Complément 51 – on va tous mourir

25/07/2018 Non Par cborne

Je me dégoûte. C’est un peu fort, c’est partiellement injuste, d’autres diront qu’ils partagent, mais ça m’agace. Je suis en vacances, j’ai du temps à ne plus quoi savoir en faire et pourtant j’en fais moins qu’en période scolaire. Cela reste à relativiser sur quelques points, mais de façon générale, la sensation qu’il faudrait être sous pression pour en faire plus. A ma décharge, je ne fais pas totalement rien, regardez ça par exemple.

Il faut je donne quelques explications. La première c’est que je ne sais plus où j’ai vu cette info, mais c’est la possibilité d’utiliser mockup.photos, un site qui permet d’insérer des images dans des tas de mockups, les fameuses photos avec l’ordinateur portable, l’écran du smartphone ou le cadre photo, vous faites un clic et vous chargez l’image. Ça c’est pour la technique, ça m’a fait marrer, ça peut vous donner des idées. Pour la photo en elle même, il faut connaître un peu cette prise qui revient régulièrement dans mes photos, et y voir surtout la souche qui repose le long des claustras. La maison d’à côté appartient à deux frères, j’ai réussi à faire tomber en cinq ans deux arbres sur trois. Il restait ce fameux althéa qui passe pile poil sur l’arrivée d’eau du voisin, l’évacuation des gouttières et que je pensais responsable de mes problèmes de caca du mois de décembre. Cet arbre était bourré de toutes les cochonneries possibles et imaginables, et à l’automne, les feuilles mortes se ramassaient à la pelle, chez moi bien sûr. En ce moment c’est le second frère qui occupe la maison, il me demandait comment une trappe à caca était apparue sur sa terrasse, il vit en Italie, il est moins présent que son frère parisien qui est mon interlocuteur. Dans l’explication, j’en ai remis une couche sur la dangerosité potentielle de l’arbre que je croyais coupable, il m’a donné raison, passé un coup de téléphone à son frère et m’a dit qu’on pouvait y aller. Tu le sais public, le Borne à 30 minutes de la fermeture de la déchetterie y a mis toute son âme, chargé le partner plus vite que l’éclair et nous voilà débarrassé.

Je ne fais pas totalement rien donc, j’ai remis de la colle pour les claustras parce qu’une de mes nièces a failli nous la péter la dernière fois, j’ai refait un peu de plafond, je marche beaucoup, je vais à la plage bien sûr, et je bouquine de la bande dessinée, comme ça peut se voir sur le blog avec mes articles culturels à rallonge. A part ça pas grand chose, l’intérêt informatique étant passé de faire le plus de trucs bizarres possibles à choisir au mieux le meilleur outil possible pour tout faire, j’apporte ici quelques nouvelles modifications à mes utilisations. On commence par Flameshot.

Souvenez-vous, j’ai réinstallé mon poste sous Xubuntu 18.04, j’ai réinstallé shutter dans la foulée. Shutter est un logiciel qui permet de faire des captures d’écran poussées, à savoir rajouter des flèches, encadrer du texte, supprimer certaines parties, en gros, ce qu’on pourrait attendre d’un éditeur d’image sous Linux sauf que ça n’existe pas, sous Linux la situation se résumant à Gimp ou rien. Shutter est un programme qui ne reçoit plus de mises à jour, mais qui reste disponible dans les paquets, seulement la faute à pas de chance, dans la version 18.04, des paquets nécessaires à l’édition des images ne sont plus disponibles dans la distribution, il faut aller les chercher à la main. Le packageur est donc une chèvre selon l’expression consacrée, on verra plus loin qu’il n’est pas le seul. Flameshot est moderne, fait le job, il ne lui manquerait plus que la capacité d’éditer des images et ce serait une killer feature pour Linux. A l’heure actuelle, pour répondre à mon besoin et celui de mon épouse, et celui de l’utilisateur lambda, je n’ai toujours rien trouvé de mieux que kolourpaint4 qui permet de recadrer, redimensionner, insérer du texte ou encore gommer de façon simple. La seule limite de ce programme c’est certainement ses capacités d’impression plutôt limitées.

Je rencontre toujours des problèmes avec Thunderbird / Cardbook / mon hébergement o2switch / Davdroid / mon téléphone. Pas bien difficile, j’ai des erreurs d’écriture sur le serveur. Au départ j’avais tendance à incriminer l’application Asus, j’ai eu d’autres soucis avec celle de Google. Mon épouse qui n’utilise pas l’ordinateur pour synchroniser les contacts mais uniquement son téléphone n’a aucun problème, je mets donc ça sur le compte de la partie PC. Si je veux alimenter mes contacts, je peux toujours le faire en ligne depuis Horde c’est l’un des trois clients mails proposés par o2switch, il permet aussi de mettre à jour le calendrier. Je trouve ça médiocre, il est intéressant, cohérent, d’avoir une suite qui propose le calendrier, les mails et les contacts au même endroit. Je donne donc sa chance à Evolution, on va en reparler un petit plus loin mais d’abord ça :

