De l’intérêt de la virtualisation domestique

31/08/2017 Non Par cborne

Vous noterez que j’évoque ici ce qu’il est possible de faire d’un point de vue domestique, je n’évoque pas l’aspect professionnel. Virtualisation, voici ce qu’on peut lire sur le site Wikipedia :

La virtualisation consiste à faire fonctionner un ou plusieurs systèmes d’exploitation / applications comme un simple logiciel, sur un ou plusieurs ordinateurs – serveurs / système d’exploitation, au lieu de ne pouvoir en installer qu’un seul par machine. Ces ordinateurs virtuels sont appelés serveur privé virtuel (Virtual Private Server ou VPS) ou encore environnement virtuel (Virtual Environment ou VE).

Concrètement vous faîtes tourner un système d’exploitation dans votre système d’exploitation, voici quelques une de mes utilisations.

On m’a contacté par mail pour me demander comment on installe bornrep, le logiciel que j’ai évoqué pour tracer des repères. Le problème c’est que je ne me souviens plus comment on fait, et que ma machine comporte déjà les dépendances nécessaires à l’exécution. Du fait qu’il s’agisse d’un programme python, je sais que sous Ubuntu j’ai rencontré des difficultés avec python2 et python3 dans l’écriture des commandes. J’aurais dû noter, je ne l’ai pas fait. Virtualiser une nouvelle distribution va me permettre de me mettre dans les mêmes conditions qu’un utilisateur qui n’aurait rien installé sur son PC. Du fait que la distribution est virtuelle, il est possible de dégrader cette installation pour faire des essais, cela évite de casser son propre système. J’évoquais la problématique des dépendances, pour un logiciel mal documenté, on peut être amené à faire de nombreuses modifications, installations, éditions de fichiers de configuration. La réalisation dans une machine virtuelle ne présente aucun risque et c’est ici l’un de ses nombreux intérêts.

Il existe quelques logiciels de Virtualisation, celui qui rencontre le plus de succès c’est certainement VirtualBox.

Si je devais donner trois intérêts de Virtualbox, je dirai : multi-plateforme (disponible sous Linux, Windows et Mac), facile d’utilisation, il suffit de charger une image disque pour lancer l’installation, une forte communauté qui fait que les problèmes trouvent très rapidement leur solution. VirtualBox est assez simple à configurer, on a certaines subtilités, je vous en montre une,

Par défaut votre machine virtuelle n’est pas dans le même réseau que votre machine physique c’est un avantage et un inconvénient. Les machines ne se voient pas, vous pouvez la contaminer par un crypto virus sans incidence. Les machines ne se voient pas, si bien que si vous voulez utiliser votre machine comme un serveur accessible depuis le réseau, c’est plus complexe. Il est possible de modifier la configuration de la carte en accès par pont, dès lors, la machine se voit adressée une IP par votre box ou par votre routeur.

Avec cette manipulation, il est alors possible d’utiliser une machine virtuelle comme un serveur sécurisé. Vous pourriez sur votre propre PC Linux, installer apache, mysql ou d’autres logiciels, et mettre cette machine face à l’internet. Néanmoins, cela signifie que l’intégralité de vos fichiers disponibles pour cette machine pourraient être accessibles à un hacker. En virtualisant un serveur, votre ordinateur principal est à l’abri, même si la machine virtuelle est dessus,

La virtualisation permet donc d’utiliser des services de façon sécurisée, de se tromper, de recommencer, de tester, y compris des distributions Linux. Je note sur ce dernier point que pour se forger une véritable opinion sur une distribution Linux de type bureau, il faut s’y confronter au quotidien, les problèmes hardware, les soucis que vous pouvez rencontrer dans son utilisation régulière n’apparaissent réellement que si l’on s’en sert.

L’un des autres intérêts de la virtualisation c’est la possibilité d’utiliser une machine très puissante pour simuler de nombreuses machines. Le désavantage évident, si l’ordinateur qui contient toutes les machines virtuelles ne fonctionne plus, tous les services simulés deviennent alors innacessibles. Dans le cas de plusieurs machines, si l’une flanche, les autres sont encore disponibles, néanmoins si le serveur est bien fait, la sauvegarde régulière du serveur permet de réparer rapidement en cas de panne matériel. Pourquoi simuler cinq serveurs différents ? Au lycée, nous avons une machine dédiée aux fichiers, une machine dédiée à l’ENT / compta, etc … Chaque machine, des Windows en l’occurence, ont la responsabilité de mener à bien une seule tâche. Nous serons amenés à voir évoluer notre ENT à court ou moyen terme, il suffira alors de remplacer la machine virtuelle et mettre la nouvelle en place sans impacter le reste du système. Comme chaque machine virtuelle ne correspond en fait qu’à un ensemble de fichiers sur le serveur, il est simple de réaliser une sauvegarde de façon quotidienne quand pour un ordinateur c’est plus complexe de faire une image disque chaque jour. Nous avons pu apprécier le système de backup lors de l’attaque du cryptovirus, n’a suffi que de restaurer la machine virtuelle dans l’état de la veille ce qui aurait été bien plus délicat avec des points de restauration.

Sous Windows, l’une des solutions professionnelles régulièrement utilisée, c’est Hyper-V. Sous Linux, il est possible d’installer Proxmox. Il s’agit d’une distribution Linux qui s’utilise depuis une autre machine en utilisant une simple passerelle depuis une adresse IP dans le navigateur.

On en revient en fait à une présentation à la Virtualbox sauf qu’il ne s’agit pas d’un logiciel lancé dans le système d’exploitation mais d’un système d’exploitation à part entière. Assez intuitif, bien documenté, suivi par une forte communauté il faudra toutefois penser que pour virtualiser de façon durable et pas sur de simples tests qu’il est nécessaire d’avoir une machine puissante avec au moins quatre coeurs et une quantité non négligeable de mémoire.