Complément 58 – il recommence à faire chaud, mais ça passe quand même

24/08/2018 Non Par cborne

La différence entre le proprio et le libre en un exemple

En ce moment j’ai un peu brouillé les cartes entre logiciel libre et proprio, je vais vous donner un exemple récent et mon mode de fonctionnement. Comme d’autres, je suis passé à Feedly depuis que j’ai eu un crash avec KrissFeed et que Miniflux est passé au GO donc que je ne peux plus héberger sur mon mutualisé. 

Avant de me tourner vers le service propriétaire Feedly, j’ai fait le tour des logiciels libres disponibles et aucun ne me va. Avant d’aller plus loin, faisons un petit point sur le logiciel libre. 

  • J’aurai pu faire une remontée du crash à Tontof. J’étais à cette époque dans une phase de manque de motivation pour me casser la tête, il me fallait un truc qui marche. Je vais me fendre de me réinstaller une instance de KrissFeed et de faire des remontées.
  • Quand bien même je ferais des remontées, il n’y a aucune obligation pour Tontof de corriger les bugs. Il est peut-être en train d’élever des moutons en Papouasie du sud. 
  • Miniflux est passé à GO, c’est le choix de son développeur et je n’y peux pas grand chose. Je peux faire des pieds, des mains, ça ne changera rien. Alors oui, n’oublions pas que j’ai la possibilité de forker la branche 1.x en php, de coder de nouvelles fonctionnalités, des correctifs et le reste. Ça s’appelle la légende du logiciel libre où on essaie de te faire croire que tout est possible, sauf que c’est seulement possible si tu codes. 

C’est donc ça le logiciel libre, un logiciel où tout est possible, encore plus quand tu codes par toi-même. Un monde où tu n’as aucune certitude, sauf si tu codes. 

Je suis satisfait de Feedly, ça fonctionne parfaitement, ça répond à mes attentes, la limitation des 100 flux me force à faire des choix même si certains en ont 200 et que ça passe quand même, pas besoin de faire de bricolage entre la version PC ou Android. Je viens de rencontrer le premier écueil avec le service, et c’est un problème très révélateur, le problème c’est lui : 

Il y a quelques temps j’avais lâché le subreddit France, ça commençait à ressembler à n’importe quoi. C’est un peu le problème de l’ère du temps. Les gens ont lâché Facebook, ont un manque, voient partout que Reddit c’est formidable, et viennent pourrir le forum. J’ai donc voulu faire un tour voir l’ambiance, et pour cela rajouter le flux RSS à Feedly. Aucun rafraichissement depuis le mois d’avril. It’s not a bug, it’s a feature, en tout cas il semblerait. J’ai vu d’autres utilisateurs expliquer qu’ils rencontraient le même problème. Et c’est ça le logiciel propriétaire. 

On peut supposer que les mises à jour récurrentes de Reddit, avec une quantité de messages très très importante ont du donner envie aux propriétaires de Feedly de limiter la sollicitation de leurs serveurs, ce que je peux totalement comprendre. On n’est pas dans la philanthropie, on veut gagner de l’argent

Et c’est ici toute la subtilité du logiciel propriétaire, poser des barrières qu’on n’imagine pas. L’invisible, j’aime bien, c’est joli. Tu découvres donc que tu as un logiciel mais que tu ne peux pas faire ce que tu veux, une limite qui n’est pas annoncée clairement en tout cas. Pendant qu’on reste dans l’invisible, le logiciel propriétaire ne propose pas le service de façon gratuite, en tout cas sans contrepartie, on se doute que nos données personnelles doivent en prendre un coup. 

il en manque un morceau, regardez la flèche de l’ascenseur sur la gauche.

On peut rajouter que si demain le propriétaire du service veut changer les règles du jeu, passer de 100 à 50 flux gratuits, fermer le service, c’est son droit. 

Le point commun à mon sens entre le logiciel propriétaire et le logiciel libre, c’est que dans un cas comme dans l’autre sauf si on est développeur bien sûr, on se contente de subir. Dans le premier cas c’est le codeur qui fixe les règles du jeu, mais qui peut éventuellement les infléchir s’il est de bonne composition, ce qui garantit davantage de souplesse par rapport au second. Néanmoins selon le nombre de zéro pour le chèque on doit certainement pouvoir négocier une fonctionnalité. 

J’ai trois choix : statu quo, je me passe de reddit, ce qui soit dit en passant après avoir vite fait jeté un coup d’œil me parait jouable. Je passe à the oldreader dont Didier vante les mérites, je retente ma chance avec le logiciel libre et je joue le jeu de github. (une énorme vanne s’est glissée dans cette fin de phrase, sauras-tu la retrouver ?)

Go Files mon explorateur de fichiers sous Android

Android Go est une bonne initiative mais pas pour les raisons qu’on pense. Il s’agit d’une version allégée d’Android avec un suivi des mises à jour sur trois ans directement par Google. La garantie sur le papier d’avoir un système sans bloatware ou presque et les mises à jour de sécurité qui vont bien. Avec Android Go, des applications Go, plus ou moins réussies dans la tendance des applications légères. Quand je dis plus ou moins réussies, par exemple Maps Go renvoie vers le navigateur si j’ai tout compris. Un raccourci pour navigateur c’est vraiment léger comme application. Pour rester dans le contexte, j’ai viré facebook lite car le site sous Opera dans sa version mobile, c’est plus efficace.

