Du bon usage du numérique

Je me trouve associé, bien malgré moi, à la co-rédaction d'un projet de loi dans le cadre du Parlement des enfants, "Du bon usage du numérique". Tout un programme !

J'attends vos commentaires, vos idées, vos remarques, vos contributions. Bref, j'attends beaucoup de votre quantité de cerveau disponible. :) Je sais qu'ici, dans ce parlement des bons pères de famille, nous pouvons discuter intelligemment et en toute sérénité ! Merci par avance.

Réponses

  • alors je mets 4 mots
    bon ? usage? utile ? temps passé/perdu ? ( la je gagne à tous les coups sur le dernier point )

  • J'ai un peu de mal à comprendre ta demande, ce sont les enfants qui proposent des trucs spontanément dans ce genre d'initiatives ?

  • 7 nov. modifié

    Les adultes sont partie prenante, force de proposition. Comme je l'ai dit, nous sommes associés à la rédaction de ce projet de loi. Je t'incite à lire le projet.

  • Quelle est la sensibilité de l'enseignant ?

    • il a du apple ?
    • il est sur tous les réseaux sociaux ?
    • il est sensibilisé au matériel d'occasion ?

    Parce que c'est quand même lui qui va devoir faire passer l'information.

    Du fait que sur le principe ils n'ont pas le droit d'être sur les réseaux sociaux avant l'âge de 16 ans, que la notion de GAFAM est pas forcément évidente à faire passer à ces gamins, c'est peut-être plus facile de l'accès sur le recyclage, notamment si tu as les gens de la déchetterie du coin qui peuvent intervenir pour montrer la pollution des appareils etc ...

  • Béatrice, l'instit, est sur PC. Elle ne va pas sur les réseaux sociaux. Et c'est à eux que j'ai refourgué quelques PC d'occasion.

  • elle sera donc certainement sensible au recyclage.

    Loi : "prioriser le recyclage plutôt que l'achat du neuf" qu'on traduira par arrêter d'acheter ces grosses merdes de tablettes qui ne tiennent pas et qui ne servent à rien.

  • tu dis ça car tu n'as pas d'iPad :smiley:

  • Dans le milieu scolaire, même en Ipad, les tablettes sont une connerie sans nom.

    Pour certains enseignants (EPS, SVT, ...) il y a une plus-value, pour les gamins non, au contraire tu recules l'apprentissage du matériel informatique classique pour un peu plus de mobilité (et en milieu professionnel, il retrouveront du matériel informatique classique, pas des Ipad).
    C'est à la mode donc on en file aux gamins mais c'est une énorme connerie à mon sens.
    On aurait déjà dû former sur 5 ans les enseignants à adapter leur pédagogie à l'outil (dans certains matières ce n'est pas évident et pas plus pertinent qu'un support PC/vidéoproj) pour que ce soit efficient rapidement, là t'as des profs un peu old school qui ont découvert la tablette avec les gamins. Tu peux pas être efficace, même si le support est top déjà il y a une couille dans l'énoncé.

    Pour l'occasion, c'est également peine perdue puisque pour faire tourner un parc qui n'est pas 100% sous garantie il faut du personnel et que la tendance est plutôt à faire des économies de personnel qu'à embaucher pour maintenir un parc plus vieillissant.
    Je suis en plein dedans et subis une réorganisation de toute ma collectivité où on a tout chamboulé, on réduit le personnel de maintenance tout en augmentant le parc et on gère les durées de garantie pour que tout soit toujours sous garantie.
    Le matériel est comptablement amortissable, le personnel c'est un coût incompressible et important quand tu rajoutes les charges.

    Donc au contraire on va vers de la consommation à outrance et du renouvellement et mise au rebus de matériel tout à fait fonctionnel et performant (on vire des dual core/4Gb de Ram /250 Go HDD sous prétexte qu'ils ne sont plus sous garantie, je croule sous les pièces je ne sais plus quoi en foutre).

    Alors qu'on nous fait des rond de flan de l'environnement (à raison, je ne dis pas le contraire), du réchauffement climatique et compagnie, les décisions opérationnelles parce que contraintes par les décisions politiques continuent à aller à l'envers du bon sens.

