Complément 56 – il fait toujours chaud et autres banalités d’usage

09/08/2018 Non Par cborne

Réparer transmageddon

A la question pourquoi transmageddon il n’encode pas, il manque le paquet gnome-codec-install. Lorsque l’on fait un apt-get install transmageddon, il apparaît dans les paquets suggérés, alors qu’il faudrait que ce soit une dépendance obligatoire. Je pense que ce n’est pas suffisant, on peut vérifier assez facilement si cela fonctionne ou non avec la progression de la barre bleu. J’ai fait un test comme vous pouvez le voir ci-dessous avec du classique xvid / mp3 ça passe, j’ai fait un test avec l’encodage vers la PS3, pas forcément utile me direz-vous, ça ne passe pas. En gros transmageddon s’il n’a pas les codecs qui vont bien n’encode pas, ça paraît plutôt logique, il est regrettable en outre qu’à son installation il ne tombe pas l’intégralité des dépendances.

Navigateurs : on est mal ou je vais certainement arrêter les frais avec Mozilla

Dada a écrit : Si vous connaissez des gens qui ne savent pas pourquoi ils utilisent Google Chrome, sortez vôtre bleu de travail pour aller leur installer Mozilla Firefox. Dada est pro-mozilla, utilise les réseaux gauchistes, ça ne se discute pas, il fait donc son job en faisant la promotion. Moi j’ai tendance à rester franchement plus perplexe quand je lis l’annonce sur les DNS. Il s’agit d’une reprise d’un billet de blog, j’ai vu passer cette information sur pas mal de sites anglo-saxons, Firefox imposerait les DNS de Cloudfare en bypassant les vôtres. En gros, vous êtes client chez Orange, par défaut la résolution de noms passe chez Orange en direct. Imaginons que vous optiez à domicile pour un service de type Opendns, qu’est-ce que ça signifie ?

Je tape cyrille-borne.com, je passe par les DNS d’Orange, il ne se passe rien à part afficher le site. Imaginons que j’ai remplacé les DNS d’Orange par les DNS d’Opendns, c’est différent. Si je tape cyrille-borne.com, je passe par l’intermédiaire d’Opendns et j’ai toute une batterie de possibilités comme bloquer le nom de domaine. Pierre dernièrement a présenté pi-hole par exemple, qui fait office de bloqueur de pub par résolution DNS.

Le service est intéressant d’autant plus que le blocage d’adresse depuis le passage à https pose de gros problèmes pour des proxy comme squid, le blocage DNS apparaît comme un des plus efficaces. Seulement il y a une contrepartie, si j’ai tapé cyrille-borne.com dans mon navigateur, ça veut dire qu’Opendns sait que j’ai tapé cyrille-borne.com, il enregistre donc l’intégralité de l’historique de ma navigation.

Vous me direz que Orange en fait de même, sauf qu’Orange est un FAI français, avec qui j’ai un contrat, quand Opendns est un service américain avec qui je n’ai aucun contrat, en tout cas pas de relation tarifée. Si vous avez tout suivi, pour des raisons qui doivent être certainement super intelligentes, super pertinentes mais qui m’échappent, Firefox va vous faire passer par la case Cloudfare. Mais moi, je n’ai pas envie de passer par Cloudfare ! Moi je veux passer par mon fournisseur d’accès internet ! Et ben c’est comme ça et pas autrement.

Mozilla et Cyrille, je ne vous dis pas qui porte la robe

S’il fallait évoquer les raisons du divorce avec Mozilla, je dirai FirefoxOS, oui FirefoxOS et mon ZTE Open C qui m’a donné de l’espoir. Je dirai Pocket, je dirai les années à se taper un navigateur qui consomme 30 Gigas de RAM au lancement d’Allocine, je dirai les bureaux de Mozilla Paris, je dirai FirefoxOS, oui je l’ai déjà dit, la liste est un peu trop longue. Je dirai aussi l’abandon de Thunderbird, puis le retour de Thunderbird pour un Thunderbird pas si formidable que ça. (Evolution powaaaa !)

J’ai fait de la résistance en utilisant Firefox, car mine de rien dans ce cas bien précis, la taille ça compte. En effet lorsque Mozilla signe des accords avec certains moteurs de recherche, il est certain que 2000 utilisateurs ou 100 millions ça ne fait pas pareil dans le poids de la négociation et dans le nombre de zéros pour le chèque. Malheureusement, je trouve que les décisions prises par la fondation Mozilla depuis des années ne me conviennent pas. Si je suis d’accord avec Dada quant à l’importance de la diversité dans le logiciel, une diversité à moduler tout de même vu le nombre de distributions Linux, faut-il suivre Mozilla jusqu’au bout, quelles que soient les décisions prises ?

