Complément 54 – apprentissages

04/08/2018 Non Par cborne

Tiens je vais commencer cet article par cette capture d’écran.

essai de mettre un titre, mission accomplie

cette horreur c’est gutenberg c’est à dire le nouvel éditeur WordPress ou une bonne raison bientôt pour pas mal de gens de passer à autre chose. WordPress c’est certainement quelque chose qui marche trop bien, ils ont dû se dire qu’il y avait là une opportunité pour tout casser, ils la saisissent. En même temps je peux le comprendre, à l’heure des réseaux sociaux, où les blogs sont abandonnés, il est important de rajouter de la complexité. Le système est celui des blocs, on rajoute donc des blocs de façon hasardeuse, le bloc paragraphe, le bloc liste, le bloc image ou galerie. On perd donc le côté charmant qu’on avait, celui du traitement de texte. J’ose d’ailleurs à peine imaginer le copier coller dans Libreoffice. Vous vous dites que le Borne est aigri ? Oui vous vous le dites, voici ce qu’on peut voir sur le site WordPress, une note de 2.5, avec un nombre de une étoile qui relève de la boucherie. Vous pouvez aussi lire cet article de blog  c’est plutôt virulent mais je partage. Pourquoi changer quelque chose qui fonctionne ? Quelle est la plus-value ? Je n’en ai aucune idée, je suppose que les ergonomes doivent trouver ça extraordinaire, que c’est certainement comme cela qu’il faut concevoir l’avenir. Tiens je viens de voir qu’on peut mettre de la couleur trop facilement, alors là ça change tout ! Ah non en fait c’est juste pour le paragraphe. Pour l’heure c’est juste une perte de temps mais je suis sûr que ça va venir et que je vais en faire des choses extraordinaires, comme si bloguer, ce n’était pas avant tout écrire.

Je vous avais promis la dernière fois une solution simple pour réussir à chapitrer une vidéo, je n’en ai pas trouvé. Bon sang, j’ai perdu le compteur de mots. Je suis en train de me dire que ça va pas être simple quand mes élèves sur le site internet de la boutique du lycée vont se lancer dans la rédaction des articles … Donc je disais que je n’avais pas trouvé de solutions simples, j’ai trouvé toutefois une solution. J’ai fait le tour des éditeurs non linéaires vidéos sous Linux, j’en ai dénombré trois de maintenus : openshot qu’on connaît bien, kdenlive qu’on connaît bien, pitivi qu’on connaît moins. J’ai fait une passe sur kdenlive, je trouve que l’interface s’est lourdement complexifiée. Pitivi quant à lui n’a pas l’air d’apporter plus, je n’ai pas réussi à faire fonctionner les transitions et les effets. Je vous conseille donc d’utiliser openshot pour vos montages.

je suis donc reparti sur la même base que la dernière fois, c’est-à-dire que j’ai réalisé ma vidéo avec openshot. Trois images, que j’étends sur 16 secondes chacune et enfin une vidéo que je fais démarrer après. Pour les moins mathématiciens d’entre vous :

  • chapitre 1 : 16 secondes, début de la seconde image
  • chapitre 2 : 32 secondes, début de la troisième image
  • chapitre 3 : 48 secondes, début de la vidéo

A priori, aucun logiciel n’est capable de le faire directement dans un mp4, j’ai donc choisi MKVToolNix GUI pour chapitrer et donc transformer l’ensemble en MKV. En image, le protocole opératoire. Il faudra toutefois noter une subtilité, il faut enregistrer le fichier de chapitrage que vous créez avec l’outil et le recharger par la suite, ce qui est franchement médiocre comme procédure.

on voit bien en haut à gauche le nom du fichier, en bas à gauche la nature de la vidéo et de l’audio
dans l’onglet éditeur de chapitres, on saisit la position des chapitres, l’avant dernière partie du timestamp, désolé je n’ai pas le mot français correspondant aux secondes.
on revient dans multiplexeur, dans l’onglet cible, on n’oublie pas de charger le fichier de chapitrage
Dès lors, il est possible dans VLC de passer facilement d’un chapitre à l’autre. J’aurai dû d’ailleurs créer un chapitre à 00:00:00:00000000 pour démarrer.

