Complément 118

09/12/2020 Non Par cborne

Le téléphone en caméra IP

Dans un cadre de mesures sanitaires et pour fêter Noël car je suis quand même dans un lycée catholique, parce que Noël je vous rappelle que c’est accessoirement la naissance de Jésus et pas qu’une orgie de consommation, d’hypocrisie, de gavage, on essaie de faire un événement dans le lycée qui sera filmé et diffusé en direct dans les autres salles. La première idée c’était de partir sur Teams, mais compte tenu de la qualité de notre bande passante et du trafic que va générer le stream depuis les serveurs de Microsoft dans nos salles de classe, ce n’est pas une riche idée. Comme on est venu me demander, j’ai répondu, il faut streamer en réseau local. Pour streamer de façon simple depuis un smartphone, IP webcam. Votre téléphone devient serveur et diffuse l’image de votre webcam. Les ordinateurs par le biais du navigateur se connectent à l’adresse IP qui va bien et vous pouvez suivre. J’ai fait le test chez moi, pas de souci, par contre 30 connexions sur un smartphone, ça sera peut-être plus tendu. À suivre.

Vers l’infini et au-delà

Logiciel de capture d’écran pour Windows

Le logiciel de capture de Windows est décevant par rapport à un flameshot qui reste une power application de l’univers Linux. Pourquoi décevant ? Tout simplement parce qu’il ne permet pas de faire de modifications des captures en direct et il est nécessaire de passer par Paint 3D par exemple qui n’est pas très convivial. (Allez faire une simple flèche colorée en rouge à la bonne taille et dans le bon sens). Sniptool fait particulièrement bien le job et c’est désormais le logiciel que j’utilise.

Supprimer les dossiers images enregistrées, pellicule de Windows 10?

Source : ASTUCES & AIDE INFORMATIQUE

C’est typiquement le genre de choses qui me gavent et qui me gavent d’autant plus que je synchronise mon dossier image par syncthing. Pour ça Windows est vraiment un cran en dessous dans la gestion des logiciels, je vois par exemple que mon répertoire mes documents est pourri par des logiciels qui viennent installer des répertoires à l’intérieur.

  1. Ouvrir une invite de commandes (admin) en faisant un clic droit sur le menu démarrer.
  2. Saisir dans l’invite de commandes : cd %userprofile%\Pictures
  3. Masquer les dossiers en saisissant : attrib +s +h « Camera Roll » (masque le dossier Pellicule) et attrib +s +h « Saved Pictures » (masque le dossier Images enregistrées)

Convertir des fichiers odt en ligne de commande sous Windows

source : forums jeuxonline (comme quoi)

C’est un besoin qui m’arrive assez régulièrement, j’ai tapé mes cours en odt et je dois imprimer mes trucs ou les envoyer aux élèves. Forcément la ligne de commande en masse sous Linux c’est une évidence, sous Windows certainement moins.

ls -file | % {&"C:\Program Files\LibreOffice\program\soffice.exe" --headless -convert-to pdf $_.fullname}

Réaliser un collage en ligne

Pour mon concours Koad9, le dernier avant que les enfants ne mutent en enfants autonomes et cultivés, je serais certainement mort quand ça arrivera. Tiens je profite de la parenthèse, je viens d’avoir une nouvelle élève. Après avoir gueulé sur tout le monde pour rappeler qu’il est huit heures le matin et qu’il est trop tôt pour être énervé et menaçant tout le monde en réclamant dix minutes d’autonomie le temps d’expliquer le travail à la nouvelle camarade, je lui demande si elle voit ce que c’est qu’une couverture de journal. Non. C’est dans ce genre de circonstances que je me dis que je fais bien de raccrocher les gants parce qu’on part de trop loin. J’ai donc sur mes quelques élèves autonomes, un élève qui a pris la thématique très originale du jeu vidéo. Bon, on peut pas tout avoir non plus, il est autonome. Je lui ai fait remarquer qu’à un endroit où il veut présenter les nouveautés en jeu vidéo, il lui faudrait illustrer par des jaquettes. Je lui ai proposé de faire un collage, pour pouvoir faire une accumulation de jaquettes avec style. Pour ce faire je propose le site en ligne photovisi, gratuit pour faire ce qu’il y a à faire.

Les enfants sont nuls en maths. Pas possible ? Spoil : c’est la faute aux profs.