Le positionnement est d’autant plus facile pour moi que je n’ai plus le client mail Mozilla, il ne me reste « que » le navigateur, ce qui n’est pas rien tout de même. Et donc la question que tout le monde se pose, qu’est-ce qu’on mange ?

j’ai trouvé que ça comme image, j’aurai bien aimé avoir Vivaldi

On va tout de suite éviter Edge, Safari et Chrome. Les deux premiers en étant full Linux on n’a pas besoin d’expliquer, Chromium, ce serait un peu trop donner à Google, déjà que je donne beaucoup en étant simplement propriétaire d’un smartphone Android. Pour moi, la seule chose qui a réellement de l’importance, c’est la possibilité de synchroniser le navigateur à travers un compte et sa disponibilité sur Android et sur Linux ce qui élimine le navigateur Vivaldi qui n’est disponible que sur PC.

Il ne reste donc que deux heureux candidats : brave qui vient de faire son entrée dans le monde des navigateurs, je n’ai pas regardé plus que ça, il faut que je regarde un peu ce qu’il y a derrière et opera qui a été racheté par des Chinois en 2016. Sachez que je n’ai absolument rien contre les Chinois, on ne rigole pas avec une population qui a dépassé le milliard depuis belle lurette. Néanmoins, il y a toujours quelques interrogations à avoir quant au traitement des données personnelles.

Comme d’habitude, il va falloir creuser, il va falloir se documenter un peu, mais le pire là-dedans c’est de se dire que Chrome pourrait apparaître comme la moins pire des alternatives, étant donné qu’en ayant un smartphone Android, je suis déjà chez Google. On est mal, on est très très mal.

Excuses pour les personnes d’Ubuntu-fr que j’aurais pu choquer

On m’a écrit pour mon billet complément 53 en me faisant remarquer que traiter des bénévoles d’incapables, ça ne se fait pas. Je viens de corriger mon billet, j’ai retiré les mots incapables et misérables. J’ai l’acidité un peu facile, il faut que je fasse attention à mon vocabulaire en ce moment je me relâche. Désolé donc aux gens qui auraient mal pris la remarque, c’est d’autant plus injuste que c’est faire une généralité de quelques cas isolés. N’hésitez pas d’ailleurs à passer par le mail ou par l’intermédiaire du forum, si vous avez des remarques ou des réclamations. Les commentaires sont coupés car ils ne favorisent pas les échanges, le dialogue reste ouvert.

J’ai échangé avec la personne qui a pris le temps de me pourrir par mail, mais c’est de bonne guerre, il y a toutefois un discours qui revient souvent et sur lequel j’aimerai revenir.

Ce n’est pas parce que l’aide est gratuite qu’elle est bonne. On a tendance à penser sous couvert du bénévolat, ou de la liberté / gratuité que finalement c’est mieux que rien, c’est faux. Si un bénévole du secours populaire crachait dans la soupe, on crierait au scandale et pourtant il est bénévole. Oui mon exemple est pourri, bien sûr, il y a une différence entre un acte délibéré et une bonne intention mais comme on le sait, l’enfer est pavé de bonnes intentions, toutes les aides ne sont pas bonnes.

J’en ai fait les frais cette année, à deux niveaux. Comme vous le savez pour ceux qui lisent ce blog, j’ai fait de l’entraide au local, il apparaît que ce qu’on trouve sur l’internet est difficile pour une certaine catégorie de personnes, notamment les gens qui se sont retrouvés sous Linux et qui n’ont rien demandé. Le décalage de niveau qu’on peut avoir avec nos prochains est tel, qu’il est difficile pour ma part d’aider ces gens sans être à côté pour une véritable prise en main. Je rappelle enfin cette année que j’ai donné une vingtaine de PIV sous Debian et c’était une erreur, une de ces fameuses erreurs pavée de bonnes intentions. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’expérience utilisateur n’est pas bonne, je n’ai donc pas rendu service. Désormais le PIV c’est le recyclage.

Il faut avoir conscience qu’aider c’est non seulement s’engager mais ce n’est pas se faire plaisir, c’est se mettre à la portée de l’autre pour lui rendre réellement service. C’est pour ça que je ne propose pas plus d’installer des Linux sauf si on me le demande, si les gens veulent du Windows 10 et le planter tous les trois jours, c’est leur demande. C’est pour cela que je ne propose pas spontanément mon aide non plus, j’attends qu’on vienne me chercher. J’ai passé ma période sauveur du monde, je vais te mettre sous Linux et ça va changer ta vie, je n’impose que Linux à mon entourage proche puisque c’est moi qui doit gérer le parc, mais c’est une autre histoire.

Mes propos restent inacceptables, je ne cherche en aucun cas une justification et je remercie Naziel d’avoir pris le temps et fait l’effort de m’écrire pour me corriger.