A propos de mon billet sur la veille

11 avril modifié dans Blog

Je viens de me faire la totalité des blogs et liens qu'a donné lanargeek, voici ce que je constate :

  • on a pas mal de gens qui continuent à écrire un peu, de temps en temps, parfois un billet après trois ans d'absence
  • les gens sont passés à des modèles statiques, avec beaucoup de personnes qui n'ont plus de commentaires, beaucoup de styles minimalistes. Il apparaît d'ailleurs que Wordpress n'a pas une place prédominante, c'est assez varié, du wordpress quand même, du hugo, du pelican, peu de pluxml finalement.
  • les billets sont souvent très techniques avec une administration de serveurs poussés, c'est d'ailleurs ici qu'on comprend l'abandon de php, js et le reste. Les gens sont des costauds, et ne passent pas par exemple par la page du fournisseur d'accès internet comme la page free. Ils ont accès à toutes les technologies, ils choisissent donc de façon légitime celle qui leur va le mieux. Avec ça tout de même c'est l'abandon des populations pour ne se concentrer que sur l'élite.
  • j'ai dû visiter plus d'une centaine de sites pour n'en agréger peut-être que deux, pas par manque d'offre mais par manque de correspondance avec mes aspirations. Il manque singulièrement de blogs, de sites pour l'utilisateur final.

Réponses

  • Yo,

    Retour intéressant, merci. Peu surprenant hélas, quand je vois le Jdh c'est beaucoup de pros, de techniciens etc. Il reste très peu de grand public et d'utilisateur final. On gagne en qualité des articles je pense mais on perd en diversité (essentiellement de la technique, très peu de réflexions) et on exclut tout le grand public.

    Pour ma part je continue de faire des articles accessibles, j'espère que c'est utile.

    Pour info : https://www.linuxtricks.fr/news/12-actus-linuxtricks/394-arret-de-youtube-de-maniere-indeterminee/

    Tcho !

  • il y met des pincettes quand même sur son arrêt. J'ai tendance à penser que les gens qui arrêtent laissent de gros cratères derrière eux ou laissent mourir sans rien dire.

    Pour en revenir au sujet principal, c'est bien là le problème, on a des associations de type Framasoft qui expliquent qu'il est important de libérer les masses, ne veulent pas devenir un service, veulent promouvoir des chatons qui ne sont pas légion et de l'autre on a une grande majorité des utilisateurs de logiciels libres qui sont des powers users et qui s'en foutent de la démocratisation.

    Alors quand tu les vois s'agiter dans Mastodon / Diaspora* pour faire venir des gens qu'ils ne veulent pas, il y a quand même une jolie culture du paradoxe.

    et pour rebondir : https://blog.seboss666.info/2018/04/horreur-je-ne-sais-plus-vulgariser/

  • > @cyrille a dit :

    > Alors quand tu les vois s'agiter dans Mastodon / Diaspora* pour faire venir des gens qu'ils ne veulent pas, il y a quand même une jolie culture du paradoxe.
    >
    > et pour rebondir : https://blog.seboss666.info/2018/04/horreur-je-ne-sais-plus-vulgariser/

    Un constat que je partage. Il y a des blogs que j'ai arrêté de suivre car versant dans une technique qui ne m'intéresse plus. Et pour moi, la lutte du libre doit aujourd'hui être ailleurs, en mobile particulièrement .
    Pas évident de vulgariser, en effet et même d'apprendre à des gens qui n'en ont pas envie. Une chose que je rencontre particulièrement cette année dans mon boulot où c'est la demotivation des gens.
  • Le problème de la vulgarisation je m'en suis rendu compte c'est qu'on n'imagine pas le niveau des gens. Je ne vais pas dire qu'écrire un tuto sur l'installation de debian ça ne sert à rien mais en fait le meilleur tuto que tu peux faire c'est d'être à côté du gars et t'adapter à son niveau de connaissance.

    Des débutants me disent qu'un forum comme celui d'Ubuntu c'est trop difficile, il faut donc imaginer à quel niveau on se trouve.

    On en revient au fait que globalement l'internet c'est bien gentil mais ça ne sert qu'à faciliter les contacts, c'est d'ailleurs pour cela qu'il y a deux associations de parrains Linux qui ont l'air d'être au point mort :)

  • C'est pour ça qu'en ce moment avec la mode du mooc et des tutoriels online on fait des erreurs en pensant que ça suffit. Tiens je suis en train de monter une formation de terrain à mon boulot justement pour éviter ça.

    En fait le débutant Ubuntu, il ne sait pas ce qu'est une partition, un bootloader et tout ça déjà donc faut commencer par expliquer l'ordinateur...
  • 11 avril modifié

    Quand tu as un utilisateur qui fait une erreur de manip, que tu lui expliques son erreur lors de ton intervention pour l'accompagner vers l'autonomie et que le mec ne t'écoute pas à moitié parce que de toutes façons tu seras encore là à la prochaine erreur, tu as tout compris.

