De la difficile frontière entre aider et faire

26/02/2020 Non Par cborne

J’ai arrêté de donner des DM il y a deux ans quand je me suis retrouvé sur une promo de 28 élèves de premières avec 17 devoirs identiques. Ah pardon, j’utilise du jargon de prof, DM pour devoir maison. Il faut différencier le devoir traditionnel, du devoir maison. Le devoir traditionnel c’est l’exercice de base, qui permet de renforcer les connaissances. En gros, tu fais des équations, tu donnes des exercices de résolution d’équations histoire que le gosse s’entraîne. Si on cherche l’une des explications de la baisse de niveau, de l’échec scolaire, le manque de travail à la maison est certainement dans le top cinq.

Pas de secret, tu veux devenir champion de tennis, tu joues beaucoup au tennis en appliquant les règles du tennis, en suivant les conseils de l’entraîneur qui corrige tes gestes. Tu veux progresser dans les équations, tu fais autant d’équations que nécessaire jusqu’à ce que tu saches faire des équations. Le talent, c’est le gars qui n’a même pas besoin de faire une équation pour savoir toutes les faire ou la variante c’est celui qui aura beau s’entraîner douze heures par jour mais qui restera médiocre. Le travail ne compense malheureusement pas tout.

Le DM n’a donc pas pour vocation de faire appliquer, le DM permet à l’élève de réaliser des tâches complexes que l’on n’a pas le temps de faire en classe. Il permet pour les classes d’examens de maintenir le niveau et pour les classes un peu intello mais on y reviendra plus loin, de faire des tâches de recherche pour faire monter le niveau. En ce moment en classe de troisième je fais des exercices de géométrie où mes élèves sont en galère pour calculer des surfaces et des périmètres de rectangle. La réplique mauvaise foi de la semaine venant d’un élève voulant de venir maçon :

Les mètres carrés c’est pour l’architecte.

Rudy futur maçon de la tour de Pise de l’Hérault.

Pour éviter la catastrophe, qui aura tout de même lieu, je donne des DM sur ce qu’on a vu du programme pour maintenir les connaissances. Les exercices dans ce cas-là sont intégralement issus des annales du DNB. Comprenez qu’il ne s’agit pas ici de réaliser une tâche complexe pour élever le niveau mais une tâche de préparation pour l’examen de fin d’année quand nos élèves oublient 90% de ce que vous avez pu raconter dès que votre cours est fini.

Dans les DM qui me sont rendus, voici l’éventail de ce qu’on peut trouver :

  • Le DM non fait. Sanction immédiate, la colle. Les élèves sont curieux, plutôt que de répartir sur trois semaines parce que je ne donne pas du jour au lendemain, ils préfèrent mieux passer un mercredi après-midi en colle ou plus. J’estime que pour faire mon travail il fallait un grand maximum de deux heures, chez moi les colles marchent par 1 ou 3, ce sera donc 3 pour qu’ils puissent faire le travail. Si ce n’est pas assez, ils reviendront. Je laisse 0 tant que le travail n’a pas été fait, histoire quand même que les parents s’ils suivent la scolarité de leur gosse, se rendent compte qu’un zéro traîne. Pour éviter la double ou triple peine, je remplace le zéro par la note qu’ils obtiendront. J’ai des collègues qui collent, qui mettent un zéro et qui ne mettent pas la note au maximum au cas où le gosse aurait pas assez ramassé. C’est l’un des grands problèmes de notre métier, on finit par accumuler les punitions au point d’en devenir caricaturaux.
  • Le DM fait avec passion c’est le DM qu’on apprécie. Le gamin a sué sur sa copie, ce DM devient rare. La plupart du temps c’est un DM qui sert et c’est le but.
  • Le DM à l’arrache. J’aurais été tenté de mettre trois heures de colle pour expliquer que les quinze minutes passées à me faire torchon ce n’est pas correct, néanmoins c’est un travail, pour moi cela ne vaut pas mieux que la copie blanche mais à ce compte-là il faudrait que je colle tout élève qui aurait une note minable sur un contrôle facile. Je laisse à l’enfant et à sa famille assumer cette conception du travail qui sera sanctionnée pour l’orientation et pour le DNB. Je prends toutefois mon téléphone quand c’est vraiment de l’abus pour expliquer aux parents que le gosse m’a rendu n’importe quoi.
  • Le copier-coller. Après un DM où j’ai expliqué que soit ceux qui avaient triché se dénonçaient ce qui donnerait un 0 sans rancune, ou un 0 pour toute copie identique, les gamins sont devenus plus méfiants. Ils trichent bien évidemment, la tentation est bien trop grande mais dans une certaine forme de modération. Ils laissent quelques fautes, ne recopient pas ce qu’ils ne comprennent pas, font de fausses erreurs. Concrètement le temps passé à se rendre compte qu’on n’a pas compris quelque chose et glisser une erreur c’est déjà du temps passé à réfléchir.
  • Le DM avec de l’aide et c’est lui qui m’intéresse.

