Arrêter de croire au père Noël

octobre 2019 modifié dans Blog
Dans le forum, les mauvaises langues disent que je ne tiendrai pas sur MX Linux, ils ont tort. L’aspect out of the box, le côté Debian, sont autant d’avantages qui font que je continuerai d’utiliser cette distribution, si je devais y renoncer, ce serait pour passer à Debian directement. Il y a toutefois quelques points…

Réponses

  • Euh,...j'avais dit quoi à l'époque? B)
    a suivre...mais je suis plus nuancé sur la conclusion et la cloudisation. Au premier scandale ou crash, ça risque de changer.

  • La question, c'est qu'est-ce qui va mourir en premier : le bureau Linux ou la civilisation industrielle qui permet à des gens de pouvoir être des professionnels de l'informatique ?

    En attendant, je retourne à mon apprentissage de la permaculture mâtinée d'Arduino ;)

  • Mode Cascador On ;)

    @cyrille a dit :
    il a été retiré il y a de nombreuses de Debian parce qu’il était de façon très caricaturale une passoire

    ... années

    @cyrille a dit :
    Je suis restant pendant pas mal de temps sur un environnement KDE

    resté

    Mode Cascador Off

  • @GillesLL merci !
    @bendia le bureau Linux mourra en premier mais tu as raison de faire de l'agriculture.

  • octobre 2019 modifié

    On fait tourner toute notre usine de développement multi langage avec plus de 1000 utilisateurs actifs (on tourne à 8000 utilisateurs avec les inactifs).
    Ma boite provisionne sur le cloud des postes de dév. Linux (car les postes Windows sont de plus en plus difficiles à maintenir soit disant)(mmm ... vu notre service de postes utilisateurs de bras cassés ...)
    Toutes les bases de données relationnelles de la boite (plus de 100 To, des centaines d'instances) sont sur Linux et tournent très bien.
    Mais bon, Linux n'est pas professionnel et va mourir.
    En fait certains éditeurs veulent rester sur Windows pour ne pas s'emmerder à migrer sur Linux et à maintenir plusieurs versions de leur logiciel (bouzin ?).

    (tout excès de mauvaise foi est imputable à l'auteur)
    (j'ai lu en diagonale le post de Cyrille et je le trouve trop partial)
    Je vais prendre un petit whisky car je suis en week-end.:P

  • @cyrille a dit :
    @bendia le bureau Linux mourra en premier

    J'ai des doutes :/

  • @Nick_au_Repos attention, tu es en train de parler de poste de dev, de bases de données donc de serveurs, nous ne parlons pas de logiciels pour les utilisateurs basiques et finaux.

  • @Cyrille Je ne me foutais pas de toi en proposant ReactOS. Je répondais à @src386.

    Concernant le fond de ton article, je suis à 200% d'accord avec ce que tu as écrit, sur les choix de Microsoft, sur ceux des utilisateurs. Le bureau Linux, c'est 2% des utilisateurs. Et plus le projet Linux avance, plus le nombre de bureaux se multiplie : GNOME, KDE, Mate, Cinnamon, Xfce, LXDE, LXQt, etc. Pour rien ou presque.

  • En tous cas, Linux gagne sur le cloud Microsoft : https://linux.developpez.com/actu/280116/Personne-ni-meme-Microsoft-ne-peut-prendre-le-controle-a-lui-tout-seul-du-projet-Linux-a-declare-Linus-Torvalds/

    En juillet Sasha Levin, développeur du noyau Linux travaillant chez Microsoft, dans une demande pour rejoindre une liste de discussion privée consacrée à la sécurité de Linux et des environnements open source, a souligné que « l'utilisation de Linux sur le cloud de Microsoft a dépassé Windows », même s'il ne donne pas de chiffres précis.

  • @bloginfo a dit :
    @Cyrille Je ne me foutais pas de toi en proposant ReactOS. Je répondais à @src386.

    Concernant le fond de ton article, je suis à 200% d'accord avec ce que tu as écrit, sur les choix de Microsoft, sur ceux des utilisateurs. Le bureau Linux, c'est 2% des utilisateurs. Et plus le projet Linux avance, plus le nombre de bureaux se multiplie : GNOME, KDE, Mate, Cinnamon, Xfce, LXDE, LXQt, etc. Pour rien ou presque.

    Vaut il mieux un linux avec un bureau unique qui fera plus de 2% ou une meilleure expérience utilisateur avec un choix de bureau qui peut permettre à chacun de trouver celui qui lui convient ?

  • Il faut regarder côté des développeurs. Quand un projet passe de 50 développeurs à 10, c'est le projet lui-même qui est compromis. L'atomisation en matière de développement de bureaux porte en elle un risque réel de disparition du bureau Linux lui-même au profit de Windows, Android et Mac.

  • Windows, Office 365, Google... ce sont des énormes machines industrielles.

    Windows à lui seul, c'est trois millions et demi de fichiers, 300 Go de fichiers source, et un effectif de 4000 ingénieurs. (Source : https://devblogs.microsoft.com/bharry/the-largest-git-repo-on-the-planet/)

    Les logiciels libres sont souvent des nains comparés à ces géants. Non seulement en matière de développement logiciel, de maintenance, mais aussi de conception, de relations publiques, de gouvernance, de traduction, par exemple.

    Ces projets sont souvent associatifs, le monde Linux a en face de lui Microsoft et ses cent milliards de dollars de chiffre d'affaires (https://www.boursorama.com/cours/societe/chiffres-cles/MSFT/).

    Je ne dis pas que c'est naze, mais on a aujourd'hui clairement un clivage entre des solutions professionnelles extrêmement puissantes et des solutions libres petites, associatives, qui nécessitent de mettre les mains dans le cambouis.

    Au fond, Cyrille fait de la micro-économie : comment un père de famille gère-t-il sa productivité au quotidien ?

    Pour ma part, j'ai arrêté de bidouiller, les services Google me déchargent de pas mal de trucs sur le smartphone (contacts, photos, maps...). Mon Linux Mint participe à cette productivité : aucune maintenance, aucun virus, léger, rien à payer.

  • Dans mon domaine, le peu de solutions logicielles sous linux sont plus chères que les autres ... pour ne rien apporter de plus. L'intérêt reste donc extrêmement limité.
    C'est la raison pour laquelle je suis repassé depuis longtemps chez Microsoft. ça m'évite d'être largué.

  • @cyrille a dit :
    @Nick_au_Repos attention, tu es en train de parler de poste de dev, de bases de données donc de serveurs, nous ne parlons pas de logiciels pour les utilisateurs basiques et finaux.

    Et alors ?
    FF ou chromium/Thunderbird/notepad ou pluma/ VLC / ... existent et fonctionnent bien sur Linux.

    Les trucs "spécialisés" absents, c'est la faute aux fainéants d'éditeurs ! :P

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.