    Je crois que les gens sur le web ont la même attitude : ils consomment du support mais ne sont pas forcément disposés à aider en retour puisqu'il y aura bien un con pour le faire ...

    L'époque désintéressée des forums de passionnés est belle et bien derrière nous et à moins d'une prise de conscience générale (lol) on va continuer à consommer du buzz, du réseau social kikoo lol et des gifs de chats qui se prennent des pelles ...

    Ceux qui veulent de la technique pure en trouveront encore dans des coins reculés, ce seront des sites de niche, comme le tien aujourd'hui.

    Edit : ortho

  • et si tu regardes des sites comme Commentçamarche etc, c'est un peu ça aussi. Le mec vient avec son problème, il est dépanné par d'autres mais il n'a pas appris grand chose ensuite et reviendra. Le seul aspect positif est la traçabilité du problème comme un forum. Mais comme tu vois 5 ou 6 fois le même, ça montre que ça ne cherche pas beaucoup.

  • (on va considérer que c'est le commentaire du dernier billet que tu as commencé ici d'ailleurs)
    A relire ton billet, et puisque je suis classé par toi dans les "blogueurs philosophes", je me demandais si tout cela n'a pas à voir avec un travers actuel de notre société qui est de privilégier l'individualisme face à la solidarité. Aujourd'hui, on jalouse les autres, on veut paraître, on veut s'afficher avec des trucs mais on pense peu à rejoindre un groupe, à moins que ça ait un usage plus personnel. D'où le retour de la voiture statutaire (mais aussi et toujours du truc bien utilitaire comme... ce que tu cherches et moi aussi quelque part, comme par hasard), du téléphone qui vaut une blinde mais ne sert qu'à Candycrush et snapchat, des réseaux sociaux narcissiques où on montre sa bouffe, ses sorties dans les lieux huppées, ses vacances de rêves.

    Mais tout n'est pas perdu pour autant, juste une société qui se scinde de jour en jour un peu plus. Enfin j'en ai l'impression mais comme je me vieuxconise, je ne sais plus trop.

  • le cas du libre est quand même particulier. Tu as l'impression d'une volonté globale de bien faire sauf que c'est la foire. Il y a des projets comme Wikipedia qui fonctionnent bien mais c'est plutôt rare. Le bazar qui est tellement vanté, est tellement bordélique que personne ne s'y retrouve.

    On n'a pas toujours l'impression que c'est l'efficacité qui prime, on essaie des trucs, ça marche pas c'est pas grave.

    Alors autant pour le reste on peut effectivement dénoncer le nombrilisme, l'individualisme, que pour le libre je dirai que c'est différent, une espèce de volonté de l'échec.

  • @Iceman a dit :
    et si tu regardes des sites comme Commentçamarche etc, c'est un peu ça aussi. Le mec vient avec son problème, il est dépanné par d'autres mais il n'a pas appris grand chose ensuite et reviendra. Le seul aspect positif est la traçabilité du problème comme un forum. Mais comme tu vois 5 ou 6 fois le même, ça montre que ça ne cherche pas beaucoup.

    Toutafé, c'est le pendant du RTFM !
    Les gens ne se documentent pas, la recherche dans les forums avant de poser sa question c'est pareil, c'est trop long, il faut chercher et lire quand en posant la question on va te renvoyer vers le problème déjà traité et résolu.
    Pour avoir longtemps été modo sur des forums techniques c'était déjà valable il y a 15 ans et aujourd'hui je trouve que la tendance "consommation" s'est très nettement répandue.
    C'est ptêt mon côté "vieux con quarante ans passés" et ca me choquait moins ya 15 ans mais je n'en suis pas persuadé.

  • J'ai de moins en moins l'impression que les gens ne veulent pas apprendre. Au contraire dans un contexte où un chasse la moindre économie, les gens sont demandeurs. Si demain il existait une méthode accessible pour réparer soi-même sa bagnole ou même son lave-linge, beaucoup seraient prêts à apprendre.

    Je suis le premier à tenter de me dépatouiller moi-même dans des domaines que je ne maitrise pas comme la mécanique sur mon vélo. Parfois ça marche, parfois on doit se rabattre sur un pro.

  • ça dépend des domaines. Je trouve que les gens face à l'informatique s'en foutent. Apprendre à cuisiner, à consommer autrement, on sent de l'intérêt, par contre dès qu'on est dans la nouvelle technologie, c'est vraiment le gadget à la con.

  • 12 avril modifié

    Oui le DIY a le vent en poupe mais j'ai l'impression que c'est plutôt pour ce qui est manuel.
    Pour faire un canapé avec des palettes ou une chambre d'enfant en pots de yaourts ya du monde, quand tu veux expliquer ce qu'est une extension de fichier alors que c'est à mon sens le B.A BA de l'informatique, il n'y a plus grand monde.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.