Complément 14 : à la recherche du temps perdu

09/12/2017 Non Par cborne

Notre aventure commence samedi matin dernier, avec une douleur au bas du dos assez conséquente. En même temps c’est la saison. Si vous me suivez sur Twitter (propagande, tout ça), vous savez que je suis dans la période des conseils de classe. En gros ça donne des journées dans lesquelles on commence à 7 heures dans la voiture pour rentrer à 20 heures le soir et recommencer le lendemain. Le corps prend cher, et il prend tellement cher que j’ai pris rendez-vous chez le médecin. Je vais tellement peu chez le médecin que je fais bugger le terminal de la carte vitale qui ne me reconnaît plus, et quand j’y vais c’est pour me faire prescrire du ciflox, le médicament des champions. Pour mémoire, le ciflox c’est le médicament qui peut couper les tendons d’achille si bien que vous vous retrouvez au sol sans pouvoir vous relever et qui file une espèce de patate pas croyable genre fou furieux. Je vais chez le médecin car j’ai une rougeur qui est apparue sur le flanc depuis plusieurs semaines et que du fait que ça fait quand même plusieurs semaines et que ce n’est pas parti de façon naturelle, je me fais violence pour y aller. J’ai cette mauvaise habitude, d’aller chez le médecin quand il est déjà trop tard, je ne coûte pas bien cher au système de santé. J’ai d’ailleurs bon espoir de mourir avant d’avoir été chez le médecin, histoire de mourir comme j’ai vécu. Pour le mal de dos c’est à l’ancienne, je me gave de tout ce qui ressemble à du paracétamol, au point de finir par me casser le ventre et de finir la fin de semaine au lopéramide pour éviter de faire la fontaine en cours. Vous allez dire que je suis sale mais c’est la nature, en plus c’est la saison des gastros. C’est d’ailleurs ici la force de l’enseignant, des fins d’années civiles et scolaires qui sont éprouvantes pour lui, pour les élèves, il doit résister à ses propres maladies et à celles des autres.

C’est donc dans ce climat très particulier que j’ai affronté la semaine, avec une idée en tête, essayer d’avancer le plus possible sur tous mes chantiers. A une époque j’aurai été dans la recherche d’un serveur de todolist dans l’espoir de faire contribuer la famille à une liste commune, j’ai renoncé, et je déculpabilise désormais à n’utiliser que le smartphone pour certaines tâches. Sur mon écran j’ai HandyNotes une application de simple prise de notes que vous pouvez trouver sur F-droid. F-droid qui a été mis à jour et qui ressemble enfin à un outil de 2017, même si c’est une goutte d’eau de libre dans la mer totalement polluée de votre smartphone Google.

admirez la capture d’écran tirée de la version Android Mathusalem

Je ne dis pas que j’abandonne l’idée d’avoir quelque chose en réseau, je dis juste que pour l’instant c’est ce qui est le plus pratique, le plus visuel, le plus cohérent. Dès que j’ai quelque chose à faire, je tire le smartphone de ma poche et je le note. Dans mes tâches à faire, j’ai réparé une imprimante avec Teamviewer, expliqué comment convertir un powerpoint en texte, remis un group speed dial à une collègue retraitée. La mode à l’heure actuelle est de se passer de Teamviewer qui a eu sa faille de sécurité cette semaine pour utiliser dwservice. Vous aurez plus de précision sur ce blog. Ce qui me chagrine un peu c’est qu’on recommande ce service mais que pour ma part je ne sais pas qui est derrière. On fait écho d’un logiciel libre, gratuit mais on transite par un serveur intermédiaire ce qui nous ramène au cas de la fameuse instance Mastodon libre mais hébergée chez quelqu’un d’autre. Aussi paradoxal que cela puisse vous paraître, j’ai tendance à avoir davantage confiance dans un service où je sais pertinemment que je vais me faire avoir, mais qui est tellement surveillé, tellement utilisé qu’au moindre problème on aura un véritable scandale, que dans un service aussi honnête puisse-t-il être, plus discret, moins utilisé où je fais quand même transiter des données sensibles.

