Je suis Kratos

24 sept. modifié dans Blog
Je viens de finir God Of War et comme je l’ai précisé ce jeu à lui seul mérite d’acheter une PS4. Le premier God Of War est sorti en 2005, ça fait 15 ans, j’avais donc même pas 30 ans. Kratos à l’époque c’était quand même un mec qui avait de l’ambition, un mec qui…

«1

Réponses

  • Trois semaines que j'ai un article planifié pour samedi et tu me coupes l'herbe sous le pied....grr, je vais devoir linker 😀

  • Tu as fini God of War ? :D

  • rappée => râpées (sauf si tes légumes veulent scander les épluchures)

  • Merci !

  • Très bel article.

  • Donc comme d'habitude tu veux du libre mais:

    • Il doit marcher pareil qu'un logiciel propriétaire
    • Il doit être compatible avec les logiciels propriétaires
    • Il ne doit jamais buguer
    • Il doit tout faire à ta place (car il faut surtout pas demander aux gens de faire la moindre manip) limite de l'assistanat
    • Si c'est un machin en ligne il ne faut pas l'héberger toi meme
    • Il faut une grosse entreprise derrière style GAFAM du libre

    On retrouve un peu ce fantasme d'un Linux qui serait un clone de Windows gratuit, un LibreOffice qui serait un clone de Office gratuit, etc.

    Dans ce cas ton besoin c'est clairement un logiciel propriétaire voire même du cloud (SaaS). Tu passes totalement du côté utilisateur

  • Hummm, je me suis arrêté à "Donc comme d'habitude tu veux du libre". On commence mal puisque je ne veux rien. Comme c'est toi, j'ai fait l'effort de continuer.

    Déjà ton raisonnement est biaisé, tu travailles dans l'informatique et tu ne travailles pas avec des gens normaux. Tu es dans la version du mythe de la caverne version power user. Car, si on suit ton raisonnement, on peut transposer ça à notre formidable exemple de la voiture que nous affectionnons tous. La majorité des gens réalisent l'entretien de leur véhicule chez un professionnel appelé garagiste, pourquoi en serait-il autrement dans le cadre de l'informatique.

    Pour en revenir au libre, il ne s'agit que d'une solution comme une autre, ni plus ni moins. Quant au fantasme du tout gratuit, ce n'est pas un fantasme, car nous savons tous qu'il y a un prix en euros ou en données personnelles, je pense que justement avec l'arrêt par exemple des services Framasoft, on arrive à une maturité des utilisateurs de libre qui vont peut être imaginer qu'il faut vraiment payer le service.

  • God of war 4, je pense qu'il est bien meilleur si tu es pere de famille effectivement ;)

  • @cyrille a dit :
    Tu as fini God of War ? :D

    Euh...god of winxp éventuellement 😛. Et j'ai fui war of the Libre

  • @cyrille a dit :
    Hummm, je me suis arrêté à "Donc comme d'habitude tu veux du libre". On commence mal puisque je ne veux rien. Comme c'est toi, j'ai fait l'effort de continuer.

    Déjà ton raisonnement est biaisé, tu travailles dans l'informatique et tu ne travailles pas avec des gens normaux. Tu es dans la version du mythe de la caverne version power user. Car, si on suit ton raisonnement, on peut transposer ça à notre formidable exemple de la voiture que nous affectionnons tous. La majorité des gens réalisent l'entretien de leur véhicule chez un professionnel appelé garagiste, pourquoi en serait-il autrement dans le cadre de l'informatique.

    Pour en revenir au libre, il ne s'agit que d'une solution comme une autre, ni plus ni moins. Quant au fantasme du tout gratuit, ce n'est pas un fantasme, car nous savons tous qu'il y a un prix en euros ou en données personnelles, je pense que justement avec l'arrêt par exemple des services Framasoft, on arrive à une maturité des utilisateurs de libre qui vont peut être imaginer qu'il faut vraiment payer le service.

    Je n'aurais peut-être pas du dire "encore une fois".

    J'ai juste vécu la transition du Cyrille Borne qui râlait tout en contribuant avec sa documentation et ses expérimentations, au Cyrille Borne qui adopte le point de vue des utilisateurs qui ne comprennent rien à l'informatique et ne veulent rien y comprendre, ne veulent surtout pas y toucher, parce que c'est pas leur boulot. Très bien, mais à mon sens ce n'est plus de l'informatique.

