caméra de surveillance EHPAD

Deux questions en une
Étant donné qu'une chambre en EHPAD devient le domicile de la personne, elle peut installer un dispositif de télé surveillance.... mais comment gérer cela avec l'établissement, son personnel ?

Quel type de matériel pour surveiller ? Surtout si pas de telephone, internet etc...

Réponses

  • J'ai eu a surveiller une chambre d'EHPAD, pour suspicion de vol.

    Je l'ai fait tout simplement avec un vieil eeepc à écran de 8" équipé d'une webcam. Il fonctionnait avec Xubuntu + motion. Les images étaient envoyées sur un ftp par wifi !

    Ça a duré quelques semaines avant d'arriver à la conclusion. Le dispositif a bien fonctionné.
    Bon, maintenant il doit y avoir plus moderne et plus simple, genre camera IP.

  • Mmm ... Il y a un règlement dans cet EHPAD ?

  • J’utilise chez moi une caméra IP que j’avais payée 25 euros et qui m’alerte par mail et stocke les images sur un ftp perso. Pour vérifier en live ce qui se passe, parler aux cambrioleurs (si si), consulter ou faire le ménage sur la carte SD en cas de stockage local des photos/vidéos, la seule interface utilisable est le téléphone portable qui a servi à configurer la cam. Pas la peine donc d’y penser si au final, elle n’est pas connectée à un réseau wifi privé.

    M’est avis, sans offenser la RGPD, que seul l’employeur direct des personnes susceptibles d’être filmées ou capturées, outre l’obligation de les informer de la présence d’un tel dispositif, devrait avoir le droit d’administrer ce genre d’objet (ou via une société de service).

    Donc en maison de retraite, le résident n’étant pas l’employeur direct, je pense qu’il n’a pas la légitimité d’exploiter les images obtenues... Peut-être qu’une pancarte sur la porte vaudrait consentement pour les employés mais ne vaudrait sans doute pas accord de l’établissement.

    Bien sûr, terrain glissant, tout cela n’est que supputations.

    De toute façon, avis personnel, si un établissement installait des caméras dans les parties privatives, même avec le consentement des résidents ou de leur famille, j’y verrais une belle atteinte à leur vie privée ou en tout cas à leur intimité.

    Tout ça pour dire que chez moi, la caméra est toujours hors tension en ma présence et non en veille, grâce à une prise connectée indépendante (qui me permet donc aussi de l’allumer à distance). Et si j’oublie qu’elle est active, le clic clic qui se fait entendre en passant du mode normal au mode Infra Rouge ou le mitraillage de mails d’alerte me rappellent vite à l’ordre :smile:

    M’enfin, surveiller des objets inertes, c’est pas la même chose que surveiller des personnes et je me demande du coup si je devrais demander aux cambrioleurs de signer un formulaire de consentement avant ou après avoir fracassé ma porte d’entrée :neutral:

  • @Arnaud2023 a dit :smile:
    M’enfin, surveiller des objets inertes,

    Même si c'est un EHPAD on parle quand même d'êtres Humains... Bon OK je sors

  • 15 oct. modifié

    Il y a un vide juridique puisque d'un coté la personne est dans sa résidence principale donc fait ce qu'elle veut. Elle n'emploie pas directement les personnes qui rentrent chez elle qui dépendent de l'EHPAD. Les vidéosurveillances pallient aux problèmes de vols et de violence sur les personnes dépendantes.

    Il y a des cas où un message est affiché sur la porte du résident mais ce n'est pas non plus sans poser des problèmes entre syndicats et direction. Faire en pirate, ça veut dire sacrément bien planquer le truc et se rabattre sur du matériel type espionnage et autonome.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.