windows a planté, au re-redémarrage, j’ai une erreur SMART sur le SSD. Dans son malheur c’est une bonne chose, j’avais fait le backup de l’intégralité de ses documents avant la mort du PC.

Quand la petite Morgane me dit ça marche pas, je n’ai pas trop de doute sur l’erreur, il y a de fortes chances pour que ce soit le SSD qui fasse des siennes, le cas est hautement plus bizarre. Lorsqu’on démarre sur Windows, échec de connexion par le service de profil utilisateur. On reste coincé sur cet écran pour arriver à une session Windows vide et qui rame tellement qu’on ne peut rien faire. D’habitude un profil temporaire se charge et on peut faire quelque chose, ici c’est le grand rien. Du fait qu’elle n’avait aucun document en particulier à conserver, je fais la procédure classique qui consiste à planter le démarrage de l’ordinateur le plus de fois possibles afin de récupérer les options de restauration. La récupération est un échec. C’est d’ailleurs assez souvent le cas, aucune raison n’est donnée, on sait juste que cela n’a pas fonctionné.

Morgane est en classe de terminale, son ordinateur est encore sous garantie avec la région, je pense que la défaillance est matérielle, je ne creuse pas plus. Elle prend rendez-vous avec le technicien de la région, du fait des gilets jaunes, nous en sommes à trois ratés. Le problème des élèves c’est qu’à 18 ans tu as autant de patience qu’un enfant de 4 ans devant le marchand de glaces et que la confiance règne si bien que la gamine me dit que je peux faire ce que je veux même si ça annule la garantie parce que Monsieur BORNE il est trop fort.

Il y a sur les ordinateurs un mode de récupération qui est propre à la machine. Dans les options de démarrage si vous faites F11, vous accédez à l’outil HP dédié qui vous permet de remettre les paramètres d’usine. En faisant cette manipulation je me retrouve avec Windows n’a pas pu terminer l’installation qui me ramène avec un profil Defaultuser0 quand je reste avec shift appuyé au démarrage. On a donc à nouveau un problème de profil y compris en restituant l’image par défaut ce qui est un non-sens. C’est toujours sur le même principe, quand on entend un bruit de sabots plutôt que de penser zèbre on pense cheval. Au lieu d’imaginer que l’image est foirée sur un appareil fabriqué en série ce qui voudrait dire que c’est pour tous les LORDI de cette génération, je préfère mieux imaginer une défaillance matérielle.

Un test sur le SSD ne donne rien, tout va bien, l’image serait donc daubée. J’ai les pleins pouvoirs, pourri pour pourri, je me lance dans l’installation d’un Windows propre depuis une clé USB bootable. Il faut savoir qu’à partir du moment où la licence a été activée, on n’a pas besoin avec Windows 10 de chercher le numéro de série ce qui est bien l’un des rares points positifs. En ce moment je suis dans une de ces phases un peu malheureuses où je ne devrais rien faire et pour une raison qui m’échappe ma clé USB Windows 10 ne boote pas.

Pour fabriquer une clé USB Windows à partir de Linux il existe deux possibilités : woeusb et multisystem qui gère aussi Windows 10. Il suffit d’aller télécharger l’iso sur le site de Microsoft et de rajouter l’iso par l’un des deux logiciels.

Quand ça veut pas, ça veut pas, on le sait, et c’est ainsi que je me retrouve avec une erreur 256 sur Woeusb qui n’a aucun sens. Il me dit que j’ai une limitation de la taille en lien avec les 4 Go alors que ma clé USB est formatée en NTFS. C’est une erreur que d’autres ont rencontrée et qui est en lien avec la version 1809 de Windows 10, la fameuse version d’avril. Pareil avec Multisystem qui arrive jusqu’au bout mais qui pose problème lors de la tentative d’installation en affichant qu’il manque un pilote. Cette erreur provient du fait que l’installation même si elle a l’air de s’être bien déroulée n’est pas bonne. Pour solutionner le problème, il est nécessaire de télécharger l’iso 1803 d’avril et ça passe comme une lettre à la poste.

Alors que je m’attendais à un crash l’ordinateur de la petite est installé sans aucun problème, je n’ai donc pas d’explication rationnelle au problème qu’elle a rencontré. Peut-être que l’explication la plus simple, la plus rationnelle c’est de se dire que Windows c’est de la merde.

Le billet que j’ai écrit la dernière fois a été libérateur. Faites comme moi et la profession des psychologues fera faillite, il me suffit d’écrire, de raisonner pour me psychanalyser, je suis le meilleur Freud pour moi-même. Je vais arrêter de me mettre la pression, je vais arrêter de tout vouloir prendre en charge, je vais arrêter d’avoir honte de ne pas savoir faire et arrêter de me lancer dans la compréhension du système pour savoir faire et arrêter d’avoir honte. Le mot c’est arrêter. Nous sommes actuellement au lycée dans une situation full Windows, mes postes Linux ne sont qu’un artifice puisqu’ils servent à se connecter sous Windows, cela ne m’intéresse absolument pas. Je rajouterai de plus pour pousser la réflexion, que désormais je prends conscience et note que je dois arrêter de faire la confusion entre informatique pour les particuliers et informatique pour les entreprises. Depuis le début de l’année scolaire j’ai dû réparer plus d’une vingtaine de PC dans mon entourage, pour les particuliers, de la pièce qui pose problème, la réinstallation, la décontamination et j’en passe. La situation au lycée n’a rien à voir, nous sommes dans de la prestation d’entreprise, ce n’est pas ce que je sais faire. Nous sommes avec des centaines de postes, cela marche plutôt bien, néanmoins c’est trop gros pour moi. Réparer les ordinateurs, pas de souci, une vingtaine de postes dans un petit établissement, aucun problème, gérer mes postes Linux à travers un serveur même pas. Il faudrait rajouter ce qui serait considéré comme une verrue par un prestataire, je vais définitivement arrêter de me prendre la tête. Je vais voir au niveau des tâches cron pour automatiser les tâches ou je me ferais l’ensemble à la main depuis mon domicile, une fois tous les trois ans pour les mises à jour, ce n’est pas le bout du monde.