  • Si tu veux passer un appel, je pense que des gens prendront

  • Je pensais que nous aurions collectivement plus d'idées autour des thèmes tels que :

    • un portail des bonnes pratiques ;
    • un annuaire du logiciel libre ;
    • le logiciel libre à l'école ;
    • la lutte contre l'invasion publicitaire ;
    • l'enseignement du numérique à l'école;
    • etc.

    En panne ??? :)

  • pour ma part une loi mais je me trompe, c'est un truc qui impose plus ou moins quelque chose.

    la priorité du logiciel libre dans l'éducation, par exemple c'est une idée de loi.

  • Une loi est aussi chargée d'instituer... une haute-autorité, un portail. Elle peut contraindre l’État et les collectivités à financer une partie des équipements numériques pédagogiques nécessaires à l'enseignement.

  • un annuaire de logiciel libre, Framasoft le fait déjà, un portail de bonnes pratiques, la CNIL est pas trop mauvaise à l'école.

    L'invasion publicitaire difficile de la faire comprendre aux enfants, l'enseignement du numérique vaste débat :D

    quel exemple de loi tu verrais, tu dois avoir ta petite idée ?

  • 9 nov. modifié

    Framasoft n'est pas une référence, comme pourrait l'être un portail animé par l’État ou l’Éducation Nationale. Concernant la CNIL, il y manque des vidéos bien plus didactiques pour les plus jeunes. Pareil pour Framasoft qui ne s'adresse qu'à une "élite".

    Je vois la création de portails et/ou d'annuaires, comme je le disais, dont un consacré aux sites de référence sur le plan des savoirs fondamentaux, de la connaissance et des compétences.

    Il faut instituer la préférence au logiciel libre dans l'enseignement, à tous les niveaux.

    Je crois également qu'il faut contraindre l’État à équiper toutes les classes d'un vidéoprojecteur, d'une caméra et/ou d'un appareil photo numérique pour combiner les pratiques pédagogiques et favoriser la création.

    Enfin, l’État doit s'engager à fibrer - ou solution alternative très haut-débit - tout ce qui, de près ou de loin, est lié à l'enseignement et/ou l'éducation.

  • pour moi le problème de la compréhension du logiciel libre, c'est qu'il s'adresse déjà à une élite. Faire comprendre à l'humain normal la différence entre un logiciel libre et un logiciel gratuit mais privateur pas évident. Je pense qu'il faut se rappeler à chaque fois que ça doit être à la portée des enfants.

    En ce qui concerne contraindre l'état à équiper toutes les classes, on a vu ce que ça a donné quand l'état achetait du matériel, ça coûte un bras et ce n'est pas forcément l'équipement adapté.

    Pourquoi pas une loi visant à multiplier les personnes ressources ? J'ai un collègue qui a la charge d'une dizaine d'écoles et d'autres responsabilités, avec des enseignants qui ne comprennent rien, il ne peut pas faire grand chose. Si quelqu'un de qualifié intervenait, avec quatre ronds tu montes des salles informatiques dans les écoles.

  • 9 nov. modifié

    Ok pour le financement des intervenants informatique ! Les subventions renchérissent les coûts d'achats pour les collectivités, par effet d'aubaine. Bien vu !

    Trois autres idées :

    • accès libre et illimité dans le temps aux documentaires de l'INA et des chaînes publiques ;
    • droit de projection des films et des documentaires de la médiathèque numérique sur le temps scolaire ;
    • constitution d'un fonds national des œuvres francophones libres de droit accessibles librement.

    Une idée saugrenue : une licence globale pour l'enseignement en France ?

  • Le thème est "du bon usage du numérique".

    Si ce thème est lancé, c'est que l'on sous-entend qu'il y a un mauvais usage, un usage incorrect ou un usage absent, inexistant.

    Je pensais dans un premier temps à la rédaction d'un guide des bonnes pratiques à l'attention des 6-12 ans par exemple, avec un discours adapté, ou bien la création d'un parcours citoyenneté numérique.

    Les thèmes abordées pourraient être divers et variés.

