Complément 43 – bis repetita

10/06/2018 Non Par cborne

Mercredi j’étais sur les rotules et dans les conseils de classe, je faisais des PC sous Windows, lundi, je ferai mon dernier conseil de classe et je viens de finir au moment où j’écris ces quelques lignes de faire les PC sous Windows. 14 PC migrés gratuitement et légalement.

Je trouve que c’est assez catastrophique Windows, de plus en plus d’ailleurs. Je ne sais pas si je l’avais écrit mais sur des DELL latitude E4300 qui correspondent au gros de la flotte de mes collègues, la mise à jour en 1803 a causé un bug sur le son particulièrement désagréable avec une saturation toutes les 20 secondes. Je n’irai pas être mauvaise langue en disant qu’avec la fin d’année les collègues sont dans l’urgence de montrer des films pour l’ambiance, mais certaines ressources pertinentes à montrer en vidéo comme c’est pas sorcier, le véritable prof des élèves, c’est un problème. Il apparaît qu’il faut télécharger la version Intel RST version 11.7.0.1013 parce que WIndows a mis à jour le pilote et ce n’est pas le bon. Vous pouvez le télécharger ici, j’ai fait l’essai, cela corrige le problème. Comme chez Microsoft on sait rire, je me doute qu’à chaque mise à jour de masse on aura le problème et qu’il faudra réinstaller à la main le pilote. Je pourrais me dire que sous Linux ça serait mieux, ce serait mentir, d’une part des problèmes ça existe, d’autre part c’est rassurant pour l’utilisateur d’être sous Windows et de se dire qu’il maîtrise, enfin de le croire. Comprenez que je serais certainement plus sollicité sous Linux que sous Windows et que je n’ai rien de plus à gagner. Cascador l’exprimait assez mal dans son billet mais il a raison, les gestes usuels de l’informatique ne sont pas maîtrisés, la logique n’y est pas, et même si Windows est largement plus complexe qu’un environnement Xfce par exemple, il reste paradoxalement sécurisant pour l’utilisateur.

Si l’informatique aura été assez problématique cette année, bis repetita, chaque année son lot, 2017-2018 aura connu un crash d’un serveur, de lourds problèmes de réseaux, la fin d’année apparaît comme très positive avec une avancée supplémentaire dans la simplification du lycée. L’an prochain je connais déjà le grand jeu qui à la même période me fera perdre le peu de cheveux qu’il me reste sur la tête : Charlemagne, sacré Charlemagne. A l’heure actuelle mon outil à tout faire d’un point de vue pédagogique s’appelle Aplon, c’est une solution très répandue dans les établissements catholiques. L’équivalent c’est PRONOTE pour le public. Aplon c’est un logiciel qui a mal vieilli, la société éponyme qui le diffuse a eu la bonne idée d’acheter Charlemagne qui fait la même chose en mieux. Ce n’est donc pas du petit chantier puisqu’il va toucher la comptabilité, la vie scolaire, les enseignants, les élèves. C’est une solution éprouvée, ce sera positif pour nous, néanmoins c’est un grand changement et comme vous le savez le changement dans le monde éducatif est toujours vécu comme une agression. Pour l’heure mes objectifs principaux sont les suivants :

  • Refaire trois salles informatiques en mettant les dernières tours en date payées 16 €. J’aurai un peu de main d’œuvre pour le faire, je vais voir si sur les derniers jours avant que les derniers élèves ne partent si ce n’est pas jouable de faire du transport de masse.
  • Récupérer tous les vieux PC, prendre la RAM et le disque dur, stocker le reste dans le Partner et direction Coursan pour le recyclage. La main d’œuvre s’appelle présidente du syndicat des enfants qui finit aux environs du 20 et la fille d’une des secrétaires que j’aurai en classe l’an prochain, c’est bien qu’elle prenne des habitudes.
  • Prendre un maximum de notes auprès du chef qui prend sa retraite. 35 ans de savoir qui s’en va, je ne sais pas si les gens ont conscience du savoir accumulé, des relations, etc … On est sur une grosse structure, complexe, autant d’informatique que d’agriculture, il est le seul à avoir la vue d’ensemble.
  • Documenter bien sûr.
  • Fignoler notre serveur virtuel, vu le manque de réactivité de notre prestataire, je pense que je ne vais pas tarder à me mettre à l’administration des serveurs Windows.

