Fontaine je ne boirai pas de ton eau

17/08/2017 Non Par cborne

Une semaine après le nouveau, nouveau et peut être même, le nouveau naufrage.

Je vous informe que c’est mon dernier suicide de site, après je laisserai le cratère annoncé, j’arrêterai de bloguer définitivement. J’irai en invité chez Alterlibriste et Iceman, je lâcherai quelques polémiques pour se rappeler comment c’était, je ne prendrai même pas le temps de lire les commentaires. Les commentaires parlons en, si vous voulez échanger vous avez le forum ou mon mail. Je pourrai vous dire de façon plus ou moins sincère que la gestion des commentaires par PluXml est très mauvaise, c’est vrai, ce serait un prétexte. Les commentaires sont des monologues, on est très rarement dans l’échange, on est dans la lutte, le corps à corps mortel, celui qui imposera son idée à l’autre coûte que coûte. Les gens qui veulent vraiment m’informer ont toujours su trouver mon mail, et les autres au lieu de faire de longs monologues feraient mieux de monter des blogs, ils travailleraient pour eux plutôt que de travailler pour moi, ou de me parasiter, c’est selon.

Comme vous le savez, la langue de bois n’est pas mon fort, je ne suis remonté sur le ring que pour la majorité silencieuse qui lit mon blog. Oui toi derrière ton écran qui me regarde gesticuler depuis des années, c’est pour toi que j’écris aujourd’hui. Toi qui devrais t’exprimer plus souvent, cela rendrait certainement le monde du logiciel libre meilleur. Mais je te connais, tu es un grand timide, on ne te refera pas, je respecte ton silence comme tu sais respecter mes choix aussi bizarres soient-ils.

Cela fait désormais une semaine que j’ai tout purgé, j’ai complété le billet des archives où je vous livre quand même 17 ans d’histoire, je commence à regrouper des documentations et mes cours dans le bozon. J’ai partiellement fini de parcourir mes contenus qui correspondent à la partie 2016, 2017, à l’heure actuelle je compile des billets que je qualifierai d’impersonnels ce qui sera pratique pour la prochaine purge. Encore ? Oui, je referai ce genre de choses de façon régulière.

Si je regarde l’année scolaire 2016-2017, j’ai beaucoup évoqué mes vendredi, mes problèmes de voiture, le manque de travail des élèves, le manque d’engagement des parents, la réforme du DNB, j’ai évoqué la mort du logiciel libre etc … Sans être trop dur avec moi, juste réaliste, je vais réussir à compiler ce que j’ai écrit de réellement pertinent dans moins de quinze billets. J’ai commencé, c’est certes impersonnel, mais c’est bien fait, ce sont des billets qui vont durer, qu’on peut reproduire, modifier, on peut s’en servir de référence sans trop avoir honte. Je crois que c’est important, car comme je le précisais je ne voudrais pas être taxé d’être le blogueur le plus râleur et le moins productif de la blogosphère française. Si en cette période de vacances, après avoir tout cassé, j’ai de quoi produire quelques billets avec mes entrailles, on sait qu’à la rentrée, je vais retomber dans mes vieux travers : me prendre des sangliers, essayer de survivre aux inondations, raconter mes succès et mes échecs pédagogiques, et le travers le plus important, l’envie de le raconter. J’ai donc créé une catégorie trash, ce billet en fait partie, qui me permettra de continuer à m’exprimer librement sans la pression de l’utilité, mais qui pourra disparaître au moment de la purge.

Je dois apprendre à lutter contre mes démons, je vais en citer seulement trois, vous vous doutez que la liste est longue : instantanéité, aigreur, peur du vide. L’instantanéité et la peur du vide sont intimement liées. J’aurai peur de ne pas avoir accompli quelque chose si je laissais un jour le blog vide, c’est complètement stupide, on a tous nos angoisses. J’ai donc tendance à écrire, à remplir avec de l’information non pertinente, mal préparée. Une des solutions c’est déjà d’arrêter de jouer les shaarlieurs, c’est une mauvaise habitude que de délester sa veille sans la vérifier, délester sa veille c’est de toute façon un acte paresseux. Il m’est même arrivé de reprendre des informations qui étaient fausses, c’est honteux. De la même manière, j’ai pu écrire des billets mal faits, pas finis. J’écrivais il y a quelques années que Primtux était la nouvelle référence des distributions Linux pour enfant avant d’écrire quatre jours plus tard qu’elle était considérablement bugguée et que je déconseillais son installation.

Aujourd’hui avant d’écrire un retour technique, je veux prendre le temps de le faire, je veux réellement avoir utilisé le produit pour pouvoir l’évoquer et si c’est mauvais je ne ferai pas de billet dessus. J’avais écrit un billet sur le fait d’avoir le droit ou le devoir de tout critiquer. C’était un chef cuisinier qui était remonté contre des avis négatifs sur Trip Advisor. Je suis revenu sur mon positionnement, il y a peu, je pensais que dénoncer les endroits qui étaient mauvais, c’était sauver des gens d’une escroquerie mais aussi punir ce que j’estime être un mauvais restaurateur. J’ai supprimé mon compte Trip Advisor. La dénonciation, la calomnie c’est facile, elles font appel à notre mauvais esprit, la critique qui dev(r)ait être objective tourne au jeu de massacre. Est-ce qu’un restaurateur qui fait une cuisine ignoble et vendue hors de prix mérite-t-il d’être bafoué sur la place publique ? Peut-être, mais certainement pas ses enfants qui n’ont rien demandé. Cela peut sembler niais, mais je préfère mieux me concentrer sur l’aspect positif, dire que j’ai très bien mangé dans un restaurant et faire sa publicité à hauteur de mes moyens plutôt que de tomber dans la facilité de descendre son confrère moins méritant.

De mes multiples facettes, j’ai quand même envie qu’on retienne celle de cet homme un peu bourru, certainement trop impulsif qui essaie de faire le bien, plutôt qu’un type aigri à l’humour cassant qui crie à la terre entière qu’on va tous mourir. Je veux qu’on retienne de moi le gars qui essaie d’apprendre aux autres, l’homme bon qui est au service des autres car c’est ce que je suis (j’ai des témoins).

J’ai passé les 42 ans, j’enseigne aux élèves à veiller à leur image sur internet, à ne pas se mettre dans des situations indélicates et essayer de dégager une image positive. Il est temps que j’applique mes propres cours à moi-même.

Je ne me suis pas encore positionné par rapport aux activités familiales, les voyages, mais aussi les chroniques de films, de bandes dessinées, ou la musique des années 90. De la même manière que je vais essayer d’éviter de faire du remplissage, écrire qu’un film de Kev Adams est mauvais n’a pas de sens, il vaut mieux certainement prendre le temps de convaincre qu’une oeuvre est bonne et inviter les gens. J’ai trouvé intéressant ma façon de placer un film et une bande dessinée dans mon argumentaire sur la surveillance, même si on ne peut pas le faire à chaque fois. J’essaierai, je pense de placer des billets plus volumineux que quelques lignes, ou une rubrique de partage culturel dans le forum, je ne suis de toute façon pas pressé.

Voici les nouvelles base. J’ai face à moi cette grosse fontaine qui m’appelle, elle me demande d’abreuver ma soif de troll, de c’était mieux avant, d’on va tous mourir, de Linux c’est de la merde, les taggliseurs, les associations de gauchistes, RMS et d’autres. J’ai très soif mais je serai fort, fontaine je ne boirai pas de ton eau !