Faisant donc mon deuil du faire pour laisser faire, j’envoie des mails à des entreprises qui ne répondent pas, et là je dois reconnaître que ça fait partie des choses que j’ai du mal à comprendre. On se plaint d’une France qui va mal, on parle de milliers d’euros à gagner pour mon lycée, de contrats, et on peine à trouver des gens pour bosser. Je suis en train de repenser ma politique, y compris sur des choses qui sont simples. Je suis en recherche en ce moment de ce produit.

Il s’agit de batteries pour ma flotte de E4300. Ces appareils qui ont dix ans d’âge, sont encore tout à fait opérationnels avec des SSD à l’intérieur sous Windows 10. Jusqu’à maintenant, j’étais en recherche du tarif le moins cher sur Internet, prendre chez n’importe qui, sans se poser de questions, je cherche désormais des partenaires, de véritables commerçants et bien une fois de plus ce n’est pas gagné. A priori la seule enseigne qui a de la visibilité sur internet et je sais qu’il y a un magasin physique sur Narbonne c’est 1001piles. Le site est vieillot, j’ai envoyé mon message, il faut un délai de 24 heures pour répondre, en tout cas c’est le délai moyen et compte tenu de la qualité de l’interface, je ne suis même pas sûr que mon message soit bien passé.

Vous me direz que je suis un psychopathe, vous aurez sans doute raison, mais dans l’univers de l’électronique, qui peut se permettre d’avoir un délai de 24 heures pour donner un tarif ? Finalement, il apparaît que si faire c’est compliqué parce qu’en informatique tout est compliqué, laisser faire ce n’est pas forcément plus simple.

Dans cette période d’angoisse, où je voulais remettre à plat mon serveur TSE par moi-même, j’ai eu la faiblesse culturelle de regarder si on pouvait tout changer pour mettre du Linux à la place. J’en reviens à ce que j’ai écrit, pour faire du Libreoffice et de l’internet, on n’a pas nécessairement besoin de passer par Windows quoiqu’en pensent certains de mes collègues. Lorsqu’on fouille un peu, deux solutions apparaissent, LTSP et X2Go. Pour LTSP c’est sans ambiguïté, nous sommes bien dans le partage de ressources avec des clients légers qui se connectent au serveur. La configuration n’a pas l’air bien compliquée, il en reste tout de même un peu de ligne de commande. Pour X2Go, peut-être que des spécialistes se joindront à la conversation dans le forum, je n’arrive pas à trouver l’information de façon précise. De façon certaine, la principale fonctionnalité de X2Go c’est la possibilité de se connecter à un serveur sous Linux à distance via SSH en utilisant une interface graphique. Imaginons que j’ai franchi le cap d’avoir mes fichiers partout, je veux aussi mes logiciels, je vais chez l’oncle Gaston qui travaille sous Windows, cela ne m’intéresse pas, je me connecte donc à distance sur la session de mon serveur et je travaille en temps réel. Je peux même récupérer le son, les imprimantes et des tas de choses, le copier coller entre le poste client et le serveur. Je vous montre deux écrans, c’est simple.

J’ai fait le test en machine virtuelle, et de chez moi. Concrètement ça veut dire que je me connecte de mon poste à mon poste en simulant les conditions qui m’intéressent. D’après tout ce qu’on peut lire, c’est bien plus fluide que VNC avec l’avantage de la connexion SSH.

En farfouillant dans les nombreux threads anglo-saxons, parce qu’en France on s’en fout un peu et c’est la misère, on compare souvent LTSP à X2Go. Donc pour moi, si on fait cette comparaison, c’est qu’on aurait du partage de ressources qui serait géré mais ce n’est pas vraiment clair.

Il faut comprendre comme je l’ai déjà écrit que la situation n’est pas simple.

  • les prestataires ne jurent que par Windows,
  • peu de prestataires Linux et logiciels libre,
  • quand bien même ils ont des solutions les préjugés demeurent,
  • se lancer par soi-même n’est pas simple, il n’y a pas toujours de véritables retours d’expérience avec des documentations complètes.

Ramené à mon cas, je sais par exemple que la société de François Aubriot utilise des technologies similaires à LTSP / X2Go sur la région lyonnaise avec dotriver. Lyon – Pézenas ce n’est pas vraiment la porte à côté, par le fait ce ne serait pas facile de mettre quelque chose en place chez moi. Quand bien même je serais pour, les réticences seraient telles qu’au moindre dysfonctionnement je serais crucifié sur la place publique. Je n’ai pas vu de document explicatif dans un cadre scolaire avec une mise de la chaîne de bout en bout.

Partant du constat que le jeu n’en vaut absolument pas la chandelle, je préfère mieux ne rien faire, trouver un prestataire honnête sous Windows et en rester là pour continuer à bricoler gentiment à la maison.