Ah je viens de récupérer le compteur de mots. Je vais quand même devoir reconnaître que ça y est, j’ai retrouvé mes marques et que finalement c’est plus une question de prise en main qu’autre chose. C’est bien, je ne suis pas si vieux, tout n’est pas encore perdu.

Il faut savoir que MKVToolnix est au format app.image et que c’est net, on est en train de prendre un tournant Linuxien. Vous le savez j’ai souvent du nez pour pas mal de choses, parfois un peu trop tôt si bien que je me fais traiter de blasphémateur alors que je me contente d’anticiper. En ce moment ce n’est pas difficile, pour chaque programme que je teste, c’est soit un ppa, soit un app.image soit un snap. Tout ce qui a été construit autour des distributions Linux est en train de voler en éclat, et c’est une logique, les développeurs de logiciels sont en train de prendre le contrôle.

Le phénomène ppa, on le connaît bien, je suis développeur, je développe pour 2% de pèlerins qui utilisent Linux, et ces 2% de pèlerins sont décomposés en 10 distributions. Je commence à en avoir marre d’avoir des remontées de bugs qui sont issues de la distribution bouzoubouzou, de perdre du temps là dessus, alors je décide de me focaliser sur Ubuntu, la distribution la plus utilisée. Malheureusement, comme je développe un peu trop vite par rapport à la date des six mois, et que mon programme n’est pas vital, je monte mon ppa pour avoir des gens qui utilisent la dernière version. Le ppa est né, avec son cortège d’anomalies et d’indésirables. On n’a pas eu d’histoires notables de ppa contaminés, pas à ma connaissance ou à ma mémoire, les gens d’Archlinux ont eu l’élégance de l’avoir pour nous avec le dépôt aur.

Et puis tu te dis que finalement, si tu pouvais avoir un système unique, qui pourrait fonctionner de façon indépendante de la distribution et bien ça résoudrait pas mal tes problèmes. Linux est en train de prendre le chemin inverse de Windows, et c’est bien normal, avec de moins en moins de développeurs, il est grand temps d’arriver à la rationalisation. Forcément on est sous Linux donc on est dans le n’importe quoi et au lieu de profiter de l’occasion pour avoir une véritable unicité, on a dix systèmes universels, en attendant d’en avoir un qui va écraser les autres. C’est la tradition.

Je pense que d’ici peu, on pourra récupérer quasiment n’importe quel programme depuis snap ou en app.image et il sera légitime de s’interroger sur ce qu’apporte telle distribution par rapport à telle autre. Jusqu’à maintenant on pouvait évoquer la fraîcheur des paquets de l’une, le nombre de paquets de l’autre, je ne sais pas vraiment ce qui pourra faire la différence. En attendant c’est comme d’habitude, on est aux premières loges et je pense que ça mérite son pesant de pop-corn pour voir comment va évoluer la situation.

Déjà plus de 1100 mots au compteur, avec ce billet je viens de faire plus de un an de certains blogueurs. Dans les informations américaines, donc en gros dans les informations, puisqu’en France c’est difficile d’apprendre quelque chose, pour le commun des mortels, pas pour l’administrateur système, la sortie de Picard, aucun rapport avec les surgelés. Picard est sorti en version 2, il est disponible en ppa et en Flatpak, vous voyez où je veux en venir. Picard est un logiciel de gestion des tags pour les fichiers mp3, c’est plutôt simple, vous chargez votre musique, vous faites analyser et vous enregistrez, c’est fini. Pour les trucs un peu tordu, rechercher un titre similaire et l’affaire est souvent faite. Facile et efficace.

Les surgelés Picard ou pas !

Voilà, c’était mon premier billet avec Gutenberg, à priori pas le dernier. C’est pourri, mais ça se fait.