L’aide est un véritable problème, car se mélangent de nombreux sentiments entre l’aidant, et l’aidé, vous avez un peu toutes les combinaisons possibles. Nous allons exclure un cas qui existe de temps à autre, le cas pathétique du gosse qui a cinq de moyenne et qui arrive avec un devoir intégralement juste. J’ai une gamine qui a tenté sa chance, un passage au tableau pour qu’elle nous explique avec son plus grand sourire que pi vaut environ 14, pour qu’elle ne soit pas capable de reproduire quoi que ce soit, même pas le calcul le plus simple. La logique voudrait que je sanctionne d’un 0, la logique voudrait que je mette trois heures de colle pour lui faire refaire le travail et vérifier ce qu’elle maîtrise, ce serait de la cruauté, elle est en grande difficulté, la faire venir un mercredi après-midi pour prendre un trois c’est stérile. J’ai appelé les parents pour dire que je ne pouvais pas noter son travail, je suis tombé sur le répondeur. Je rappellerai. Je ne note pas son travail, disons pas encore, j’expliquerai plus tard.

Il est d’ailleurs intéressant de voir qu’elle n’a pas compris mon positionnement. Pour elle un DM il paraît normal de se faire aider. Elle a raison, c’est normal de se faire aider, j’aide ma fille quand elle a un DM mais en aucun cas je ne lui fais son travail. Et c’est ici qu’il y a un problème, trouver la limite de ce qu’on peut apporter à un enfant.

Faire le travail de quelqu’un à sa place ne sert à rien. C’est d’ailleurs une incompréhension chez les élèves et les familles qui voient dans le DM l’opportunité pour l’élève de remonter sa moyenne. Le DM n’est pas un cadeau qu’on fait à l’élève pour qu’il puisse décrocher un 20, c’est un travail qu’il prend le temps de faire chez lui avec les outils dont il a besoin. Je fais régulièrement remarquer à mes élèves de seconde générale qu’il ne faut pas hésiter à Googler pour s’aider sur des travaux de Python. Ils ne le font pas mais se plaignent que Python est difficile. Le DM permet d’accéder à l’autonomie, à un travail de recherche, mais comme vous le savez le jeune à mieux à faire. Il faut donc faire comprendre à l’élève que cela ne sert à rien de se faire réaliser le devoir et que si l’aide a été bonne, il est capable de reproduire et d’appliquer à des cas similaires ou nouveaux.

En classe de seconde générale où je donne énormément de travail, et donc de nombreux DM, l’aide apportée par les frères, sœurs, parents, profs particuliers est devenue tellement pesante que j’ai tranché en faisant contrôle sur le DM et en ne notant plus les DM. Je n’ai cessé de durcir le ton avec eux, c’est ici que la notion de compréhension du DM et la notion de sentiment prend son importance. Mes élèves de seconde sont prêts à tuer père et mère pour avoir une bonne note, au point d’utiliser tous les moyens. Une de mes élèves me note dans un DM qu’elle voit qu’il faut utiliser le théorème de Thalès, le pose avec les lettres mais n’arrive pas à passer à l’étape d’abstraction, à remplacer les longueurs par du calcul littéral. J’ai valorisé parce qu’elle voit la démarche, elle y a réfléchi, elle pourra donc progresser ce qui n’est pas le cas pour des élèves qui m’ont sorti des calculs qu’ils ne maîtrisent pas.

Si on creuse un peu, c’est la faute du système et de la note. L’attachement à la note est tellement important, qu’on ne réfléchit pas à l’intérêt du devoir, on met tout en œuvre pour avoir 20. En donnant le DM, en réclamant qu’il soit fait, en évaluant, les élèves qui ont fait le travail, seuls ou les élèves qui se sont fait expliquer le travail, vont réussir à s’en sortir sans aucun problème et se gaver. Ceux qui se sont contentés de recopier se ramassent des cartons. C’est à l’heure actuelle la stratégie la plus payante que j’ai trouvée et qui valorise les élèves qui ont cherché, ont trouvé, se sont fait expliquer, ont compris. La limite, on pourrait dire, c’est que quelqu’un qui a le frère, la sœur, les parents ou le prof particulier est avantagé par rapport à celui qui n’a personne. Le délai que je laisse est important, je réponds à toutes les questions si on vient me les poser et si ça ne commence pas par « je n’ai rien compris ».

