Complément 15 : il court, il court le furet, le furet dans les canalisations de Cyrille

19/12/2017 Non Par cborne

Un jour j’ai lu dans une excellente bande dessinée, un gars qui écrivait qu’il aimait Mano Solo parce qu’on avait la sensation qu’il souffrait à notre place. Je sais que c’est parfois la sensation que certains ressentent quand ils me lisent et je trouve que c’est positif. Il vaut certainement mieux pour vous que ce soit moi plutôt que vous, même si de temps en temps, si ça pouvait être vous, ça me ferait des vacances. Nous allons commencer ce billet par quelques compléments et nous finirons par de la plomberie.

J’ai totalement abandonné Thunderbird depuis le dernier billet et je tourne donc globalement avec des applications libres pour mes mails persos, et les applications dédiées pour Office365 de l’autre. Concrètement rainloop et k9mail, dans le navigateur directement office365 et outlook depuis le smartphone. Pour le calendrier, comme je l’avais évoqué horde. A ce propos, un lecteur m’a envoyé un mail pour me dire ceci :

Gandi.net propose une boite mail gratuite gérée par SOGo pour tout achat de nom de domaine. Et grâce à SOGo tu peux synchroniser tes contacts sur tous les périphériques modernes. A titre perso j’ai même créée des listes de contacts spécifiques (famille, amis, réseau pro, etc.).

Je ne le savais pas, mais cela peut-être intéressant pour qui voudrait un nom de domaine uniquement pour profiter des adresses mails. Du fait d’avoir un hébergeur et les services qui vont avec, il est certain que je ne suis pas allé regarder à la racine. La solution pour les mails est satisfaisante, on peut la bonifier avec Xfce4 Mailwatch Plugin un avertisseur de réception de mail. J’ai paramétré l’intégralité de mes comptes y compris l’office365, tout fonctionne. On peut associer une ligne de commande quand on clique dessus ou quand on reçoit un mail : xdg-open http://google.com ouvrira la page google.com avec le navigateur par défaut. Il suffit de remplacer Google par rainloop et on a quelque chose de plutôt convivial.

Il a beaucoup été question de la fin de la neutralité du net aux États-unis, je ne ferai pas un billet complet, mais j’avais la volonté de l’évoquer. Vous avez de grosses explications très complexes, la palme de la vulgarisation revient à mon avis à Korben avec notamment un schéma très clair par rapport à ce que donnerait la suppression de la neutralité du net en France. Je pense qu’il y a deux points à distinguer, le politique, le financier. A partir du moment où le prestataire de service a la liberté de faire ce qu’il veut, on peut très bien imaginer un prestataire qui censurerait de façon systématique les pages qui lui veulent du mal, ou même pourquoi pas les pages de ses concurrents. Imaginez le comble, les pages des autres fournisseurs ne seraient plus visibles, il faudrait aller chez quelqu’un d’autre pour s’engager ailleurs ou vous nous pourriez pas consulter un site commercial car il serait en concurrence avec un site dans le giron de l’opérateur. D’un point de vue financier, il paraît évident que cyrille-borne.com ne va pas demander une consommation de bande passante comme netflix, Youtube, Steam, ou le PSN. On peut donc se dire que le fournisseur d’accès internet va demander de l’argent aux gros consommateurs, qu’ils soient les clients ou qu’ils soient les gros sites internet. Comme le dit Korben, tout est possible, tout peut s’imaginer, et avec des gens qui ne songent qu’à faire du profit, il y a de bonnes chances pour que ce ne soit pas la meilleure solution qui soit retenue.

Je trouve tout de même que le problème est vue de façon trop binaire, et d’un certain côté je donne raison aux FAI, il faudrait une loi mieux cadrée. Concrètement, quel que soit le site, celui-ci doit être accessible de la même manière, quelles que soient les ressources qu’il réclame et c’est ce point qui me gêne. Imaginez une piscine, vous avez un gars qui a besoin de cinq couloirs, laissant aux autres deux couloirs. C’est un peu la situation qu’on rencontre actuellement, et je peux comprendre le sentiment d’injustice des professionnels. Il paraîtrait logique que plus on est gourmand, plus on pompe en ressources qu’on s’acquitte d’un paiement différent par rapport aux petits poissons. Je suis persuadé qu’on assisterait du jour au lendemain à une volonté d’optimisation de l’internet, qu’on aurait moins de 4K et que tout le monde serait plus raisonnable.