    Peut-être que dans ma prochaine crise je te demanderai de supprimer mon compte :)

  • Je suis en désaccord avec ton dernier message et au moins sur deux points :

    • d'abord la suppression de ton compte ce serait dommage, et ça fait un peu le gars qui prend la mouche, il te resterait toutefois mes messages sur facebook pour continuer à râler. Ce n'est pas parce qu'une chose ne te plaît pas qu'il faut tout vider, c'est puéril, et j'ai envie de dire que c'est de ton âge, tu verras en vieillissant ça se tasse :D
    • je pense que tu fais une confusion entre ne rien vouloir comprendre et faire soi-même. Je comprends parfaitement ce que fait mon garagiste quand il fait la vidange, j'ai même un peu étudié pour comprendre s'il pourrait retrouver mon bout de jauge. Est-ce que pour autant je vais faire la vidange par moi-même. Par le fait, j'ai une parfaite compréhension de Nextcloud en ayant la capacité de l'installer moi-même, néanmoins est-ce que je me sens d'héberger mon Nextcloud et de le mettre à la face du net ? Certainement pas. Je n'adopte donc pas le point de vue de l'utilisateur qui ne comprend rien, et je dirais même bien au contraire, c'est parce que je comprends que je n'invite pas les gens à faire n'importe quoi, comme se lancer dans l'auto-hébergement avec des distributions toutes faites.

    Je t'invite d'ailleurs à développer ton point de vue, qu'est ce qu'à ton avis, il est possible de faire pour une utilisateur lambda en 2019 en informatique ?

  • @cyrille a dit :

    • d'abord la suppression de ton compte ce serait dommage, et ça fait un peu le gars qui prend la mouche, il te resterait toutefois mes messages sur facebook pour continuer à râler. Ce n'est pas parce qu'une chose ne te plaît pas qu'il faut tout vider, c'est puéril, et j'ai envie de dire que c'est de ton âge, tu verras en vieillissant ça se tasse :D

    Non la raison est simplement que je me sens moins intéressé par le contenu, et que comme il est impossible de se désinscrire soi même, je suis obligé d'évoquer le sujet.

    • je pense que tu fais une confusion entre ne rien vouloir comprendre et faire soi-même. Je comprends parfaitement ce que fait mon garagiste quand il fait la vidange, j'ai même un peu étudié pour comprendre s'il pourrait retrouver mon bout de jauge. Est-ce que pour autant je vais faire la vidange par moi-même. Par le fait, j'ai une parfaite compréhension de Nextcloud en ayant la capacité de l'installer moi-même, néanmoins est-ce que je me sens d'héberger mon Nextcloud et de le mettre à la face du net ? Certainement pas. Je n'adopte donc pas le point de vue de l'utilisateur qui ne comprend rien, et je dirais même bien au contraire, c'est parce que je comprends que je n'invite pas les gens à faire n'importe quoi, comme se lancer dans l'auto-hébergement avec des distributions toutes faites.

    Ben le truc c'est qu'à partir du moment où on parle de Nextcloud ou Yunohost, on s'adresse à des initiés ou des curieux. L'utilisateur qui ne comprend rien restera forcément sur Office 365. Il est paradoxal de vouloir les libérer des gafam en proposant des services hébergés clés en main.

    Je t'invite d'ailleurs à développer ton point de vue, qu'est ce qu'à ton avis, il est possible de faire pour une utilisateur lambda en 2019 en informatique ?

    Étant sur le point de passer ma certification Azure je n'ai pas de problèmes avec le fait d'utiliser un service payant, clés en mains, propriétaire. Un peu comme toi j'ai passé l'âge de faire du prosélytisme envers le logiciel libre.

    Je pense que l'utilisateur lambda doit comprendre que toutes les offres ne se valent pas. Celui qui passe sur Linux ne doit pas s'attendre à pouvoir faire tout pareil que sur Windows (par exemple avoir une compatibilité à 100% avec le tse, c'est à tes risques et périls). C'est leur droit de retourner sur Windows mais il faut éviter de tacler le logiciel libre qui n'a pas donné satisfaction sauf si on a de bonnes raisons.