    • le basique "comment ca marche" (hardware, ordinateur, smartphone, internet, la fibre, software...)
    • les usages actuels (pour le travail, le loisir, la création audiovisuelle...)
    • l'angle identité réelle / virtuelle + e-reputation (on ne met pas n'importe quoi sur le net, on ne parle pas à des inconnus, gestion des réseaux sociaux...)
    • l'angle démocratie numérique (civic tech), participatif et collaboratif des applications / sites et de l'usage d'internet
    • l'angle lié à l'information et aux médias sur le net = développer l'esprit critique et le recul par rapport à l'instantanéité du net et les clics à la va-vite).
    • initiation au codage par des langages simples et facile d'accès (scratch ?)

    Comme ce projet doit passer par une loi, ca ne sera pas un guide des bons usages.

    Sans être juriste, je dirais qu'une loi propose 1) de renforcer/soutenir une action ou un bon usage 2) de généraliser une pratique qui n'est pas reconnue légalement 3) de créer cette nouvelle pratique 4) d'interdire quelque chose (dans ton cas, le 4 me semble peu approprié et non pédagogique ^^).

    En général, dans ce genre d'exercices, il faut faire parler la communauté : quel est le problème "numérique" rencontré par les enfants ou leurs familles ? Qu'est-ce qui les gêne ? Qu'est-ce qui les pénalise ?
    Inversement, on peut demander aux enfants quel(s) pratique(s), usage(s) comportement(s) positif(s) il conviendrait d'améliorer ou de renforcer (ou encore de créer).

    La rédaction de la loi viendra ensuite assez simplement :)

    A+

  • @Damien Merci pour cette très, très intéressante contribution.

    NB Je ne sais ce que c'est que la communauté. De qui ? De quoi ?

  • 9 nov. modifié

    'LLo,

    @bloginfo a dit :smile:
    NB Je ne sais ce que c'est que la communauté. De qui ? De quoi ?

    P....n de question qu'elle est bonne (& pas en français dans le texte... ;))
    Alors que l'individualisme forcené semble être la tendance du moment un peu partout ainsi que le repli voire l'enfermement (même) communautaire, définir ce qu'il reste du concept semblerait sans doute nécessaire..?

  • Si loi il y aurait, ça serait par exemple par rapport l'exposition à la pornographie sur Internet, aux abus de la publicité ciblée, ou également les jeux fonctionnant avec des tirages au sort poussant à acheter plus... J'ai un exemple récent d'un gros jeu Android interdit en Belgique pour cela.
    Comme dit Damien, on parle bonnes pratiques, donc il faut lister les mauvaises pratiques si c'est une loi. Si c'est une action politique comme un enseignement à faire, c'est autre chose.

  • @fassil

    Je me sens moins seul. L'enfermement communautaire amène à des mécanismes de dissonance cognitive, où nous n'acceptons plus la contradiction et/ou la pensée complexe.

  • Il s'agit aussi de guider la population et les enfants sur le bon usage du numérique. Le Parlement peut aussi à voter des lois-cadres.

  • 9 nov. modifié

    C'est quoi le bon usage du numérique? Dépenser l'argent des impots en licence Microsoft? renouveler son parc informatique tous les 5 ans alors qu'il y en a pas vraiment besoin? Passer par Youtube pour diffuser une information liée au prélèvement à la source? Passer par Google Drive pour le travail collaboratif alors que des solutions libres et sécurisées interne existent?
    Quand je lis Loi, j'entends l'Etat, or ce dernier est loin d'être exemplaire en la matière...

    En plus tout est déjà fait : https://t.co/nvSNPL1a3w

  • @Sébastien Oui, je crois que le volet lié au logiciel libre et aux données personnelles est extrêmement important.

    Un grand merci pour le lien !

  • 9 nov. modifié

    @bloginfo

    Par communauté, j'entends les gens avec qui l'on vit : famille, amis, voisins, son élu local, son boulanger, le petit vieux du coin toujours assis sur le même banc public au coin de la rue... (je suis très "Communauté de l'Anneau" ^^).

    Les Français voient toujours le mauvais côté des choses !

    Il est toujours intéressant d'avoir l'avis des enfants sur un problème. Leur avis est souvent éclairant.

  • @Damien

    C'est prévu pour les enfants et je vous ferai une retranscription. En CM2, ils utilisent déjà beaucoup le numérique.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.