Et si nous parlions des pesticides ?

J'aimerais avoir l'avis d'informaticiens sur cette question. L'arrêté que j'ai pris le 24 juin sur la protection de la ressource en eau est en cours d'instruction par les juges du Tribunal administratif de Rouen. J'aurais la date de l'audience le 11 septembre très probablement.

Mots clés:

Réponses

  • septembre 2019 modifié

    On parle deux fois de particuliers et ce n'est pas clair.

    Sinon sur ce problème, il faudrait être precis sur les techniques d'épandage, les produits concernés, les conditions de vent (force, sens) ,les distances, et parler du cas des écoles bien que je ne vois pas de différence avec le jardin d'une maison où jouent des enfant.

  • Je n'ai pas bien compris la phrase "livrait être precis".

  • Tu as un lien qui défini le seuil à partir duquel l'eau n'est plus potable ? J'ai seulement trouvé des choses relatives à la Bretagne.

  • @bloginfo a dit :
    J'aimerais avoir l'avis d'informaticiens sur cette question

    Je ne suis pas informaticien, c'est peut-être pour cela que je ne comprend pas bien la situation décrite et pourquoi la pollution de l'eau potable ne serait causée que par les épandages des particuliers en bordure de la voie publique.

    A moins que les règlements en cours protègent déjà le point de captage des autres sources de polluants. Cela mériterait d'être précisé.

  • Les particuliers n'emploient pas de nitrates. Ils n'emploient pas les mêmes quantités de pesticides.

  • On par> @bloginfo a dit :

    Je n'ai pas bien compris la phrase "livrait être precis".

    désolé...le correcteur du smartphone. C'est plus facile sur le pc :D

  • Je ne suis pas informaticien non plus, mais bon, c'est une histoire de citoyen, quelques soit sa profession.

    Pour les non normands, c'est compliqué sans savoir ce qu'est une bétoire de comprendre le problème.

    En gros, ce sont des puisards qui sont directement en contact avec la nappe phréatique.

    Donc, à la différence des endroits où les eaux de ruissellement vont aller plutôt dans les cours d'eau, dans ce cas, les pesticides vont aller directement dans la nappe.

    Ça semble donc être un arrêté de bon sens, surtout compte tenu des particularités géologiques de la commune.

  • Merci bendia pour l'explication. Je vois qu'il y a des études en cours https://www.brgm.fr/projet/amenagement-betoires-haute-normandie
    @bloginfo
    Mais ces bétoires ne sont-elles qu'en bordure de voie publique ? N'y en a-t-il pas dans les champs ?

  • septembre 2019 modifié

    ça tombe bien une consultation en ligne va commencer aujourd'hui :
    https://www.liberation.fr/france/2019/09/07/pesticides-le-gouvernement-va-proposer-une-distance-minimale-de-5-a-10-metres_1749881

    (les ministères sont Santé, Agriculture et écologie. Pour l'instant rien sur les sites)

  • @trentanel Les bétoires sont très souvent le long des routes.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.