Et je repris le contrôle

29/11/2018 Non Par cborne

Notre histoire commence mercredi matin et je me retrouve avec mon collègue de mon précédent établissement au téléphone, celui qui a repris le parc Linux. Il a acheté une tour chez mon revendeur de Coursan, il a installé Linux en salle des profs.

Vous voyez dans mon dernier billet, j’écrivais que quand on n’a pas d’argent, on a des idées, et que Linux est plus facile à faire passer, on en a encore la preuve. Il a fait son installation de Debian seul comme un grand, ce qui est positif pour quelqu’un qui aujourd’hui a plus de connaissances Linux que Windows, c’est dire que ce n’est pas si difficile. Il me dit qu’il a un problème dans l’utilisation du photocopieur.

Mon ancien établissement travaille avec des Konica et à l’époque, l’installation des pilotes était médiocre, je n’avais pas un super résultat, ou j’ai peut-être progressé en Linux, un mélange des deux qui sait. Pour contourner, j’avais mis un raccourci vers la passerelle, il suffit alors de charger un document PDF et ça passe. L’interface ressemble en gros à celle-ci.

Ce n’est pas franchement évident parce que dans le joyeux royaume de l’enseignement passer par une étape supplémentaire, c’est compliqué, il faut créer le PDF. Néanmoins, mes collègues bien contents de pouvoir imprimer, de ne pas avoir des postes lents qui plantent, se sont pliés sans problème à Linux. Il m’explique tout simplement qu’en tapant l’adresse de la passerelle, ça ne passe pas. Nous faisons donc un coup de Teamviewer que j’utilise trop, un matin je vais me retrouver bloqué, je ne l’aurai pas volé.

Assez rapidement je lui dis qu’il n’est pas dans le bon réseau, un ping sur l’imprimante et un ip addr me révèlent que nous sommes bien dans le réseau pédagogique et pas administratif. Il change le câble de place, et on y arrive mais assez mal, la passerelle ne s’affiche pas de façon systématique sur Firefox ESR. Avec Midori ça passe directement mais ce n’est pas cohérent. Je vais sur le site de Konika, il existe un pilote au format ppd, l’imprimante est repérée directement par system-config-printer, j’installe le pilote et ça ne marche pas. En modifiant l’adresse du photocopieur par ipp://192.168.1.qui_va_bien on imprime en couleur et sans problème.

J’ai réparé, je sais faire, je suis bon à ça. Après une promenade en bord de mer bien méritée je prends mon téléphone et j’appelle une entreprise qui m’a été conseillée par Zeodrake dans le forum qui bosse à l’agglomération de Béziers. J’explique, je tombe sur quelqu’un qui comprend ce que je raconte, mes problèmes avec mon précédent prestataire et nous nous fixons un rendez-vous pour dans une quinzaine de jours. Le patron me dit que son technicien connaît l’établissement parce que son fils est dans l’établissement. Il apparaît qu’il s’agit du père de Romain, que j’ai eu en troisième, et que j’ai eu en première. Je connais bien la famille, notamment la maman qui doit battre le record de réponse rapide sur la messagerie de l’ENT. Je ne sais pas si je travaillerais avec cette entreprise mais la destinée me dit que oui, parce que je connais ce monsieur qui est un bon père de famille, que son gamin est un brave gosse que j’ai souvent pourri, que la société m’a été recommandée par Zeo que je fréquente depuis une décennie, tout devient évident.

Nous sommes jeudi, j’arrive devant le garage, je pose les clés et la carte grise à l’arrache, mon collègue me récupère, je passe la porte avec à peine deux minutes d’avance. Je fais cours en troisième, je pourris ma classe qui n’a pas fait le boulot, mais ce n’est pas grave c’est pour la forme. Je vais en seconde, eux se sont déjà fait pourrir donc ils ont fait le boulot, je m’oriente vers la salle des profs, c’est la récré, je vais dépanner un collègue, je reviens j’en dépanne une autre, ma jeune collègue me dit que son petit est malade, je retourne dans ma classe de troisième avec qui j’aurai passé trois heures. Je passe la porte de la salle et j’explique que je n’ai eu le temps de rien faire ce matin et qu’on va pouvoir vérifier si la prostate d’un homme de 43 ans qui n’a pas vu des toilettes depuis 7 heures le matin tient encore. Bruit de cascades, bruit de pisse, deux heures de blagues vaseuses, c’est l’esprit troisième.

Il est 12h10 après avoir joué au roi du silence avec mes élèves sous l’admiration des autres classes qui aiment stationner devant ma porte et regarder un prof qui compte pendant que les élèves se taisent, j’arrive en salle des profs. J’ai un ordi de la région de la petite Vanessa dans mon casier, un vidéo projecteur à aller vérifier, et une collègue qui me dit que son ordinateur ne se connecte plus au réseau. Je dois répondre à des mails, notamment celui de touchedeclavier.com le backlink est offert. J’avais présenté cette société il y a quelques années, et le responsable m’avait envoyé une touche pour que je puisse tester le service. L’article a été malheureusement purgé dans une des grandes purges borniennes, certainement un mauvais article de moins de 1500 mots. En substance je faisais remarquer à l’époque que le service coûtait un bras et que j’aurais plus vite fait de m’acheter le clavier complet à l’étranger. La réponse du patron, je me rends compte qu’il a fallu quelques années pour qu’elle fasse son chemin dans ma difficile boîte crânienne. Oui c’est plus cher, oui le produit est chinois, mais à la sortie on a un produit acheté en France, à un prestataire qui offre un service et qui paye ses impôts en France.