Je n’ai rien compris les élèves essaient quelques fois avec moi et quand je commence à les interroger sur les définitions qu’ils ne connaissent pas, que je pourrais leur faire copier un grand nombre de fois pour qu’on puisse enfin discuter à égalité et qui leur permettent de faire le travail, ils arrêtent assez rapidement. L’aidé se met souvent dans cette position d’incompréhension totale de façon à ce que l’aidant le fasse à sa place. Le positionnement d’aidant est bien plus complexe que celui de l’aidé. En effet, et je peux vous en parler pour travailler avec ma fille qui est un véritable boulet, l’aidant, moi en l’occurrence, n’a ni l’envie, ni franchement le temps. On tombe rapidement dans la façon de facilité qui consisterait à faire à la place pour se débarrasser. C’est un positionnement que connaissent tous les informaticiens qui préfèrent faire que d’apprendre à faire parce que ça va plus vite. Le problème dans cette méthode c’est que l’apprenant est dépendant et ne fera pas d’effort pour apprendre. Je vous épargne le proverbe sur le poisson et la pêche.

Quelques conseils pour l’aidant :

  • Libérez-vous du poids de la note. Vous ne faites pas plaisir à l’enseignant en donnant une copie parfaite, au contraire. Les enseignants connaissent le niveau de leurs élèves, 10 points de décalage entre le DS et le DM ça irrite. Tant pis si l’aidé prend un carton, c’est que c’est son niveau. Quand l’aidé est seul sur sa feuille, vous ne serez pas derrière pour faire son boulot, il aura SA note.
  • Si vous n’avez pas le temps, ni la patience, si vous ne savez pas dire non, ne faites pas.
  • Avant toute aide, vérifiez que l’aidé connaisse les formules qui lui permettent de réaliser le travail. Si ce n’est pas le cas, soit c’est de l’apprentissage et il n’y a pas le choix, l’aidé doit apprendre, soit il s’agit d’une mécanique qui n’est pas maîtrisée, il faut donc reprendre la base. Faites faire des fiches avec des exemples simples à l’aidé ce qui vous évitera de recommencer régulièrement les explications.
  • Forcez l’aidé à vous faire un schéma de la situation. Le schéma c’est graphique, c’est visuel. Souvent il apparaît que les jeunes ont des problèmes de compréhension des exercices, réinterprétez l’énoncé avec d’autres mots. Faîtes souligner au stabilo les mots clés et demandez à l’aidé ce qu’on attend de lui et la définition qui va avec. Par exemple :

C’est un exercice de quoi ? C’est quoi le mot important dans la question 1 ? Si on me parle de moitié ça veut dire qu’on veut que je calcule quoi ? Le gosse doit vous répondre que c’est « moyenne » le mot, et doit être capable avec ses mots à lui de vous dire qu’on prend tout qu’on ajoute tout et qu’on divise par le nombre de joueurs. Qui dit moitié, dit médiane, je mets les valeurs dans l’ordre croissant et je tape au milieu.

  • Répétez en boucle, faites répéter. Ma fille et mes élèves me trouvent super pénible parce que je répète tout en boucle jusqu’à ce qu’ils soient capables de répéter à ma place. J’ai des méthodes simples pour tout et dans l’ensemble ça marche. Quand je dis à ma fille comment on fait un Thalès, d’entrée de jeu elle répète, je mets trois traits de fraction, je mets quatre fois la lettre en face des parallèles, je fais petit sur grand, petit sur grand et petit sur grand. Je lui ai rabâché des dizaines de fois, elle sait faire un Thalès.
  • Vous aidez, vos règles. Si l’aidé n’est pas content qu’il se débrouille tout seul ou qu’il aille voir ailleurs.

Aider quelqu’un n’est pas si évident qu’il y paraît, et c’est avant tout un travail sur soi-même plus qu’un travail pédagogique. Il faut bien avoir en tête que l’aidé a dans les 90% du temps une seule idée, vous faire cracher la réponse de façon à pouvoir passer à autre chose et se divertir. Seuls 10% des individus ont une réelle envie de comprendre et d’apprendre, c’est eux qui réussiront bien devant les autres. L’aidé vous soumettra à la question et il faudra résister à la tentation de faire pour apporter une aide réellement productive. Je peux vous dire que malgré mes 17 ans de métier, on est très souvent tenté de donner la réponse et parfois on la lâche tellement on est exaspéré par le manque de compréhension des élèves.

Nous nous quittons ce soir sur Apprentissage Remix, une chanson de circonstances, avec Youssoupha, Sinik, Ol’ Kainry, Tunisiano & Médine qui fait partie de mon top 10 RAP français. Comme quoi, on a su faire du RAP français après les années 90 et même du très bon.

Isolé, loin des autres comme un damné
Désolé de mes fautes, depuis des années
Je suis désarmé, je sais désormais
Que la vie est un apprentissage qui ne finit jamais