  • @src386. Il faut que tu gardes ton compte, un matin tu vas te lever tu auras des gosses, une femme, une machine à laver à faire tourner deux fois par jour et tu vas faire un "OH MON DIEU !!!".

    En ce qui concerne le logiciel libre, il faut prendre conscience que celui qui fait le choix du libre, ne le fait certainement pas par hasard, et on est donc face au power user. Par conséquent si tu tacles le logiciel libre, le gars de l'autre côté sait de quoi on parle, il aura donc assez de recul pour mesurer une décision.

    Le problème est donc toujours le même, pas des gens comme toi ou moi mais le consommateur lambda. Toutes les offres ne se valent pas, c'est certain. S'il se prend aujourd'hui un Nextcloud chez un prestataire de service ça risque de lui coûter largement plus cher qu'un office365. Et pour reprendre le cas de notre consommateur lambda, tu vois beaucoup de liens sur le net qui recommandent d'utiliser les services framasoft. Deux ans pour référencer autre chose qui n'existe pas car comme je le disais dans mon billet, le remplaçant n'est pas là, va être un travail véritablement conséquent.

    Le libre restera donc un truc pour ceux qui connaissent et encore plus avec les années à venir. Si je devais conseiller une offre cloud pour les particuliers, il faudrait que j'étudie la question pour les besoins, si c'est juste du stockage ou plus. 365 fait plutôt bien le job dans tous les domaines.

  • 25 sept. modifié

    Vrai, personne ne connaît nextcloud dans mon entourage. Mais pas vraiment 365 ou gdrive d'ailleurs. L'utilisateur lambda prend ce qui est déjà installé en fait. Et s'il change de terminal il se pose parfois la question ou recommence à zero
    Dans une société qui refuse de comprendre une panne et jette parce que c'est moins cher, on a un garagiste informatique qui fait ce qu'il veut de plus en plus. Parfois même le garagiste ne sait rien lui même de la panne sur la bagnole...et appelle une hotline au maghreb. alors sur l'informatique c'est aussi la fête. Infantiliser l'utilisateur est rentable économiquement.

    Pour le libre, sans faire de prosélytisme, on peut quand même parler des franches réussites et alternatives viables pour les utilisateurs un peu ouverts, grâce parfois aux scandales sur les.données, etc...

    Je n'ai d'ailleurs pas.fini mon testament numérique pour expliquer à mes proches où sont les données

  • tu verras en vieillissant ça se tasse :D

    OBJECTION. (chez moi toujours pas ... :P )

    Étant sur le point de passer ma certification Azure je n'ai pas de problèmes avec le fait d'utiliser un service payant, clés en mains, propriétaire. Un peu comme toi j'ai passé l'âge de faire du prosélytisme envers le logiciel libre.

    C'est compliqué ? Je viens d'avoir les droits étendus sur notre rg privé azure au boulot. J'ai envie de faire un peu des choses dessus (voir même me mettre à terraform, ansible)

  • @Nick_au_Repos a dit:
    C'est compliqué ? Je viens d'avoir les droits étendus sur notre rg privé azure au boulot. J'ai envie de faire un peu des choses dessus (voir même me mettre à terraform, ansible)

    Fais ton propre rg, sinon ça va être la galère pour nettoyer tes ressources. Pour une vm c’est au moins 5 ressources (vnet, réseau, compute, nic, disque et potentiellement une public ip).

    C’est pas évident mais ça s’apprend. Microsoft a le bon goût de proposer pas mal de doc + des exercices et labs pour les certif.

  • @src386 regarde quand même les réactions dans reddit qui est tout de même un cran au-dessus de l'individu de base. Du positif d'un côté, de l'abandon de l'autre, enfin de la culpabilité avec "ils veulent qu'on repasse à Google".

    https://www.reddit.com/r/france/comments/d96v15/déframasoftisons_internet_framasoft_fermera/

  • Le problème de l'auto-hébergement et du pourquoi les chatons de framasoft ne prendront pas vient du problème même du réseau et de son système serveur-client :
    -> c'est compliqué de s'héberger soi-même (matériel+électricité+compétences d'installation et compétences en sécurité+temps)
    -> les petits acteurs sont fragiles
    -> les acteurs un peu plus gros centralisent et acquièrent du pouvoir sur nos données, ou au moins notre accès à nos données

    Tant que toutes les solutions "d'auto-hébergement" se baseront sur http avec la nécessité d'un nom de domaine, elles ne seront pas déployables massivement en auto-hébergement.
    Pour du vrai décentralisé, il faut se baser sur un réseau "distribué".

