Cyrille BORNE ose tout : Blueendless Kimax BS-U35-WF, le NAS à 50 €

30/04/2020 Non Par cborne

Souvenez-vous dans le dernier épisode nous réalisions à notre grand désespoir que SMB V1 était un protocole tellement obsolète que la mise à jour de Ubuntu 20.04 l’avait désintégré ou presque. On en profitera pour saluer les FAI qui ne mettent pas à jour leur box mais c’est une autre histoire.

Cyrille BORNE lassé de monter des serveurs openmediavault, ne voulant pas débourser 150 € dans un NAS sans disque dur s’est payé un gadget chinois unique en son genre, le Blueendless Kimax BS-U35-WF. Bien évidemment n’est pas Cyrille BORNE qui veut et à priori la page de Kimax ne répond plus, ce qui laisse supposer qu’il faudra que je profite le temps que ce produit dure. C’est dommage, ils ont l’air d’être les seuls à s’être lancé dans ce marché, et pourtant il y a certainement quelque chose à faire pour des gens qui ne veulent ni mettre le prix, ni avoir quelque chose de compliqué. La présentation du produit c’est ça :

On voit bien la forme traditionnelle des boîtiers 3.5 avec à la différence un port RJ45 et une antenne pour le Wifi, un argument de vente qui ne m’intéresse personnellement pas.

Vous noterez dans les connectiques la présence d’un port USB3, c’est pour pouvoir brancher le disque au PC comme un simple disque dur externe UBB. Attention et ne vous faites pas piéger comme moi. Si vous branchez le disque dur par l’USB3 vous coupez la partie réseau. De la même manière, et c’est une erreur de ma part, j’avais lu en diagonale qu’il fallait formater le disque dur en EXT4 car cela posait problème en NTFS. Il apparaît que je me promenais sur le forum d’openWRT. openWRT pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, c’est un firmware alternatif qui s’installe sur grand nombre d’appareils type routeur, comme Linux mais spécifiquement pour ce type de hardware. Il y a donc une communauté autour de ce produit, néanmoins je ne le ferais certainement pas, car il répond à mon besoin, mon simple besoin.

Moralité formatez votre disque en NTFS sinon il n’est pas reconnu, la FAT32 fonctionne aussi mais sans aucun intérêt. Je vous montre cette photo que je ne manquerai pas de mettre sur le site de cdiscount où j’ai acheté le produit. Sur le coup ça m’a fait moyennement marrer.

Comme vous pouvez le voir, en 2020, il manque un trou. Souvenez-vous j’avais acheté à l’époque à pas cher du vieux NAS, comme nécessairement ils sont en SMB v1 c’est poubelle. Par contre les chargeurs sont compatibles, si bien que mon obsession pour la collection des chargeurs n’est pas totalement stupide. L’appareil monté ressemble à ça :

C’est donc discret, comme je l’ai précisé, je n’ai que peu d’intérêt pour le Wifi, il est possible de se servir de l’appareil comme routeur ou relai, je ne m’en sers que pour faire un NAS, je n’aborderai donc pas cette utilisation. La notice est particulièrement explicite pour que n’importe qui ne puisse pas s’en sortir :

Elle est intégralement en chinois, vous vous doutez bien que pour trouver l’information c’est du talent. Pour trouver le NAS, il suffit d’aller dans sa box et de voir quel est le nouvel appareil connecté en filaire. Il est aussi possible d’utiliser l’application Ki disk que vous ne trouverez pas facilement, si bien que je vous charge l’apk ici :

J’ai rajouté le dernier firmware de l’appareil au cas où. L’application est sommaire et permet de faire des transferts, des backups et des modifications légères du NAS. Je l’ai installée pour faire la capture, et l’ai désinstallée, aucun intérêt pour moi. Les codes de base sont admin et kimax.

Je me contente donc d’utiliser pour ma part la passerelle, sachant que je ne vais pas y aller non plus tous les quatre matins, une fois qu’on a fait la configuration de base, pas vraiment de raison particulière d’y retourner.

L’écran d’accueil, vous pouvez choisir le Chinois pour rire.

Le mot de passe par défaut, c’est kimax. Pas compliqué de s’en souvenir c’est écrit en haut, on peut le changer dans les paramètres. L’écran principal :

Le paramétrage avancé avec le FTP, on remarquera que j’ai laissé en open bar

Et enfin la possibilité de télécharger des Torrents, je n’ai pas fait l’essai, ça ressemble fortement à une interface de transmission ce qui laisse penser que c’est du Linux sous le capot.

Dernier point qui m’intéressait, la gestion du DLNA. Et ce qui me confirme que c’est du Linux sous le capot c’est qu’il s’agit d’un minidlna ce qui m’a permis de trouver un bug ou de contourner un problème que j’ai cherché pendant un moment. Si les répertoires apparaissaient bien, ils étaient vides de fichiers multimédias. Ils étaient bien visibles en SMB mais pas en DLNA. Il apparaît en fait qu’il faut passer les propriétés en 777 depuis un client FTP quelconque pour ma part, pour avoir accès aux fichiers en DLNA dans le réseau.

On notera que l’icône avec le manchot laisse vraiment penser que c’est du Linux sous le capot.

Moralité :

  • Un boîtier pas cher.
  • Un disque dur accessible depuis le réseau par SMB récent ou par FTP pour les hommes de goût.
  • Un serveur DLNA
  • Le seul véritable bémol c’est que le gars qui achète ça, faut pas que ce soit un novice en informatique. Cela dit, je vous ai quand même largement dégrossi le travail, j’ai passé pas mal de temps à trouver un certain nombre d’éléments qui figurent sur cette page. Le talent je vous dis.

Que demande le peuple ? Pas grand-chose, si ce n’est de voir combien de temps ce boîtier au juste prix pour faire ce qu’il a à faire durera dans le temps.