J’ai eu une bizarrerie sur le PC d’une collègue qui a le bon goût d’être anglaise. C’était une tour avec un Windows 10 en anglais et donc en qwerty. J’aime penser en qwerty. Une curiosité. Le navigateur Edge qu’elle utilise à son lancement lui balance un message qui hurle pour lui dire que son PC est possédé, qu’il faut qu’elle appelle un numéro de téléphone pour le décontaminer. C’est assez pénible, le PC ne rend pas la main, on est forcé de tuer le navigateur en faisant du CTRL ALT SUPPR. J’ai passé des antivirus, la machine n’est pas contaminée, ce qui est encore plus mesquin. A force de faire du CTRL ALT SUPPR j’ai réussi à planter Edge qui a démarré sur une autre page si bien que tout a fonctionné normalement. J’ai installé un bloqueur de pub, j’ai découvert que désormais ublock origin avait débarqué sur Edge. A suivre. On appelle mon casier au lycée : le placard d’abondance. Vous ouvrez régulièrement la porte et vous trouvez de la nourriture ou les chargeurs perdus dans les classes par mes collègues qui finissent de façon systématique dans mon placard. J’ai trouvé ces produits très anglais, d’origine anglaise puisque ma collègue est anglaise. Ils ont le goût de la présentation les anglais, reste maintenant à savoir quel goût ça peut avoir.

J’évoque les speed dial group plus haut, je continue d’avoir des gens qui s’étonnent devant leur ordinateur. Que font-ils ? Ils subissent, ils pestent, mais n’essaient en aucun cas de comprendre. En gros, ça fait plus de deux semaines que des gens se retrouvent avec une page blanche à l’ouverture de Firefox et ne réagissent pas ce qui est quand même inquiétant, ils se contentent de subir. Les jeunes ne font pas mieux, ils restent avec leurs virus avec leurs problèmes sans essayer de comprendre, de réagir, voyez que la population de codeurs pour demain c’est pas gagné. Cela fait mes affaires, quand j’en entends un pester et que je suis dans la pièce, je fais la modification, nous voilà repartis jusqu’au prochain problème.

Dans les tâches à faire, j’avais ça :

Comme vous avez pu le voir dans le billet qui a plutôt bien tourné sur une autre informatique possible, j’attendais ma palette de PC à pas cher. J’ai reçu ma commande mardi. Il s’agit d’un broker qui connaît son métier mais qui ne s’affiche pas. Pas de site internet, pas de vitrine, il a un entrepôt du côté de Coursan. Il débarque dans une des cours du lycée, je sors de cours, avec un mal de dos épouvantable et je regarde ma palette. Je tourne la tête et je suis sauvé, les élèves de première viticole, mon équipe de déménageurs est ici, des gamins qui vous prennent les tours par quatre, en moins de 10 minutes tout est à l’étage. Vous vous doutez que j’ai désormais le monsieur dans mon carnet d’adresse et je vais voir comment le faire bosser avec les autres établissements de la région. Mon chef d’établissement un jour m’a dit qu’il croyait profondément dans le réseau, le service que tu rends à un gars aujourd’hui, pas besoin de le calculer, tu auras un retour d’une manière ou d’une autre, je suis entièrement d’accord avec lui. Avec des tarifs de ce type, avec du matériel d’occasion de qualité, il faut faire travailler ce genre de personnes. J’ai donc missionné Bernardo dans un premier temps pour qu’il pointe le matériel afin de vérifier qu’il fonctionne et qu’il est conforme, puis je lui ai demandé de débrancher physiquement pour chaque tour le lecteur optique. Il faut savoir que lecteur sur une tour dans une salle informatique c’est une prise de risque. Le gamin appuie, appuie encore, ouvre, ferme, met parfois un bout de papier à l’intérieur, enfin bref un gamin qui finit par faire planter une tour.

Nous sommes samedi au moment où j’écris ces lignes, j’ai rédigé trois examens blancs pour dans deux semaines, cela faisait partie de ma to do list, demain je vais affiner mon image Linux afin d’y rajouter une tâche CRON pour que le poste s’éteigne tous les soirs à 22 heures. Il faut savoir que le prof ne sait pas éteindre une salle informatique, si bien qu’on se retrouve souvent avec des appareils qui sont restés allumés tout le weekend … Au départ l’idée c’était d’utiliser un logiciel graphique afin que mes collègues puissent passer derrière moi. Car, on rigole, on rigole, mais du fait d’avoir basculé la centaine de postes clients sous Linux, je suis seul à maîtriser. L’idée d’une interface graphique permettait de pouvoir régler l’heure à volonté sans avoir à se casser la tête en quelques clics de souris. J’ai commencé à faire un peu le tour des programmes, et c’est misérable. J’utilisais à l’époque Gnome Schedule, facile, il n’est plus développé, et n’apparaît plus dans les paquets. J’ai installé qshutdown qui n’a pas de dépendance, le programme n’est pas super intuitif et au redémarrage il lance une grosse fenêtre pour qu’on relance le compte à rebours ce qui n’est pas logique. Moralité, j’ai fait un crontab -e en root puis 00 22 * * * /sbin/shutdown -h now. On repassera pour la convivialité, tant pis. Plus qu’à faire un clône de l’image et ce sera à Bernardo de faire ses 60 postes dans la joie et dans la bonne humeur.

