Article : Le libre, la vie privée et le premier pas de travers

Voilà ce qui me semble l'antithèse de ce que pense le propriétaire des lieux. Donc, je le partage :smile:

Je pense que je ne saurais mieux exprimé ma position que ce que n'a fait l'auteur http://epi.asso.fr/revue/articles/a1805e.htm

Réponses

  • la journée a été un peu rude, je te promets un retour dans la journée de demain

  • Je ne vois pas en quoi c'est l'antithèse de ce que je pense, il va falloir m'expliquer.

    Ce que le garçon exprime est gentil, la déculpabilisation quant à l'utilisation du logiciel propriétaire. Je n'aurai pas forcément insisté là dessus, car en fait tout le monde est déculpabilisé par l'utilisation du logiciel propriétaire et c'est d'ailleurs un débat qu'on voit de moins en moins. Comme tout le monde utilise du proprio ou presque, il est difficile d'emmerder les autres avec ça. On avait quelques convaincus, des apprentis RMS il y a quelques années, on ne le voit plus.

    C'est d'ailleurs ici qu'on voit que le libre en tant que philosophie, c'est une utopie. La majorité des gens que je côtoie utilisent du logiciel libre de façon technique et ne se posent plus trop de questions.

    Il y a par contre quelque chose de malsain dans son message, si un jour tu embrasses une femme, ce n'est pas une raison pour aller jusqu'au bout. A ce compte là, le gars qui prend une cuite devient alcoolique.

    Pour en revenir tout de même à la thématique centrale, le libre n'est qu'une partie d'un ensemble :

    • c'est un facilitateur pour le reconditionnement du matériel,
    • c'est une façon d'échapper à la traque organisée,
    • c'est plein de choses,

    Mais ça reste avant tout un moyen, pas une fin en soi.

  • Je ne vois pas en quoi c'est l'antithèse de ce que je pense, il va falloir m'expliquer.

    Et bien, j'avais perçu dans ce que tu écris(vais?) exactement l'inverse de ce que tu expliques là :

    si un jour tu embrasses une femme, ce n'est pas une raison pour aller jusqu'au bout.

    Il m'avait semblé lire dans tes écrits qu'utiliser des outils qu'on sait être des pompes à données, c'est pas grave puisque c'est déjà trop tard, une grande partie de nos données sont déjà captées.

    Ce que je comprends de l'article, c'est l'inverse de ce que tu dis là : c'est pas parce-que j’utilise un outil non-libre parce que je n'ai pas trouvé un autre outil libre me convenant que je ne dois plus me poser de question pour les autres outils.

    D'où, l'impression d'antithèse entre cet article et des positions qu'il m'avait semblé t'avoir vu exprimer :smile:

    Effectivement, le logiciel libre est un moyen. Comme tu le dis, c'est une partie d'un ensemble. Les exemples que tu donnes restent malgré tout de l'ordre de la philosophie, la politique étant dans le champ de la philosophie.

  • J'aimerai revenir sur le point d'embrasser une femme qui n'est pas la tienne. C'est ici où j'ai souvent des inquiétudes sur le degré d'humanité des gens qui écrivent dans le libre. Assimiler tromper sa femme et tromper le libre pour l'utilisation de logiciels propriétaires, je me dis qu'on est quand même dans le cas de gens qui vivent dans une cave. Tu as l'impression de répondre à la question à la con si tu devais tuer ton père ou ta mère tu choisirais qui ?

    Je conclue donc juste sur ce point, l'exemple est très très mauvais.

    Pour en revenir à ce que je raconte, j'ai l'impression que lui dit : ce n'est pas parce qu'on utilise des logiciels propriétaires qu'il ne faut pas se poser de questions sur les données qu'on se fait pomper mais c'est pas grave d'utiliser des logiciels propriétaires. J'y note quand même un paradoxe, un peu le même du type qui sait pertinemment que fumer tue mais qui continue à fumer quand même.

    Il y a quand même quelques nuances ici car pour poursuivre dans l'analogie, si on veut vraiment rester libre il faut quitter la pièce et ne vivre qu'avec des non fumeurs, car le problème est de ce type. Quand on sait qu'on a tous un profile facebook même ceux qui n'en n'ont pas, que gmail doit bien se faire plaisir avec ton mail envoyé depuis un super mail pur et dur ou que penser de cette pauvre femme qui ne veut pas avoir ses gosses sur facebook mais ses supers copines le font à sa place.

    La complexité de l'utilisation du logiciel propriétaire c'est que tout ne dépend pas de son comportement.

    Moi voilà ce que je dis. Il faut arrêter de croire en une religion du libre pour faire ce qui paraît juste. J'utilise Office365 au lycée car c'est l'outil qu'on nous impose. A mon niveau hiérarchique je ne peux pas avoir plus d'influence, néanmoins tous nos secondes à la rentrée auront une calculatrice Numworks. On fait ce qu'on peut, faut pas se prendre trop la tête, à force de trop réfléchir on finit par ne plus rien faire.

  • Le gars dit qu'il faut être pragmatique en informatique (logiciels libres)
    Tu dis toujours (et ici encore) qu'il faut être pragmatique.
    Quelques soit les exemples choisis, ça revient au même.

  • mai 2018 modifié
    > @cyrille a dit :
    > Je ne vois pas en quoi c'est l'antithèse de ce que je pense, ...
    > Il y a par contre quelque chose de malsain dans son message, si un jour tu embrasses une femme, ce n'est pas une raison pour aller jusqu'au bout. A ce compte là, le gars qui prend une cuite devient alcoolique.
    >
    Ah, toi aussi tu as remarqué ce passage....rien à rajouter, pour l'instant

    > On fait ce qu'on peut, faut pas se prendre trop la tête, à force de trop réfléchir on finit par ne plus rien faire.

    Voilà
  • et je viens de me rendre compte que c'est un article déterré de 2013 avec une situation qui a franchement évolué depuis.

  • mai 2018 modifié

    (mode misogyne) et de toute façon, se tromper de femme, ce n'est pas tromper sa femme -/mode misogyne) :open_mouth:

  • Certainement un homme qui a trop bu.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.