Étonnant non ?

02/02/2019 Non Par cborne

L’acharnement dont on a pu faire preuve contre Facebook, dont on fait preuve de façon régulière, est, je trouve remarquable. On se plaît à nous rappeler en permanence que Facebook ce n’est pas bien, qu’on pille nos données, qu’on est en danger et pourtant Facebook continue d’aller pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Le chiffre d’affaires de Facebook est en augmentation tout comme son nombre d’utilisateurs, ce qui fait tout de même sourire tant les articles pour en finir avec le réseau social ont été nombreux, tant les affaires ont été nombreuses. Et pendant ce temps, Snapchat s’interroge pour changer son modèle, à savoir ne plus rester sur de l’éphémère mais sur du permanent.

Je suis étonné que cela étonne. Comment inciter les marques à investir ou même le simple quidam dans un réseau social où l’effort est pulvérisé tous les 24 heures ? Pas simple en termes de rentabilité. À ce compte-là, Snapchat qui avait cet intérêt car il laisse le droit à l’erreur, ce n’est pas moi qui le dis mais un de mes élèves, cet aspect rassurant de savoir qu’un contenu ne va pas nous poursuivre, ne présentera que peu d’intérêt, puisque ses stories qui faisaient sa force ont été pillées par les autres réseaux sociaux. On ne s’étonnera pas dès lors qu’instagram écrase Snapchat, tout comme on ne s’étonnera pas du rapprochement des messageries whatsapp, messenger et instagram. En fait il n’y a que l’Irlande que ça étonne, mais je peux vous garantir que l’Irlande ne va pas s’étonner longtemps.

La politique de Facebook pour le rapprochement de ses trois messageries est une logique. On a beau tourner le problème dans tous les sens, sur un modèle qu’est celui de la vente de la data personnelle, la bonne affaire reste Facebook. Texte, groupe, opinion politique, âge, tant qu’on vit encore dans un monde de l’écrit, un écrit qui certes a du plomb dans l’aile avec nos jeunes illettrés qui ne se privent tout de même pas de la bafouille, Facebook reste la principale mine d’informations. Instagram n’en est qu’à ses balbutiements, je peux vous dire par exemple qu’en France, nous n’avons pas pu au niveau de mon établissement faire de publicité sur Instagram alors que c’est ici que la jeunesse se trouve. Difficile en effet de faire le pont entre les images et les caractéristiques précises d’un individu. Les photos prises peuvent donner des éléments, de plus en plus avec les évolutions des algorithmes, mais alors que Facebook trouvera l’ensemble des gens favorables aux idées des gilets jaunes en un quart de seconde, comment réaliser la même performance avec un réseau social basé sur l’image ? En fusionnant les messageries des trois applications, ce n’est peut-être pas la multiplication par trois des informations récoltées, mais tout de même une grosse avancée dans l’obtention d’un profil unique de l’utilisateur des trois applications qui sont la propriété de Facebook. Je ne m’étonnerai pas que ce rapprochement des messageries ne soit qu’un premier pas vers la fusion des trois systèmes en gardant le meilleur de chaque.

L’Irlande voit cette fusion d’un mauvais œil, une convergence d’informations très importante, l’Irlande finira par s’écraser. L’Irlande qui permet de réaliser des optimisations fiscales à l’ensemble des GAFAM en Europe, l’Irlande ne va pas s’amuser à jouer les rebelles et scier la branche sur laquelle elle assoit son économie pour imaginer nous faire croire qu’elle a une moralité quand elle fait blocage à une taxe sur les GAFAM depuis des années.