Gnome est en train de devenir plutôt intéressant, de par les nombreux outils et leur intégration dans le bureau, ce qui est particulièrement pourri c’est le reste, c’est-à-dire un bureau peu pratique à manipuler à la souris. J’avais présenté Gnome Contacts dernièrement, une application franchement bien foutue, je ne me rappelle plus si j’ai évoqué cette limitation, j’ai la flemme de relire mon billet. Il est possible dans Gnome Contacts d’ajouter un annuaire extérieur, lorsque vous cliquez dessus, il vous ouvre la fenêtre de gestion des comptes en ligne. La faute à pas de chance, il n’y a pas de possibilité d’ajouter de Carddav à l’intérieur, franchement ballot quand même. Des gens posent la question, en anglais seulement, en France on n’a pas l’air de beaucoup réfléchir à la question ou on utilise Nextcloud ce qui est plus que probable, et il n’y a pas de réponse, je vous la donne. Si vous installez Evolution, que vous ajoutez votre annuaire Dav derrière, les contacts apparaissent dans l’application Gnome Contacts comme par magie. Tout n’est pas si facile, tout ne tient qu’à un fil, une édition d’un contact ne marche pas, je suppose qu’il doit certainement manquer une dépendance. Néanmoins l’équation est tout de même simple, si vous voulez utiliser Gnome Contacts, il faut avoir Evolution d’installé pour pouvoir ajouter un annuaire distant, autant n’avoir qu’Evolution. Je vais donc essayer de me passer de Thunderbird qui à la réflexion n’est pas si indispensable que cela et marque son retard sur Evolution ou Kontact du fait de ne pas être capable de façon native d’intégrer quelque chose de distant sans plugin, donc un truc maintenu par un tiers, et les problèmes inhérents.

On va tous mourir car si je n’étais pas un peu persévérant, j’abandonnerai la technologie Dav au profit d’un compte Google que je possède déjà et j’arrêterai de me prendre la tête. L’univers Linux est décourageant, alors qu’on devrait aller vers du mieux, je n’ai pas l’impression que ça s’arrange. Ici le pilote 64 bits qui ne fonctionne pas, là le paquet shutter mal ficelé tout comme les dépendances de Gnome Contacts. Il suffit de creuser à peine un peu pour faire sortir un tas de bugs. On va tous mourir parce que ça respire franchement l’amateurisme, d’un point de vue technique mais aussi d’un point de vue monétisation, moi le premier. Je lisais cet article : Slackware est financièrement mal en point. La boutique en ligne ne paye plus, le type rencontre des difficultés personnelles, la distribution vient de franchir le cap des 25 ans avec son développeur qui manque de fric pour faire des travaux chez lui et qui a l’air d’avoir des problèmes de santé. La faute à qui ? La faute au développeur de façon évidente. Cela va vous paraître vachard, il ne s’agit en aucun cas d’enfoncer le pauvre homme qui doit traverser une mauvaise passe, mais il y a une vraie question de fond à se poser. Un projet libre, c’est du temps, un projet comme Slackware c’est encore plus de temps, travailler et gagner sa vie c’est aussi du temps, il y a certainement des choix à faire. A partir du moment où on ne sait pas se vendre, il faut certainement se poser les bonnes questions, arrêter, diminuer la cadence, en font partie.

A l’heure actuelle je m’interroge sur la fermeture de mon compte tipeee. Dix euros par mois, moins puisque le site prend sa commission, tipeee n’a que pour seul intérêt de permettre de payer facilement, d’avoir une jolie page en couleur, pas plus. Mon problème est double : je n’ai rien à vendre, ma motivation n’est pas l’argent, je le mets par question de principe, si on veut me donner quelque chose que je prends avec grand plaisir, ma femme veut un nouveau portable 17 pouces en plus. Néanmoins cela ne me convient pas je le réalise. La notion de don ne me correspond pas, on donne à une association dans le but de quelque chose, sauver les pauvres, guérir les maladies, etc … N’allez pas croire que je suis en train d’évoquer une formule premium, ce n’est pas du tout le cas, cela me demanderait de faire un effort de gestion et de réflexion que je n’ai pas envie de faire. Si je devais faire quelque chose, ce serait une boutique ou un système de cagnotte. La boutique c’est évident, on vend quelque chose, on paye quelque chose, on sait ce qu’on fait. La cagnotte c’est différent, on sait pourquoi on paye, l’hébergement du site par exemple.

Ramener tout à l’argent c’est évidemment matérialiste, un peu ridicule aussi, et c’est d’autant plus ridicule qu’on n’a pas défini ce pour quoi on attendait qu’on paye. Alors pourquoi je ramène les choses à l’argent ? Tout simplement parce que c’est quantifiable, parce que c’est aussi ma façon de fonctionner. On ne fonctionne pas tous de la même façon, c’est tant mieux. Dernièrement Odysseus avait mis la clé sous la porte de façon provisoire, car il trouvait qu’il n’y avait pas assez de retour. Je prends soin désormais de poster des commentaires de façon plus régulière chez lui, pour lui montrer que je l’aime. Moi je ne fonctionne pas à la reconnaissance, les mercis je m’en fous, je travaille dans la profession la plus ingrate au monde, la reconnaissance, je la vois financière si elle doit venir de quelqu’un. C’est idiot, je le reconnais, c’est d’autant plus idiot que le blog est mon exutoire, mon lieu de liberté pour m’exprimer sur des sujets qui emmerdent tout le monde, et que je n’ai pas forcément envie d’évoquer à table. C’est idiot parce que je n’ai pas besoin d’un revenu complémentaire, c’est idiot parce que c’est irrationnel.

La réflexion autour de la monétisation n’est pas près de s’arrêter, encore moins avec un Youtube qui ne paye rien, des gens qui ne savent plus payer, des gens qui aimeraient bien se faire quatre sous mais qui ne sont pas capables de se vendre, comme si quelque part, le web était devenu le terrain unique des professionnels ou des illuminés qui diffusent pour rien attendre en retour.