L’année scolaire n’est pas totalement finie, il reste encore quelques classes jusqu’au 22, j’aurai mon dernier cours le 21. Le 18 nous faisons passer l’oral de brevet, le 3 et le 4 juillet je suis convoqué pour la correction de l’écrit du DNB. Deux jours, vous allez me dire que ça fait beaucoup, c’est tout simplement parce que je suis correcteur en physique et en maths. Cela ne fait que trois ou quatre ans que je n’ai pas enseigné la physique, je suppose que c’est comme le vélo, on n’oublie pas, cela montre néanmoins le côté n’importe quoi habituel. Le côté rigolo là-dedans c’est que j’ai reçu ma convocation de mon ancien établissement. J’évoquais la difficulté de relation entre le ministère de l’agriculture et le ministère de l’éducation nationale, on y est encore. Cela fait trois ans que j’ai quitté mon précédent lycée, cela fait cinq ans que je n’ai plus d’adresse à Roujan et pourtant c’est dans ces conditions que je suis convoqué. C’est vraiment dire à quel point c’est la foire, dans les convocations figurent une dame qui n’enseigne plus, cela laisse présager qu’on ne sera pas forcément le nombre de correcteurs attendus. 75 km, nous sommes convoqués au lycée Agricole de Gigean qui cette année est centre d’examen pour l’Hérault. Je suis content d’y aller, cela fait quelques années que je n’ai pas corrigé, je vais donc avoir droit au DNB réformé. 300 km par contre, j’aurai pu éviter, mais c’est ainsi. Vous comprenez qu’au niveau informatique c’est quand même pas gagné, je suis salarié de l’état, mais à aucun moment on a la capacité de savoir que j’ai changé d’établissement, et pourtant quelque chose me fait dire qu’il doit bien y avoir quelque part dans un fichier du ministère, mon affectation et mon adresse.

Si je devais faire la synthèse de cette année, ça serait ça :

César assassiné. N’allez pas penser que je me prenne pour un empereur, mais c’est le côté festif où tout le monde y va de son coup de couteau. Cette année en terme d’assassinat du BORNE ce n’est pas un sport individuel mais c’est du collectif. Pour la majorité des gens qui m’ont assassiné c’est de l’inconscient, il n’y a pas de volonté délibérée de nuire, c’est parfois de la bêtise crasse ou de l’inattention. Oups pardon je t’ai planté le couteau entre les deux épaules, je n’avais pas vu. On l’a vu dans les activités du libre, encore heureux que j’ai été vengé par le rachat de Github par Microsoft, je finis l’année avec un assassinat sur mon lieu de travail. Je ne rentrerai pas dans les détails, comme il s’agissait d’une fake news provenant de collègues, il y a eu un démenti, néanmoins comme je rumine depuis quelques jours, si les gens vous jettent leur merde à la figure et passent à autre chose, il se trouve que mon côté rageux, celui que j’aurai jusqu’à mon dernier souffle, celui qui m’a permis d’avancer, de tenir, me travaille au corps, je vais réagir.

Mon constat humain cette année, c’est que c’est difficile, ça a toujours été difficile, mais je ne supporte plus. C’est la vraie prise de conscience cette année, le théorème BORNE, un de plus, toute forme d’engagement personnel est voué à l’échec, parce que les gens sont ce qu’ils sont, et moi je crois que je suis ce que je suis. Concrètement, je m’use de plus en plus vite d’être lâché en chemin, au point de préférer désormais prendre le chemin seul directement, emprunter les chemins de traverse, parfois à la machette. Je vais désormais franchement moduler la bonne action, qu’on fait avant tout pour soi, parce qu’on pense qu’il faut faire ce qui est juste. Malheureusement même si ce qu’on fait est juste, que c’est bien, on se prend parfois un retour de bâton dans la gueule. C’est ici qu’on se rend compte que l’enfer est pavé de bonnes intentions, et s’il fallait assembler les miennes pour obtenir une route, on aurait la voie domitienne qui comme le rappelle Wikipedia est une voie romaine pour relier l’Italie à la péninsule Ibérique en traversant la Gaule narbonnaise.

Après avoir fait plusieurs tentatives pour jouer la carte de la contribution locale, après avoir un peu trop tendu la main pour me faire cracher à la gueule, fontaine je ne boirai plus de ton eau. On pourrait croire qu’il y a de l’aigreur, pas du tout. L’aigreur viendrait d’une déception quelconque, je regrette juste que ce soit mal passé, un peu comme on regrette d’avoir brûlé le rôti dans le four. A la différence c’est que lorsque la grande majorité des gens recommenceront jusqu’à réussir à avoir la cuisson idéale, je me contenterai de vous dire que j’ai trop brûlé de rôtis et qu’il semblerait que je ne sois pas fait pour la cuisine. J’ai trouvé ce pour quoi j’étais fait, je suis en train de me faire Assassin’s Creed Syndicate et j’ai pris le contrôle de Londres, je ne suis pas trop mauvais à ça.

Comme nous sommes dans le billet des compléments, je viens de quitter SFR au profit de Bouygues. Il est amusant de constater que le bon père de famille a les mêmes aspirations de stabilité. J’avais pris le forfait avant de lire son article, 4.99 € pour avoir 20 Go de data, à vie, c’était une belle occasion pour quitter SFR et sa façon de faire déplorable qui consiste à vous faire payer des services que vous n’avez pas demandés. Mon beau-père va suivre cet après-midi, il aime bien avoir le même forfait que moi, l’offre est valable jusqu’au 11 avec une seule ligne par foyer, c’est dire que ça doit être plutôt pas mal.