L'effet papillon

À la fin de la semaine, je redeviens chenille.
Les vacances, c'est plutôt papillon, c'est là où on peut enfin retrouver une certaine autonomie, inventivité, liberté.
Après, le train-train revient, la hiérarchie, la productivité, les objectifs… enfin ces machins qui te permettent de bouffer.
Être papillon, ce n'est pas facile de le rester dans ce contexte. On essaie de le rester le plus longtemps possible.
Vivement l'année prochaine, pour une nouvelle métamorphose…

Réponses

  • Pareil, vivement l'été prochain, mais on va essayer de rester papillon le plus longtemps possible, et le moins connecté également.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.