    Le meilleur exemple est ma découverte récente de Decsync (qui malheureusement ne semble pas avoir beaucoup de pub) https://github.com/39aldo39/DecSync
    Les applications se basant sur Decsync synchronisent les Contacts, les Calendrier et lesflux RSS dans un dossier local. Et on utilise ensuite le logiciel que l'on veut (Syncthing, Cosy, Nextcloud, Dropbox, OneDrive) pour synchroniser ce dossier entre ses appareils.

    Decsync couplé avec Syncthing : on a une synchro contacts/calendriers/RSS entre ses appareils sans aucun serveur, sans avoir besoin de nom de serveur, sans devoir monter d'appache/nginx, sans devoir configurer de certificat...
    Et le plus beau est que rien ne m'empêche de laisser un PC ou un smartphone tourner avec syncthing tourner en permanence à la maison pour assurer la synchro même lorsque les autres appareils ne sont pas allumés en même temps. C'est vachement plus simple à installer et à maintenir qu'un vrai serveur, d'autant plus que niveau sécurité, seul Syncthing est exposé (et encore, avec l'UPNP...), ce qui réduit la surface d'attaque

    C'est vers ce genre de solutions "acentrée" que doivent se tourner les développeurs s'ils veulent espérer que la décentralisation ait lieue.

  • Je rebondis juste à partir du versant auto-hébergement. C'est vrai que c'est quand même compliqué quand on prend le truc dans son ensemble.

    Il y a quelques années, je m'étais monté mon propre petit serveur maison avec une vieille tour HP de récupération. Je faisais du HTTP/FTP principalement et ça tournait bien. Après un certain temps et de nombreux déménagements, je suis redevenu "centralisé". Je commence à me poser en ce moment et j'ai envie de retrouver un certain contrôle de mes données. Du coup, retour vers l'auto-hébergement et la décentralisation mais pas comme quand j'avais une vingtaine d'année ; plutôt en mode "je suis kratos". Je m'explique.

    Avant de me lancer dans cette petite aventure j'ai fait le bilan de ma sitaution et ça fait littéralement plusieurs mois que j'ai amorcé le virage.

    Comme le dis @Balistic, beaucoup de choses sont basées sur HTTP de nos jours mais en fait je pense que là n'est pas la question. Si je prends mon exemple personnel et actuel, j'ai mon site en HTTP et des fichiers partagés en FTP (le tout hébergé à nouveau par moi-même si une connexion privée). Pour le "cloud", idéalement il faudrait que je monte ma propre instance nextcloud, mais je n'ai qu'un Raspberry à disposition. Je trouve que c'est sympa pour ce que j'en fais mais je ne me vois pas migrer mon Framadrive vers une solution en auto-hébergé parce qu'il faudrait considérer toute la partie sauvegarde incrémentale et différentielle sur différents supports à différents endroits. Techniquement je sais le faire, mais en pratique, je n'ai absolument pas envie de me lancer là-dedans sans parler du fait que je n'ai pas le matériel ni les moyens financiers à investir pour faire les choses proprement.

    Autrement dit, j'ai conscience de prendre un risque pour mon petit serveur HTTP/FTP mais au final, ce n'est que quelques pages statiques, quelques fichiers, le tout faisant quelques dizaines de Mo avec synchronisation automatique sur différentes machines/supports. Bon, je fais en sorte de pouvoir tout remettre en place facilement et rapidement suite à un crash de la carte SD du Raspberry (qui va nécessairement finir par arriver), mais j'ai conscience aussi que je peux tout perdre. On parle d'un petit site perso ici, au pire, c'est pas bien grave. Mais il y a tout le reste. Et là donc, qu'importe si on a un truc en HTTP, acentré ou que sais-je.

