Prendre le temps

Bon je vais essayer de faire court.

Le titre "prendre le temps" je prends.

Je partage pleinement le sentiment exprimé dans ton billet.
L’informatique et le milieu professionnel :
L’un des lycées de l’un de mes farfadets était au top, une fabuleuse interface web nous permettait (parents) de voir les notes, les retards, absences, dialoguer avec les enseignants et autres options.
Sauf que mon fils était marqué absent à certains cours alors qu’il avait été que en retard (ok, c’est pas bien), que les notes n’étaient pas toujours à jour, et lorsque lors d’une hospitalisation de mon fils j’ai souhaité communiquer avec les enseignants pour leur donner des nouvelles et demander les cours pour que mon fils travaille dessus, je n’ai jamais eu de réponse. Il était clair qu’un système avait été mis en place sans le consentement, ou sans la sensibilisation des enseignants, ou ils n’y avaient pas été formés.
C’est la même chose à mon boulot mais sur d’autres applications (se sera le sujet de l’un de mes billets 2018 ;-)

"Trop d'informations ont finit par tuer l'information." "(…) une immense décharge dans laquelle on pourrait trouver de jolies roses qui poussent mais comme la décharge devient de plus en plus vaste(...)"
Je me rallie à ce sentiment. Pour info, il y a peu (plusieurs mois), je cherchais une info juridique assez pointu, j’ai passé des heures sur web (sur plusieurs jours) sans rien trouver, j’ai posté sur des forums et n’ai eu aucune réponse. Soudain je me suis souvenu d'Usenet, pourquoi pas, ça existe peut-être toujours ! Imagine, j’ai installé "Pan", j’ai envoyé un message sur fr.misc.droit et j’ai eu ma réponse le lendemain ! Comme quoi, les vieux trucs ont la vie dure, c’est comme les blogs ! ;-) Une touche d’espoir !

Réponses

  • Si tu attends le consentement des profs pour mettre un nouveau système en place, tu n'avanceras jamais. Il manque clairement une certaine forme de professionnalisme et d'autorité.

  • effectivement comme le souligne Arnaud, l'enseignement est assez particulier. D'un côté tu as des chiens fous qui veulent tout essayer, de l'autre tu as des gens qui sont réfractaires. Il faudra par contre pour donner un peu de crédit aux réfractaires, qu'on part depuis des années dans toutes les voies et que le niveau ne cesse de baisser.

    Je pense que l'avenir est aux petits groupes, comme ici.

  • Partons du principes que les petits groupes sont fait pour grossir, c'est mon côté optimiste, pas optimiste béa, mais optimiste tout de même.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.