L’application Go Files est plutôt sympa. Jolie, fluide, elle permet de mettre en évidence rapidement les éléments, elle offre aussi la possibilité de pointer les fichiers à nettoyer ou les applications inutilisées depuis un moment. 

Guillaume Champeau a rouvert un blog personnel et ça en dit long

Guillaume Champeau fait partie des célébrités du web francophone connu dans le monde des libristes avec qui il partage, affiche, quelques valeurs communes, un peu comme un Tristan Nitot. D’ailleurs tellement de choses en commun qu’au moment où j’écris ces lignes, ils travaillent tous les deux pour le champion français Qwant.

Champeau c’est un personnage avec qui j’ai du mal, comme on peut avoir du mal avec moi. C’est le problème des personnalités publiques qui ont tâtonné pour finir par trouver, au moins un temps, « une solution ». Le problème de tâtonner publiquement en eaux dangereuses, c’est que ça se voit, et qu’il y aura toujours quelqu’un pour compter les cadavres de ton placard. Si tu vis dans la culpabilité c’est difficile, si par contre tu es disciple de l’école Bornienne, ça te passe vraiment au-dessus. Les gens qui ont mon âge, qui ont connu la période « ratiatum » avec les infos sur le warez, les lois liberticides où il faisait bon s’insurger et essayer d’endosser le rôle du haut-parleur, comprendront peut-être ce que je veux dire. Si on fait abstraction de ce qu’on peut penser du parcours, le résultat est là, une sorte d’influenceur. Champeau rouvre un blog, loin de medium, loin des réseaux sociaux, une boutique rien qu’à lui, il explique d’ailleurs de façon très complète comment il s’héberge de façon autonome

C’est bien fait, tout est dit, et c’est dans l’air du temps. De là à dire que dans plusieurs mois on aura le retour des sites à l’ancienne, à papa et que ceux qui ont tenu le cap domineront le monde, il n’y a qu’un pas que je franchis. 

Les réseaux sociaux ne vont pas disparaître, c’est une évidence, mais ils ne vont pas évoluer non plus, tout simplement parce que les réseaux sociaux sont ceux qu’ils sont, l’image des contenus des personnes, c’est à dire à 95% de la merde. Si reddit voit sa fréquentation augmenter, ce n’est pas un hasard, c’est tout simplement parce qu’une certaine catégorie de personnes est en recherche de contenus d’une qualité supérieure à celle de la vanne à deux balles. La moralité, c’est qu’on aura beau changer la forme, il y aura toujours ce problème de fond. Il y avait cette publicité pour un site de rencontre élitiste, uniquement avec des gens à BAC +5 minimum pour éviter la plèbe dans Meetic, dont j’ai perdu le nom. Je ne serai pas étonné un jour de voir arriver un anti-twitter avec un minimum de 500 caractères pour rehausser le niveau. Le site internet reste la garantie d’avoir une attache solide et durable, les réseaux sociaux peuvent suivre, le site internet reste. Un nouveau blog à suivre dans l’agrégateur RSS, reste à savoir lequel.

J’ai joué et la switch et c’est pas formidable

Mon beau-frère a acheté une switch pour les petites (8 et 11 ans), on a eu l’occasion avec le fils de regarder un peu l’engin dans les conditions proposées. Ce qui est intéressant, pour le « dans les conditions proposées » c’est que ça permet de voir comment les gens l’utilisent. La switch ne quitte pas le meuble de la télé ce qui veut dire qu’on perd en gros 50% de son intérêt, je pense qu’ils doivent être nombreux à l’utiliser de la même manière, en console fixe. L’idée de la console portable de salon, je ne pense pas que ce soit bien exploité, je ne l’ai jamais pensé. A 65 € le jeu, la logithèque de la famille est restreinte, on a vu tourner Mario Odyssey. Si j’étais mauvaise langue, je dirai qu’on a Mario 64 en plus joli. D’un point de vue gameplay, rien de révolutionnaire, on notera des passages en 2D pour jouer sur la fibre retrogaming. Quand on voit que la tendance forte c’est de porter les jeux Wii U sur switch, on se dit que cette console n’est finalement qu’une Wii U « plus », une Wii U plus facile à comprendre pour le grand public mais que d’un point de vue technique, ça n’est pas une révolution. On a vu 1, 2 switch qui est une véritable honte de développement et qui se contente de reprendre l’utilisation du détecteur de mouvement en version plus précise qu’on connaissait déjà depuis la Wii. C’est un jeu que j’ai trouvé hallucinant car il laisse place à l’imagination, c’est à dire que certaines parties n’apparaissent pas à l’écran, au point d’en être ridicule, le ping pong par exemple où il n’y a ni raquettes ni balle qui s’animent. Pas étonnant qu’ils aient mis un mini-jeu de air guitare dedans. C’est donc une console étrange, qui donne l’impression d’exister parce que la Wii U n’a pas fonctionné.