    En effet, au-delà des services pratiques (genre comme cités, les contacts, les calendriers, les flux RSS, etc.) et les données en relation, il y a quand même une chose importante à prendre en considération : les données et les services vraiment importants. Je pourrais parler de certaines données que l'on héberge sur des « drive » mais je pense que l'un des meilleurs exemples reste le mail. Parce que c'est quand même l'alpha et l'omega de l'internaute. S'il y a un truc à "décentraliser" ou à ne pas mettre dans les mains des GAFAM quand on a envie de protéger un tant soit peu sa vie privée, c'est bien ça.

    Et ces dernières semaines, je me suis rends compte que déplacer son mail ou ses données sensibles vers quelque chose de propre est plus difficile que jamais. Pour les mails, dans ma dynamique j'ai pris un nom de domaine chez Gandi qui me donne 3Go d'espace pour les mails. J'avais trois ou quatre comptes mails répartis à droite et à gauche (dont un gmail). Et j'ai pris un temps fou à migrer le tout vers mon nouveau mail chez Gandi (dont des trucs sensibles). Je compte garder ce nom de domaine aussi longtemps que possible et j'ai fait le pari de Gandi. Donc j'ai fait un effort en ce sens mais j'espère que c'est fait une bonne fois pour toute.

    Pour en venir à ce que je voulais dire, je me suis réellement posé la question d'auto-héberger moi-même mes mails. Je ne l'ai jamais fait et j'ai commencé à lire de la documentation sur le sujet. Avec mon niveau de non-professionnel c'est clairement abordable, mais si on n'y connaît rien, c'est littéralement impossible à mettre en place. Est-ce que Yunohost propose un serveur de mail ? Je ne sais pas, c'est possible mais même si c'était le cas, je ne suis pas certain que beaucoup l'utiliserait vraiment.

    Moi-même, sans parler de Yunohost, je ne suis pas certain que j'installerai mon propre serveur de mail. En fait non, je dis ça, mais je sais que je ne le ferai jamais. Pourquoi ? Pour la même raison que je ne vais pas migrer mes données de Framadrive à un nextcloud auto-hébergé. Le mail cela reste un truc sensible, et ne serait-ce que pour les services de l'administration publique, la banque, etc., il faut pouvoir les recevoir et y répondre. Je veux dire, je ne suis pas à l'abri d'un incendie, d'un crash matériel alors que je suis en vacances, etc. À part pouvoir mettre en place un système vraiment redondant dans différents endroits, avec sauvegardes, et tout le tremblement, héberger soi-même ses mails importants, c'est quand même prendre un sacré risque. Vu comme ça, et avec toutes les contraintes qui arrivent quand on y pense sérieusement, faire du mail solide devient beaucoup plus compliqué.

    De la même manière, faire héberger son mail principal chez un CHATON, il faut avoir clairement confiance. Je me souviens des discussions il y a quelques temps de l'ouverture d'un Framamail. Vu la charge de travail que représente un serveur mail et considérant l'annonce récente de Framasoft, on en vient à douter de la pérénité des services que même une association bien établie comme elle peut fournir.

    [commentaire trop long coupé en deux]

  • [suite du commentaire trop long]

    Dès lors ma solution à moi qui veut quelque chose de pérène, de sûr dans le temps, et qui veut quand même contrôler mes données a été de me dire que 1) j'auto-héberge les trucs « non sensibles » ou « peu important » chez moi tant que ça m'amuse et en courant le risque de tout perdre et 2) pour tout le reste, pour toutes ces données et ces services vraiment importants, je me repose sur des professionnels qui ont l'architecture pour, qui sont stables, qui ont fait leur preuve, avec un petit plus éthique si possible. Du coup, je paye. Et je n'ai pas fini ma transition, il reste notamment le drive ; je sais que je finirai par payer un prestataire pour cela.

    Pour ma femme cela a été le même raisonnement ; mail chez Gandi mais avec son site personnel lié à ses activités professionnelles hébergés aussi par Gandi. Et c'est moi qui m'occupe de l'administration (même des règles de filtrage pour ses mails) parce qu'elle ne sait pas le faire, et parce que ça ne l'intéresse pas d'apprendre à faire ce genre de choses. Mais au final, pour avoir quelque chose de pérène et stable, c'est le même raisonnement, on paye.

