Souvenez vous de la fameuse licence globale qui allait enrichir les artistes

A l'époque on évoquait la licence globale, une espèce de fourre tout magique où on payait une espèce de cotisation globale et tout le monde trouvait son compte, notamment les artistes. Si cette licence n'a jamais vu le jour, elle a quand même fait des petits puisqu'un abonnement à spotify vous permet de profiter de tout le catalogue

Quand on voit les chiffres de l'article, on se rend compte qu'alors que bon nombre d'intermédiaires ont été supprimés, les artistes se font farcir, peut-être même plus qu'avant.

La moralité c'est que quelle que soit la technologie, à partir du moment où les uns auront l'idée exploiter les autres, rien ne changera, il y aura toujours un dindon de la farce. J'aimerai bien voir des gens comme Champeau à l'époque où il était à la tête d'un Numérama qui voulait changer le monde porter une opinion là dessus, lui qui se positionnait en chantre de la licence globale.

http://mashable.france24.com/divertissement/20180414-streaming-remuneration-artistes-etude-cas

Réponses

  • Il y a quelques années j'avais écrit un article à ce sujet
    https://cheziceman.wordpress.com/2010/11/05/musique-rendons-la-musique-aux-artistes-pas-a-hadopi/
    Ça n'a pas changé bien au contraire. Ce qui explique le succès de plateformes comme bandcamp où l'artiste touche beaucoup plus.
  • Entièrement d'accord.
    La licence globale aurait permis une rétribution plus juste entre les artistes que ce machin, l'Hadopi.
    Aujourd'hui, il est trop tard (Arthur H., Charles de G.); c'est peut-être la fin des audiogrammes et le retour du concert en public.

  • avril 2018 modifié

    @philgra a dit :
    Aujourd'hui, il est trop tard (Arthur H., Charles de G.); c'est peut-être la fin des audiogrammes et le retour du concert en public.

    Ce qui est plutôt positif... Rien ne vaut l'expérience d'un bon concert !

  • Encore que les concerts, quand on a les 10 premiers rangs qui sortent le smartphone pour filmer, c'est devenu gonflant, avec des salles au son foireux trop souvent.
    Et je parle pas des tarifs des gros tourneurs qui deviennent astronomiques. Faut viser les groupes et artistes en devenir ou sur le retour
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.