Je n’ai peut-être pas tout le recul nécessaire sur l’affaire, mais je pense qu’une neutralité appliquée de façon brutale, sans réflexion n’aide pas, pour preuve elle s’arrête aux États-Unis pour passer du tout au rien, à savoir qu’un compromis aurait pu être trouvé avec les gros consommateurs, les mêmes qui ne payent pas les impôts dans le monde. Il ne serait pas étonnant que ces derniers se mettent à devenir FAI eux mêmes pour s’assurer la tranquillité. L’article de Numerama est assez complet sur le thème.

Bon, parlons peu, parlons plomberie. Voici comment se présente ma maison. Au deuxième étage, plus d’eau, avant il y avait la douche. Au premier, il y a la douche, au rez de chaussée il y a la cuisine. A l’heure actuelle quand quelqu’un prend une douche, quand on fait couler l’eau de l’évier trop longtemps, quand on tire la chasse, on a parfois une remontée par l’évier. L’eau finit par s’échapper mais ça prend un certain temps. Pas évident quand on est quatre et que tout tourne à plein régime.

A droite en blanc à côté du frigo la colonne de placo, à l’intérieur la colonne centrale dans laquelle tombe l’eau des toilettes. A gauche vous pouvez voir l’évier, dans lequel arrive aussi l’évacuation de la douche et du lavabo de l’étage. Quand on fait de la rénovation comme des foufous, on a tendance à ne pas se poser les questions essentielles et on cherche des réponses quand le problème arrive. Le tuyau de PVC qui circule dans la colonne rentre dans une espèce de cochonnerie circulaire à base d’amiante, je ne sais pas pourquoi, on s’est dit que ce ne serait pas une mauvaise idée de recouvrir la colonne. Bon le problème, c’est qu’on n’a pas pensé qu’on aurait peut-être besoin d’y accéder.

Ce qui a été fait :

  • tentative de furet 3 mètres à travers la canalisation de la cuisine, je ne tombe sur rien par contre je n’arrive pas au bout, je ne me rappelle plus de ce qu’on a fait dans la colonne de placo, trop de travaux, trop de coudes
  • les produits habituels de débouchage
  • le ventousage intensif
  • le furet de 10 mètres au niveau des toilettes que j’arrive à passer avec plus ou moins de succès. Je pense que j’ai un bouchon sur la droite de la colonne, à plus de trois mètres.

Le phénomène s’est produit du jour au lendemain, ce qui est une curiosité. Les problèmes que je rencontre sont les suivants. La maison a mon âge, 1975, on ne sait pas quel est le réseau d’évacuation des eaux usées. Il n’y a aucun regard à l’extérieur. Du fait de n’avoir à l’heure actuelle aucun voisin dans cette période de l’année, il m’est impossible de savoir si c’est collectif. On rajoutera à cela que mine de rien il m’arrive de faire 100 km par jour pour aller travailler, et ce n’est pas une activité que je peux faire à plein temps.

J’ai contacté Véolia qui gère l’intégralité de notre réseau, ils vont passer voir l’état de la canalisation de la rue. Car comme je viens de le préciser aucun accès à part l’extérieur et chez moi c’est le bout de la rue ce qui fait facilement plus de 40 mètres. Si Véolia ne trouve rien et je pense que ce sera le cas, ça bouche trop vite donc c’est chez moi, on cassera le placo samedi. Si on ne s’en sort pas, ce sera le gros camion avec le furet et la caméra qui me coûtera la bagatelle de 400 à 500 € pour fêter Noël.

J’espère que ce n’est que ça et pas une rupture de canalisation ou une joyeuseté du genre. J’ai souvent des coups de bourre dans ma vie, mais force est de reconnaître que c’est usant. Les vacances vont me permettre de gérer ces problèmes, comme je l’expliquais, c’est désormais le propre des vacances, faire ce qu’on n’a plus le temps de faire dans la semaine. Je n’ai pas perdu le sens de l’humour, mais je dois dire que si des événements venaient à se rajouter avant ce week-end, je me retrouverais submergé, sans mauvais jeu de mots.