    Cyrille, et d'autres, l'ont déjà dit (et le rediront sans doute) à de nombreuses reprises, et je pense qu'ils ont foncièrement raison : l'informatique ça reste quand même un truc de professionnel. Alors oui, l'informatique c'est large et autant je me vois bien gérer mon petit truc dans mon coin pour faire de l'HTTP, du FTP ou autre, jusqu'à ce que mort s'en suive, autant pour certaines choses je n'ai clairement pas les compétences et me lancer moi-même à corps perdu là-dedans seraient presque de l'inconscience (et encore je n'ai pas évoqué la sécurité). Il me faut donc un acteur de poids, avec des capitaux et tout le tralala comme le rappelle Cyrille dans son article.

    Et même là, dans la version « je prends un prestataire et je paye », pour quelqu'un qui n'y connaît rien, c'est compliqué. J'ai commencé à évoquer autour de moi ce que c'est que de prendre un nom de domaine et d'arriver avec un système mail clef en main. Je n'utilise aucun terme technique, je présente la chose le plus simplement du monde. Idem pour l'hébergement de sites (genre un portfolio et quelques articles en lien avec l'activité profesionnelle). Le sujet intéresse mais, en vrai, je crois que ce sont juste de beaux discours de ma part.

    Je m'adresse quand même à des personnes qui n'y connaissent rien du tout, vraiment rien. Pour donner un exemple, j'ai eu une discussion récemment avec quelqu'un à propos de la mémoire morte sur les iPhone, en disant qu'il fallait quand même au moins 32Go sur ces bestioles. Cette personne m'a expliqué, sans sourciller, que c'était effectivement le cas mais que, de toute façon, quand on achète un iPhone, on peut étendre sa mémoire juste en payant une somme forfaitaire par mois à Apple. J'ai tiqué parce que la discussion portait sur la mémoire morte, celle qui vient avec le téléphone. Mais non, cette personne m'a soutenu que l'on pouvait tout à fait l'étendre en quelques clics. Autrement dit, elle confondait allègrement le stockage interne du téléphone et le stockage icloud offert par Apple à l'achat du téléphone. C'est quelqu'un de jeune, qui travaille tous les jours sur internet avec des outils modernes.

    M. Nitot (ou M. Bortzmeyer, je ne sais plus) répète à foison dans ses conférences grand public que le numérique nous est tombé dessus sans que personne n'y soit formé, sauf quelques passionnés et professionnels. Je crois qu'il a clairement raison et si on sort du monde d'entre nous de gens « qui s'y connaissent », on se rend compte à quel point la situation est effectivement déplorable. Même aller chercher des services tiers au GAFAM demande un effort et une connaissance qu'à mon avis peu ont ; surtout quand on se rend compte que pour la majorité avoir simplement son propre nom de domaine relève de l'exploit technique.

    Il y a encore quelques années j'y allais de ma bonne volonté, faisant et expliquant autour de moi. J'avoue que maintenant, je laisse un peu couler tellement il y a encore à faire, sans même parler du distingo logiciel libre et propriétaire.

    Avec le « cloud » pour tous proposé des GAFAM et bien implanté dans l'esprit des gens, décentraliser ses données pour le grand public, à mon sens, c'est clairement pas pour demain.

    [CLAP de fin d'un commentaire bien trop long sur le thème ON VA TOUS MOURIR en hommage à Cyrille]

  • @f6k Très bon commentaire en tout cas, qui résume les étapes par lesquelles nous sommes passé.e.s :-)

  • Pou moi on prend le problème à l'envers et je pense qu'on nous a fait croire qu'on avait besoin d'avoir des données dans le cloud et ça n'est pas vrai d'un point de vue personnel

    J'avais pris un abonnement pcloud de 500 go, j'ai tout viré au bout de 10 mois, mes photos &fichiers sont sur 2 HDD, y'a rien de plus efficace et rapide a mettre en place !! Ça ne sert a rien d'avoir des datas dispos H24, je vis très bien sans ! Je dois avoir 10 fichiers à tout casser sur Google drive, mais pour le peut de fois qu'ils sont ouvert je ne vais pas m'embeter à trouver une solution alternative

    Le cloud c'est du marketing, et par définition si c'est marketé c'est qu'on en a pas besoin :)

  • f6kf6k
    28 sept. modifié

    @Damien a dit :
    @f6k Très bon commentaire en tout cas, qui résume les étapes par lesquelles nous sommes passé.e.s :-)

    Et je pressens que des étapes, il y en a encore quelques unes ! :D Mais je rattrape mon retard !