Le site vend désormais des dalles d’écran, des batteries ou des chargeurs. J’ai acheté 15 batteries pour E4300 à 450 € soit 30 € TTC frais de port compris, ce qui n’est pas plus cher que ce que j’aurai payé sur une obscure boutique utilisant la Fnac ou Amazon comme portail. Paiement par virement bancaire dans la journée, j’ai trouvé un de mes nouveaux sites d’achat, je suis content de faire travailler le « commerce de proximité ». Je n’ai toujours pas reçu de réponse de 1001piles, vu l’état de leur site internet, je ne suis pas vraiment étonné.

Je ne comprends pas le PC de ma collègue. Je le comprends d’autant moins que le seul réseau sur lequel il ne se connecte pas est celui du lycée. J’essaie des choses, je mets à jour en filaire, ça ne change rien, je vais voir le vidéo-projecteur. Il y a des gens qui me font rire. Vous comprendrez que dans ma situation, on a tendance à rigoler de tout. Ma collègue envoie un message pour m’informer que le vidéo projecteur n’a pas de son, copie chef d’établissement, des fois que ça me ferait réagir plus vite, des fois que je ne ferais pas mon boulot. J’arrive, je mets mon téléphone, je lance insane in the brain qui est ma sonnerie de téléphone dans le jack, ça sort sur le vidéo projecteur, je repars. 15 minutes de perdues.

Je reviens en salle des profs, mes collègues me disent que je devrais manger, je n’ai pas le temps, et je reprends le PC de la collègue. Nous faisons un filtrage MAC, je regarde sur le serveur et je ne trouve pas la carte WIFI dans les adresses alors que celle-ci était obligatoirement dedans. Je rajoute l’adresse, ça ne marche pas. Je réponds avec copie chef que le vidéo projecteur fonctionnait parfaitement, je n’ai même pas le temps d’être désagréable pour enfoncer le clou et je prends le PC de Vanessa. Vanessa m’explique que son PC est tombé, quand on voit la dalle pas de doute, et le tactile débloque. Je désactive les composants en lien avec HID, j’en profite pour faire tourner malwarebytes pour faire sauter les saletés qu’elle a pu installer, plus de 500 fichiers incriminés, mes anciens élèves de première se sont lancés dans un concours je pense.

Ma collègue qui est prof principale de la gamine me dit que le PC de la petite ce n’est pas urgent, et je dis que c’est le plus important. Un sourire, un merci, les symboles de cœur quand les gosses me croisent, traverser le lycée avec moi c’est suivre Elvis. La gratitude de nos jeunes est une évidence, quand mes collègues jouent à la copie chef d’établissement pour du matériel qui marche. Je reprends le PC de la collègue et je vois dans le paramétrage du WIFI une option qui permet de changer d’adresse matériel en cas de connexion difficile … AH AH AH !!! Une heure de perdue. La collègue revient, je lui explique le principe du filtrage MAC. En gros si l’ordinateur change d’adresse toutes les trois minutes, il n’est pas évident pour mon serveur de le reconnaître. Elle reconnaît avoir bidouillé, est confuse, c’est une gentille dame je ne lui en veux pas, je lui recommande de ne toucher à rien. J’ai grillé mon temps de repas, je retourne en seconde pour la seconde heure de la journée, nous faisons des inéquations produits. 

Je sors de cours, 14h35, je suis sollicité par quarante personnes pour des tas de choses, 15h20 j’appelle le garage, le Partner n’a pas été ramené du contrôle technique. La secrétaire appelle le contrôle technique, roulement de tambour :

Putain deux ans ! Je suis en train de faire péter le score de la journée, je suis épuisé, je saute dans la voiture de la collègue, je récupère mon Partner au centre de contrôle technique, j’arrive avec encore deux minutes d’avance sur la reprise de mon dernier cours.

Il est 16h40, je pars en conseil de classe parce que sinon ce serait trop facile, je prends la route à 18h15 pour tomber sur les gilets jaunes et arriver à la maison à 19 heures. 12 heures en quasi non stop, plus belle la vie de prof.

Le partner c’était l’un des gros points d’interrogation de cette fin d’année. C’est passé, c’est une bonne chose, ce n’est pas pour ça que le turbo ne cassera pas la semaine prochaine. Je serais d’ailleurs étonné s’il ne cassait pas la semaine prochaine, la vie aimant me rappeler qu’en toute circonstance je me dois de bouffer mon pain noir. Pour l’heure je savoure mes petites victoires, ma satisfaction de faire ce que je sais et de le faire bien, ma satisfaction désormais de penser mieux en faisant appel à des prestataires de confiance, comme mon garagiste, parfois plus chers mais qui par leur savoir-faire, leur intelligence, leur humanité, m’apportent une sérénité de plus en plus difficile à atteindre dans un monde pour le moins compliqué.

A chaque jour suffit sa peine, demain c’est vendredi et vendredi tout est possible parce que vendredi c’est vendredi !