Je passe donc mon temps à courir, c’est difficile. Le pire c’est de se rendre compte que le week-end n’est pas consacré au repos mais à faire ce qu’on n’a pas eu le temps de réaliser durant la semaine. Je n’ai le temps de rien, quand je rentre à la maison c’est pour faire d’autres corvées. Mon fils a fait son stage d’observation de troisième qu’il a considéré comme une semaine de vacances, dans une agence immobilière. Du fait qu’avec mon épouse c’est la période tendue, qu’il faut faire les devoirs de la petite sœur qui vous regarde d’un œil surpris quand on lui demande de faire l’équivalence entre les litres d’eau et la masse, je ne vous raconte pas les inégalités triangulaires, on l’a laissé se débrouiller. Je vais devoir jeter un coup d’œil sur son rapport et certainement cracher des flammes sur un travail qui sera négligé.

Le plus difficile c’est de se rendre compte qu’il faut penser à tout le monde, pour tout le monde et qu’on passe en dernier d’une longue liste de gens qui attendent. La famille bien sûr mais pas seulement, quand une maman a son gosse dyslexique jusqu’à la moelle qui peine à prendre les cours, on s’engage le vendredi soir aux environs de 19 heures à envoyer la totalité des cours de façon informatisée pour respecter sa parole le lendemain à 6 heures pour se débarrasser de ce qu’il faut penser. Cela peut paraître anodin mais multiplions cela par le nombre de personnes que je suis amené à côtoyer et ça commence à faire beaucoup pour des tâches qui sont souvent plus complexes qu’un simple envoi de mail.

Le fait d’écrire au lance pierre est la solution qu’il fallait adopter. À l’heure actuelle j’ai à peine le temps de lire l’actu, en plus avec la mort de Johnny, il était difficile de faire le tri de l’info, ça a continué aujourd’hui avec les funérailles nationales, imaginez alors écrire, cela serait fait à l’arrache, obligé, bâclé.

A l’heure actuelle j’ai quelques grands axes personnels de travaux :

  • remettre à plat les logiciels que j’utilise, les services. J’évoquais dernièrement que je passais par office365 pour les contacts et les calendriers, du fait de ne plus être tributaire de Windows Phone je suis revenu à carddav / caldav. Ce choix va peut-être m’amené à quitter Xfce pour aller vers Gnome qui intègre directement les comptes en ligne. Je l’ai fait avec Xubuntu, c’est assez sale, je vais certainement redonner à Gnome sa chance.
  • écrire ou filmer une documentation sur le bios. Si on réfléchit bien, on demande à des tas de gens d’installer Linux mais il faudrait commencer par leur expliquer qu’il faut appuyer sur la touche qui va bien pour démarrer sur la clé USB. Écrire une documentation c’est faisable mais le problème c’est que la variété de BIOS est tellement importante que je pense qu’il faut faire du lavage de cerveau dans le sens où il faut compiler des démarrages en pagaille de machines différentes pour montrer que globalement c’est toujours la même chose, qu’il faut arriver à un boot quelque part en appuyant sur ESC ou F12. Faire des vidéos pour moi ce n’est pas difficile, à part la qualité dégueulasse, je reste le roi de l’improvisation, monsieur a l’habitude de s’exprimer publiquement et ce parfois jusqu’à sept heures par jour. Ce qui est plus délicat c’est l’hébergement et c’est ici qu’on en viendrait à s’interroger sur l’utilité de « framatube »

Le projet principal, c’est d’arriver entier aux vacances de Noël, je viens de reprendre un peu du poil de la bête en ce samedi, je pense que c’est jouable.