Surprise ? Ah ben non Molotov va passer sous le giron de SFR. Je vous rappelle que je suis toujours chez SOSH et que j’ai toujours une clé TV chez Orange. Je paye un abonnement de 19.90 € par mois et je n’ai pas de décodeur, cela ne servirait à rien, étant donné que la qualité des lignes à Saint-Pierre est quand même plutôt médiocre pour obtenir de la HD. Du fait de ne pas avoir d’antenne, ce qui ne servirait à rien à cause du vent, pour avoir la télé, trois possibilités, la clé TV orange, bricoler un truc sale avec Kodi ou utiliser Molotov. Je ne regarde jamais la concurrence, car je savais pertinemment que Molotov finirait par sentir le sapin. Rappelez-vous. Le service Molotov permet d’avoir l’ensemble des chaînes de télévision gratuitement, par le fait l’utilisation d’une chromecast permet d’avoir en gros l’équivalent de ce que j’ai avec la clé TV d’orange. Cinq millions d’utilisateurs, et une version premium parce qu’il faut bien rentabiliser, qui permet d’avoir des options de type magnétoscope numérique, avoir accès à certains replay. Néanmoins et comme c’était prévisible, rien de suffisamment indispensable pour réussir à motiver les gens normaux, concrètement des gens qui ne vivent pas à Saint-Pierre la Mer, qui possèdent déjà ce type de service dans leur box pour les motiver à payer en plus pour ce service. Quelques milliers d’utilisateurs payants pour des millions d’utilisateurs gratuits, le cas classique français. Quel avenir pour Molotov ? Aucun. Quand le co-fondateur voit dans l’entrée dans le capital du service l’opportunité de devenir le Spotify de la télé en France et à l’international on peut s’étonner du manque de discernement de l’individu. Cela sous-entendrait que la relation de l’individu face à la musique est la même que celle qu’on peut avoir face à la télévision. Je trouve le raisonnement étonnant puisque concrètement ce serait mettre sur le même pied d’égalité une même émission de Hanouna qu’on regarderait de façon régulière et une chanson de Metallica qu’on écoute en boucle.

Ce qui n’est absolument pas une surprise pour moi c’est de voir de voir le monde du marketing se casser la gueule sur Internet et donner des conseils de bons sens, des conseils en opposition avec il y a quelques années, à savoir jouer la carte des réseaux sociaux à fond au point de délaisser son propre site internet. L’article suivant est assez éloquent, on explique tout ce qui ne fonctionne plus, pour finir par tout ce qu’il faut faire. Si demain vous voulez avoir du succès en lançant votre site internet ou votre blog (rires dans la salle), il faut que vous concentriez votre stratégie autour de votre site, que vous produisiez du contenu de qualité, que vous trouviez quelle est la source de votre influence et enfin que vous finissiez par monétiser l’ensemble. S’il fallait faire une synthèse, le tout en une phrase, pour percer sur le net, il faut être soi-même. J’avais écrit il y a un moment, je ne sais plus où, que finalement je fédérais autour de moi, et qu’il ne servait à rien de faire des efforts pour essayer de ratisser large pour trouver de l’audience. Les gens qui se retrouvent dans mes écrits restent, les autres partent. Continuons donc de faire ce que nous savons tous faire de mieux, être soi-même, et c’est déjà beaucoup. C’est d’ailleurs un conseil qu’ont du mal à suivre et du mal à vivre, certaines personnes qui ont de l’influence à l’écrit et qui réalisent que l’écrit comme le reste finit par mourir. Numerama a poussé dernièrement une vidéo sur les femmes et la technologie afin de montrer que le site possède une chaîne Youtube. Ici encore, il ne faut pas s’étonner, mais l’écrit va finir par disparaître avec les dinosaures que nous sommes. Si pour des gens comme moi qui écrivent pour le plaisir cela ne pose aucun problème de faire partie d’une espèce en voie de disparation, pour des gens qui en vivent c’est franchement plus difficile et beaucoup plus douloureux …

Avec même pas 3000 abonnés au moment j’écris ces lignes et 1700 vues ce qui est le score moyen de Jean-Kevin youtubeur de 12 ans qui n’a pas encore mué et qui aime montrer ses streams de Fortnite, voici la preuve qu’il est difficile de manger à tous les râteliers et que malheureusement pour beaucoup qui ont réussi l’examen à l’écrit, ils échoueront à l’oral. Une petite boutade, si vous voulez avoir de l’interaction avec votre communauté oubliez les tutoriels, pas assez de retour sur investissement, l’article oublie la manière ultime de faire réagir, troller comme un porc, ça marche à tous les coups.

Et pour conclure dans l’étonnement collectif, les soldes ça ne marche tellement pas que les commerçants se disent qu’on peut les arrêter. Il est évident qu’à force d’avoir massacré les prix de façon régulière, de proposer des promotions tous les jours pour les motifs les plus divers et variés, les soldes ça ne veut absolument plus rien dire. Supprimer les soldes pourquoi pas, supprimer les fausses promotions ce serait certainement mieux mais comme je suis madame Soleil et que le black friday fait vendre pour des milliards, je peux vous assurer qu’on continuera le matraquage jusqu’au dernier cents de la ménagère. Une dernière pour la route, c’est avec grand étonnement qu’on constate que les jeunes sont absents du grand débat. Pour ma part, je ne m’étonnerais pas que cette tentative nouvelle de faire de la démocratie avec les gens disponibles ne soit qu’un peu de poudre de perlimpinpin pour occuper le peuple pendant qu’on refait des salles des fêtes à un demi-million d’euro.