    @poipoi a dit :
    J'avais pris un abonnement pcloud de 500 go, j'ai tout viré au bout de 10 mois, mes photos &fichiers sont sur 2 HDD, y'a rien de plus efficace et rapide a mettre en place !! Ça ne sert a rien d'avoir des datas dispos H24, je vis très bien sans ! Je dois avoir 10 fichiers à tout casser sur Google drive, mais pour le peut de fois qu'ils sont ouvert je ne vais pas m'embeter à trouver une solution alternative

    Je suis d’accord avec toi. Moi j’ai commencé à utiliser Nextcloud parce que mon université nous l’a proposé pour synchroniser nos documents de travail qui étaient sur les serveurs virtuels de la fac. C’était plutôt pratique : on bossait sur les ordinateurs de l’université avec enregistrement des données sur les disques virtuels de la fac. Avant on faisait des synchronisations à la main sur des clefs USB quand on avait besoin de ramener du travail à la maison, et à grand coup de date dans les noms de fichier pour les versions. Nextcloud là-dessus nous a facilité la vie car tout se synchronisait tout seul entre le poste à la fac et la maison, plus de problèmes entre plusieurs versions modifiées avec trois ou quatre différentes sur la clef, l’ordinateur de la maison et le poste de la fac. Sans parler des facilités que cela nous a apporté pour les collaborations à plusieurs sur un même fichier. Bref, Nextcloud nous a changé la vie.

    Quand je me suis retrouvé à gérer mes propres données, j’ai sauté sur un framadrive, par habitude je crois, que j’utilise depuis. Maintenant que je suis dans ma transition vers plus de simplicité et moins d’emmerdes (et sachant qu’à long terme, je ne peux pas me reposer sur framadrive uniquement) j’ai cherché à améliorer ça.

    Ce que tu dis me parle clairement. Il y a quelques semaines je cherchais à mettre en ligne différents fichiers. Ils sont versionnés avec git et je réfléchissais à installer une application type cgit. Sur mon Raspberry, on oublie, je veux du statique. Stagit alors ? Ouai, du coup il faut générer une version web, on double le cycle d’écriture à chaque push et c’est la carte SD qui prend cher.

    Il m’a fallu quinze jours pour réaliser que mon approche était stupide. Je veux partager un dossier de fichier ? Un mount -o bind en lecture seule du dossier en question vers /srv/ftp/ servi par un vsftpd chrooté. La configuration m’a pris trois minutes et depuis j’oublie...

    Pour le drive, je suis sérieusement en train de réfléchir à faire comme ma femme : un jeu de clefs USB synchronisées automatiquement avec l’ordinateur portable quand on les branche, et voilà. Après tout, c’était la solution que j’utilisais au début des années 2000 pour trimballer mes cours de fac et les fichiers à partager avec les copains. Et ça marchait très bien !

    Le cloud c'est du marketing, et par définition si c'est marketé c'est qu'on en a pas besoin :)

    Je la réutiliserai celle-ci !

  • J'ai envoyé en urgence un mail à mon chef pour dire qu'il fallait renouveler le nom de domaine du site internet. Réponse du chef : a-t-on vraiment besoin d'un nom de domaine ? Mon chef est tout de même enseignant, c'est tout sauf un idiot, il est certes particulièrement réfractaire à tout ce qui est informatique mais c'est quand même un homme éduqué et de bon sens.

    Les discours qu'on tient autour de l'informatique, les nôtres globalement, s'approchent des discours de professionnels et ne tiennent pas compte du commun des mortels. C'est pour cela que je dis, j'affirme, que si on veut vraiment faire du libre, il faut un géant du libre honnête.

