Ne touchez pas à ma petite zone de confort

mai 2020 modifié dans Blog / Forum
Je suis en train d’arriver au clash avec mes élèves de seconde. Cela devait finir par arriver, c’était déjà arrivé durant la période scolaire à l’époque où nous étions en face à face élève. Il s’agit d’un problème que tous les enseignants connaissent, le problème du devoir maison où tout le monde se pompe dessus.…

Réponses

  • Cette vidéo de Tout le monde s'en fout c'est ma préférée.

  • Article super intéressant, merci!

    Comme on dit souvent, est-ce que tu as eu l'occasion de partager à tes élèves l'opportunité que représentait le confinement à tes yeux ? Comme ce sont les premiers concernés et que c'est pour eux je me dis qu'ils pourraient comprendre? Enfin c'est du bon sens, pareil pour l'histoire des notes, si un prof m'avait expliqué ça à l'époque j'imagine que j'aurais changé mon approche ?

    Et pour ta salle info, c'est pas envisageable que chaque élevé ramène son clavier, stocké le reste du temps dans son casier ? Je me souviens qu'on avait du matos spécifique pour des matières, alors un clavier pourquoi pas ?

  • Tout ce que j'ai écrit dans mon billet a été transmis à mes élèves, en copie leur parent. J'ouvre un devoir ce matin alors que mon message date de vendredi soir, j'ai un devoir python non vérifié et bâclé. Au bout d'un moment je peux difficilement faire mieux.

  • mai 2020 modifié

    Cette histoire m'évoque un TP de chimie à l'IUT, où on avait le choix entre la chimie de papa, méthode 100% efficace nous garantissant un 20 mais nécessitant 4/5 h de taf si on gazait bien (sur un TP de 4h) ou la méthode à la machine permettant d'avoir terminé au bout de 20 minutes moyennant la réalisation d'une manip encore jamais réalisée avec une pesée ultra précise et qui nous valait donc 0 si on la foirait ...

    Je ne sais pas si c'est une piste ça, un exo où si tu ne te sers pas de la puissance de calcul de ta machine, tu y passes des jours ?

  • mais le problème de fond est bien là. C'est qu'ils passent un temps de dingue à faire à la main au lieu d'utiliser la machine. C'est un cercle sans fin. Ils s’écœurent du temps perdu mais en contrepartie ils ne veulent pas faire l'effort de se plonger dans la nouveauté. Et quand on voit la Numworks tu te dis que c'est vraiment pas compliqué et que c'est le moindre effort.

  • Non, mais un truc carrément infaisable, genre le 100 000 ème nombre premier (même s'il doit y avoir moyen de faire ça autrement qu'en brut force)

  • Le problème est ailleurs. En gros, c'est tellement pas intéressant pour la grande majorité d'entre eux, donc ils ne voient pas l'utilité profonde des choses. J'ai montré comment plier tous leurs tableaux en quelques secondes, avoir des résultats justes alors qu'ils sont faux, moralité ils persistent encore. C'est pour moi de la désobéissance qui se paye.

    Pour aller même plus loin. J'ai demandé l'utilisation de la calculatrice par rapport à mu-editor. Je n'ai pas précisé parce que je suis joué qu'on est forcé de faire un from maths import *. Pas un élève ne m'a envoyé un message pour dire que son programme ne marchait pas ...

  • Des personnes pas intéressées par un sujet, qui n'en voient pas l'intérêt et n'ont même pas la curiosité d'essayer... Qu'en faire ? Ils resteront à leur petit niveau, c'est triste pour eux surtout.
    Un jour j'ai lu "le confort c'est l'intelligence paresseuse" (aucune idée de qui c'est), mais les 3 mots vont bien ensemble. Je me demande si ce n'est pas la paresse qui a créé l'intelligence.

  • mai 2020 modifié

    Quand je pense que j'étais assez con pour me programmer une résolution de matrice 4x4 sur la casio FX à l'époque....from scratch, ce qui n'avait pas beaucoup d'intérêt 😁

    Cela dit, copier tous une même chose qui marche, ca serait bien si c'était l'intelligence collective qui arrrivait à ce résultat et pas un qui bosse et 20 qui attendent.