Forcément j’ai reçu cinquante fois cet article sous toutes les coutures et les angles d’attaque : La France avant-dernière d’un classement international sur l’enseignement des maths et des sciences. La conclusion de l’article est assez évidente, les enseignants du primaire sont des quiches en maths, ils sont donc incapables de transmettre un savoir qu’ils ne maîtrisent pas. Au collège, on fait le compte qu’il y a de moins en moins de titulaires en mathématiques, les contractuels sont donc mal formés, j’aimerais apporter tout de même un léger éclairage à ce grand n’importe quoi. Il faut d’abord définir ce qu’on entend par niveau qui baisse et comparer ce qui est comparable. Mes élèves de troisième de l’enseignement agricole sont incapables de faire des calculs de fractions qu’ils manipulent pourtant depuis le CM2. Moi en CM2 j’étais une bête de fractions. Comprenez que je ne vais pas chercher bien loin, juste un exemple parmi d’autres de mon quotidien. Je n’étais pas surdoué, je ne le suis pas devenu, la différence provient de la répétition et de la disparition du travail scolaire. Vous voulez apprendre un mouvement, vous le répétez jusqu’à ce qu’il soit acquis, c’est la base du bachotage, c’est la base des mathématiques. Avec le recul, j’ai compris plus vieux certains concepts mathématiques que j’étais capable d’appliquer mais que finalement je ne comprenais pas.

À l’époque, mon enseignant de CM2 monsieur Laffont, un homme moustachu que j’aimais beaucoup nous faisait plier des calculs de fractions pendant des heures, on repartait le soir avec des fractions à faire pour le lendemain. Ça a continué au collège, et au lycée on bourrinait sur d’autres choses. Bien évidemment c’est valable sur tous les domaines, c’est pour cela que je suis capable de réciter des poèmes appris il y a trente-cinq ans. Tous les constats qui sont faits sur l’école font abstraction de la notion de travail scolaire. Tous les constats qui sont faits sur l’école se basent sur la formation des profs, sur les méthodes d’apprentissage sans s’interroger que ce qui marchait avant pourrait continuer à marcher aujourd’hui si on remettait le travail au centre des apprentissages. Car charger l’enseignant c’est oublier que depuis les réformes Sarkozy il faut BAC +5 pour enseigner quand mes enseignants de primaire avaient fait l’école normale c’est-à-dire qu’ils n’avaient que le BAC. Pour apprendre à faire des fractions pas besoin d’avoir un master de maths, pour savoir faire des fractions il faut connaître ses tables et connaître certaines règles. Il faut apprendre, il faut pratiquer et après on peut raisonner. Vous vous doutez bien qu’avec des élèves qui n’apprennent pas, qui ne pratiquent pas, nous ne pouvons pas raisonner.

L’école de la république qui fait croire que sans travail on arrive à des résultats, c’est un véritable tour de magie.

La solution je vous la donne, et ce n’est pas du prosélytisme pour l’école privée, mais une simple réalité. Ma femme bosse au public, nous sommes issus de l’école publique, mes enfants ont fait l’école publique y sont encore, je travaille du côté obscur de l’enseignement privé à savoir celui de la remédiation quand une partie de mes collègues ont tout compris et cultivent l’élitisme. Face à une école qui veut abolir les devoirs au collège, ou les réaliser au collège par souci égalitaire, une école de l’inclusion qui se contente de niveler vers le bas, certaines institutions ont pris le parti de la jouer old school avec des entretiens deux ans avant de pouvoir rentrer au collège ou au lycée, niveau de fou, travail de fou.

L’école privée a de très beau jour devant elle, quand des parents qui ont les moyens, constatent que leur enfant n’est pas assez stimulé, qu’on se rend compte que Sarko a pas totalement tort et que dans la vie quand tu en veux plus tu dois travailler plus, face à une école qui en demande de moins en moins, on se tournera alors vers des gens qui en demande plus, avec une société qui en veut de plus en plus. La privatisation de l’école est en marche, et c’est un déchirement pour moi de l’écrire, j’ai pu profiter de l’ascenseur social grâce à l’intransigeance de mes enseignants de lycée qui m’ont appris la rigueur, à travailler comme un chien pour avoir souvent des notes médiocres.

L’échec en mathématiques qui est généralisé à toutes les matières parce que des gosses qui ne lisent plus et ne savent plus écrire ne sont pas meilleurs en français c’est l’échec de décennies de ministères tous partis confondus qui ont pensé que l’école c’était le pays des bisounours : plus d’échec, plus de redoublement, des diplômes à 90% de réussite, où bienveillance veut dire laxisme et mensonge. Car le cocon dans lequel on maintient les gosses jusqu’à parcoursup c’est pour leur cramer les ailes de papillon dans un monde actif intraitable et qui curieusement ne va pas s’arranger avec la crise COVID. La seule remédiation, l’unique, la vraie, c’est de siffler la fin de la récré et de faire travailler les enfants comme des dingues, de la sueur et des larmes, ancrer en eux le sens du mot devoir.

Nous finissons sur Sinik, une époque formidable. Rappelle-toi on était jeune on avait pas la haine, on n’avait pas de label, on bouffait des maths et de la physique à en crever, 30 ans plus tard plus personne ne sait compter certainement la faute aux profs qui sont mal formés ou aux gamins qui ont pas assez bossé. Cyrille BORNE rappeur méconnu.