    J'insiste bien sur le honnête pour ne pas que l'argument libre devienne un argument marketing. Si on prend back marcket par exemple qui calcule les économies de CO2 et qui tient un discours bienveillant, il ne s'agit que d'une façade. Quand je vois le prix des appareils vendus, je me dis que c'est tout simplement un business.

    Pour en revenir au commun des mortels, une collègue m'explique qu'elle utilise une clé 3G SFR qu'elle paye tous les mois. Je lui ai montré comment faire un partage de connexion avec son téléphone, elle n'a même pas 40 ans et comme moi vit entourée de jeunes.

  • @poipoi a dit :
    Pou moi on prend le problème à l'envers et je pense qu'on nous a fait croire qu'on avait besoin d'avoir des données dans le cloud et ça n'est pas vrai d'un point de vue personnel

    J'avais pris un abonnement pcloud de 500 go, j'ai tout viré au bout de 10 mois, mes photos &fichiers sont sur 2 HDD, y'a rien de plus efficace et rapide a mettre en place !! Ça ne sert a rien d'avoir des datas dispos H24, je vis très bien sans ! Je dois avoir 10 fichiers à tout casser sur Google drive, mais pour le peut de fois qu'ils sont ouvert je ne vais pas m'embeter à trouver une solution alternative

    Le cloud c'est du marketing, et par définition si c'est marketé c'est qu'on en a pas besoin :)

    Il faut en effet faire la différence entre cloud et backup. Ce qu'amazon, Google et Microsoft ont compris aujourd'hui pour le marche pro.
    La sauvegarde physique ça marche très bien si on est consciencieux

  • Juste pour confirmer, le mail est une horreur a héberger. Sur de l'autohergement on peut dire que c'est mort. Je m'explique, les fournisseurs principaux black mise tout un tas de domaine et IP, et en plus de ça il faut certains réglages pour que ça passe ( configuration dns avec dkim...). Et même chez OVH par exemple on peut récupérer un serveur avec une IP qui a déjà été black listé. Donc il faut le refaire white listé. Je l'ai fait car ça m'a beaucoup apporté Professionnellement mais je déconseille fortement si on est pas pro. Y aura toujours une personne qui annonce que c'est simple mais de connaissances ceux qui annonce ça n'envoie pas de mail a Google, Microsoft...
    Pour ceux que ça intéresse on peut tester son serveur avec https://www.mail-tester.com/ mais avoir 10/10 ne suffit pas.

  • au niveau de ma fédération agricole c'est ce qui s'est produit. Au départ on tournait sur Zimbra et serveur géré par un seul gars. A passer son temps à se faire blacklister et faire les demandes pour remettre en liste blanche, il est passé sur une solution office365 payée moins cher et un gain de temps considérable.

  • 9 oct. modifié
  • Franchement le mail est tellement important que si tu n'es pas prêt à mettre les mains dans le cambouis, il faut en effet oublier l'auto-hébergement et se tourner vers un service clés en mains. C'est un peu comme si tu voulais ton potager mais que tu refusais de mettre les mains dans la terre.

    Maintenant, c'est pas si terrible que ça:

    • Tu loue un VPS pour être tranquille au niveau hardware et ddos, mais aussi avoir une IP dédiée
    • Tu te base sur Yunohost qui fait tout pour toi
    • Tu renseigne juste ton DKIM/SPF dans ta zone DNS (et encore si ton NS est ton serveur Yunohost, je pense qu'il le fait tout seul)
    • Tu fais quelques tests histoire d'aller te désinscrire des blacklist, ça fait souvent via un formulaire automatisé (c'est pas comme si tu devais appeler un sav)
    • Tu vérifie que ta politique de backups est correct
    • De temps en temps un petit apt update && apt upgrade

    C'est tout. Mon serveur mail tourne depuis plusieurs années et la seule fois où il a cassé c'est lors d'une montée de version Debian 8 ->9 + Yunohost 2.x -> 3.x. Pour le reste jamais eu de souci.

  • @src386 se baser sur Yunohost c'est pour moi se baser sur un prestataire en pire. Une usine à gaz dont tu ne maîtrises rien. Pour des points aussi sensibles que le mail, avoir son propre nom de domaine et une gestion du mail par le registrar ou par un hébergement mutualisé n'est certainement pas la moins mauvaise des solutions.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.