  • Un des plus gros problèmes de la génération actuelle d'élèves, c'est qu'une grande partie (souvent de milieu peu favorisé) sont des consommateurs.

    • Ils attendent, voire ils exigent qu'on leur donne.
    • Ils ont tout eu ainsi, du passage automatique dans la classe supérieure jusqu'au forfait ++ de leur portable qui a des milliards de fois la puissance de calcul de mon premier ordinateur qui m'avait "coûté" des semaines de travaux ménagers (vaisselle, pluche de légumes etc.) pour que mes parents accèdent à ma demande.
    • Ils n'ont jamais rien obtenu au prix d'un effort, n'ont jamais ressenti le plaisir de comprendre par soi-même, de surmonter un obstacle.
    • Ils ne supportent pas non plus de se tromper. S'ils se trompent, c'est de la faute de ..., parce qu'ils sont enfermés dans ce fonctionnement. C'est pour ça que la vidéo est excellente, l'année dernière tous mes élèves l'ont vu un peu avant les vacances de Noël. Je ne sais pas pourquoi je ne l'ai pas passée cette année. J'aurais du.

    Donc oui, pour les sortir de ce cercle vicieux, on est obligé de leur rentrer un peu dans le lard, à condition d'avoir la bénédiction des parents.

  • Le premier ordi qu'on a eu à la maison (un Atari ST), je m'étais retrouvé avec GFA Basic dessus, mon vieux m'a acheté un bouquin de 1000 pages de chez MicroApp, et m'a demandé de faire un programme pour savoir si un nombre était premier ou pas ... Je devais être en 4ème je crois.

    C'est vrai que j'ai l'impression qu'on en vois moins des mômes que ça intrigue comment ça fonctionne ces machines là ... Alors que notre génération, on était plusieurs à être fascinés dans une classe quand-même.

    Un des plus gros problèmes de la génération actuelle d'élèves, c'est qu'une grande partie (souvent de milieu peu favorisé) sont des consommateurs.

    Ouais, mais bon, le monde fait quand même tout ce qu'il peut pour nous rendre tous consommateurs non ? :smiley:

  • @bendia a dit
    Ouais, mais bon, le monde fait quand même tout ce qu'il peut pour nous rendre tous consommateurs non ?

    l'actualité nous montre que c'est pas forcément formidable, les américains sucent tellement des cailloux qu'ils n'ont même pas la possibilité de se soigner.

  • @cyrille a dit :
    l'actualité nous montre que c'est pas forcément formidable, les américains sucent tellement des cailloux qu'ils n'ont même pas la possibilité de se soigner.

    Je ne saisi pas bien ce que tu veux dire par là, mais un récent reportage me laisse à penser que ça n'est pas une histoire de cailloux si il est impossible de se soigner aux Etats-Unis, c'est une volonté politique, voire idéologique qui date de la guerre-froide, pas une histoire de crise temporaire.

    Je met le liens du replay, c'est un poil long comme reportage, mais je l'ai trouvé édifiant ...

    https://www.france.tv/documentaires/societe/1421615-les-etats-unis-les-sacrifies-de-la-sante.html

  • Ce que je veux dire c'est que le capitalisme à outrance c'est pas formidable.

  • @bendia a dit :
    Le monde fait quand même tout ce qu'il peut pour nous rendre tous consommateurs non ? :smiley:

    Oui, ça ne simplifie pas le rôle de l'école en général.
    Apprendre ne peut pas être consommer.
    Personne ne peut acheter de la compréhension en magasin, il faut l'acquérir.

  • @cyrille a dit :
    Ce que je veux dire c'est que le capitalisme à outrance c'est pas formidable.

    Ah, OK, c'est ce que voulais dire aussi avec ma phrase, mais ne fait pas du second degré comme Cyrille Borne qui veut :wink:

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.